Renault R24

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir R24.
Renault R24
Renault R24
Jarno Trulli sur la Renault R24 en 2004
Présentation
Équipe Drapeau de la France Mild Seven Renault F1 Team
Constructeur Renault F1 Team
Année du modèle 2004
Concepteurs Bob Bell
Mark Smith
Spécifications techniques
Châssis Monocoque composite moulée en fibre de carbone et aluminium en nid d'abeille
Suspension avant Doubles triangles superposés, poussoirs et barre de torsion, amortisseurs Dynamics
Suspension arrière Doubles triangles superposés, poussoirs et barre de torsion, amortisseurs Dynamics
Nom du moteur Renault RS24
Cylindrée 3 000 cm3
900 ch à 19 000 tr/min
Configuration V10 à 72°
Position du moteur arrière
Boîte de vitesses Boîte semi-automatique en titane Renault sport
Nombre de rapports 6 rapports
Électronique Boîtier électronique Magneti-Marelli.
Système de carburant Réservoir en caoutchouc
Système de freinage Disques et plaquettes en carbone Hitco, étriers et maîtres-cylindres AP Racing
Dimensions et poids Voie avant : 1 450 mm
Voie arrière : 1 400 mm
Empattement : 3 100 mm
Longueur : 4 600 mm
Largeur : 1 800 mm
Hauteur : 950 mm
Poids : 600 kg
Carburant Elf
Pneumatiques Michelin
Partenaires Mild Seven, Hanjin, Telefonica
Histoire en compétition
Pilotes 7. Drapeau de l'Italie Jarno Trulli
7. Drapeau du CanadaJacques Villeneuve
8. Drapeau de l'Espagne Fernando Alonso
Début Le 7 mars 2004 au GP d'Australie
CoursesVictoiresPoleMeilleur tour
18130
Championnat constructeur 3e avec 105 points
Championnat pilote Fernando Alonso : 4e
Jarno Trulli : 6e
Jacques Villeneuve : 21e

Chronologie des modèles (2004)

La Renault R24 est la monoplace du Renault F1 Team engagée durant le Championnat du monde de Formule 1 2004 aux mains de Fernando Alonso, Jarno Trulli et Jacques Villeneuve. Les pilotes d'essais sont le Français Franck Montagny et le Japonais Satoshi Motoyama.

Historique[modifier | modifier le code]

La principale nouveauté de la R24 par rapport à sa devancière est l'abandon du moteur à angle ouvert de 111°, argument du retour de la marque française en Grands Prix, et le départ de Jean-Jacques His, le concepteur de ce moteur. Les R24 sont chaussées d'enveloppes Michelin comme la majorité du plateau. La principale qualité de la R24 est son couple moteur qui lui permet de prendre d'excellents départs. La R24 est en revanche instable au niveau de son train arrière et manque de puissance à haut régime.

Les deux pilotes terminent les cinq premières courses dans les points avec deux podiums (Alonso est troisième en Australie et Trulli troisième en Espagne après avoir mené les premiers tours) mais ils ne peuvent rien face à Michael Schumacher et la Scuderia Ferrari qui remportent ces Grands Prix. À Monaco, sixième manche de la saison, Trulli réalise la pole position et mène la course devant Alonso mais, au trente-huitième tour, Alonso détruit sa monoplace après avoir tenté de prendre un tour à Ralf Schumacher. Trulli bataille avec Jenson Button qui veut aussi remporter sa première victoire mais l'Italien remporte le Grand Prix. Les deux pilotes se classent à nouveau dans les points au Grand Prix d'Europe mais sont trahis par leur transmission au Grand Prix du Canada. Alonso abandonne à nouveau au Grand Prix des États-Unis alors qu'il était troisième et Trulli termine quatrième après être parti dernier.

La seconde partie de la saison est moins idéale. L'incident déclencheur sera le Grand Prix de France, Alonso, détenteur de la pole position semble parti pour gagner lorsque Ross Brawn change la stratégie de Michael Schumacher en passant de trois à quatre arrêts, ce qui permet à l'Allemand de passer l'Espagnol après son second arrêt. Trulli, troisième depuis le début de la course, bataille avec Button puis Rubens Barrichello pour le podium mais s'incline dans l'avant-dernier virage après une petite erreur.

Lors des cinq Grands Prix suivants, BAR-Honda marque plus de points que Renault : Alonso inscrit 12 points (troisième en Allemagne et Hongrie) au contraire de Trulli qui ne parvient pas à réparer son erreur et n'inscrit aucun point. L'écurie décide de se séparer de l'Italien pour les trois derniers Grands Prix. Sauber ne souhaitant pas libérer Giancarlo Fisichella, Renault hésite entre Franck Montagny (pilote d'essai) et Jacques Villeneuve qui hérite finalement du baquet vacant. Renault sera critiquée sur ce choix par beaucoup d'observateurs, le Québécois n'ayant aucun lien avec l'écurie française. Ce dernier rencontre des difficultés à approcher des temps de son équipier et a fortiori des points. Cette fin de saison catastrophique est couronnée par la perte du titre honorifique de vice-champion des constructeurs à deux courses de la fin du championnat, BAR profitant des déboires de Renault pour accrocher le meilleur résultat de l'histoire de l'écurie.

Résultats en championnat du monde de Formule 1[modifier | modifier le code]

Photo de la Renault R24 de Fernando Alonso
Fernando Alonso à bord de la Renault R24 au Grand Prix des États-Unis 2004
Résultats détaillés de la Renault R24 en championnat du monde de Formule 1
Saison Écurie Moteur Pneus Pilotes Courses Points
inscrits
Classement
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18
2004 Mild Seven Renault F1 Team Renault RS24 Michelin AUS MAL BAH SMR ESP MON EUR CAN USA FRA GBR ALL HON BEL ITA CHI JAP BRÉ 105 3e
Jarno Trulli 7e 5e 4e 5e 3e 1re 4e Abd 4e 4e Abd 11e Abd 9e 10e
Jacques Villeneuve 11e 10e 10e
Fernando Alonso 3e 7e 6e 4e 4e Abd 5e Abd Abd 2e 10e 3e 3e Abd Abd 4e 5e 4e

Légende : ici

Sur les autres projets Wikimedia :