Renault Juvaquatre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Renault (homonymie).

Renault Juvaquatre
Renault Juvaquatre
Coach 2 portes

Marque Drapeau : France Renault
Années de production 1937-1960[1]
Production 251,010[2] exemplaire(s)
Classe CV[3], puis 4, puis 5 CV
Usine(s) d’assemblage Billancourt, Flins,
en CKD à Haren (Belgique), Acton (Royaume-Uni), Haïfa (Israël).
Moteur et transmission
Énergie Essence
Moteur(s) REF 488 (soupapes latérales):
1 003 cm3
Moteur Billancourt:
747 cm3
845 cm3
Position du moteur avant
Transmission propulsion
Boîte de vitesses BV3 + M.A
Poids et performances
Poids à vide 715 - 760 kg
Consommation mixte 7/8 L/100 km
Châssis - Carrosserie
Carrosserie(s) coach 2P, découvrable, berline 4P, coupé 2P, fourgon, break.
Freins à câbles avant 1940, puis hydrauliques.
Dimensions
Longueur 3 720 mm
Largeur 1 400 mm
Hauteur 1 500 mm
Empattement 2 350 mm
Voies  AV/AR 1 160 mm  / 1 160 mm
Chronologie des modèles

La Renault Juvaquatre est une automobile du constructeur automobile français Renault, commercialisée entre 1937 et 1960.

Histoire[modifier | modifier le code]

Louis Renault avait une vision plutôt élitiste de l'automobile au milieu des années 1930 alors qu'une véritable démocratisation tend à s'affirmer de plus en plus. C'est à contrecœur qu'il va se résoudre à accepter de lancer le projet d'une petite familiale 6 CV à bas prix dont ses collaborateurs lui promettaient un grand avenir dans cette période en pleine mutation.

Effectivement, la situation politique et sociale du milieu des années 1930 en Europa était pour le moins tendue : les pays du Vieux Continent regardaient avec une certaine inquiétude la volonté de certains dirigeants d'élargir leurs "espaces vitaux" comme prôné par Adolf Hitler. Louis Renault pensait qu'une politique adaptée pouvait maintenir des rapports détendus avec l'Allemagne nazie. Il a été présent à tous les salons automobiles allemands où il exposait les modèles de la marque commercialisés outre Rhin. Le patron du constructeur de Billancourt fit des visites remarquées au Salon de l'automobile de Berlin des années 1935, 1938 et 1939. C'est lors du salon de 1935 que Louis Renault remarque sur le stand Opel, une voiture qui va fortement l'impressionner, l'Opel Olympia, au point de noter dans les moindres détails les qualités esthétiques novatrices pour l'époque et pour lui en particulier, qui a toujours été très conservateur de ce point de vue. Il avait été admiratif sur la manière dont les phares étaient intégrés dans la face avant. Renault qui avait jusqu'à présent composé sa gamme essentiellement avec des modèles de classe moyenne, haut de gamme et de luxe, avec la Juvaquatre, allait lancer son premier modèle bas de gamme.

Détails et évolutions[modifier | modifier le code]

Concurrente des Amilcar Compound, Peugeot 202, et Simca 8, elle est la première Renault à carrosserie monocoque (pas de châssis séparé) et à roues avant indépendantes, la suspension avant est à ressort à lames transversales avec amortisseurs hydrauliques à levier formant deux triangles supérieurs. Elle est la seule voiture de la marque conçue du temps de Louis Renault dont la production a été poursuivie par la Régie Nationale des Usines Renault après la Seconde Guerre mondiale.

Présentée au salon de l'automobile de Paris de octobre 1937[3], la Juvaquatre est très largement inspirée de l'Opel Olympia allemande, ce qui vaudra à Renault un procès pour plagiat. Elle est commercialisée à partir de 1938[3] sous la forme d'un coach 2-portes mais les débuts sont très difficiles car la clientèle lui reproche son manque de caractère, sa tenue de route très imprécise et ses deux portes incompatibles avec sa vocation familiale. La voiture se vend très mal alors que les Peugeot 202 et Fiat-Simca 8 se vendent très bien et à un prix supérieur.

Une version utilitaire est rapidement étudiée pour satisfaire la demande fin 1938, l'avant de la voiture étant et restant identique pour tous les modèles du début à la fin de la production 1937-1960.

La Juvaquatre sera disponible, dès 1939, en berline 4-portes avec des portes articulées sur le montant central dites « portes suicide » et avec un coffre arrière non ouvrant. Quelques modèles « de luxe » sortiront en versions coupé ou découvrable. Les ventes de la petite Renault semblent démarrer enfin quand la déclaration de guerre stoppe net la production, l'usine devant se convertir pour produire du matériel militaire pour satisfaire l'effort de guerre.

Pendant l'Occupation, quelques modèles fonctionnant au gazogène ont été produits ainsi qu'un prototype électrique (BFKE). À partir de 1940, les freins deviennent hydrauliques sur tous les types, la Juvaquatre est proposée en 4-portes avec enfin un coffre accessible de l'extérieur en restant la seule berline au catalogue de la jeune Régie Renault jusqu'à l'arrivée de la 4CV qui marqua la fin de la Juvaquatre berline.

Les nouvelles Renault (4cv, Dauphine) étant toutes construites avec des moteurs arrière, leurs transformations en utilitaire est impossible, ce qui explique la longévité de la Juvaquatre, qui connaîta des améliorations régulières comme le montage du moteur de la Renault 4CV en 1953, puis du moteur de la Renault Dauphine à partir de 1956, ce qui entraînera l'adoption du nom de « Dauphinoise ». Dans sa version break, ce modèle connaîtra un certain succès populaire au regard de son tarif attractif et de ses qualités pratiques. Sa fabrication s'achèvera le 1er mars 1960 à l'usine Renault de Flins où elle aura marqué, en 1952, les débuts de la nouvelle usine. Sa remplaçante sera la Renault 4L.

La Juvaquatre est pourvue de menus agencements, assez inattendus :

  • Il y a, par exemple, deux trappes d'aération dans la carrosserie, permettant de ventiler les pieds du conducteur et du passager avant,
  • Pour le roulage à froid, en hiver, il suffit de tirer sur un anneau, sous le tableau de bord, pour dérouler à distance un écran devant le radiateur; cet écran, monté sur un enrouleur, se replie à la demande quand le moteur est chaud.
  • Sur l'ensemble de la production, il n'y a jamais eu de serrure à clé sur la porte conducteur.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

  • Boîte 3 vitesses plus une marche arrière
  • Consommation : environ 7 litres aux 100 km
  • Vitesse : environ 95 km/h[4]
  • Puissance : de 21 à 26 ch SAE[5]
  • Freins : à câbles puis hydrauliques à partir de 1940
  • Caisse "dite" autoporteuse. En réalité c'est un châssis à longerons avec une plateforme incorporée sur laquelle la caisse était soudée.

Types[modifier | modifier le code]

  • berline : AEB3, BFK2, BFK3, BFK4, de 1939 à 1948 et en 1951
  • coach : AEB1, AEB2, BFK1
  • coupé : AEB2, BFK1, BFK2, BFK3, BFK4
  • break : AHG2, R1080, R2100, R2101
  • camionnette : 250 kg AGZ1, AHG1
  • fourgonnette : 300 kg AHG2, R2100, R2101
  • Dauphinoise : R2101, modèle rajeuni sorti en 1956 avec le moteur de la DauphineCV
  • Service : version fourgonnette dépouillée lancé en 1952, en enlevant tout équipement superflu : fauteuil passager, chrome, enjoliveurs…

Carrière sportive[modifier | modifier le code]

Les 11 juin et 6 août 1939 sont organisées deux des épreuves attendues du championnat féminin U.S.A. (Union Sportive Automobile), la première sur le circuit de Péronne (victoire d'Yvonne Simon), la seconde au circuit du Comminges (gagnante Hellé Nice). Ces compétitions purement féminines se déroulent uniquement avec des Juvaquatre confiées à dix pilotes[6].

La version utilitaire Dauphinoise[modifier | modifier le code]

Renault Dauphinoise
Renault Juvaquatre

Marque Drapeau : France Renault
Années de production 1957-1960
Production 52 004 exemplaire(s)
Classe 5 CV
Usine(s) d’assemblage Flins
Moteur et transmission
Position du moteur avant
Cylindrée 845 cm3
Transmission propulsion
Boîte de vitesses BV3 + M.A
Poids et performances
Consommation mixte 7/8 L/100 km
Châssis - Carrosserie
Carrosserie(s) fourgonnette
Freins hydrauliques
Chronologie des modèles

La Renault Dauphinoise est l'ultime évolution de la version utilitaire de la petite Juvaquatre qui, née en 1937, a vu sa carrière écourtée par la seconde guerre mondiale. Cette version, lancée en 1957, 20 ans après la berline, était équipée du moteur de la Dauphine (d'où son nom). Elle sera appréciée des artisans et commerçants.

En 1945, lors du redémarrage des usines Renault, récemment nationalisées, la Juvaquatre est le seul modèle d'avant guerre à être remis en production, en attendant qu'un nouveau modèle soit produit. La production des Juvaquatre berlines cessera en 1948, mais celle des utilitaires, capables de transporter 300 kg de charge utile, se poursuivra, et se verra même augmentée d'un petit break vitré, version sans concurrence sur le marché français. Durant les 10 ans qui suivront, sa production de 130 000 exemplaires fut trois fois supérieure à celle de la berline d'avant guerre.

Le succès relatif de cette version incita Renault à rajeunir le modèle en 1956. En fait, aucun des autres modèles Renault ne pouvant être transformé en break ou utilitaire à cause de la présence du moteur à l'arrière des modèles de l'époque, Renault, ne disposant pas de la technologie de la Fiat 500 Giardiniera avec son moteur à plat, reprit la plate-forme de la Juvaquatre en lui greffant le moteur de la Dauphine à l'avant, ce qui donna la « Dauphinoise ». Esthétiquement, elle opte pour des phares plus petits et des jantes à voile plein. La porte arrière est entièrement métallique et s'ouvre côté droit pour faciliter le déchargement des marchandises.

La fabrication de la Juvaquatre fourgonnette est arrêtée en 1960 et elle est remplacée par la R4.

Curiosité[modifier | modifier le code]

Si l'on sait que la Juvaquatre s'est très largement inspirée de l'Opel Olympia allemande, ce qui a valu à Renault un procès pour plagiat dont on ne connait pas vraiment le résultat. Certaines rumeurs font état d'un "accord" amiable avec une forte indemnité versée au géant américain General Motors qui n'aurait pas voulu impliquer sa filiale Opel dans un procès dans l'Allemagne nazie.

La version coach AEB1 ne concerne que les exemplaires de présérie et 34 exemplaires définitifs qui ont été confiés aux principaux concessionnaires pour effectuer des tests en condition. 40 points défectueux ont été signalés : pare-chocs trop petits, ronflement de pont, pièces qui se touchent dans le compartiment moteur, freinage insatisfaisant, confort perfectible…. ce qui a contraint Renault à apporter des modifications et lancer la version définitive ABE2 qui ne sera mise en production que le 31 mars 1938 et commercialisée au début de l'été 1938.

La carrosserie acier de la Juvaquatre était soumise à un droit de licence que Louis Renault ne réussit pas à contourner. Renault fut contraint de verser une redevance de 2 dollars à Edward Gowan Budd pour chaque berline produite et 1 dollar pour chaque découvrable fabriquée par SAPRAR.

Récapitulatif[modifier | modifier le code]

Ci-dessous un tableau récapitulatif des caractéristiques techniques du modèle.

Modèle Code usine Carrosserie Moteur Cylindrée
cm³
Puissance
Ch à tr/min
Freins Poids à vide
(kg)
Vitesse
maxi (km/h)
Consommation
(l/100 km)
Dates de commercialisation Exemplaires produits
Présérie
Juvaquatre AEB1 Coach (ou Berline à 2 portes) Renault Type 488 1003 23 @ 3500 Mécanique commandé par câbles 750 100 7,0 06/1937-07/1937 12
Versions pour le marché européen continental
Juvaquatre

(6 CV)
AEB2 Coach Type 488 1003 23 @ 3500 Mécanique commandé par câbles 760 100 7,0 21/09/1937-19/10/1937 (présérie) et 31/03/1938-16/01/1940 22.098
Coupé 750 03/1939-12/1939 30
Découvrable 760 1938-39 5001
AEB3 Berline à 4 portes 760 04/1939-12/1939 4.751
Découvrable 1939
BFK1 Coach & Coupé Hydraulique 750 1939-44 54
BFK2 Berline 4 portes & Coupé 760 1939-43 1.248
BFK32 04/1940-05/1940 4
BFK4 Berline 4 portes 760 01/1946-11/1948 36.5973
07/1951-11/1951 60
Coupé 750 12/1945-01/1946 13
Juvaquatre Fourgonnette 250 kg AGZ1 Fourgonnette Mécanique commandé par câbles 895 81 7,5 09/1938-11/1939 2.035
Juvaquatre Fourgonnette 300 kg AHG1 Hydraulique 01/1940-06/1943 397
AHG2 8/11/1945-07/1949 98.597
Juvaquatre Break
(6CV)
AHG2 Familiale Hydraulique 945 03/1949-07/1949
R1080 08/1949-2/10/1953
Juvaquatre
(4CV)
R2100 Familiale Type 662-3 747 21 @ 4100 945 02/1953-02/1956 12.153
Fourgonnette 895 20.4484
Dauphinoise
(5CV)
R2101 Familiale Type 670-2 845 24 @ 4000 945 02/1956-03/1960 21.045
Fourgonette 895 30.9595
Versions spécifiques pour l'étranger (CKD ou non)
Eight7 BFD1 Coach Type 488 1003 23 @ 3500 Mécanique commandé par câbles 750 100 7,0 09/1938-06/1939 1.237
BFD2 Berline 760 1939 3
Nine8 BFJ1 Berline, Cabriolet et pick-up 1939-41 53
Versions spéciales dérivées
Taxi Escoffier AJD Monospace Type 488 1003 23/3500 Hydraulique - - - 03/1947-02/1949 10
Tacot 212E1 Camionnette 1.572 - - 12/1946-05/1948 300
Note:
1631 ex. d'après certaines sources, dont 297 carrosseries Pourtout et 334 autres non précisées
2Finition Grand Luxe : les 4 exemplaires produits sont aussi appelés Juvastella (appellation non officielle)
3Sur le nombre indiqué, 21 furent transformés en version découvrable pour être vendues en Belgique et en Suisse
4Dont 9.901 en finition Service
5Dont 20.560 en finition Service
6Les véhicules montés en CKD sont inclus dans les chiffres de production

7Pour la Grande Bretagne
8Pour l'Océanie


Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]


Liens externes[modifier | modifier le code]