Renault Twingo III

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Article principal : Renault Twingo.

Renault Twingo III
Renault Twingo III
Renault Twingo III

Marque Drapeau : France Renault
Années de production Phase 1 : 2014 - 2018
Phase 2 : 2018 -
Production Fin octobre 2015 : 100 000 exemplaire(s)
Classe Petite citadine
Usine(s) d’assemblage Drapeau de la Slovénie Novo Mesto
Moteur et transmission
Énergie Essence
Moteur(s) 1.0 SCe 70
0.9 TCe 90/110
Position du moteur Arrière
Cylindrée 898
999 cm3
Puissance maximale 70 à 110 ch
Couple maximal 91 à 170 Nm
Transmission Propulsion
Boîte de vitesses Manuelle 5 rapports
Automatique à double embrayage (EDC) 6 rapports
Poids et performances
Poids à vide 864 kg
Vitesse maximale 151 à 182 km/h
Accélération 0 à 100 km/h en 14,5 à 9,6 s
Consommation mixte 5,0 à 3,9 L/100 km
Émission de CO2 112 à 95 g/km
Châssis - Carrosserie
Carrosserie(s) Bicorps 5-portes, 4-places
Châssis Renault Twingo III
Smart Forfour II
Smart Fortwo III
Dimensions
Longueur 3 590 mm
Largeur 1 640 mm
Hauteur 1 550 mm
Empattement 2 490 mm
Volume du coffre 189 dm3
Chronologie des modèles

La Twingo III est un modèle d'automobile du constructeur Renault présenté le 13 février 2014 et exposé au public le 4 mars au salon de l'automobile de Genève, puis commercialisé à partir du premier septembre 2014. Elle remplace la seconde génération de Twingo, commercialisée de 2007 à 2014, qui est la mini citadine la plus vendue en France. Elle est uniquement disponible en cinq portes (alors que les deux générations précédentes n'étaient que des 3-portes) et motorisée par des blocs essence. Elle est basée sur la même plateforme technique que la Smart Forfour II et que la Smart Fortwo III.

En 2015, elle a été la voiture de sa catégorie la plus vendue en France, avec plus de 45 000 exemplaires vendus.

Phase 1 (2014 - 2018)[modifier | modifier le code]

Vue de profil.

Un site internet[1] sur lequel on retrouve un compte à rebours et le slogan « Le 13 février à 17 h rendez-vous pour mettre à nu Nouvelle Renault Twingo et effeuiller son camouflage », c'est la technique choisie par Renault pour dévoiler la Renault Twingo III, le 13 février 2014 dans quatre langues (français, anglais, allemand et italien). Renault invente ainsi le « strip-tweet », une méthode qui consiste à impliquer les internautes (via Twitter en utilisant le tag #UndressNewTwingo) pour effeuiller la voiture et ainsi la découvrir sur les réseaux sociaux.

Connue sous le code interne X07 – projet Edison lors de sa genèse, elle est le premier modèle issu des accords signés entre le groupe français Renault et le groupe allemand Daimler (Mercedes et Smart) en avril 2010. La Renault Twingo III partage ainsi sa plateforme technique avec la Smart Fortwo III[2] et Smart Forfour II[3], afin de limiter les coûts de développement et d'industrialisation.

Elle est dessinée par Laurens van den Acker[4] (directeur du design Renault) et affiche une certaine mais discrète ressemblance avec la Renault 5 Turbo[réf. souhaitée], avec ses phares carrés (ronds sur les Twingo I et II) et surtout avec les contours de son hayon entièrement vitré, ou encore à la Fiat 500 de 1957 et l'actuelle 500, mais ses ailes rebondies, le dessin de ses vitres latérales et son avant court et arrondi évoquent également la Renault 4CV à moteur arrière aussi.

La Twingo III, comme ses sœurs jumelles Smart, est une propulsion (roues arrière motrices) et le moteur 3-cylindres (turbo de 900 cm3 de 90 ch (que l'on retrouve sur les Renault Clio IV et Renault Captur) d'origine Renault ou 3-cylindres atmosphérique de 71 ch[5] et 999 cm3) est implanté à l'arrière, une architecture adoptée chez Renault en 1946 pour la 4CV et abandonnée dans les années 1970 après la R10. À la différence de ces modèles anciens — qui n'avaient pas de coffre arrière —, le moteur de la Twingo III est placé sous le plancher du coffre, libérant ainsi de la place à l'arrière ; l'espace sous le capot avant n'est cependant pas disponible. La distribution est assurée par une chaîne sans entretien[6]. Aucune motorisation Diesel n'équipera la Twingo III, le coût d'un système de dépollution (norme Euro VI) sur une citadine étant trop important. Renault a annoncé au salon de l'automobile de Genève 2014 qu'il n'y aura pas non plus de version électrique de la nouvelle Twingo[7], seule Smart équipera sa Forfour d'un moteur électrique.

La Renault Twingo III est une 5-portes alors que les deux précédentes générations étaient des 3-portes. Les vitres des portes arrière sont entrouvables de cinq centimètres par compas, et les poignées arrière sont dissimulées dans le montant de porte comme la Clio IV. Le moteur implanté à l'arrière sous le plancher du coffre n'est que faiblement accessible ; le petit capot glisse vers l'avant pour vérifier et éventuellement refaire les niveaux (liquide de frein, de refroidissement, lave-glace et batterie). La banquette arrière coulissante apparue sur la Twingo I, puis perpétuée sur la Twingo II (avec deux sièges individuels, eux aussi coulissants) disparait sur le troisième opus à cause du moteur. Ce moteur à l'arrière, incliné de 49 degrés en amont des roues et s’appuyant sur un train arrière de type De Dion, libère le train avant et porte l’angle de braquage des roues à 45° (contre 30° en moyenne sur le segment des citadines), ce qui lui donne un diamètre de braquage de 8,69 m entre trottoirs, soit 1,40 m de moins que la Twingo II. Bien qu'elle soit une propulsion à moteur arrière, elle se comporte sur la route comme une traction[réf. nécessaire], s’affranchissant du phénomène de survirage[8] grâce à l'ESP.

Son architecture présente une répartition des masses de 45 % sur l’avant et 55 % sur l’arrière. L’équilibre de la voiture est réglé par une unique barre anti-dévers de 22 mm sur le train avant quelle que soit la version considérée, ce qui lui assure une bonne tenue de route[9].

Deux solutions de connectivité sont proposées : sur les versions entrée de gamme, un kit R & GO comprenant une application smartphone et un dispositif de connexion à l'autoradio ; le système Renault R-Link, déjà présent sur les modèles supérieurs[10].

La Twingo III est disponible en sept couleurs : blanc cristal, jaune éclair, rouge flamme, bleu dragée, brun cappuccino et noir (Twingo I était commercialisée en cinq couleurs en 1992 (jaune indien, rouge corail, bleu outremer, vert coriandre et noir)). Une palette d'autocollants est disponible pour personnaliser la carrosserie, à l'instar de ses concurrentes directes Citroën DS3 et C1, Peugeot 108, Fiat 500, Opel Adam ou Mini de 2e génération.

Renault a lancé une série spéciale « Edition One » de sa nouvelle Twingo lors de sa commercialisation en septembre 2014[11]. Cette version suréquipée est limitée à seulement cinq cents exemplaires.

Elle est produite dans l'usine Renault de Novo Mesto en Slovénie comme la Twingo II.

La nouvelle Twingo a été annoncée par la présentation de deux concept-cars : la Renault Twin'Z et la Renault Twin'Run.

Renault Sport annonce l'arrivée d'une nouvelle Twingo GT[12] d'une puissance de 110 ch uniquement sur les roues arrière.

Finitions[modifier | modifier le code]

Twingo III aux côtés d'une Twingo II.
  • Life (entrée de gamme)
  • Limited et Zen (milieu de gamme)
  • Intens (haut de gamme)
  • GT (version sportive)

Motorisations[modifier | modifier le code]

1.0 SCe 0.9 TCe
Types moteurs atmosphérique turbo
Cylindrée (cm3) 999 898
Alésage (mm) / Course (mm)
Puissance maxi (ch) à (tr/min) 70 à 6 000 90 à 5 250 110 à 5 750
Couple maxi (Nm) à (tr/min) 91 à 2 850, dont env. 90 % disponible dès 1 000 tr/min[6] 135 à 2 500 170 à 2 000
Boîte de vitesses BVM5 BVM5

Start & Stop

EDC6

Start & Stop

BVM5 EDC6 BVM5
Vitesse maxi (km/h) 151 155 165 182
0-100 km/h (s) 14,5 10,8 9,6
Consommation (L/100 km) 5 à 4,0 4,2 4,5 à 3,9 3,9 à 4,3 4,1 à 4,8 4,5
Émissions de CO2 (g/km) 112 à 105 112 à 95 102 99 108 115

Le réservoir a une capacité de 35 litres.

Évolution[modifier | modifier le code]

Une boite à double embrayage (EDC) est prévue environ un an après le début de sa commercialisation : EDC pour la version 90 ch en 2015 et pour la 70 ch fin 2016 début 2017.

Éditions limitées[modifier | modifier le code]

  • Edition One (2014-2015)
  • Cosmic (2015) :
    • apparition de la boite à double embrayage EDC sur la motorisation 0.9 TCe 90
  • Hipanema (2016)
  • Midnight (2017)
  • La Parisienne (2017-2018)
  • Red Night[13] (2018 - ) :
    • aide au parking arrière ;
    • baguettes chromées avec le badge Red Night ;
    • bandes latérales rouges ;
    • capteurs de pluie et de luminosité ;
    • climatisation automatique ;
    • feux antibrouillard avec fonction cornering ;
    • jantes de 16 pouces diamantées noires avec un cabochon central cerclé de rouge ;
    • liseré sur les sièges cuir/tissu spécifiques ;
    • seuils de portes badgés Red Night.

Phase 2 (2018 - )[modifier | modifier le code]

Présentation au Mondial Paris Motor Show 2018.

La version restylée de la Renault Twingo est présentée au Mondial Paris Motor Show 2018.

Concepts[modifier | modifier le code]

Renault Twin'Z[modifier | modifier le code]

La Renault Twin'Z concept a été réalisée avec le styliste Ross Lovegrove[14] pour la Triennale de Milan du 9 au 14 avril 2013. Elle mesure 3,62 m de long, 1,70 m de large et s’inspire des Twingo première génération et Renault R5. Ross Lovegrove a dessiné la carrosserie de la Twin'Z sur la base d’un dessin fourni par Renault, elle préfigure ainsi la Twingo III. Le dessin de l'intérieur, les portes antagonistes sans montant central, la couleur bleue (hommage au peintre Yves Klein)[15] ou la multitude de LED ne font partie que de l'imaginaire de l'équipe de Ross Lovegrove pour le concept, que l'on ne retrouvera pas sur la version de série. Elle est motorisée par un moteur électrique d’une puissance de 50 kW (68 ch) offrant une autonomie de 160 km.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Renault Twin'Run[modifier | modifier le code]

Présentée dans le cadre du Grand Prix de F1 de Monaco le 24 mai 2013, la Renault Twin'Run[16] est un concept roulant évoquant la R5 Turbo et la Clio V6, et préfigurant la Renault Twingo III[17]. Elle est motorisée par un moteur V6 3,5 l Nissan implanté en position centrale arrière, de 320 ch à 6 800 tr/min[18]. Elle reçoit des stickers affichant le numéro « 5 » sur ses flancs et des projecteurs additionnels façon rallye. Elle a été de nouveau présentée au Festival de vitesse de Goodwood (Royaume-Uni) le 11 juillet 2013.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. « Nouvelle Renault Twingo 2014 : un « strip-tweet » organisé ce jeudi 13 février », sur TF1.fr
  2. « Nouvelle Renault Twingo III 2014 », sur Largus.fr
  3. « Smart fourjoy : le retour de la Forfour ! », sur Vroom.be
  4. « Laurens van den Acker », sur Renault.com
  5. « Nouvelle Renault Twingo 2014 : photos et vidéo de l'extérieur », sur largus.fr
  6. a et b Éric Houguet, « La Renault Twingo se réinvente », sur latribuneauto.com, (consulté le 6 août 2017)
  7. « Il n'y aura pas de Twingo électrique », sur moteurnature.com
  8. « Renault Twingo 3 : elle change la donne », sur Le Point,
  9. Jean-Pierre Jagu-Roche, « Nouvelle Twingo : une petite d’élite », sur auto-infos.fr,
  10. Benoît Solivellas, « Nouvelle Renault Twingo, doublement connectée », sur cnetfrance.fr,
  11. « Renault Twingo III : série limitée Edition one », sur Blogzineauto.com
  12. « Renault Twingo GT 2016 : petit lot de consolation [photos et infos officielles] », sur Auto Moto, (consulté le 9 juin 2016)
  13. Léo Mingot, « Tarifs Renault Twingo (2018) : les prix de la série limitée Red Night », L'Argus,
  14. « Renault-Ross Lovegrove pour la Triennale de Milan », sur caradisiac.com
  15. « Renault Twin'Z Concept 2013 : la future Twingo préfigurée », sur TF1.fr
  16. « Renault Twin'Run Concept 2013 : la petite bombe à Monaco », sur TF1.fr
  17. « Nouvelle Twingo, digne héritière de la R5 Turbo ? », sur group.renault.com (consulté le 28 août 2018)
  18. Vidéo : la sonorité à l’échappement de la Renault Twin’Run !, sur abcmoteur.fr