Sport utility vehicle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections « SUV » redirige ici. Pour les autres significations, voir SUV (homonymie).
Le Tesla Model X est un SUV électrique produit par le constructeur américain Tesla Motors depuis 2015
Le Tesla Model X est un crossover compact du segment SUV.

Un SUV (abréviation de l'anglais sport utility vehicle[1],[2],[3]), parfois appelé VUS au Canada francophone (abréviation du terme français canadien véhicule utilitaire sport[4], traduction littérale du terme originel) est un véhicule de loisirs bicorps, pouvant posséder certaines capacités de roulage hors route ou de remorquage. Au début du XXIe siècle, ce type de véhicule est très populaire aux États-Unis, et devient de plus en plus répandu en Europe.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Les SUV sont principalement caractérisés par leur forme bicorps, inspirée des breaks, leur hauteur et leur volume importants. Par rapport aux autres types de véhicules de même taille, l'espace intérieur est souvent très volumineux, et permet aussi bien de transporter des objets assez grands que de voyager en famille, à la manière d'un monospace ou d'un ludospace. Certains SUV, à l'instar de leurs ancêtres tout-terrain, ont des capacités en usage hors-route plus ou moins importantes, et sont parfois dotés de boîte de transfert, d'une gamme de rapports courts, de dispositifs électroniques favorisant la progression en tout-terrain (le Land Rover Discovery III par exemple). Cependant, les SUV sont majoritairement utilisés sur route. Leur comportement routier se rapproche d'ailleurs de plus en plus de celui des berlines. Certains gros SUV sont également capables de tracter des charges de plusieurs tonnes, dépassant parfois de plus d'une fois leur masse à vide.

Les SUV sont majoritairement des cinq-portes, mais il existe aussi des modèles trois-portes[5], notamment des modèles compacts, très appréciés en ville. De même, la majorité des SUV disposent de quatre roues motrices, notamment les modèles ayant des capacités en hors-route, mais des variantes à deux roues motrices existent également, moins chères, et qui servent de modèles d'accès à la gamme ; ces versions sont au demeurant de plus en plus fréquentes et représentent une part croissante des ventes dans la catégorie des SUV. À l'inverse, les crossovers (détaillés plus bas), ne disposent généralement que de deux roues motrices, une version quatre roues motrices existant parfois en haut de gamme.

Précurseurs[modifier | modifier le code]

Le SUV puise ses origines aux États-Unis où l'un des premiers SUV reconnu comme tel, était le Jeep Wagoneer, datant de 1963[5]. Une diversification pour la marque Jeep qui est, par ailleurs, l'une des pionnières du véhicule tout-terrain, avec la Jeep Willys de 1941. Les SUV étaient, à l'époque, principalement dérivés des pick-ups.

En Europe en 1970, le Range Rover marque une étape importante du genre[5]. Le Rayton Fissore Magnum italien de 1985 possède les caractéristiques des SUV, mais c'est l'arrivée en Europe des Mercedes Classe M et BMW X5 à la fin des années 1990 qui constitue le point de départ de la vogue des « SUV modernes » sur ce continent.

En 1994, le Toyota RAV4 peut être considéré comme le premier SUV compact (Europe) ou crossover (Amérique du Nord), conçu avant tout pour un usage familial routier, et non utilitaire hors route. Le Suzuki Vitara, petit 4×4 polyvalent sorti en 1988, pourrait lui contester ce titre. Cependant, si le Vitara s'éloignait du tout-terrain utilitaire initial, il restait un véhicule plus orienté usage hors-route que route, avec un comportement routier assez éloigné des berlines de l'époque. Les générations suivantes du Vitara (appelées « Grand Vitara » en 1997) seront quant à elles réellement considérées comme des SUV/Crossover.

Crossover / Multi-segments[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Crossover.
Peugeot 3008, un Crossover qui mélange le style d'un SUV à celui d'une berline et d'un monospace. Il dispose en outre d'un mode 4x4 électrique Peugeot HYbrid4

Le terme « crossover » en automobile est apparu dès la fin des années 1980[6] en Amérique du Nord pour désigner un mélange des genres (le terme utilisé pour désigner ce type au Québec est « multi-segments »). Il s'agit à la base d'un véhicule s'inspirant d'un SUV, mais conçu sur une plate-forme de berline. Le terme était ainsi utilisé aux États-Unis pour marquer la distinction par rapport aux SUV traditionnels, conçus, eux, sur un châssis plus grand de type « camionnette ».

On peut considérer que la majorité des SUV compacts du marché européen sont des « crossover » au sens nord-américain. Citons notamment le Nissan X-Trail, dérivé de la Nissan Almera ; le Hyundai Tucson, dérivé de la Hyundai Elantra, etc. Il y a également des gros crossover, tels que le BMW X5, basé sur la BMW Série 5 ; Volvo XC90, basé sur la Volvo S80; le Nissan Murano, basé sur la Nissan Altima ; le Lexus RX, basé sur la Toyota Camry, le Subaru Forester, dérivé de la Subaru Impreza, et le Subaru B9 Tribeca, basé sur la Subaru Legacy.

De par leur architecture commune avec les berlines, les crossover ont généralement l'avantage d'avoir un meilleur comportement routier que les SUV, une moindre consommation de carburant, et de coûter moins cher à l'achat. On a constaté aux États-Unis que les clients se tournaient désormais plus volontiers vers ce type de véhicule que vers les SUV traditionnels, vu la forte augmentation du prix de l'essence[7].

En Europe, le terme « crossover » n'est réellement utilisé que pour désigner certains SUV dérivés de berline, possédant une allure de break sportif ou de coupé. Les autres continuant à être désignés sous le nom SUV, sans faire de différence entre les monocoques et châssis à échelle.

L'image du SUV[modifier | modifier le code]

Mode[modifier | modifier le code]

En Europe, depuis les succès commerciaux des Nissan Qashqai, Peugeot 3008 et Dacia Duster, tous les constructeurs automobiles produisent ou envisagent de produire ce type de véhicule. Les marques premium poussent cette logique à son paroxysme en proposant un SUV par segment de marché. À titre d'exemple, Mercedes-Benz proposera jusqu'à huit SUV dans sa gamme à compter de 2018[8]. Cette tendance se retrouve en France ; après avoir connu quelques revers (Renault Koleos, Peugeot 4007 et Citroën C-Crosser) en développant des modèles avec des partenaires asiatiques, les constructeurs nationaux (Renault, Peugeot et Citroën) ont étoffé leur gamme[Quand ?] en recentrant l'offre sur les modèles urbains[9] (Peugeot 2008 et Renault Captur).

Le mot « utility » aux États-Unis, où les SUV seraient nés, a le sens de « tout venant » ou de « commodité » pour les matériaux, d'« usage utilitaire » ou « bon pour tous les usages » pour les produits, donc très commun. Certains constructeurs, comme BMW, tentent de se démarquer de cette image en utilisant le terme « SAV » (pour « sport activity vehicle ») qui illustre bien l'effet de mode et le risque de perte de vitesse à moyen terme de l'image SUV. On parle d'ailleurs plus volontiers de véhicules de loisirs pour décrire les SUV que de véhicules véritablement utilitaires.

Critiques[modifier | modifier le code]

Ford Escape Hybrid de seconde génération.
Article détaillé : Critiques contre les SUV et 4x4.

En réponse aux critiques portant sur la consommation en carburant de ce type de véhicule[4], certains constructeurs comme Lexus (RX400h) et Ford (Escape Hybrid) proposeront des SUV à motorisation hybride. Il existe également la solution du biocarburant, bien que des voix s'élèvent pour dire que les biocarburants ne constituent pas la solution dans la mesure où ils mettent en concurrence production alimentaire et production énergétique à des fins de transport. D'autre part, les SUV étant moins aérodynamiques et plus lourds que les berlines, breaks, coupés, etc., les SUV hybrides consomment tout de même plus de carburant que les autres véhicules hybrides.

On reproche aussi aux SUV le risque qu'ils représentent au plan de la sécurité, par exemple en cas de collision avec un autre véhicule plus bas et plus léger ou par rapport aux piétons en environnement urbain, notamment les enfants, qui ne sont pas toujours visibles depuis la place du conducteur.

La pose de dispositifs pouvant aggraver, en cas de collision, les risques d'accident corporels, est interdite depuis plusieurs années dans les pays de l'Union européenne[10] et peut entraîner des sanctions pénales. Le texte de loi reste cependant assez flou. Le pare-buffle par exemple, accroît les risques de blessures graves pour les personnes touchées, il a toutefois disparu de la majorité des listes d'équipements de série proposés par les constructeurs automobiles. En effet, outre le risque pour les piétons, il perturbe le fonctionnement des airbags et la sécurité passive du véhicule en cas d'accident.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]