Renault Mégane I

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La Renault Mégane est la première génération d'une compacte produite de 1995 à 2009 par le constructeur automobile français Renault. Elle connait de nombreuses carrosseries : berline 5 portes, berline 4 portes, coupé 2 portes, cabriolet 2 portes et break 5 portes. Elle donne également naissance au monospace compact Renault Mégane Scénic. La commercialisation en Europe de la Mégane I a duré jusqu'en 2002, année de son remplacement par le Renault Mégane II.

Renault Mégane I
Renault Mégane I
Renault Mégane I phase I 5 portes
Renault Mégane I.svg

Appelé aussi Renault Megavan
Marque Renault
Années de production 19952002
Phase 1 : 19951999
Phase 2 : 19992002
Classic : 19972009 (en Argentine)
Production 5 000 000 exemplaire(s)
Classe Compacte
Usine(s) d’assemblage Drapeau de la France Douai
Drapeau de l'Espagne Palencia
Drapeau de la Russie Moscou
Drapeau de la Colombie Envigado
Drapeau de l'Argentine Córdoba
Drapeau de la Turquie Bursa
Moteur et transmission
Énergie Essence, diesel
Moteur(s) Essence
moteur Energy:
1 390 cm3
moteur K:
1 390 cm3
1 598 cm3
moteur F:
1 783 cm3
1 998 cm3
Diesel atmosphérique
moteur F:
1 870 cm3
Diesel turbo
moteur F:
1 870 cm3
Position du moteur Transversale avant
Transmission Traction
Intégrale
Boîte de vitesses Manuelle 5 rapports
Automatique 4 rapports
Poids et performances
Vitesse maximale Berline : 210 km/h
Coupé : 213 km/h
Châssis - Carrosserie
Carrosserie(s) Berline bicorps 5 portes, 5 places
Coupé 2 portes, 4 places
Cabriolet 2 portes, 4 places
Break 5 portes, 5 places
Berline tricorps 4 portes, 5 places
Châssis Renault 9, Renault 11, Renault Alliance, Renault Encore, Renault 19, Mégane I, Mégane Scénic I
Dimensions
Longueur Berline : 4 170 mm et 4 463 mm
Coupé : 3 940 mm
Largeur 1 700 mm
Hauteur Berline : 1 420 mm
Coupé : 1 370 mm
Chronologie des modèles

Présentation[modifier | modifier le code]

Cette automobile compacte est confrontée à un pari, remplacer la Renault 19, dont les ventes européennes sont excellentes, notamment en Allemagne. Son enjeu principal est avant tout de faire aussi bien que sa devancière. Elle reprend d'ailleurs son châssis (qui vient des Renault 9 et Renault 11), avec un train avant amélioré, et certaines de ses motorisations comme le 1,4 « Energy » ou le « moteur F » 1,9 dT. Les boites de vitesses JB sont celles apparues sur les Renault 9 et Renault 11.

Ainsi née en 1995, la Renault Mégane, sera présentée au grand public via une campagne publicitaire estivale, axée autour des mérites de son efficace système de freinage.

Renault Mégane I phase I 5 portes

Son style et son design en rondeurs (dans la tendance bio-design) rappellent sa grande sœur, la Laguna, sortie près de 2 ans auparavant, en . Les portières arrières de la Mégane, comme sur de nombreuses Renault, sont de forme elliptique dans leur découpe, ne contournant pas le passage de roue, véritable signature stylistique de la marque.

En septembre 1996 arrive le modèle Mégane Scénic, le premier monospace compact européen pertinent. Là est la philosophie de la gamme Mégane : diversifier l’offre. C’est ainsi que sur sept ans, sortiront sept modèles aux carrosseries distinctes : berline 5 portes, berline 4 portes tricorps, coupé, cabriolet, break, monospace et 4x4. Le coupé est une innovation car il est censé remplacer une version 3 portes en tirant les prix vers le haut. Ainsi la version commerciale (fiscalité adaptée et places arrière supprimées) de la Mégane ne sera pas déclinée en 3 portes (une première), mais en berline, break ou monospace. En Irlande, la Mégane 5 portes a même eu droit à une version utilitaire aux vitres latérales arrière tôlées et dépourvue de poignées arrière appelée Renault Megavan.

Renault Mégane I phase I (intérieur)

Pourtant étoffée, la famille Mégane vivra dans l’ombre du Scénic (60 % des ventes de la gamme en 2000). C’est son confort, sa tenue de route et sa discrétion qui séduiront les acheteurs. Toutefois, l'ergonomie souffre de légers défauts (boutons de feux de détresse et de condamnation centralisée mal placés, allume-cigare et cendrier trop proches du levier de vitesse). Même le restylage de 1999 fera pourtant l’impasse sur le mobilier intérieur, en se focalisant sur le renouvellement des feux et de la calandre.

Sur cette seconde mouture est à noter l’arrivée d’un des premiers moteurs Diesel à rampe commune chez Renault, le 1,9 dCi (« moteur F »). Ce dernier est une adaptation d’injection haute pression sur une motorisation ancienne, le 1,9 dTi (« moteur F »).

Toutefois en sept ans d’existence européenne, la Mégane sera produite, toutes carrosseries confondues, à 5 millions d’unités, et continue à être fabriquée à l’étranger pour certains marchés (Argentine en tête).

La Mégane coupé est équipée de série d'un troisième feu stop (appelé aussi feu stop central) fixé sur son hayon ; le troisième feu stop de la phase 1 est doté d'une seule ampoule d'une puissance de 10 watts, tandis que celui de la phase 2 est doté de quatre ampoules de 5 watts ; celui de la phase 2 fournit un meilleur éclairage et ses quatre ampoules lui permettent de rester opérationnel quand une ampoule est défectueuse. La connectique électrique du troisième feu stop diffère entre les 2 phases mais peut être adaptée avec une simple modification du connecteur.

Phase I (1995 — 1999)[modifier | modifier le code]

Renault Mégane Phase I berline 5 portes
Logo de la Renault Mégane I.
  • RN/RNA/RNE : versions d'entrée de gamme de cette voiture, elles ne disposent pas des vitres électriques ou d'autres équipements dit « optionnels » pour l'époque. Le niveau d'équipements peut aussi dépendre des versions spéciales qui ont été proposées. Ces versions seront par la suite supprimées lors du restylage de 1999.
  • RT/RTE : certainement les versions les plus courantes pour la Mégane 1 (phase 1 ou phase 2), elles sont dotées des vitres avant électriques, d'un autoradio cassette… qui font partie des équipements de base de cette finition.
  • RXE/RXT : ces versions se rapprochent des finitions haut-de-gamme, elles possèdent les équipements des versions inférieures, plus les sièges velours, 4 appuis-tête, la climatisation...
  • Initiale : cette version constitue le haut de gamme de cette voiture, elle possède tous les équipements pré-cités, plus : cuir, ordinateur de bord, boiserie...

La Mégane reprend certains moteurs de la Renault 19 comme le 1,9 D (« moteur F »), le 1,9 dT (« moteur F ») ou encore le 1,4 « Energy » (en version catalysée). En fonction des finitions, certaines de ces motorisations n'étaient pas proposées, telles que le 1,9 D ou le 1,4 essence, sur des finitions comme la RXT ou RXE.

Moteur Cylindrée Puissance Vitesse max 0–100 km/h (s) Observations
Essence
1,4 1 390 cm3 70 ch (52 kW) 168 km/h 14,5
1,4e (« Energy ») 75 ch (56 kW) 170 km/h 14,3
1,6 (« Moteur K ») 1 598 cm3 90 ch (67 kW} 184 km/h 11,5
2,0 (« Moteur F ») 1 998 cm3 115 ch (86 kW) 197 km/h 9,7
2,0 16v (« Moteur F ») 150 ch (112 kW) 210 km/h 8,7 Uniquement sur le coupé et le cabriolet

sauf en Suisse ou celle ci était disponible également en berline

Diesel
1,9 D (« Moteur F ») 1 870 cm3 65 ch (48 kW) 158 km/h 17,9
1,9 dT (« Moteur F ») 95 ch (71 kW) 180 km/h 12,3
1,9 dTi (« Moteur F ») 100 ch (75 kW) 183 km/h 12,3

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Phase II (1999 — 2002)[modifier | modifier le code]

Renault Mégane I phase II 5 portes
Renault Mégane phase II 5 portes
  • À partir de 1999 :
    • RTE : Vitres avant électriques + fermeture centralisée + ABS + airbags frontaux et latéraux (coussins gonflables de sécurité) + baguette de plaque arrière couleur carrosserie ;
    • RXE : RTE + appui-tête arrière + calandre avant couleur chrome + antibrouillards avant + verrouillage automatique des portières en roulant + ordinateur de bord + feux avant à double-optique ;
    • RXT : RXE + jantes alliages + vitres électriques à l'arrière + autoradio CD + Climatisation + pare-brise semi-réfléchissant.
  • À partir de  :
    • Authentique : équivalent à RTE + appuis-tête arrière + verrouillage automatique des portières en roulant ;
    • Expression : Authentique + équivalent à RXE ;
    • Privilège : Expression + équivalent à RXT.
Moteur Cylindrée Puissance Type Moteur Vitesse max 0–100 km/h (s) Observations
Essence
1,4e 1 390 cm3 75 ch (55 kW) E7J 170 km/h 13,8
1,4 16v 1 390 cm3 95 ch (70 kW) K4J 184 km/h 11,8
1,6 16v 1 598 cm3 110 ch (79 kW) K4M 195 km/h 9,8
1,8 16v 1 783 cm3 118 ch (85 kW) F4P 199 km/h 8,9
2,0 16v IDE 1 998 cm3 140 ch (104 kW) F5R 213 km/h 8,6 Uniquement sur le coupé et le cabriolet
2,0 16v 1 998 cm3 138 ch (103 kW) F4R 208 km/h 8,6 Uniquement sur le coupé et le cabriolet
Diesel
1,9 D 1 870 cm3 65 ch (47 kW) F8Q 158 km/h 17,9
1,9 dTi 1 870 cm3 80 ch (60 kW) F9QT 170 km/h 13,8
1,9 dTi 1 870 cm3 98 ch (72 kW) F9QT 185 km/h 11,6
1,9 dCi 1 870 cm3 102 ch (76 kW) F9QT 188 km/h 11,5

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Versions sportives 2.0 16V[modifier | modifier le code]

Mégane Coupé 2.0 16V
Renault Mégane I
Renault Mégane Coupé Monte Carlo

Marque Renault Sport
Années de production 1995 - 2002
Classe Compacte sportive
Moteur et transmission
Énergie Essence
Moteur(s) moteur F:
1 998 cm3
Transmission Avant - BM5
Châssis - Carrosserie
Carrosserie(s) Coupé
Châssis Renault 9, Renault 11, Renault Alliance, Renault Encore, Renault 19, Mégane I, Mégane Scénic I
Chronologie des modèles

2.0 16V (F7R)[modifier | modifier le code]

La Mégane Coupé 2.0 16V remplace la Renault 19 16S. Elle hérite du moteur de la Clio Williams le « moteur F » (type F7R) 4 cylindres en ligne de 1 998 cm3 à 16 soupapes de 150 chevaux, qui se retrouvera également dans le Renault Spider. La version cabriolet aura également droit à cette motorisation. Ce moteur, performant à haut régime et à caractère sportif est cependant très gourmand en carburant.

En , la Mégane coupé "Monte Carlo" fait son apparition. Cette série limitée à 450 exemplaires, a été conçue avec l'Automobile Club de Monaco[1].

2.0 16V IDE (F5R)[modifier | modifier le code]

En 1999, la phase 2 fait son apparition, le bloc F7R issu de la Clio Williams est remplacé par le F5R. La base moteur est la même, il s'agit toujours d'un « moteur F » de 1 998 cm3 à 16 soupapes, mais la culasse est inédite avec l’apparition de l'injection directe. Il s'agit du premier moteur essence français doté de l'injection directe. Les rapports de la boite de vitesse seront également rallongée pour abaisser la consommation. Cette motorisation sera également disponible sur la version cabriolet. Il se montrera cependant peu sportif, bien que très souple à bas régime et consommant peu.

2.0 16V (F4R)[modifier | modifier le code]

En , à la suite des problèmes de fiabilité, à l'agrément limité et au caractère peu sportif du bloc à injection directe F5R, Renault décide de monter dans la Mégane coupé et cabriolet un moteur 2.0 16V de 140 chevaux. Il s'agit toujours d'un moteur F mais ici de type F4R. Ce moteur, déjà monté dans différentes Renault (Espace, Scenic, Laguna), se montrera performant (à distribution variable avec décaleur d'arbre à cames) en alliant à la fois couple à bas régime et puissance à haut régime. Il sera associé à une boîte de vitesses (JC5) à rapports courts, pour des reprises plus dynamiques (0 à 100 km/h en 8,6 s).

Renault Maxi Mégane[modifier | modifier le code]

Renault Maxi Mégane
Renault Mégane I

Marque Renault Sport
Classe A7 puis A7K
Moteur et transmission
Moteur(s) 4 cylindres en ligne essence F7R 710
Position du moteur Avant
Cylindrée 1 995 cm3
Puissance maximale 285 ch (209 kW)
Couple maximal 360 N m
Transmission Traction
Boîte de vitesses Transversal FFD 7 rapports de type séquentielle
Poids et performances
Poids à vide 960 kg
Châssis - Carrosserie
Carrosserie(s) Coupé 2 portes
Châssis Renault Mégane I
Dimensions
Longueur 3 952 mm
Largeur 1 823 mm
Hauteur 1 360 mm
Chronologie des modèles

Renault Sport a développé, durant les années 1990, une auto de rallye dérivée du coupé 2 litres avec un « moteur F » de type F7R et répondant à la réglementation Kit-Car. La Maxi Mégane représenta officiellement la marque en championnat de France des rallyes en 1996 et en 1997 avec au volant Philippe Bugalski, Jean Ragnotti ou encore Serge Jordan. Après le retrait de l'équipe officielle, de nombreux pilotes privés ont continué d'utiliser cette auto.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]