Renault 1 000 kg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Renault Goélette
Renault 1 000 kg
Renault Goélette pick-up à ridelles.

Marque Drapeau : France Renault
Années de production 1947-1965
Classe Utilitaire
Moteur et transmission
Moteur(s) Essence : 2 383 cm3,
1 996 cm3 puis 2 141 cm3
Diesel : 1 816 cm3 (Indenor) puis 2 720 cm3 (Renault)
Transmission Propulsion arrière et 4x4, BV3 puis BV4
Poids et performances
Poids à vide 1 835 kg
Châssis - Carrosserie
Carrosserie(s) Fourgon (à partir de 7,45 m3),
plateau-ridelles bâché et châssis-cabine
Dimensions
Longueur 4 540 mm
Largeur 1 920 mm
Hauteur 2 250 mm
Chronologie des modèles
Précédent aucun Renault Super Goélette SG2
Saviem TP3
Suivant

Le Renault 1 000 kg est un fourgon automobile à cabine avancée fabriqué par Renault. Il fait partie d'une série d'utilitaires fabriquée de février 1947 à 1965.

Historique[modifier | modifier le code]

Le 1 000 kg est la camionnette la plus vendue de sa catégorie dans les années 1950[1].

Contrairement à son principal concurrent français, le Citroën Type H, le fourgon Renault conserve une architecture classique : arbre de transmission au pont arrière pour la propulsion aux roues arrière, 2 essieux rigides et châssis séparé en acier[2] et lui apporte un surcroît de robustesse face à la charge. Néanmoins, les premiers modèles, jusqu'en 1950, possèdent une ossature en bois.

Pendant sa longue carrière, le 1 000 kg connaît de nombreuses modifications : tôlerie, inversion du sens d'ouverture des portières, pare-chocs avant, feux, clignoteurs, plaque de police arrière et décorations.

À partir de juillet 1949, il existe une version 1 400 kg (fourgon ou plateau-ridelles bois bâché) qui est de plus en plus vendue.

Fourgon Renault Goélette.

Pour les modèles 1956, les fourgons 1 000 kg et 1 400 kg prennent respectivement le nom de « Voltigeur » et « Goélette »[2]. Sur ce dernier, le moteur « 85 » à culbuteurs, de 49 ch, monté depuis fin 1952, est remplacé par l'« Étendard », développant 64 ch, issu de la Renault Frégate.


Au cours du printemps 1961, une motorisation diesel de 58 ch est disponible. À la mi-1962, le moteur diesel Indenor (aussi monté sur le Peugeot D4) est remplacé par un moteur Renault de 61 ch. En 1963, seul le Goélette subsiste.

Les derniers modèles se distinguent grâce à leurs petites vitres latérales supplémentaires. Parmi eux, certains plateaux bâchés sont encore visibles au milieu des années 1980.

Le Renault Goélette est l'un des fourgons les plus populaire dans la France des années 1950/1960. Il est largement utilisé par toutes les administrations, notamment par La Poste pour l'acheminement du courrier[3], la Gendarmerie[4] et par la Police[5] comme « panier à salade ».

À partir de juin 1952, l'armée française achète des variantes à quatre roues motrices transformées par Herwaythorn ou Sinpar, reconnaissables à leur garde au sol surélevée en version véhicule tactique à carrosserie torpédo avec une cabine décapotable et un pare-brise rabattable ou en version fourgon sanitaire. Le « R2087 » ambulance est présente dans les casernements pendant plusieurs décennies.

Renault R2087.
Types Mines des modèles 4x4 Moteurs
R2064 2,3 litres type « 85 »
R2067/R2068 2 litres type 668 (« 85 » à culbuteurs)
R2087/R2087 N 2,1 litres type 671 (« Étendard »)

Dans des films des années 1960 avec Jean Gabin et Lino Ventura, le Goélette étant un utilitaire de l'époque, il est souvent présent et attaqué pour ce qu'il transporte, comme dans le Deuxième Souffle (Jean-Pierre Melville, 1966) ou le Pacha (Georges Lautner, 1968).

Références[modifier | modifier le code]

  1. Halwart Schrader et Jan P. Norbye, Le dictionnaire des camions , MDM
  2. a et b Gabriel Jeudy, Les camions de chez nous en couleurs , E.T.A.I.
  3. Jean-Yves Brouard et Michel Fonteny, Les véhicules du service public de chez nous 
  4. Pascal Meunier, Laurent Jacquot et Jean-Yves Hardouin, Un siècle de véhicules de la Gendarmerie nationale , E.T.A.I.
  5. Dominique Pagneux, Voitures de Police, Préfecture de police de Paris , E.P.A.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Les utilitaires Renault 1945-52, chap. Hors Série n°15
  • Les utilitaires Renault 1953-65, chap. Hors Série n°19
  • J.-M. Boniface et J.-P. Jeudy, 50 ans de véhicules militaires français , E.T.A.I.,‎ 1999 (ISBN 2-7268-8445-8)