Leconte de Lisle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Leconte de Lisle
Image dans Infobox.
Fonction
Fauteuil 14 de l'Académie française
-
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Nom de naissance
Charles Marie René Leconte de LisleVoir et modifier les données sur Wikidata
Pseudonyme
Pierre GossetVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Membre de
Mouvement
Influencé par
Distinctions
Œuvres principales
signature de Leconte de Lisle
Signature
Buste de Leconte de Lisle (3742423372).jpg
Vue de la sépulture.

Charles Marie René Leconte de Lisle, dit Leconte de Lisle, est un poète français, né le à Saint-Paul sur l'île de la Réunion[1] et mort le à Voisins (Louveciennes).

Leconte de Lisle est le nom de famille du poète. Il l’adopte comme nom de plume, sans mentionner ses prénoms, et ce choix a été repris dans les éditions de ses œuvres, dans sa correspondance, ainsi que dans les anthologies et dans la plupart des ouvrages qui lui sont consacrés. C’est ce nom qui est utilisé dans la suite de l’article. Son prénom usuel, utilisé par ses proches, était « Charles ».

Leconte de Lisle passe son enfance à l'île de la Réunion et en Bretagne. En 1845, il se fixe à Paris. Après quelques velléités d’action politique lors des événements de 1848, il y renonce et se consacre entièrement à la poésie.

Son œuvre est dominée par trois recueils de poésie, Poèmes antiques (1852), Poèmes barbares (1862) et Poèmes tragiques (1884), ainsi que par ses traductions d’auteurs anciens : Homère, Hésiode, les tragiques grecs (Eschyle, Sophocle, Euripide), Théocrite, Biôn, Moskhos, Tyrtée, Horace, etc.

Il est considéré comme le chef de file du mouvement parnassien ou, tout au moins, comme le maître de nombreux jeunes poètes de cette époque, autant par l’autorité que lui a conférée son œuvre poétique propre que par des préfaces dans lesquelles il a exprimé un certain nombre de principes auxquels se sont ralliés les poètes d’une génération — entre la période romantique et le symbolisme — regroupés sous le terme de parnassiens à partir de 1866.

L’Empire lui assure une pension et le décore. La République l’attache à la bibliothèque du Sénat, dont il devient sous-bibliothécaire en 1872, et le nomme officier de la Légion d’honneur en 1883.

En 1886, neuf ans après une candidature infructueuse à l’Académie française, où il n'eut que les voix de Victor Hugo et d'Auguste Barbier, Leconte de Lisle est élu au fauteuil de Victor Hugo. Il y est reçu par Alexandre Dumas fils le .

Biographie[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Portraits[modifier | modifier le code]

Monuments[modifier | modifier le code]

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Chronologie[modifier | modifier le code]

  1818-1822. — Île Bourbon
1818 Le , naissance à Saint-Paul sur l'île de la Réunion[n 1].
1818-1822 Enfance sur l’île.
   
1822-1832. — Bretagne
1822 Alors qu'il est âgé de trois ans, la famille quitte l'île Bourbon pour la Bretagne à bord de la Victorine (île Bourbon,  ; Nantes, ) et s'installe à Dinan.
1829 La famille va vivre à Nantes.
1830 Là, le jeune Charles est pensionnaire à l’Institution Brieugne en même temps que son compatriote Auguste Lacaussade.
   
1832-1837. — Île Bourbon
1832 La famille retourne à l’Île Bourbon (Nantes, - Île Bourbon, ), avec escale à l'Île Maurice.
1833-1837 Études secondaires. Leconte de Lisle découvre Les Orientales de Victor Hugo et tombe amoureux de sa cousine Marie-Élixenne Naciède de Lanux (1821-1840), qui sera sa muse. On trouve dans certains poèmes, comme Le Manchy, des évocations de cette passion. Premiers essais littéraires.
   
1837-1843. — Bretagne
1837 Nouveau départ de Leconte de Lisle pour la métropole en vue d’y poursuivre des études de droit. Le voyage à bord de l’Héloïse (Île Bourbon, - Nantes, ), le conduit à faire escale au Cap (1er avril) et à Sainte-Hélène (). Mais pour engager des études de droit, Il lui faut d’abord décrocher le baccalauréat.
1838 Août et septembre : durant les vacances, il effectue un périple en Bretagne avec plusieurs amis peintres. Le , Leconte de Lisle obtient le baccalauréat ès lettres et il s’inscrit à la faculté de droit à Rennes. Sans goût pour cette voie, il est très peu assidu. Il suit quelques cours à la faculté des Lettres, qui ouvre ses portes le 1er décembre.
1840 Le , mort de Marie-Élixenne à l’âge de dix-huit ans. Projet avorté d’un recueil poétique, qui aurait eu pour titre : Les Rossignols et le Bengali. Il fonde La Variété, une revue satirique éphémère, dont il est président du comité de rédaction en juin et directeur en octobre ; douze numéros paraissent de à . En juillet il abandonne définitivement le droit, ce qui sera la cause de fortes tensions avec sa famille. Mais il continuera à prendre des inscriptions jusqu’en .
1841 Le , Leconte de Lisle est reçu avec difficulté bachelier en droit. La famille s’installe à Saint-Denis (La Réunion).
1842 Il tente de fonder une nouvelle revue, violemment satirique, Le Scorpion.
1843 Retour sur l’Île Bourbon à bord de la Thélaïre (Nantes, - Île Bourbon, ) avec dérive jusqu'à Terre-Neuve (en raison des vents contraires) et nouvelle escale à l'Île Maurice.
   
1843-1845. — Île Bourbon
1843-1845 Pendant ces deux ans, il donne quelques leçons et collabore à divers journaux locaux. Les rédacteurs du journal phalanstérien La Démocratie pacifique lui proposent une place dans leur société, avec promesse de publier un livre de poésie. Intéressé, il décide de partir s’installer à Paris.
   
1845-1894. — Paris
1845 Départ définitif pour la métropole à bord de l’Anna (Saint-Denis, - Saint-Nazaire, ). Dès son arrivée, il se rend à Brest, où il rencontre le phalanstérien Paul de Flotte avec qui il rejoint Paris, où il se fixe. Il fait la connaissance de Charles Baudelaire. Il professe des opinions républicaines et anti-esclavagistes.
1846 Il collabore à des publications fouriéristes : La Phalange, mensuel dont il assure le secrétariat et qui publie plusieurs des futurs Poèmes antiques ; La Démocratie pacifique, quotidien auquel il donne des contes en prose, quelques articles de politique et un poème (Ode à Fourier) qu’il prononce lors du banquet pour les 74 ans de Charles Fourier du [2].
1847 En juin, il rompt avec l’École phalanstérienne.
1848-1851 Il participe très activement à la campagne d’un groupe de jeunes créoles en faveur de l’abolition de l’esclavage. On l’envoie dans les Côtes-du-Nord, pour se présenter à la députation. C’est un piteux échec. Il aurait été présent sur les barricades, pendant les événements de juin. Il est incarcéré pendant quarante-huit heures. Déçu par la tournure que prennent les événements après 1848, il se détourne de la politique pour se consacrer à la littérature. Il décide de se consacrer désormais à la poésie. Il vit de leçons particulières, de correspondances adressées à des journaux de son île natale et d’aides diverses. Il lui arrive souvent de traverser des périodes de très grande pauvreté. Le , présenté à Sainte-Beuve lors d'une soirée littéraire, il récite son poème Midi, qui impressionne Sainte-Beuve : « Mais ceci est un chef-d'œuvre et cet enfant est un grand poète ! »
1852 Le , dans Le Constitutionnel, paraît un article élogieux de Sainte-Beuve évoquant Hélène et retranscrivant Midi. Son ami Auguste Lacaussade le met en relation avec l’éditeur Marc Ducloux, qui publie le les Poëmes Antiques, avec la préface. Très remarqué, le recueil consacre sa place dans le monde des lettres. Pour Poëmes Antiques, Leconte de Lisle reçoit le prix Maillé-Latour-Landry 1854 de l’Académie française
1853-1855 Chez Louise Colet, Leconte de Lisle fréquente Gustave Flaubert, Alfred de Vigny, Victor Cousin, etc. Flaubert est enthousiasmé par sa poésie. Le Conseil Général de la Réunion lui octroie, comme à Auguste Lacaussade, une pension annuelle de 2 000 francs.
1855 Poèmes et poésies.
1856 Il obtient le prix Lambert (1 000 francs) de l’Académie Française.
1857 Le , mariage avec Anna Adélaïde Perray, lingère, qu'il avait rencontrée chez son ami d'enfance Félix Jobbé-Duval et avec laquelle il vit depuis deux ans ; c’est un mariage modeste. Hypatie. Nouveau prix de l’Académie (1 500 francs).
1858 Poésies complètes.
1859 Sa mère quitte La Réunion et s'établit à Bordeaux chez une de ses filles mariée à un armateur.
1860 Le succès des recueils poétiques, la préface retentissante des Poèmes antiques, une série d’articles sur Les Poètes contemporains dans Le Nain jaune conduisent les jeunes poètes à adopter Leconte de Lisle comme chef de file d’un nouveau courant poétique.
1861 Début avril, il emménage 8, boulevard des Invalides, où il commence à recevoir les jeunes poètes. Chaque samedi, ils se rendent dans son salon au cinquième étage « à la file indienne, par un étroit escalier »[3] : d'abord Catulle Mendès (introduit par Louis Ménard), François Coppée et Villiers de L’Isle-Adam ; viendront ensuite Louis-Xavier de Ricard, Paul Verlaine, Jules Andrieu, Albert Mérat, Léon Valade, Léon Dierx, Sully Prudhomme, Albert Glatigny, José-Maria de Heredia, et parfois Mallarmé et Emmanuel des Essarts, etc.
1862 Poésies barbares.
1864 Tacitement rallié au régime impérial, il accepte une pension payée sur la cassette personnelle de l’Empereur.
1866 Première série du Parnasse contemporain, à laquelle contribuent 37 poètes. La position de chef d’école de Leconte de Lisle est affirmée avec éclat. Le , il est, avec Villiers de L'Isle-Adam, témoin de Catulle Mendès pour son mariage avec Judith Gautier, à Neuilly. En novembre, Barbey d’Aurevilly publie un pamphlet, Les trente-sept médaillonnets du Parnasse contemporain[n 2],[n 3], comprenant notamment une critique consacrée à Le Conte de Lisle [sic], comme à chacun des 36 autres poètes.
1867-1868 Traduction de l'Iliade et de l'Odyssée. Alphonse Daudet, Paul Arène et plusieurs de leurs amis publient un pastiche, Le Parnassiculet contemporain[4], visant notamment Leconte de Lisle. Dans son premier roman[5], Alphonse Daudet campe le poète Baghavat, qui est une caricature de Leconte de Lisle.
1869 Il préside le comité de publication de la deuxième série du Parnasse contemporain. La publication des livraisons commence en octobre.
1870 Il est décoré de la légion d’honneur, qu'il n'a pas demandée. Après la chute de l’Empire, on découvre l'existence de sa pension impériale. Certains de ses amis se détournent de lui et il doit renoncer à la carrière politique qu’il avait pu imaginer. Il envisage de se suicider.
1871 Publication d’œuvres de commande, chez Lemerre : Histoire populaire de la Révolution française et Histoire populaire du christianisme. Dans sa correspondance, Leconte de Lisle se montre hostile à la Commune, qui lui semble compromettre les chances d’établir la République. En juin, Alphonse Lemerre annonce l'édition des œuvres complètes (édition in-8o cavalier, papier vélin), incluant : "sous presse", La Poésie du XVe au XIXe siècles, études et extraits, en 2 vol. ; et "en préparation", Les États du diable (projet qui n'aboutira pas) et les traductions de Sophocle et d'Euripide (qui paraîtront en 1877) et celle de la Bible (qui ne paraîtra pas) ! En juillet, deuxième Parnasse contemporain, qui a été interrompu pendant la guerre de 1870. Le , il est nommé, en remplacement de François Coppée, démissionnaire, "employé" à la Bibliothèque du Palais du Luxembourg. Il accepte, tout en se sentant blessé par la médiocrité de l’offre. Logé et chauffé aux frais de l’État, il conserve cette sinécure modeste jusqu’à la fin de ses jours[n 4]. Publication anonyme du Catéchisme populaire républicain, qui rencontre un succès considérable, avec au moins 24 éditions, et qui suscite le tapage de la droite monarchiste à l’Assemblée de Versailles.
1872 Le , un membre de l’Assemblée nationale, Dufaur de Gavardie, interpelle le Gouvernement. Le Garde des Sceaux répond quelques phrases évasives. Le nom de Leconte de Lisle n’est pas prononcé et l’incident n’a pas de suite. Publication des Poèmes barbares, réédition refondue et considérablement augmentée des Poésies barbares.
1873 Le , création à l’Odéon de la tragédie antique Les Érinnyes. La musique de scène de Jules Massenet est jouée par un petit orchestre de 40 musiciens sous la direction d'Édouard Colonne, avec Eugène Ysaÿe (qui n'a pas quinze ans !) au premier violon. Le succès est modeste. Rédaction finale, avec Anatole France, de l’édition posthume du Grand dictionnaire de cuisine d’Alexandre Dumas père.
1874 Seconde édition, augmentée et refondue, des Poèmes antiques. Il se lie avec Victor Hugo.
1876 Il collabore à une Histoire du Moyen Âge, signée seulement par Pierre Gosset. En mars, troisième Parnasse contemporain. Le , reprise de la pièce Les Érinnyes pour quatre représentations à la Gaîté Lyrique, sous la direction de Jules Danbé. Jules Massenet a remanié la partition : il a ajouté une ouverture, des airs de ballet, une marche et des chœurs ; et il a réorchestré pour un orchestre symphonique complet.
1877 Échec de sa première candidature à l’Académie française au fauteuil de Joseph Autran : il est battu par Victorien Sardou ; Victor Hugo vote pour lui avec ostentation. Leconte de Lisle déclare que le suffrage de Victor Hugo équivaut à son élection et qu’il ne se présenterait plus. On considéra que Victor Hugo l’avait ainsi désigné pour lui succéder. Début de la collaboration avec le compositeur Franz Servais pour l’Apollonide. Le , le poème symphonique Les Éolides de César Franck est joué à la Société nationale de musique sous la direction d’Édouard Colonne.
1880 Un important article de Jules Lemaître fait l’éloge de Leconte de Lisle dans La Nouvelle Revue ().
1883 Il est élevé au grade d’officier de la légion d’honneur[n 5].
1884 Poèmes tragiques. Pour ce recueil, il reçoit le prix Jean-Reynaud de l’Académie française (10 000 F).
1885 Le , il assiste à une répétition d’Hélène, drame lyrique en deux actes, opus 7, d’Ernest Chausson, au domicile du compositeur[n 6]. Le 1er juin, aux funérailles de Victor Hugo, il prononce un discours. Le 1er août, il se porte candidat à l'Académie française au fauteuil de Victor Hugo. Pour la première fois, il entreprend les visites académiques. Il reçoit le titre de « Prince des poètes »[6]. Début novembre, Paul Verlaine lui consacre une monographie[7], accompagnée d’un portrait-charge dû à Coll-Toc.
1886 Le , malgré l'opposition d'adversaires irréductibles, il est élu à l'Académie française, par 21 voix sur 32 votants, au fauteuil de Victor Hugo.
1887 Le , parution de la Protestation des artistes contre la Tour de M. Eiffel, dont Leconte de Lisle est cosignataire parmi environ trois cents artistes[n 7]. Le , réception de Leconte de Lisle à l'Académie française. Dans sa réponse, Alexandre Dumas fils y fait l'éloge de la poésie sentimentale de Lamartine et de Musset ! Le , création d’Hélène d’Ernest Chausson à la Société Nationale de Musique (Paris).
1888 L'Apollonide. Il rencontre[8] : la reine Élisabeth de Roumanie, qui signe ses œuvres littéraires du pseudonyme de Carmen Sylva ; la princesse Hélène Vacaresco ; la princesse Brancovan et sa sœur Hélène Bibesco ; Elena Goldschmidt. Son salon du samedi reprend.
1889 Le , reprise des Érinnyes à l'Odéon pour une série de vingt représentations.
1891 Un différend avec Anatole France, de nature littéraire au départ, conduit Leconte de Lisle à le provoquer en duel[n 8]. L'affaire ne va pas au-delà de quelques échanges épistolaires.
1892 Le , nouvelle reprise des Érinnyes, à l'Odéon pour une série de seize représentations. Le 1er août, la revue La Plume annonce la constitution d'un comité de souscription en vue d'élever une statue à Charles Baudelaire. Sur le conseil de Stéphane Mallarmé qui décline ce rôle, Leconte de Lisle en a accepté la présidence d'honneur ; et c'est à Auguste Rodin que le travail est demandé[n 9].
1893 Le , parution du recueil Les Trophées de Heredia, dédié à son maître Leconte de Lisle. Leçon de Brunetière, à la Sorbonne, sur Leconte de Lisle. Alphonse Lemerre envisage la publication d'un quatrième recueil du Parnasse contemporain, en y associant Leconte de Lisle.
1894 Le , José-Maria de Heredia est élu à l’Académie française. Le mardi , à 7 heures du soir, Leconte de Lisle meurt subitement d'une pneumonie, au Pavillon de Voisins (voir photo ci-contre[n 10]), au hameau de Voisins, près de Louveciennes[n 11], où il se trouve en villégiature chez Élena Goldschmidt[n 12].
Le pavillon de Voisins, dernier séjour de Leconte de Lisle
Événements posthumes
1894 Le , funérailles de Leconte de Lisle. Discours prononcés par José-Maria de Heredia et Gaston Boissier. Obsèques religieuses à Saint-Sulpice ! Enterrement au cimetière du Montparnasse, à Paris. Madame Leconte de Lisle, sa veuve, se voit allouer une pension[n 13]. Une souscription publique est ouverte afin d'élever un monument, dont l’exécution est confiée au sculpteur Denys Puech, grand prix de Rome sculpture. Le , Henry Houssaye est élu à l’Académie française, succédant à Leconte de Lisle au fauteuil 14.
1895 Le , réception à l’Académie française de José-Maria de Heredia, qui porte l'habit et l'épée légués par son maître. Discours de François Coppée.
Publication de Derniers poèmes, édités par José-Maria de Heredia et André de Guerne.
Le , séance de réception d’Henry Houssaye à l'Académie française : élu un an plus tôt, celui-ci prononce son discours public, avec l'éloge traditionnel de son prédécesseur (Leconte de Lisle) ; et c'est Ferdinand Brunetière, directeur de l'Académie française, qui prononce le discours de réponse.
1896 Le 1er juin, publication dans la revue La Plume d'une lettre de José-Maria de Heredia, qui lance un appel aux poètes en faveur du monument à ériger à Leconte de Lisle et demande au directeur de la revue, Léon Deschamps, l’ouverture d’une souscription dans ses colonnes[9].
Le , au théâtre de l'Odéon, représentation de la version théâtrale de L'Apollonide, 1888, précédée d'une conférence de Jules Lemaître.
1898 Le , inauguration du monument de Denys Puech. Il est placé dans le jardin du Luxembourg, jardin que Leconte de Lisle traversait quotidiennement. Il représente une allégorie de la Gloire, les ailes déployées, qui enlace le buste du poète en marche vers le Parnasse. José-Maria de Heredia, qui représente l’Académie française à l’inauguration, prononce un discours.
1899 Le , création mondiale du drame musical (opéra) L'Apollonide, musique de Franz Servais, dans une traduction allemande de Mlle Brunnemann, au Théâtre Grand-Ducal de Karlsruhe et sous la direction de Felix Mottl. Les critiques sont enthousiastes.
1908 Inauguration à Saint-Denis d'un buste du poète, sculpté par José de Charmay.
1910 Entrée des Érinnyes au répertoire de la Comédie-Française[n 14],[10].
1927-1928 Publication des Poésies complètes de Leconte de Lisle, texte définitif avec notes et variantes de Jacques Madeleine et Eugène Vallée, aux éditions Lemerre, en quatre tomes.
1933 Le , création de l'association Les Admirateurs de Leconte de Lisle, sous la présidence d'Edmond Haraucourt. Le , inauguration d'une exposition rétrospective par le Président de la République, Albert Lebrun.
1934 Le , inauguration d'une plaque apposée 64 boulevard Saint-Michel, où Leconte de Lisle vécut ses vingt-deux dernières années ; plaque réalisée par le sculpteur Henri Navarre ; dévoilée en présence du Président de la République ; cinq discours officiels. Le soir, au programme de la Comédie-Française, récitation de poèmes et première représentation d’Hélène.
1965 Fin des éditions Lemerre, et donc de leur exclusivité plus que centenaire des éditions de Leconte de Lisle.
1976-1978 Publication des Œuvres de Leconte de Lisle, édition critique par Edgard Pich, à la Société d'édition « Les Belles Lettres », en quatre tomes.
1977 En septembre, retour des cendres de Leconte de Lisle dans son île natale, et inhumation le au cimetière marin de Saint-Paul, conformément à son vœu de reposer en terre réunionnaise exprimé dans ses poèmes le Manchy et Si l'Aurore[n 15].
La tombe de Leconte de Lisle au cimetière marin de Saint-Paul, à La Réunion
2011 Début de la publication des Œuvres complètes, édition critique par Vincent Vivès, aux Classiques Garnier, série Leconte de Lisle dirigée par Didier Alexandre, annoncée en onze tomes.
2011-2015 Nouvelle édition critique des Œuvres complètes par Edgard Pich, aux Éditions Honoré Champion, en cinq tomes.
2018 À l’occasion du bicentenaire du poète, sur l’initiative du Conseil départemental de La Réunion[11], une « année Leconte de Lisle » est organisée dans l'île avec différents événements : colloques, conférences, lectures, éditions de livrets, musique[12] et à une exposition réalisée d'après le fonds patrimonial de la Bibliothèque départementale de La Réunion, l'Exposition bicentenaire Leconte de Lisle : une légende réunionnaise [13].

Idées[modifier | modifier le code]

Idées littéraires[modifier | modifier le code]

Le choix de certains thèmes et leur traitement par Leconte de Lisle le relient au romantisme, notamment : la description de la nature sauvage (couleur, exotisme, animaux, …), les sujets historiques et mythologiques, le goût de la liberté dans la fantaisie, l’énergie.

Mais, amplifiant l’impulsion donnée par Théophile Gautier avec son culte de l’Art pour l’Art et par Théodore de Banville, Leconte de Lisle rompt avec ce mouvement et défend une doctrine nouvelle — celle qui va servir de modèle aux parnassiens — caractérisée par quelques principes : la poésie doit rester impersonnelle (le poète ne doit pas chanter son ego) ; le poète doit privilégier le travail de la forme plutôt que se laisser aller à sa seule inspiration débridée ; il doit viser la beauté, dont l’antiquité (grecque, hindoue, nordique, etc.) fournit les modèles absolus ; par opposition aux sentiments, la science, guidée par la raison, constitue un champ d’expression infini ; le poète ne doit pas s’impliquer dans la vie moderne.

Idées philosophiques[modifier | modifier le code]

[Cette section est un extrait de J. Calvet, Manuel illustré d'histoire de la littérature française, J. de Gigord, 13e édition, 1946, p. 715.]

À l’Antiquité grecque et à l’Inde, Leconte de Lisle ne demandait pas seulement des mythes pour ses rêves et des images pour sa poésie : il y cherchait aussi des idées. Voué au culte de la Beauté, il estime qu’elle n'a été aimée et réalisée que par le paganisme grec et que le christianisme en a détruit le culte. De là cette haine contre l’Église, les papes et les rois, dont il emprunte l’expression, en l'amplifiant, à Victor Hugo et à Flaubert. Pour le monde moderne, fermé au sens de la beauté, il n’a pas assez de sarcasmes. Ne trouvant partout que déception et douleur, il va chercher dans l’Inde la philosophie consolatrice : c’est le nirvana, l’écoulement et l’anéantissement de l’être ; tout est vain, tout est illusion, même la vie, il n’y a qu’une réalité, le calme du néant où la mort nous précipitera en nous guérissant de la fièvre d'avoir été. La poésie est une distraction, et elle nous prépare à accepter et à souhaiter le néant.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Poésie[modifier | modifier le code]

L'apport littéraire essentiel de Leconte de Lisle est constitué par les trois recueils de poésie qu'il a destinés à la publication, tels que mentionnés dans le tableau suivant. Compte tenu du nombre d'éditions et d'évolutions que ces recueils ont connues de son vivant, ce tableau précise pour chacun d'eux les éditions les plus significatives :

  • la première édition, en raison du rôle qu’elle a joué dans l’histoire littéraire ;
  • la dernière édition composée par lui, appelée de ce fait « édition de référence ».
Titre du recueil 1re édition Édition de référence
Poèmes antiques
Marc Ducloux, 1852
(avec l'orthographe Poëmes antiques)
Alphonse Lemerre, 1891
Poèmes barbares
Librairie Poulet-Malassis, 1862
(sous le titre provisoire Poésies barbares)
Alphonse Lemerre, sans date (1889)
Poèmes tragiques
Alphonse Lemerre, 1884
Alphonse Lemerre, 1895

En dehors de ces trois recueils, il existe des poèmes, publiés de son vivant ou pas, qui ont fait l’objet de deux recueils posthumes dans la décennie qui a suivi sa disparition :

Titre du recueil posthume 1re édition Éditeurs scientifiques
Derniers Poèmes
Alphonse Lemerre, 1895
José Maria de Heredia et André de Guerne
Premières Poésies et Lettres intimes
Bibliothèque Charpentier, Eugène Fasquelle, éditeur, 1902
Bernard Guinaudeau

Pendant près d’un siècle et demi, la structure adoptée pour la publication des poésies complètes de Leconte de Lisle a été celle de l’éditeur Alphonse Lemerre, en quatre volumes, constitués entre 1872 et 1895 : Poèmes antiques, Poèmes barbares, Poèmes tragiques, Derniers Poèmes.

En 2011, Edgard Pich, dans son édition critique nouvelle, a mis en évidence qu’entre 1837 et 1847, Leconte de Lisle avait constitué sans les publier quatre recueils de poésie : Essais poétiques de Ch. Leconte de Lisle ; Cœur et âme ; Odes à la France ; Hypatie.

Les poèmes de Leconte de Lisle sont sur wikisource.

Liste des œuvres[modifier | modifier le code]

Outre la poésie qui constitue l'essentiel de son œuvre, Leconte de Lisle a écrit des pièces de théâtre, des traductions d'auteurs anciens, des manifestes, des récits en prose, des œuvres polémiques, des notices, des discours, des préfaces, des pétitions. La liste suivante répartit les œuvres connues de Leconte de Lisle selon ces catégories et, à l'intérieur de chaque catégorie, les range par ordre chronologique de publication. Pour certaines œuvres, les dates des rééditions parues avant 1900 sont aussi mentionnées. Une partie importante des œuvres est disponible sur wikisource.

Type Titre Année Commentaires, éditions, etc. Texte
1

Poésie

Poèmes antiques

1852

[1] Marc Ducloux, 1852. Rééditions : Lemerre, [2] 1874, [3] 1881, [4] 1886. Éd. de référence : [5] 1891.

texte 1891

2

Poésie

Poèmes et Poésies

1855

[1] Dentu, 1855. Réédition : [2] Taride, 1857.

texte

3

Poésie

Le Chemin de la Croix ou La Passion

1856

[1] Chez les Auteurs, 1856. Rééditions [2] 1857, [3] 1858.
Introduit dans le recueil posthume Derniers poèmes

texte 1858, 1895

4

Poésie

Poésies Complètes : Poèmes antiques - Poèmes et poésies - Poésies nouvelles

1858

[1] avec une eau-forte dessinée et gravée par Louis Duveau, Poulet-Malassis et de Broise, 1858.

texte

5

Poésie

Poèmes barbares

1862

[1] (sous le titre Poésies Barbares), Poulet-Malassis, 1862.
Rééditions : Lemerre (sous le titre définitif Poèmes barbares, et incorporant Le Soir d'une Bataille, 1871) : [2] 1872, [3] 1878, [4] 1881 ou 1882, [5] éd. de référence, 1889.

texte 1889

6

Poésie

Le Soir d'une Bataille

1871

[1] Lemerre, 1871. Leconte de Lisle l'a ensuite incorporé dans les Poèmes barbares

texte 1891

7

Poésie

Le Sacre de Paris

1871

[1] Lemerre, 1871. Leconte de Lisle l'a ensuite incorporé dans les Poèmes tragiques.

texte 1884

8

Poésie

Poèmes tragiques

1884

[1] Lemerre, 1884. Ce recueil incorpore : Le Sacre de Paris, 1871 ; Les Érinnyes, 1873. Rééditions : [2] 1886. Éd. de référence : [3] 1895.

texte 1886

9

Poésie

Derniers poèmes

1895

Publication posthume, élaborée par José-Maria de Heredia et le Vicomte de Guerne. Le recueil réunit, outre quelques poèmes, les œuvres suivantes : L'Apollonide ; La Passion ; les préfaces des Poèmes antiques, 1852 et de Poèmes et Poésies, 1855 ; Les Poètes contemporains, 1864 et Charles Baudelaire, 1861. [1] Lemerre, 1895. Réédition : [2] 1899, avec un poème ajouté, Soleils ! Poussière d'or.

texte

10

Poésie

Premières poésies et lettres intimes

1902

Publication posthume : [1] Fasquelle, 1902.

texte

11

Poésie

Les États du Diable

1895

Publication posthume : ne subsiste de cette œuvre qu'un fragment qui figure dans les Derniers poèmes, 1895, sous le titre Cozza et Borgia.

texte

12

Théâtre

Hélène

1852

Leconte de Lisle a incorporé Hélène dans les Poèmes antiques dès la première édition de 1852. Ernest Chausson en dérivera un drame lyrique (1885)

texte 1891

13

Théâtre

Les Érinnyes

1873

Tragédie antique, en deux parties, en vers, avec introduction et intermède pour orchestre, musique nouvelle de M. Massenet
Première partie - Klytaimnestra ; Deuxième partie - Orestès.
[1] Alphonse Lemerre, 1873. Rééditions : [2] 1876, [3] 1889. Leconte de Lisle a incorporé cette pièce dans son recueil Poèmes Tragiques.

texte

14

Théâtre

L’Apollonide

1888

Drame lyrique en trois parties et cinq tableaux. Musique de Franz Servais.
[1] Lemerre. Pièce, dont l'argument reprend celui d'Iôn d'Euripide[14].

texte

15

Théâtre

Frédégonde

1895

Pièce de théâtre mentionnée par Fernand Calmettes[15].

texte

16

Traduction

Théocrite, Idylles et Épigrammes ; Odes anacréontiques

1861

Traduction nouvelle par Leconte de Lisle,
Poulet-Malassis et de Broise,

Traduction 1861

17

Traduction

Homère, Iliade

1866

Lemerre, 1866. Rééditions : [2] - 1874, [3] - 1882, [4] - 1884.

texte

18

Traduction

Homère, Odyssée

1868

Lemerre,

Édition 1893
19

Traduction

Hésiode, Hymnes orphiques, Théocrite, Biôn, Moskhos, Tyrtée, Odes anacréontiques

1869

Lemerre
Les traductions de Théocrite et des odes anacréontiques sont révisées par rapport à l'édition 1861.

Traduction 1869
20

Traduction

Eschyle

1872

Lemerre

texte

21

Traduction

Horace, Œuvres

1873

Lemerre

Vol. I : Odes, Épodes, …
Vol. II : Satires, Épîtres, …

22

Traduction

Sophocle

1877

Lemerre

texte

23

Traduction

Euripide

1884

Lemerre

texte tome I, tome II

24

Manifeste

Préface des Poèmes antiques

1852

Marc Ducloux ; reprise dans le recueil posthume Derniers poèmes, 1895

texte

25

Manifeste

Préface des Poèmes et poésies

1855

Dentu ; reprise dans le recueil posthume Derniers poèmes, 1895.

texte

26

Manifeste

Préface des Idylles de Théocrite et Odes anacréontiques

1861

Poulet-Malassis et de Broise
Thème : la traduction

texte

27

Manifeste

Avant-propos de l'étude sur les Poètes contemporains

1864

Le Nain Jaune

texte

28

Manifeste

Avertissement de la traduction de l’Iliade d’Homère.

1867

Lemerre
Thème : la traduction.

texte 1893

29

Récit en prose

Mon premier amour en prose

1840

Paru dans sa revue littéraire La Variété, 9e livraison, .

texte

30

Récit en prose

Une peau de tigre

1841

Paru dans sa revue littéraire La Variété, 12e livraison, .

texte

31

Récit en prose

Le Songe d’Hermann

1846

Paru dans La Démocratie pacifique,

texte

32

Récit en prose

La Mélodie incarnée

1846

Paru dans La Démocratie pacifique,

texte

33

Récit en prose

Le Prince Ménalcas,

1846

Paru dans La Démocratie pacifique,

texte

34

Récit en prose

Sacatove,

1846

Paru dans La Démocratie pacifique,

texte

35

Récit en prose

Dianora

1847

Paru dans La Démocratie pacifique,

texte

36

Récit en prose

Marcie

1847

Paru dans La Démocratie pacifique,

texte

37

Récit en prose

La Rivière des Songes

1847

Paru dans La Démocratie pacifique,

texte

38

Récit en prose

La Princesse Yaso’da

1847

Paru dans La Démocratie pacifique,

texte

39

Récit en prose

Phalya-Mani

1876

Paru dans La République des Lettres,
Il s'agit d'une deuxième version de La Princesse Yaso'da.

texte

40

Œuvre polémique

Histoires des guerres sociales

Écrit en collaboration avec E. Maron. Œuvre non publiée[16].

41

Œuvre polémique

L'Inde française

1857

Publié dans Le Présent, t. II, no 12, , p. 307-337 et 416-438.

texte

42

Œuvre polémique

Catéchisme populaire républicain

1870

Lemerre. Paru sans mentionner l'auteur.

texte

43

Œuvre polémique

Histoire populaire du Christianisme

1871

Lemerre

texte

44

Œuvre polémique

Histoire populaire de la Révolution française

1871

Lemerre

texte

45

Œuvre polémique

Histoire du Moyen-Âge

1876

Écrit en collaboration avec Jean Marras et Pierre Gosset. Édition Lemerre.
Paru sans mentionner Jean Marras. Pierre Gosset n'est mentionné que sur la couverture des exemplaires brochés.

texte

46

Notice

Charles Baudelaire, Les Fleurs du mal, 2e édition, Paris, Poulet-Malassis

1861

Revue Européenne, . Cet article est intégré dans le recueil posthume Derniers poèmes, 1895, en dernière place (VI) des Poètes contemporains.

texte

47

Notice

Les Poètes contemporains : Béranger, Lamartine, Victor Hugo, Alfred de Vigny, Auguste Barbier

1864

Publié dans Le Nain jaune : Avant-propos, 3/08/1864 ; I - Béranger, 13/08/1864 ; II - Lamartine, 20/08/1864 ; III - Victor Hugo, 31/08/1864 ; IV - Alfred de Vigny, 10/09/1864 ; V - Auguste Barbier, 01/10/1864.
Les notices sont intégrées dans le recueil posthume Derniers Poèmes, 1895.

Avant-propos
Béranger
Lamartine
Victor Hugo
Alfred de Vigny
Auguste Barbier

48

Notice

Notice sur Victor Hugo

1887

Paru dans l'Anthologie des Poètes français du XIXe siècle, Lemerre, 4 vol., 1887-89. La notice se trouve dans le vol. I

texte

49

Notice

Notice sur Auguste Barbier

1887

Paru dans l'Anthologie des Poètes français du XIXe siècle, Lemerre, 4 vol., 1887-89. La notice se trouve dans le vol. I

texte

50

Notice

Notice sur Edmond Haraucourt

1889

Paru dans l'Anthologie des Poètes français du XIXe siècle, Lemerre, 4 vol., 1887-89. La notice se trouve dans le vol. IV.

texte

51

Discours

Discours prononcé aux funérailles de Victor Hugo.

1885

Discours prononcé, au nom des poètes, aux funérailles de Victor Hugo, au Panthéon, le

texte

52

Discours

Discours de réception à l’Académie française

1887

Discours prononcé dans la séance publique tenue par l'Académie française pour la réception de M. Leconte de Lisle, le jeudi , Institut de France, 1887.

texte

53

Préface

Léon Vanier, Rimes de mai : Les Églantines

1891

54

Préface

Georges Bois, Monsieur le Vicaire

1891

Dentu

55

Préface

Robert de Montesquiou, Les Chauves-Souris

1893

G. Richard

Gallica

56

Préface

Jean Dornis, La Voie douloureuse, roman

1894

Calmann Lévy

57

Préface

Judith Gautier, Iskender, histoire persane

1894

Paris, Armand Colin et Cie, bibliothèque de romans historiques. Y figure un sonnet liminaire, L'Orient de Leconte de Lisle, repris l'année suivante dans le recueil posthume Derniers Poèmes

image

58

Pétition

Soutien à la République et à l'abolition de l'esclavage

1848

texte
59

Pétition

Les artistes contre la tour Eiffel

1887

La « protestation » des artistes a paru dans le journal Le Temps, . Leconte de Lisle est l’un des 46 signataires mentionnés, mais sa contribution au texte est inconnue.

texte

Les deux œuvres suivantes sont mentionnées séparément, car elles posent problème :

  • 1854. Épître au Czar, au sujet des lieux saints adressée à S. M. Nicolas Ier, par Le Cte de Lisle, Paris, chez Ledoyen, in-8, IX-63 p. Cette œuvre est attribuée à Leconte de Lisle dans l'ouvrage collectif Le premier siècle de l'Institut de France, sous la direction du comte de Franqueville (1895). En réalité, ce comte de Lisle a écrit, p. 30 de son œuvre, qu’il était « propriétaire et rédacteur en chef du journal La France, qu’il avait fondé dans les intérêts monarchiques et religieux de l’Europe ». Il n’a donc rien à voir avec le poète.
  • 1873. Grand Dictionnaire de cuisine d'Alexandre Dumas. La contribution de Leconte de Lisle est inconnue. En , Dumas remet son manuscrit à l'éditeur Alphonse Lemerre. Il ne le verra pas publié : il meurt le de la même année. Après la guerre et la Commune, Lemerre confie à Leconte de Lisle et au jeune Anatole France la direction éditoriale de l'ouvrage, qui paraît en 1873. Ce sont d'ailleurs vraisemblablement ces deux écrivains qui ont signé L.T. l'avant-propos « Alexandre Dumas et le Grand Dictionnaire de cuisine », L. pour Leconte de Lisle et T. pour Thibault, le vrai nom de France. À l'appui supplémentaire de cette hypothèse, l'hommage appuyé à Baudelaire, qu'admiraient tant les poètes parnassiens. On doit peut-être à Leconte de Lisle la part importante qui y est donnée aux épices et aux recettes exotiques[17].


Correspondance[modifier | modifier le code]

Répertoires[modifier | modifier le code]

La correspondance de Leconte de Lisle a fait l'objet de répertoires :

  • Irving Putter, La dernière illusion de Leconte de Lisle, Librairie Droz - Genève, 1968, appendice A, p. 166-170. Il s'agit d'un répertoire des principaux ouvrages contenant des lettres de Leconte de Lisle.
  • Œuvres de Leconte de Lisle, édition critique par Edgard Pich, IV, Œuvres diverses, Société d'édition « Les Belles Lettres », 1978, p. 576-596.

Sélection d'ouvrages[modifier | modifier le code]

Entrevues[modifier | modifier le code]

  • Le Télégraphe, , La succession de Victor Hugo à l'Académie Française. Chez M. Leconte de Lisle.
  • Le Matin, , Leconte de Lisle ; Texte sur Gallica
  • Gazette anecdotique, , p. 235, [Shakespeare]
  • L'Écho de Paris, , Enquête sur l'évolution littéraire, article signé Jules Huret, p. 2 ; journal sur Gallica ; article repris dans Jules Huret, Enquête sur l'évolution littéraire, Paris, Bibliothèque-Charpentier, 1894, p. 278-286 ; texte sur wikisource
  • Le Journal, , Une statue à Baudelaire - Chez M. Leconte de Lisle.
  • Le Rappel, , Chez M. Leconte de Lisle — La santé du poète — Au dîner celtique — Les chances de M. Zola — Les décadents. Article signé Noël Amaudru. texte de l’article sur Gallica.
  • Le Gaulois, , Interview-Express ; texte sur Gallica
  • L'Éclair, , Le sort d'une tête - Comment devrait être composée la commission des grâces.

Sources[modifier | modifier le code]

Éditions modernes des œuvres de Leconte de Lisle[modifier | modifier le code]

Les éditions des œuvres ou poésies complètes sont, selon l'ordre chronologique inverse de leur publication :

  • 2011-2015. Leconte de Lisle, Œuvres complètes, édition critique par Edgard Pich, collection « Textes de littérature moderne et contemporaine », Paris, Honoré Champion éditeur, en cinq tomes, n’incluant pas les traductions. Les tomes I à IV sont reliés et le tome V est broché :
  • 2011. Leconte de Lisle, Œuvres complètes, édition critique publiée par Vincent Vivès, Classiques Garnier, collection « Bibliothèque du XIXe siècle » sous la direction de Pierre Glaudes et Paolo Tortonese, no 11, série Leconte de Lisle dirigée par Didier Alexandre, en onze tomes, incluant les traductions :
    • Tome I : Poèmes antiques, 2011. (ISBN 978-2-8124-0304-0)
    • Tome II à XI : à paraître ? (Le projet semble avoir été abandonné.)
  • 1976-1978. Œuvres de Leconte de Lisle, édition critique par Edgard Pich, publiée par la Société d'édition « Les Belles Lettres », en quatre tomes :
    • Tome I : Poèmes antiques, 1977.
    • Tome II : Poèmes barbares, 1976.
    • Tome III : Poèmes tragiques - Derniers Poèmes, 1977.
    • Tome IV : Œuvres diverses, 1978.
      Pour compléter cette édition, signalons qu’Edgard Pich avait déjà rassemblé un certain nombre de textes de Leconte de Lisle :
    • Articles, Préfaces. Discours, textes recueillis, présentés et annotés par Edgard Pich, Les Belles Lettres, 1971.
  • 1927-1928. Poésies complètes de Leconte de Lisle, texte définitif avec notes et variantes [de Jacques Madeleine et Eugène Vallée, mentionnés tome IV, p. 228], eaux-fortes de Maurice de Becque, Lemerre, en quatre tomes :
    • Tome I : Poèmes antiques, 1927.
    • Tome II : Poèmes barbares, 1927.
    • Tome III : Poèmes tragiques. - Les Érinnyes. - L'Apollonide, 1928.
    • Tome IV : Derniers poèmes, La Passion, Pièces diverses, Notes et variantes, 1928.

En format de poche, il existe une édition de deux recueils, présentée, établie et annotée par Claudine Gothot-Mersch, Gallimard, collection « Poésie » :

  • 1985. Poèmes barbares, collection « Poésie » no 202 ;
  • 1994. Poèmes antiques, collection « Poésie » no 279.

Depuis 2000 :

  • 2001, éditions Paléo : Homère : Hymnes, La Batrakhomyomakhie, Épigrammes.
  • 2007, éditions Omnibus : Mourir pour Troie, Eschyle, Sophocle, Euripide. Édition établie par Annie Collognat-Barès.
  • 2009, éditions Bibliobazaar : Poèmes Barbares ; Poèmes Tragiques ; Catéchisme populaire républicain.
  • 2009, éditions Kessinger Publishing : Catéchisme populaire républicain ; Le Sacre de Paris ; Homère : Odyssée ; Eschyle ; Histoire populaire du Christianisme.
  • 2009, éditions Pocket classiques : Homère : Odyssée, préface de Paul Wathelet ; Homère : Iliade, préface d'Odile Mortier-Waldschmidt, commentaires d'Annie Collognat-Barès.
  • 2010, éditions Bibliobazaar : Poëmes et poésies ; Discours de réception de Leconte de Lisle et réponse d'Alexandre Dumas fils.
  • 2010, éditions Kessinger Publishing : Premières poésies et lettres intimes
  • 2010, éditions Nabu Press : Poèmes antiques ; Poèmes barbares ; Poèmes tragiques ; Derniers Poèmes. La Passion. L'Apollonide. Poètes contemporains ; Euripide ; Homère : Odyssée ; Catéchisme populaire républicain ; Discours de réception à l'Académie française ; Sophocle ; Poèmes et poésies ; Idylles de Théocrite et Odes anacréontiques ; Histoire populaire de la Révolution française ; Eschyle ; Le Sacre de Paris.

Ouvrages sur la vie de Leconte de Lisle[modifier | modifier le code]

Témoignages directs[modifier | modifier le code]

Autres documents[modifier | modifier le code]

  • Marius-Ary Leblond, Leconte de Lisle, essai sur le génie créole, Mercure de France, 1906[26]. Texte sur wikisource
  • Fernand Calmettes, Un demi-siècle littéraire, Leconte de Lisle et ses amis[n 16], Plon, s.d. Texte sur wikisource
  • Edmond Estève, Leconte de Lisle, l'homme et l'œuvre, Boivin & Cie, s.d. ; Texte sur wikisource
  • Jean-Paul Sartre, L'Idiot de la famille. Gustave Flaubert de 1821 à 1857, Gallimard, 1972, éd. revue et complétée 1988, tome 3, livre I. La névrose objective, 5. Névrose et prophétie, p. 338-440.
  • Jean Mistler, Sous la Coupole, Bernard Grasset, 1981. Le chapitre consacré à Leconte de Lisle reprend, en treize pages, un discours prononcé à la Bibliothèque nationale le .
  • Henri Cornu, Charles Marie Leconte de Lisle. Bourbon et Marie-Élixène, Azalées Éditions & Musée de Villèle, 1995, (ISBN 2-908127-39-3).
  • Caroline De Mulder, Leconte de Lisle, entre utopie et république, Éditions Rodopi B.V. Amsterdam-New York, 2005, (ISBN 90-420-1657-4)

Biographie de référence[modifier | modifier le code]

Études de l'œuvre de Leconte de Lisle[modifier | modifier le code]

Critiques contemporaines de Leconte de Lisle[modifier | modifier le code]

Le tableau suivant inclut la plupart des critiques retenues par Catulle Mendès, dans l'article consacré à Leconte de Lisle dans son Rapport sur le Mouvement poétique français de 1867 à 1900, Imprimerie nationale, 1902, p. 162-166 (voir le texte de l'article et les extraits des critiques sur Gallica).

Auteur Date Titre et édition Texte

Sainte-Beuve

1852

De la Poésie et des Poëtes en 1852,
article paru dans le Constitutionnel le , reproduisant in extenso le poème Midi ;
repris dans Causeries du lundi, tome V ; sur Leconte de Lisle, cf. p. 396-398.

Wikisource
p. 396

Gustave Planche

1853

La Poésie et les Poètes en France en 1853,
article publié dans la Revue des deux Mondes, 1853, vol. 3, septembre, p. 1192-1215.

Wikisource

Armand de Pontmartin

1854

M. Leconte de Lisle,
dans Causeries littéraires, ch. Les Poëtes, IV, p. 89-99.

Wikisource

Charles Baudelaire

1861

Leconte de Lisle,
article paru dans la Revue fantaisiste le , repris dans L'Art romantique, ch. XV, Réflexions sur quelques-uns de mes contemporains, no  IX, p. 386-391

Wikisource

Sainte-Beuve

1862

Le Poëme des Champs de M. Calemard de Lafayette (1), 21 et  ;
repris dans Nouveaux lundis, t. II, 1864, p. 247-269 ; extraits relatifs à Poëmes barbares, p. 248-252

Gallica

Sainte-Beuve

1865

De la Poésie en 1865, article en quatre parties ;
paru dans Le Constitutionnel : (I)  ; (II)  ; (III)  ; (IV)  ;
repris dans Nouveaux lundis, t. X, 1868, (I) p. 113-128 ; (II) p. 129-148 ; (III) p. 149-167 ; (IV) p. 168-188 ;
critique indirecte de certaines idées de Leconte de Lisle.

Gallica

Théophile Gautier

Rapport sur les progrès de la poésie (II)

Wikisource

Francisque Sarcey

1873

Chronique théâtrale,
article paru dans Le temps, , p. 1-2, après la représentation des Érinnyes.

Gallica

Léon Dierx

1876

Leconte de Lisle,
article paru dans La République des Lettres, , p. 80-84.

Gallica

Jules Lemaître

1879

Le Mouvement poétique en France,
article paru dans la Revue bleue, ,
repris dans Les Contemporains. Études et portraits littéraires, huitième série, Boivin & Cie, p. 31-58.

Gallica

Paul Bourget

1885

M. Leconte de Lisle,
Nouveaux essais de psychologie contemporaine, ch. VII, p. 81-133[27].

Wikisource

Jules Lemaître

1886

Les Contemporains. Études et portraits littéraires, deuxième série, H. Lecène et H. Oudin ; ch. I, Leconte de Lisle, p. 5-47.

Wikisource

Jules Lemaître

1887

Notice Leconte de Lisle, in Anthologie des poètes français du XIXe siècle, Alphonse Lemerre

Anatole France

1887

M. Leconte de Lisle à l'Académie française,
article paru dans le journal Le Temps du , p. 2, et repris dans La Vie littéraire, première série, 1892, p. 95-106.

wikisource

Jules Lemaître

1888 ?

Euripide, L'Ion d'Euripide, et l'Apollonide de Leconte de Lisle ; repris dans Impressions de Théâtre, 9e série, Boivin & Cie, ch. 1, p. 1-13.

Gallica

Charles Morice

1889

La Littérature de tout à l'heure, Librairie académique Didier, Perrin et Cie, 1889, p. 210-214.

wikisource

Ferdinand Brunetière

1893

M. Leconte de Lisle,
leçon du à la Sorbonne ; article paru dans la Revue bleue du  ;
repris dans L'Évolution de la poésie lyrique en France au dix-neuvième siècle. Leçons professées à la Sorbonne,
Hachette, 1894, tome second, 13e leçon, p. 151-186.

Wikisource

Pierre Quillard

1894

Leconte de Lisle,
article dans Mercure de France, p. 305-310.

Gallica

À signaler également la monographie suivante que Paul Verlaine a consacrée à Leconte de Lisle :

Auteur Date Titre et édition Texte
Paul Verlaine

1885

Leconte de Lisle,
article paru dans la collection Les Hommes d’aujourd’hui (no 241, ),
accompagné d’un portrait-charge dessiné par Coll-Toc

Wikisource

Études classiques[modifier | modifier le code]

Citons, parmi les auteurs d'études parues entre 1895 et 1944 :

Études modernes[modifier | modifier le code]

Citons parmi les études parues depuis 1945 :

Divers[modifier | modifier le code]

Lieux où Leconte de Lisle a vécu[modifier | modifier le code]

Années Lieu Âge Événements Adresses Voyages, escales, …
1818-1822 Île Bourbon +00,-3 Enfance Saint-Paul : 8, rue Saint-Louis[n 17]
1822 +03, Premier départ pour la métropole
1822-1832 Métropole +03,-13 Dinan puis Nantes Nantes : • 8, rue Gresset • 38, rue Contrescarpe[n 18]
1832 +13, Premier retour à l'île Bourbon Île Maurice
1832-1837 Île Bourbon +13,-18
1837 +18, Deuxième départ pour la métropole Le Cap, Île Sainte-Hélène
1837-1843 Métropole +18,-24 Études Rennes : 4, rue des Carmes Bretagne (périple, été 1838)
1843 +24, Deuxième retour à l'île Bourbon Île Maurice
1843-1845 Île Bourbon +24,-26 Saint-Denis : rue sainte-Anne
1845 +26, Troisième et dernier départ pour la métropole
1845-1894 Métropole +26,-75 Paris :
+75, Décès Louveciennes, pavillon de Voisins

Au total, en dehors de son île natale et de la métropole, ses voyages l'auront amené à voir l’Île Maurice, Le Cap et l'Île Sainte-Hélène. Cela laisse peu de place à des « voyages en Orient » évoqués parfois. Ils ont probablement été inventés, peut-être sur la base de déclarations de Leconte de Lisle lui-même.

Iconographie de Leconte de Lisle[modifier | modifier le code]

Timbre
  • Un timbre, émis par la Poste en 1978, dans le groupe « Personnages célèbres 1978 »[38].

Sources des poèmes[modifier | modifier le code]

Joseph Vianey a établi les principales sources utilisées par Leconte de Lisle[39]. La liste est la suivante.

Poèmes indiens
Poème égyptien
Poèmes scandinaves
Poèmes finnois
  • Léouzon Le Duc, La Finlande, son histoire primitive, sa mythologie, sa poésie épique, avec la traduction complète de sa grande épopée le Kalewala, son génie national, sa condition politique et sociale depuis la conquête russe, 2 vol., Paris, Labitte, 1845, sur Internet Archives
  • Xavier Marmier, De la poésie finlandaise, Revue des deux Mondes, , texte en ligne sur wikisource
Poèmes celtiques
  • Vicomte Théodore Hersart de La Villemarqué, Poèmes des bardes bretons du VIe siècle traduits pour la première fois avec le texte en regard revu sur les plus anciens manuscrits, Paris, Renouard, 1850
  • Robert Burns, Poésies complètes, traduites de l’écossais par M. Léon de Wailly, Paris, Delahays, 1843
Poèmes espagnols
  • M. de Marlès, Histoire de la domination des Arabes en Espagne et en Portugal, rédigée sur l’Histoire traduite de l’arabe en espagnol par M. Joseph Condé, 3 vol., Paris, Alexis Eymery, 1825. Texte en ligne sur Gallica : tome 1er, tome 2, tome 3
  • Louis Viardot, Essai sur les Arabes d’Espagne, 2 vol., Paris, 1833
  • Damas-Hinard, Romancero général, ou Recueil des Chants populaires de l’Espagne, traduction complète, Paris, Charpentier, 1844
Poèmes sur le nouveau monde
  • J.-A. Moerenhout, Voyages aux îles du Grand Océan, 2 vol., Paris, Arthus Bertrand, 1837
  • Armand de Quatrefages, Les Polynésiens et leurs migrations, Revue des deux Mondes, 1er et , texte en ligne sur wikisource
  • Goussin, Du dialecte de Tahiti, de celui des îles Marquises, et, en général, de la langue polynésienne, Paris, Didot, 1863
  • Abbé Em. Domenech, Voyage pittoresque dans les Grands Déserts du Nouveau Monde, Paris, Morizot, s.d. (1860 ?)

Reconnaissance de Leconte de Lisle[modifier | modifier le code]

Reconnaissance par ses pairs[modifier | modifier le code]

Sans chercher à exercer des fonctions d’administrateur ou de coordonnateur de mouvement littéraire, Leconte de Lisle exerça une autorité naturelle sur les poètes de son époque, qui furent nombreux à le reconnaître comme le « chef de file » du regroupement éditorial amorcé autour de lui au début des années 1860 et identifié à partir de 1866 sous le terme de « parnassiens », après la parution du premier Parnasse contemporain. Yann Mortelette (YM), dans son Histoire du Parnasse, chapitre La constitution du Parnasse. Stratégie de groupe et normalisation esthétique), relève les témoignages suivants de cette période :

  • 1862, le recueil Poésies barbares vient de sortir. [YM, p. 30] : « Pour les jeunes poètes, eux aussi méconnus et « encore dans la période de la lutte », Leconte de Lisle devient un modèle. » [YM, p. 38] : « La publication révèle Leconte de Lisle comme un maître autour duquel se réunir. Le poète n'est pas inconnu de la jeune génération. » [YM, p. 39] : « La publication suscite l'intérêt de la nouvelle génération pour Leconte de Lisle. Le succès du recueil est restreint, mais certains comptes rendus le signalent à l'attention des jeunes poètes… Leconte de Lisle commence à collaborer aux revues des jeunes poètes… Leconte de Lisle prend conscience de l'intérêt que les jeunes poètes lui vouent et décide d'en tirer parti. »
  • 1863. [YM, p. 39] : « À partir de 1863, il les accueille dans son salon, parmi ses amis. À leurs yeux, il représente le maître qu'ils attendaient. » [YM, p. 41] : « Le salon de Leconte de Lisle s'ouvre à la nouvelle génération en plusieurs étapes […] d'abord Heredia, … Sully Prudhomme, … des Essarts,… Catulle Mendès, … » [YM, p. 42] : « …Coppée, Villiers,… Glatigny, Mérat, Valade,… Jules Andrieu, Verlaine, Ricard, Lafenestre, André Lemoyne »
  • 1864. [YM, p. 45] : « Les conseils de Leconte de Lisle encouragent les débutants à persévérer dans la voie de l'art pur : son influence marque presque tous les recueils de cette époque. »
  • 1865. [YM, p. 54] : « Toutefois, Leconte de Lisle est conscient de la nécessité de mettre en valeur le mouvement qui s'est créé autour de lui. L'idée de lectures publiques de poèmes se fait jour, sur le modèle des lectures de poèmes qui ont lieu dans le cadre privé du salon de Leconte de Lisle. » « Les principaux arguments que Mendès utilise pour convaincre Baudelaire sont la supervision du projet par Leconte de Lisle »
  • 1866. [YM, p. 43] : « Ce que nous devons tous à Leconte de Lisle pour la conscience d'expression, la fierté des vers et [...] la noblesse de la pensée est incalculable, écrit Sully Prudhomme à Coppée le . La doctrine et la pratique de Leconte de Lisle assurent la cohésion théorique des jeunes poètes. Elles influencent fortement […] des poètes comme Verlaine ou Villiers. Leconte de Lisle utilise son rôle directeur pour consolider sa propre réputation. À propos de Mendès, Calmettes écrit : « Dans le contrat d'appui qui dès le début de leurs relations l'unit à Leconte de Lisle, ce qui devait être un honneur pour l'un pouvait devenir un avantage pour l'autre. » Il ajoute que les fidèles de Leconte de Lisle « contribuèrent de toute la vigueur de leur jeunesse à l'élever sur le pavois des maîtres ». »

Jules Huret (Enquête sur l’évolution littéraire, 1891, [pages 310-311]) rapporte les propos de José-Maria de Heredia à propos des poètes symbolistes : « Et puis, voyons, est-ce une nécessité aussi, ce manque de vénération des jeunes gens à l’égard de leurs anciens, et cette absence totale de fraternité entre eux ? Cette lutte acharnée pour la gloire, et cette irrévérence pour les vieux maîtres, — que vous avez notées dans vos interviews, — ce sont les traits les plus caractéristiques de la jeunesse d’aujourd’hui.

Nous autres, au temps du Parnasse, je vous assure que nous n’étions pas ainsi. Nous nous aimions tous beaucoup ; tous les bonheurs qui sont arrivés à plusieurs d’entre nous : l’Académie, les distinctions, le succès, nous réjouissaient tous à la fois. Et je me rappelle avec quel plaisir nous nous rencontrions, boulevard des Invalides, chez notre grand ami fraternel Leconte de Lisle, où nous allions, le samedi, « comme les Musulmans vont à la Mecque ! » Le mot est de Coppée, et comme il est juste ! Leconte de Lisle ! Mais il nous a appris à tous à faire des vers ! et les conseils qu’il nous donnait ce n’était pas du tout pour que nous fassions des vers comme les siens, il se mettait dans la peau de chacun : « moi, à votre place, je mettrais ceci, je changerais cela. » Et gaiement, fraternellement ! Oui, nous devons tous le respecter, le vénérer, l’aimer comme il nous a aimés, d’une grande affection dévouée… […] Oui, pour nous tous, Coppée, Sully-Prudhomme, Mendès, Mallarmé, Silvestre, Cazalis, France, et tant d’autres, et pour moi le moindre, mais non le moins reconnaissant, ce grand poète a été un éducateur admirable, un maître excellent. Par son illustre exemple plus encore que par ses conseils, il nous a enseigné le respect de la noble langue française, l’amour désintéressé de la poésie. Nous lui devons la conscience de notre art. Aussi, tout ce que nous avons pu faire de bon doit-il être compté à l’actif de sa gloire… »

Leconte de Lisle et l'Académie française[modifier | modifier le code]

Leconte de Lisle se porta deux fois candidat à l'Académie française. La première fois, en 1877, il n'obtint que deux voix, dont celle de Victor Hugo. Il se représenta à la succession de Victor Hugo en 1885, fut élu le et reçu sous la coupole en le par Alexandre Dumas fils. La boîte déroulante ci-dessous donne le détail des scrutins qui l'ont concerné.

Musique inspirée par des poèmes de Leconte de Lisle[modifier | modifier le code]

Trois compositions ont été évoquées plus haut au titre du théâtre de Leconte de Lisle :

Une œuvre orchestrale a été inspirée par un poème de Leconte de Lisle :

Par ailleurs, de nombreux musiciens ont écrit des mélodies sur des poèmes de Leconte de Lisle, parmi lesquels :

Compositeur Mélodie Poème de Leconte de Lisle
Pierre de Bréville
La Tête de Kenwarc’h, scène lyrique d'après Leconte de Lisle, poème dramatique pour violoncelle et orchestre, 1890
La Tête de Kenwarc’h
Ernest Chausson
Nanny (op. 2 n° 1, 1880)
Nanny
Le Colibri (op. 2 n° 7, 1882, partition)
Le Colibri
Hymne védique, pour quatre voix et orchestre (op. 9, 1886)
Hymne védique
La Cigale (op. 13 n° 4, 1887)
La Cigale
Chant nuptial, chant pour quatre voix de femmes (op. 15, 1887-8)
Chant nuptial
Hylas (sans op., 1879-80)
Hylas
Claude Debussy
Jane (CD 013, 1881)
Jane
Les Elfes (CD 014, 1881, partition non éditée)
Les Elfes
La Fille aux cheveux de lin (CD 015, 1881)
La Fille aux cheveux de lin
Patrice Devanchy
La Vipère (1907)
La Vipère
Le Sommeil de Leïlah (1911) (partition)
Le Sommeil de Leïlah
Henri Duparc
Phidylé
Phidylé
Marcel Dupré
La Source
La Source
Gabriel Fauré
La Rose (op. 51 no 4)
Le Parfum impérissable (op. 76 no 1)
Le Parfum impérissable
Lydia (op. 4 no 2)
Lydia
Les Roses d'Ispahan (op. 39 no 4) (audition et commentaire)
Les Roses d'Ispahan
Nell (op. 18 no 1)
Nell
Édouard Garnier
Annie, souvenir, 1860 (partition)
Annie
Nell, mélodie, 1860 (partition)
Nell
Reynaldo Hahn
Études latines
Lydé, Lydie (ténor et chœur), Néère, À Phidylé[n 28](solo de basse et chœur), Pholoé, Phyllis, Salinum, Thaliarque (chœur), Tyndaris, Vile potabis.
Études latines
Charles Koechlin
Deux Villanelles (op. 21, 1896-1901)
no 1, « Dans l’air léger »
no 2, « Le temps, l’étendue et le nombre »
 
« Dans l’air léger »
Villanelle
Épiphanie, op. 17 no 3
Épiphanie
La Fin de l'homme (op. 11, 1893-97)
La Fin de l'homme
La Lampe du Ciel (op. 12, 1896)
La Lampe du Ciel
La Vérandah (op. 3, 1893)
La Vérandah
L'Astre rouge
L’Astre rouge
Les Clairs de lune (op. 9, 1891-98)
Les Clairs de lune
Les Rêves morts
Les Rêves morts
Juin (op. 15 no 1)
Juin
Nox (op. 15 no 2)
Nox
Midi (op. 15 no 3)
Midi
Henri Lutz
Le Cœur de Hialmar, pour chant et orchestre, 1895. sur Gallica
Le Cœur de Hialmar
Émile Paladilhe
Six chansons écossaises
Six chansons écossaises :
Jane, Nanny, Nell, La Fille aux cheveux de lin,
Annie, La Chanson du rouet.
Maurice Ravel
Chanson du rouet (M.15, 1898)
La Chanson du rouet
Albert Roussel
Deux Idylles
Deux Idylles
Odes anacréontiques Op.3 L.37 et L.38
Odes anacréontiques
Ethel Smyth Ode anacréontique (Quatre mélodies sur des textes français) Odes anacréontiques
Louis Vierne
Le Rouet
Le Rouet
Nox, (op. 26 no 2, partition)
Nox

Tableau inspiré par des poèmes de Leconte de Lisle[modifier | modifier le code]

Poèmes barbares, de Paul Gauguin, 1896.

Paul Gauguin a intitulé un tableau Poèmes barbares. Il l’a peint en 1896 lors de son second séjour en Polynésie, sous l’influence de la lecture du recueil de 1862 de Leconte de Lisle, qui contient le poème La Genèse polynésienne. Le tableau est exposé aux Harvard Art Museums à Cambridge (Massachusetts). Il représente une Polynésienne dont la posture combine des gestes chrétiens et bouddhistes, ainsi qu’un animal identifié à Ta'aroa, le dieu tahitien créateur de l’univers.

Éditions illustrées de Leconte de Lisle[modifier | modifier le code]

Dans la liste suivante, les noms des illustrateurs figurent en gras.

  • Poésies complètes
    • Maurice de Becque, Paris, édition Lemerre en quatre tomes, 1927-1928, (voir plus haut). Tirage total 540 exemplaires (325 ex. num. sur vergé Lafuma, 125 Hollande Van Gelder, 10 Chine, 25 Japon, 15 Madagascar, 40 H.C.).
  • Poèmes antiques
    • Maurice Ray, Paris, Société des Amis des Livres, 1908 ; 30 eaux-fortes originales en noir dans le texte de Maurice Ray, gravées par Louis Muller, dont un frontispice ; grand in-8 en ff., imprimé par Draeger par les soins de R. Claude-Lafontaine, emboîtage d'éditeur. Tirage 110 ex. sur vélin.
  • Poèmes barbares
    • Léon Carré, Paris, imprimé pour Jean Borderel, 1911 ; vingt poèmes, 25 eaux-fortes originales, dont un frontispice et 24 vignettes in-texte, serpentes. In-4. Tirage 10 ex. sur vergé, H.C.
    • Raphaël Freida, Paris, Éditions A. Romagnol, 1914 ; 99 eaux-fortes originales dont 18 en pleine page gravées par Edmond-Jules Pennequin et imprimées en taille-douce par A. Porcabeuf. Tirage limité à 301 exemplaires numérotés. In-4 (19 x 28,5 cm), 426 pages.
    • Philippe Labèque, gravures originales sur cuivre, sans lieu, Aux dépens de soixante-dix-sept bibliophiles, sans date. In-Folio, couv. rempliée, sous chemise et cartonnage, 77 exemplaires sur Grand Vélin de Rives.
    • Maurice de Becque, Six Poèmes barbares illustrés de douze eaux-fortes dont six hors-texte, gravées en couleur au repérage, Paris, chez Maurice de Becque, 1925. lire en ligne sur Gallica. Tirage limité à 220 exemplaires (200 ex. numérotés 1 à 200 et 20 ex. hors commerce numérotés en chiffres romains) : no 1 (1 ex. sur japon ancien comprenant une triple suite de gravures), no 2 à 10 (9 ex. sur japon impérial comprenant une double suite de gravures), no 11 à 60 (50 ex. sur japon comprenant une suite en noir avec remarques), no 61 à 100 (40 ex. sur Madagascar comprenant une suite en noir avec remarques), no 101 à 200 (100 ex. sur pur fil lafuma).
    • Paul Jouve, Lausanne, Gonin, 1929 ; 30 compositions, en noir et en couleurs, gravées sur bois par Perrichon : 1 vignette de titre, 2 sur double page, 10 à pleine page, 17 in-texte. Tirage limité à 119 exemplaires
    • Odette Denis, Le Livre De Plantin, Paris 1948, in 4° en feuilles, 26 eaux fortes originales d'Odette Denis. Tirage limité à 205 exemplaires.
    • V. M. Vincent, Les Elfes, un vol. grand in-8°, br., 12 ff, Bordeaux, imprimerie René Samie, 1935.
L'incantation du loup dans poèmes tragiques par Eugène Auger, manuscrit.
  • Poèmes tragiques.
    • Hugues de Jouvancourt, Pantouns malais avec cinq eaux-fortes et six ornements, in-folio, Genève, Pierre Cailler, 1946.
  • Les Idylles de Théocrite
    • René Ménard et Jacques Beltrand, 25 gravures sur bois originales dont un frontispice de Ménard, 19 en têtes en couleurs, une vignette, un cul de lampe et 3 en têtes et bordures de Beltrand. Paris, Société du Livre d'art, 1911. In 4°, broché, sous chemise et étui. Tirage à 135 exemplaires.
    • Raphael Drouart, Paris, Gaston Boutitie, 1920. 92 bois originaux N/B (dans le texte, en front-de-chapitre, en culs-de-lampe et en hors-texte), in 4°, 204 pages, en feuillets, sous chemise, 23,5x28,5 cm. Tirage total 320 exemplaires (225 ex. num. sur vergé teinté d'Arches, 25 Whatman, 50 autres vergé d'Arches, 20 H.C.).
  • Les Érinnyes
    • François Kupka, Paris, Librairie de la Collection des Dix, A. Romagnol éditeur, 1908 ; grand in-8°, 35 compositions de François Kupka, dont 25 eaux-fortes originales (3 hors-texte et 22 à mi-page formant en-têtes de chapitres) et 10 gravées sur bois par E. Gaspé (8 culs-de-lampe et 2 titres) ; texte dans un encadrement. Tirage total à 301 exemplaires.
    • Auguste Leroux, Paris, Société des Amis du Livre Moderne, 1912 ; petit in folio 270 x 210 mm, 7 ff., 78 pages, 3 ff. ; illustré de 3 eaux-fortes hors texte et de 40 bandeaux gravés sur bois dans le texte en couleurs. Tirage à 150 exemplaires sur papier du Japon sous la direction de Charles Meunier, 125 réservés aux Membres de la Société.
    • A. Bouchet, Paris, Édouard-Joseph, 1920. Coll. Petites curiosités littéraires. Bois dessinés et gravés par A. Bouchet. Tirage total à 1000 exemplaires.
  • Odes Anacréontiques
    • André Derain, Lyon, Cercle Lyonnais du Livre, 1953, illustré de 50 lithographies originales en noir, dans et hors texte par André Derain, 1 vol. grand in-8° en feuilles sous couverture rempliée, chemise cartonnée, dos parchemin, et boîte cartonnée, 81 p. + tables + liste des sociétaires. Imprimé par Fequet et Baudier. Tirage 200 exemplaires numérotés, sur vélin B.F.K. de Rives.
  • Homère, Iliade
    • Jo Moller (ch. 1 à 4), Remo Giatti (ch. 5 à 8), Eric Massholder (ch. 9 à 13), Paso (ch. 13 à 16), Toos van Holstein (ch. 17 à 20), Alain Lestié (ch. 20 à 24 et 26) : La Diane Française, 2012.
  • Homère, Odyssée
    • Georges Rochegrosse, Paris, A. Ferroud - F. Ferroud, successeur, 1931, 304 p. Illustration : 25 hors-texte gravés à l'eau-forte par Eugène Decisy et 72 vignettes, bandeaux, lettrines et culs-de-lampe gravés sur bois en couleurs par P. Baudier, Ch. Clément, Gaspérini et P. Gusman. Tirage total 501 exemplaires numérotés (1 ex. sur papier de Hollande, 100 ex. sur grand japon impérial, 400 ex. sur vélin d'Arches).
  • Homère, Nausikaa, sixième rhapsodie de l’Odyssée
    • Gaston de Latenay, Paris, Piazza, 1899, in-4°, br., couv. rempliée ill. en couleurs, 54 p., 53 compositions coloriées au pochoir par E. Greningaire et gravées par Ruckert. Tirage 400 ex.
  • Pièces réunionnaises.
    • Hugues de Jouvancourt, Québec, Éditions la Frégate, 1994 ; in-4°, 66 p. + les illustrations, en feuillets, sous couverture imprimée rempliée, emboîtage. Ouvrage édité pour le centenaire de la mort du poète. Tirage 100 exemplaires.

Traductions en langues étrangères d'œuvres de Leconte de Lisle[modifier | modifier le code]

« Pour les traductions en langue allemande, voir Fromm, Bibliographie deutscher Übersetzungen aus dem Französisch zwischen 1700 und 1948. Qaïn a été traduit en tchèque dès 1880 (Prague, Otto). Deux traductions des Érinnyes ont été publiées, en espagnol par la revue de Buenos Ayres Nosotros, et en russe par Lozinskij (1922). Un recueil de morceaux choisis, traduits en russe par Igor Postupalskij et commentés par N. Balachov, a été publié à Moscou en 1960. En Italie, des morceaux choisis de Vigny et de Leconte de Lisle ont été publiés à Milan en 1945, traduits par Filippo Ampola (Éditeur : Garzanti). » (Edgard Pich, Leconte de Lisle et sa création poétique, 1975, p. 535).

Dédicaces à Leconte de Lisle[modifier | modifier le code]

Attribution du nom de Leconte de Lisle[modifier | modifier le code]

Portent le nom de Leconte de Lisle :

Publications[modifier | modifier le code]

Articles[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Anciennement Île Bourbon aujourd’hui département et région d’outre-mer, La Réunion est une île française de l’Océan Indien qui a changé plusieurs fois de nom :
    1507 : Sainte Apolline ; 1520 : Mascareigne ; 1638 : Mascarin ; 1649 : île Bourbon ; 1793 : île de la Réunion ; 1806 : Bonaparte ; 1815 : île Bourbon ; 1848 : île de la Réunion
  2. Titre qui rappelle l'autre pamphlet, Les quarante médaillons de l'Académie, que Barbey d'Aurevilly a fait paraître trois ans plus tôt, dans la même revue, Le Nain Jaune.
  3. Barbey d’Aurevilly y consacre plusieurs articles dans la revue Le Nain Jaune en octobre et novembre 1866. Texte sur wikisource
  4. • Le , il est nommé employé à la Bibliothèque du Palais du Luxembourg, dépendant à cette époque du Ministère de l’Instruction publique, au traitement de 2 500 francs.• Le , il devient sous-bibliothécaire, au traitement de 2 700 francs.• Le , après le rétablissement du Sénat, il est nommé sous-bibliothécaire du Sénat et son traitement passe à 3 600 francs, puis 3 800 francs au , 4 000 francs au et 4 200 francs au .
  5. « Cote LH/1536/74 », base Léonore, ministère français de la Culture
  6. Leconte de Lisle exige d’entendre les pages déjà composées. Peu sûr de lui ou impressionné par l’aura du poète, Chausson lance un véritable appel au secours vers Vincent d'Indy à la mi-avril : « Il y aura répétition chez moi le samedi 18 à 1 h 1/2 et le mercredi 22 à 2 h. L'audition, absolument à huis clos, est fixée au 25, à 2 h 1/2. Puis-je compter sur toi ? Rstp. Bien à toi. » Quel fut le résultat de ces séances ? On peut supposer que l'auteur des Poèmes antiques — d'où est tiré le drame — s'en montra satisfait puisque Chausson poursuivit son œuvre avec une ardeur renouvelée pendant ses vacances d'été tourangelles. » [Source : Jean Gallois, Ernest Chausson, Fayard, 1994, p. 189]
  7. Voir le texte de la protestation des artistes contre la tour Eiffel et la réponse de Gustave Eiffel
  8. Jules Huret, rédacteur au quotidien L'Écho de Paris, publie — du 3 mars au 5 juillet — 64 entrevues d'écrivains « sur l'évolution littéraire ». L'entrevue d'Anatole France (publiée début mars) et celle de Leconte de Lisle (publiée le 28 avril) donnent lieu à des lettres adressées à Jules Huret dans lesquelles les deux écrivains expriment leurs reproches mutuels, et où Leconte de Lisle, « offusqué » par les propos d'Anatole France, va jusqu'à écrire à Huret : « Deux de mes amis attendront ses témoins chez moi, 64, boulevard Saint-Michel, dimanche 3 mai, à deux heures de l'après-midi ». Un des deux amis est José-Maria de Heredia. Anatole France répond qu'il ne s'y rendra pas, et l'affaire en reste là.
  9. Finalement, c'est José de Charmoy qui réalisera la statue de Baudelaire. Son inauguration aura lieu dix ans après, le , au cimetière du Montparnasse. [Source : Sous la direction d'André Guyaux, …, La querelle de la statue de Baudelaire (août-décembre 1892), PUPS, 2007].
  10. Pour accéder à une photo du pavillon de Voisins (vue de l'espace), se reporter au paragraphe Liens externes en fin d'article.
  11. Voisins était un hameau (aujourd’hui quartier) de Louveciennes. Il est situé dans le département des Yvelines depuis la partition de la Seine-et-Oise opérée en 1968. Le hameau de Voisins fait maintenant partie intégrante de la commune de Louveciennes.
  12. Cette jeune admiratrice de Leconte de Lisle, femme de Guillaume Beer (et plus tard d’Alfred Droin), a pour nom de plume Jean Dornis.
  13. Montant : 1669,50 francs.
  14. Distribution : Mounet-Sully (Agamemnôn), Henri Meyer (Talthybios), Louise Silvain (Klytaimnestra), Mlle Robinne (Kallirhoè), Mme Lara (Élektra), Mlle Delvair (Ismèna), Paul Mounet (Orestès).
  15. Le Journal de l’île du 28/09/77 écrit : « Le dernier retour du poète dans son île natale. Le DC 8 du Cotam qui se posait hier en début d’après-midi n’était pas semblable aux autres. À son bord se trouvait un illustre passager, Charles Leconte de Lisle, qui retrouvait son île natale 132 ans après avoir vu s’estomper les côtes dans les brumes de l’horizon. Parti sur les flots, il revenait par les airs (…). La presque totalité des personnalités de l’île se retrouvait dans la cour de l’établissement [CES Bourbon, à Saint-Denis] où le jeune Charles Leconte de Lisle dut s’ébattre. »
  16. Les amis cités sur la couverture du livre de F. Calmettes sont, par ordre alphabétique : • Jules Andrieu • Théodore de Banville • Léon Barracand • Charles Baudelaire • Thalès Bernard • Paul Bourget • Henri Cazalis • Léon Cladel • Louise Colet • François Coppée • Léon Dierx • Gustave Flaubert • Paul de Flotte • Anatole France • Judith Gautier • Albert Glatigny • José-Maria de Heredia • Henry Houssaye • Victor Hugo • Stéphane Mallarmé • Jean Marras • Louis Ménard • Albert Mérat • Catulle Mendès • Armand Silvestre • Léon Valade • Paul Verlaine • Auguste de Villiers de L'Isle-Adam.
  17. C'est la maison natale du poète. Détruite par un cyclone en février 1932, elle était située à l'emplacement de l'actuel square Leconte de Lisle, où une stèle a été érigée en 1977. [Source : Christophe Carrère, Leconte de Lisle ou la passion du beau, Fayard, 2009, p. 623.]
  18. Ces deux adresses sont incertaines : mentionnées dans le Guide Littéraire de la France, Bibliothèque des Guides bleus, Hachette, 1964. [Cité par Christophe Carrère, Leconte de Lisle ou la passion du beau, Fayard, 2009, p. 98], elles ne sont pas confirmées par les archives de Nantes (octobre 2007).
  19. Gérard de Nerval a habité également à cette adresse. Source : Jacques Hillairet, Dictionnaire historique des rues de Paris, Paris, éditions de Minuit, 8e édition, vol. 1/2 (A-K), p. 169
  20. Chez Jobbé-Duval.
  21. Appartement mansardé au 5e étage. Le bâtiment a été détruit pendant le siège de Paris
  22. Un « échec » de candidature en 1867, pour la succession au fauteuil de Barante est évoqué par René Peter, Vie secrète de l'Académie française, cinquième période, Librairie des Champs-Élysées, 1940, p. 92, qui indique un seul troisième concurrent, nommé Vacherot. En fait, selon le registre, lors de cette séance tenue le 2 mai, les concurrents furent : le père Gratry (élu), Théophile Gautier, Lavergne, Champagny.
  23. Un « échec » de candidature en 1873, pour la succession au fauteuil du père Gratry, est évoqué par Jean Dornis, Essai sur Leconte de Lisle, Paris, Société d'éditions littéraires et artistiques, 1909, p. 330. En fait, selon le registre, lors de cette séance tenue le 16 janvier, les concurrents furent : Saint-René Taillandier (élu) et Louis de Viel-Castel.
  24. Marius-Ary Leblond évoque même une candidature en 1873 « contre » le père Gratry, alors que ce dernier est mort en 1872.
  25. Un « échec » de candidature en 1882, lors de la séance du 8 juin, est évoqué par Jean Mistler, Sous la Coupole, p. 190.
  26. Un « échec » de candidature en 1884, lors de la séance du 4 décembre, est évoqué par Jean Mistler, Sous la Coupole, p. 192.
  27. Alfred Bruneau écrit dans son livre Massenet, 1934 : « Les Érinnyes ont une autre importance, une autre valeur. Elles occupent une place magnifique dans le somptueux bagage de Massenet. C'est Duquesnel, le directeur de l'Odéon, où elles furent représentées, qui décida de proposer à Leconte de Lisle une collaboration inattendue dont il s'inquiéta d'abord, ne se doutant pas qu'elle assurerait le succès de la pièce. […] Plus tard, pour les concerts, Massenet réinstrumenta normalement sa partition et, pour des reprises fréquentes, il l'enrichit d'un ballet, de chœurs et d'intermèdes nombreux. Le pathétique solo de violoncelle accompagnant l'invocation d’Électre demeure célèbre. On ne s'explique pas les raisons qui empêchent nos associations symphoniques d'afficher et d'honorer cet ouvrage admirable, digne de leur fidèle sollicitude. »
  28. Pour une basse, six soprani, quatre ténors et piano à quatre mains ; dédié « à mon ami Marcel Proust. », 1895.
  29. À partir de l’édition de 1861 de Poèmes et paysages, les deux poètes réunionnais s’étant éloignés, Lacaussade modifie la dédicace en « A*** / Jetons des fleurs sur nos amitiés mortes. » !

Références[modifier | modifier le code]

  1. Base Léonore
  2. Voir La Démocratie pacifique, mercredi 8 avril 1846, page 1
  3. Louis-Xavier de Ricard, Petits mémoires d'un Parnassien, ch. VIII.
  4. Le Parnassiculet contemporain, recueil de vers nouveaux précédé de l’Hôtel du Dragon-Bleu, et orné d’une étrange eau-forte. Paris, J. Lemer, 1867. Les auteurs du pastiche sont : Alphonse Daudet, Paul Arène, Charles Monselet, Charles Bataille, Jean Duboys, Alfred Delvau et M. Renard. Rééditions : 1872 et 1876 : augmentée de neuf pièces inédites non moins surprenantes que les premières, attribuées aux même auteurs et découvertes après leur mort.
  5. Le Petit Chose, histoire d’un enfant, roman autobiographique, 1868.
  6. Yann Mortelette, Histoire du Parnasse, Fayard, 2005, p. 362.
  7. Collection « Les Hommes d’aujourd’hui », no 241).
  8. Yann Mortelette, Histoire du Parnasse, Fayard, 2005, p. 364.
  9. La Plume, , p. 385, 2e colonne ; texte sur Gallica
  10. Comœdia illustré, revue artistique bimensuelle, , p. 590-592.
  11. N.P, « 2018 : Année Leconte de Lisle pour le Département de La Réunion », Zinfos 974, l'info de l'ile de La Réunion,‎ (lire en ligne, consulté le )
  12. « Une année pour célébrer le bicentenaire de Leconte de Lisle », sur Clicanoo.re, (consulté le )
  13. « Exposition Bicentenaire : Leconte de Lisle, Une Légende Réunionnaise », sur www.departement974.fr (consulté le )
  14. L'Apollonide fut écrite sur l'initiative du compositeur Franz Servais et en collaboration avec lui. Elle a été incorporée dans le recueil posthume Derniers Poèmes, 1895. Le livret de l'opéra diffère de la pièce, ainsi que le montre la partition chant et piano, L'Apollonide (Iôn), drame musical en trois actes et cinq tableaux d'après Leconte de Lisle, musique de Franz Servais, Paris, Choudens, 1899. Dans son livre L'Apollonide de Leconte de Lisle et Franz Servais, Mardaga, 2004, Malou Haine donne les deux versions du texte, ainsi que le texte de deux manuscrits de Leconte de Lisle. Une représentation de la version théâtrale est donnée à l'Odéon en 1896, et le drame musical (opéra) est créé à Karlsruhe en 1899.
  15. Seul un court fragment du premier acte figure dans les Derniers poèmes, 1895. Jean Dornis, p. 310, écrit : Jusqu'à la fin de sa vie, Leconte de Lisle parla d'une pièce de théâtre : Frédégonde, dont on n'a trouvé, dans ses papiers, que le fragment publié dans Derniers poèmes. On lit, à ce propos, dans une lettre inédite de Flaubert adressée au Poète : « Coppée m'a dit que ta Frédégonde avançait : l'idée de l'exaltation à laquelle je serai en proie le jour de la première m'effraie d'avance. Quand sera-ce ? » D'autre part, Mme Sarah Bernhardt se souvient d'avoir écouté la lecture d'un scénario de cette Frédégonde, que le poète ne laissa pas entre ses mains, et dont elle n'entendit plus parler.
  16. Évocation de l'œuvre Histoire des guerres sociales :
    • Jean Dornis, dans Essai sur Leconte de Lisle, p. 129, cite une lettre à Ménard, 1849 : « Manou et moi, nous sommes en train de faire L'Histoire des Guerres Sociales, jusqu'aux Anabaptistes inclusivement… ».
    • Edgard Pich la mentionne tome IV des Œuvres, p. XV.
  17. Source : Daniel Zimmermann, édition Phébus du Grand Dictionnaire.
  18. Premières poésies et lettres intimes, préface de B. Guinaudeau, Fasquelle, 1902. Contient 62 lettres de Leconte de Lisle à Julien Rouffet, s'échelonnant de janvier 1838 à octobre 1840.
  19. Dans Irving Putter, La dernière illusion de Leconte de Lisle. Lettres inédites à Émilie Leforestier, Librairie Droz - Genève, 1968. Contient 59 lettres de Leconte de Lisle, s'échelonnant du au  ; texte sur Gallica.
  20. La lettre du figure dans : Antoine Albalat, Gustave Flaubert et ses amis, Plon, 1927.
  21. Dans Louis Barthou, Leconte de Lisle et Jean Marras. Documents inédits, article publié dans la Revue des deux Mondes, , Texte sur wikisource.
  22. Dans Malou Haine, L'Apollonide de Leconte de Lisle et Franz Servais, 20 ans de collaboration, Mardaga, 2004. Les 65 lettres échangées démarrent le .
  23. Lettres à José-Maria de Heredia, édition établie et annotée par Charles Desprats, Honoré Champion éditeur. Les 119 lettres s'échelonnent du au .
  24. Discours prononcés dans la séance publique tenue par l'Académie française pour la réception de M. Henry Houssaye, le , Institut de France, 1895. C'est Ferdinand Brunetière qui prononça le discours de réponse
  25. Paul Verlaine, Œuvres en prose complètes, Bibliothèque de la Pléiade, Gallimard, p. 434.
  26. Rééd. 1930, 1933 sous le titre Leconte de Lisle d'après des documents nouveaux, MdF. Rééd. Leconte de Lisle, essai sur le génie créole, préface d'Edgard Pich, commentaires de J.-F. Reverzy, Grand Océan, 1995.
  27. Plus tard (voir notamment ses Œuvres complètes, Plon, 1899), Paul Bourget a complété ce chapitre écrit en « 1884 » par un appendice L, intitulé Science et poésie : — À propos des Trophées écrit en « 1893 »
  28. P.V. Delaporte, S.J., Études et causeries littéraires, Desclée, de Brouwer et Cie, s.d. (1899 ?), première série, ch. Leconte de Lisle, l'homme, le penseur, le poète. Dans le chapitre Le Poète, l'auteur relève quelques vers erronés et mentionne l'existence d'un relevé plus complet d'alexandrins « boiteux » par M. E. Biré dans la Revue du Monde catholique, octobre 1894.
  29. Jean Dornis, Essai sur Leconte de Lisle, Paris, Société d'éditions littéraires et artistiques, 1909. Texte sur wikisource.
  30. Pierre Flottes, Le Poète Leconte de Lisle, documents inédits, Librairie académique Perrin et Cie, 1929.
  31. Joseph Vianey :
  32. Irving Putter, University of California press, Berkeley and Los Angeles, Publications in modern philology :
    • Leconte de Lisle and his contemporaries, vol. 35, n° 2, p. 65-108, 1951
    • The Pessimism of Leconte de Lisle, Sources and Evolution, vol. 42, N° 1, p. 1-144, 1954,
    • The Pessimism of Leconte de Lisle, the Work and the Time, vol. 42, N° 2, p. 145-408, 1961.
  33. Jules-Marie Priou, Leconte de Lisle, Pierre Seghers éditeur, coll. Écrivains d'hier et d'aujourd'hui, n° 27, 1966.
  34. Edgard Pich, Leconte de Lisle et sa création poétique - Poèmes antiques et Poèmes barbares, 1852-1874, Université Lyon II, 1975.
  35. Robert Sabatier, Histoire de la poésie française. La poésie du dix-neuvième siècle. 2-Naissance de la poésie moderne, Albin Michel, 1977, p. 16-26.
  36. Carrère, p. 115.
  37. Edgard Pich, Œuvres complètes de Leconte de Lisle, tome I, 2011, p. 572.
  38. Voir wikitimbres.
  39. Joseph Vianey, Les Sources de Leconte de Lisle, Montpellier, Coulet, 1907 ; texte sur wikisource
  40. Yann Mortelette, Histoire du Parnasse, Fayard, 2005, p. 363.
  41. Les Érinnyes, partition pour chant et piano, Au Ménestrel-Heugel & Cie, 1900.
  42. L'Apollonide (Iõn), drame musical en 3 actes et 5 tableaux d'après Leconte de Lisle, partition chant et piano, Paris, Choudens, 1899.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Christophe Carrère, Leconte de Lisle ou la passion du beau, Paris, Fayard, 2009.
  • Edgard Pich, Leconte de Lisle et sa création poétique - Poèmes antiques et Poèmes barbares, 1852-1874, Université Lyon II, 1975.
  • Jules-Marie Priou, Leconte de Lisle, Pierre Seghers éditeur, coll. « Écrivains d'hier et d'aujourd'hui », n°27, 1966.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bases de données et dictionnaires[modifier | modifier le code]