Octave Gréard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Octave Gréard
Image dans Infobox.
Portrait de M. Gréard en 1901.
Fonction
Fauteuil 34 de l'Académie française
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Membre de
Distinction
Archives conservées par
Archives nationales (AB/XIX/4363-AB/XIX/4364)[1]Voir et modifier les données sur Wikidata

Octave Gréard, né le à Vire et mort le dans le 1er arrondissement de Paris[2], est un pédagogue et universitaire français.

Dans l'hommage que lui rend Le Siècle, il est écrit : « Il fut mêlé à toute l’œuvre scolaire de la Troisième République et mérita d’être appelé par Jules Ferry le premier instituteur de France »[3].

Biographie[modifier | modifier le code]

La pose de la première pierre de la nouvelle Sorbonne, le 3 août 1885, tableau de Joseph Wencker. Détail : le vice-recteur Octave Gréard.

Origines, études et carrière d'enseignant[modifier | modifier le code]

Fils d'un receveur des contributions indirectes, Octave Gréard fait ses études au collège de Versailles. Son proviseur note : « Caractère docile, conduite exemplaire, application soutenue, progrès rapides. Sera le modèle des écoliers jusqu'à la fin de ses études ».

Élève, à partir du , de l'École normale supérieure, il est chargé de cours de seconde au lycée de Metz () puis reçu deuxième à l'agrégation de lettres (1855). Nommé professeur de troisième au lycée de Versailles (), il y est titularisé (), puis est muté à Paris d'abord en qualité de professeur de seconde au lycée Napoléon (Henri IV) le , ensuite comme professeur suppléant de rhétorique au lycée Saint-Louis le . Le proviseur de ce dernier établissement ne tarit pas d'éloges à son sujet : « Caractère sérieux, facile, bienveillant, professeur intelligent, zélé, instruit, parole agréable et abondante, très bon enseignement suivi avec intérêt ; le professeur corrige tous les devoirs, en rend compte, les remet aux élèves avec des annotations ».

Haut-fonctionnaire du ministère de l'Instruction publique[modifier | modifier le code]

Il occupe enfin des fonctions administratives : inspecteur d'académie à Paris (), délégué à la Préfecture de la Seine et chargé du service de l'instruction primaire (), directeur général de l'Instruction publique maintenu à la Préfecture de la Seine (), directeur de l'enseignement primaire au ministère de l'Instruction publique (). En , il est relevé de cette dernière fonction et se voit chargé de la direction de l'enseignement primaire de la Seine. Le , il devient vice-recteur de Paris, en , vice-recteur honoraire. En , il est vice-président du Conseil supérieur de l'Instruction publique.

Octave Gréard élabore en 1868 une nouvelle organisation des écoles primaires en trois cycles de deux ans chacun (cours élémentaire, cours moyen et cours supérieur) aboutissant au certificat d'études. Elle sera étendue à toute la France. Il est par ailleurs en grande partie à l'origine de la création des lycées de jeunes filles et joue un rôle dans la réforme du baccalauréat.

Honneurs et mort[modifier | modifier le code]

Lauréat du prix Halphen en , il est élu membre de l’Académie des sciences morales et politiques le et de l'Académie française le et reçu le [4]. Il avait été tour à tour chevalier (), officier (), commandeur (), grand officier () puis grand-croix () de la Légion d'honneur ; il est par ailleurs membre du Conseil de l'ordre de la Légion d'honneur.

En 1899, à l'occasion du septentenaire de l'école normale d'Orléans, son directeur Pierre Estienne lui fait cadeau de la « Notice historique de l’École normale d'instituteurs d'Orléans »[5], que celui-ci a rédigée avec l'aide des professeurs et des anciens élèves. En 1902, Octave Gréard en fera don à la bibliothèque de la Sorbonne[6].

Il avait commencé des Souvenirs pédagogiques et littéraires, que sa mort (1904) l’a empêché d'achever.

Hommages[modifier | modifier le code]

Monument à la mémoire d’Octave Gréard situé square Samuel-Paty (5e arrondissement de Paris).

Un collège portant son nom est situé dans le 8e arrondissement de Paris, 28 rue du Général-Foy. Une voie publique du 7e arrondissement de Paris, l’avenue Octave-Gréard, porte son nom depuis 1907.

Une salle d'apparat de la Sorbonne porte son nom. En face, de l'autre côté de la rue des Écoles, un monument lui rendant hommage est installé dans le square Samuel-Paty, situé place Paul-Painlevé, œuvre de Jules Chaplain (1909).

Iconographie[modifier | modifier le code]

Une plaquette à l'effigie d'Octave Gréard a été gravée par le médailleur Jules-Clément Chaplain en 1897. Un exemplaire en est conservé au musée Carnavalet (ND 0259).

Principaux ouvrages[modifier | modifier le code]

  • La morale de Plutarque, Hachette, 1866
  • Organisation pédagogique des écoles du département de la Seine, 1868
  • La législation de l’enseignement primaire depuis 1789 jusqu'à nos jours (3 volumes), 1874
  • L'Enseignement secondaire des filles, Paris, Delalain Frères, 1882
  • L’Éducation des femmes par les femmes, Paris, 1887
  • Éducation et instruction, 4 vol., 1888
  • Prévost-Paradol: Étude suivie d'un choix de lettres, Hachette, 1889
  • Edmond Schérer, Hachette, 1890
  • Nos adieux à la vieille Sorbonne, Paris, Hachette, 1893

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « https://www.siv.archives-nationales.culture.gouv.fr/siv/POG/FRAN_POG_05/p-z5lon0kn-pma2xfi7tknm »
  2. Archives de Paris 1er, acte de décès no 296, année 1904 (page 25/31).
  3. « Nécrologie : Mort de M. Gréard », dans Le Siècle, 26 avril 1904, 69e année, no 24958, p. 3
  4. « Octave Gréard », sur academie-francaise.fr (consulté le )
  5. ABES, « Calames », sur www.calames.abes.fr (consulté le )
  6. Notice historique de l'École normale d'instituteurs d'Orléans, Pierre Estienne. 1899, Papier. 2 volumes. 300 × 195 mm. Offert à Octave Gréard en souvenir de la fête du septentenaire, 25 juillet 1899. Don de Gréard à la bibliothèque de la Sorbonne, 1902, cote : MS 1653-1654.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • François Picavet, « Nécrologie : Octave Gréard », dans Revue internationale de l'enseignement, 1904, tome 47, p. 462-463 (lire en ligne)
  • Henri Chantavoine, « Octave Gréard », dans Revue pédagogique, janvier-juin 1904, tome 44, no 1, p. 405-419 (lire en ligne)
  • Louis Liard, Émile Levasseur, « Un monument à M. Octave Gréard », dans Revue internationale de l'enseignement, 1909, tome 58, p. 135-141 (lire en ligne)
  • Nicaise, Raymond Thamin, Camille Jullian, « Le centenaire d'Octave Gréard », dans Revue internationale de l'enseignement, 1929, tome 83, p. 225-247 (lire en ligne)
  • Isabelle Havelange, Françoise Huguet, Bernadette Lebedeff, « Gréard, Valléry Clément Octave », dans Les inspecteurs généraux de l'Instruction publique. Dictionnaire biographique 1802-1914, Institut national de recherche pédagogique, 1986, tome 11, p. 383-384 (lire en ligne)
  • Patrick Dubois, « Gréard (Octave) », dans Le dictionnaire de pédagogie et d'instruction primaire de Ferdinand Buisson : répertoire biographique des auteurs, Institut national de recherche pédagogique, 2002, tome 17, p. 80 (lire en ligne)
  • Stéphanie Dauphin, « Le vice-recteur Octave Gréard, rénovateur des lycées parisiens (1880-1895) », dans Publications de l'Institut national de recherche pédagogique, 2005, tome 28, p. 415-425 (lire en ligne)
  • Stéphanie Dauphin, Octave Gréard, 1828-1904, Presses universitaires de Rennes, 2016, (ISBN 978-2-7535-4316-4)

Liens externes[modifier | modifier le code]