Raphaël Freida

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Raphaël Freida
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 65 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités

Raphaël Freida (1877 - 1942) est un peintre, graveur, affichiste et illustrateur français. Bien qu'il soit un cartonnier très prolifique[1], ses illustrations, principalement ses eaux-fortes, sont peu nombreuses mais marquantes.

Biographie[modifier | modifier le code]

Raphaël Freida est né à Digne le [1]. Après des études commencées à 15 ans à l'École nationale des beaux-arts de Lyon, il s'installe à Paris où il devient l'élève de Jean-Paul Laurens[1].

Entre 1903 et 1929, il présente régulièrement ses œuvres au Salon de la Société des artistes français[2]. Il illustre de ses eaux-fortes diverses œuvres d'Octave Mirbeau, Anatole France, ou Gustave Flaubert, obtenant en 1929 une médaille d'or à l'exposition internationale des arts décoratifs de Nice[1]. Il fournit des dessins pour la presse illustrée, dont Lectures pour tous.

À l'issue de la Première Guerre mondiale, il produit un portfolio, Les misères de la Guerre, regroupant des dessins figurant des visages mutilés de soldats : il avait été chargé de ce travail afin d'aider les chirurgiens de la face opérant au service de santé des Armées[3].

Au début de l'année 1929, il doit exécuter les costumes pour un film intitulé Les Croisés, réalisé par Dimitri Kirsanoff ; la production en a été suspendue[4].

Œuvre[modifier | modifier le code]

Eau-forte pour Le Jardin des supplices (1927, BNF).

Conservation[modifier | modifier le code]

Illustrations d'ouvrage[modifier | modifier le code]

  • Poèmes Barbares, de Leconte de Lisle, 100 dessins gravés par Edmond-Jules Pennequin, chez A. Romagnol, en 1914 (300 exemplaires).
  • Frontispice pour Miracles de Jean Richepin, collection « Pages de guerre », Paris, La Maison du livre, 1915.
  • Gustave Hirschfeld, Une école de rééducation professionnelle des grands blessés de guerre. Tourvielle ; précédé de L'Organisation d'une école de blessés, Paris, Berger-Levrault / Lyon, A. Rey, 1917 ; avec neuf dessins.
  • Œdipe roi, de Sophocle, chez Veuve Romagnol, en 1922[7] (300 exemplaires).
  • Thaïs, d'Anatole France, chez Plicque, en 1924 (748 exemplaires).
  • Hérodias, de Gustave Flaubert, chez Plicque, en 1926[8] (475 exemplaires).
  • Le Jardin des supplices, d'Octave Mirbeau, chez Javal et Bourdeaux, en 1927 ; 22 eaux-fortes tirées par Alfred Porcabeuf[9] (538 exemplaires).

Références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-François Luneau, « Raphaël Freida », dans Félix Gaudin, peintre-verrier et mosaïste, 1851-1930, Presses universitaires Blaise Pascal, , 624 p. (ISBN 9782845162846, lire en ligne).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :