Paul Gauguin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Paul Gauguin
Paul Gauguin 1891.png

Paul Gauguin en 1891

Naissance
Décès
Nom de naissance
Eugène Henri Paul Gauguin
Nationalité
Activité
Maître
Lieux de travail
Mouvement
Conjoint
Mette Sophie Gad (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Œuvres réputées
Paul Gauguin signature.png

signature

Paul Gauguin, né le à Paris et mort, le , à Atuona, Hiva Oa, aux îles Marquises, est un peintre postimpressionniste. Chef de file de l'École de Pont-Aven et inspirateur des nabis, il est considéré comme l'un des peintres français majeurs du XIXe siècle, et l'un des plus importants précurseurs de l'art moderne avec Munch et Cézanne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Débuts[modifier | modifier le code]

Autoportrait (c 1875-1877)
Appartement de Gauguin, rue Carcel, 1881

Eugène Henri Paul Gauguin nait à Paris, en 1848. Son père, Clovis Louis Pierre Guillaume Gauguin (1814-1851), est un journaliste républicain au National[1]. Sa mère, Aline Chazal (1825-1867), est la fille de Flora Tristan et donc, selon certains auteurs, la petite-fille de Simón Bolívar et de Thérèse Laisnay. Elle descend de propriétaires terriens espagnols d'Amérique du Sud et même, selon la légende, d'un vice-roi du Pérou[1].

Le peintre a d'ailleurs passé les années de sa plus tendre enfance à Lima, où son père, mort durant le voyage en 1851 au large de Punta Arenas et enterré à Puerto del Hambre, fuyait le régime politique de Napoléon III auteur du coup d'État lui confortant son pouvoir la même année[1]. De retour en France à l'âge de 7 ans, Paul fait ses études, d'abord au Petit Séminaire de La Chapelle-Saint-Mesmin dirigé à cette époque par Mgr Félix Dupanloup[2] puis à Orléans, notamment au lycée Pothier. Gauguin est embarqué sur le clipper Luzitano en qualité de novice/pilotin en décembre 1865, inscrit au Havre sous le matricule 790-3157. Il obtient le grade de lieutenant et embarque, en 1866, sur le trois-mâts Chili, dont il est le second. Il effectue par la suite, en 1868, son service militaire dans la marine nationale, embarqué sur la corvette Jérôme-Napoléon[3],[4]. Il participe à la guerre de 1870 et prend part à la capture de six navires allemands. Après son retour à Toulon, le 23 avril 1871, il quitte la marine[4]. Il devient agent de change à la Bourse à Paris et connaît un certain succès dans ses affaires. Il partage alors une vie bourgeoise confortable avec son épouse danoise, Mette-Sophie Gad (1850-1920), et leurs cinq enfants : Émile (es), Aline, Clovis, Jean-René (en) (1881-1961), sculpteur et Paul-Rollon (en). Il s'installe avec sa famille en 1877, dans le XVe arrondissement de Paris, d'abord rue des Fourneaux (actuelle rue Falguière), puis rue Carcel[5].

Son tuteur, Gustave Arosa, homme d'affaires et grand amateur d'art, introduit Gauguin auprès des impressionnistes. En 1874, il fait la connaissance du peintre Camille Pissarro et voit la première exposition du courant impressionniste. Comme son tuteur, il devient amateur d'art et s'essaye alors à la peinture. Il expose par conséquent avec les impressionnistes en 1876, 1880, 1881, 1882 et 1886.

Paul Gauguin et les impressionnistes[modifier | modifier le code]

Rue Jouvenet à Rouen, 1884. Musée Thyssen-Bornemisza, Madrid

En 1882, il abandonne son emploi de courtier en bourse (qui est dans une phase de mauvaise conjoncture) pour se consacrer à sa nouvelle passion, la peinture. De janvier à novembre 1884, il s'établit à Rouen, où Camille Pissarro, qui l'avait guidé dans son approche de l'Impressionnisme, vit également. Pendant ces 10 mois passés à Rouen, il réalise près de quarante tableaux, principalement des vues de la ville et de ses alentours. Cela ne suffit pas pour vivre et il part vivre avec sa femme et ses enfants dans la famille de celle-ci à Copenhague. Le courant passe mal avec la belle-famille. Ses affaires ne vont pas bien. Il retourne à Paris en 1885 pour peindre à plein temps, laissant femme et enfants au Danemark, n'ayant pas les moyens d'assurer leur subsistance ; il est déchiré par cette situation. Il participe, de 1879 à 1886, aux cinq dernières expositions du groupe des impressionnistes.

Le symbolisme et son voyage initiatique en Amérique[modifier | modifier le code]

La Cueillette des Fruits, ou Aux Mangos (1887)

En 1886, Gauguin effectue son premier séjour[pourquoi ?] à Pont-Aven en Bretagne, où il rencontre Émile Bernard, le tenant du cloisonnisme. De retour à Paris, il rencontre pour la première fois Vincent van Gogh, en novembre de la même année.

En avril 1887, il s'embarque avec le peintre Charles Laval pour le Panama où ils vont travailler au percement du canal. Ils y rencontrent des conditions de vie particulièrement difficiles et décident de partir dès qu'ils auront réuni suffisamment d'argent pour la Martinique, que Gauguin avait découverte alors qu'il était marin.

Il reste à la Martinique dans des conditions précaires, de juin à octobre 1887, à l'Anse Turin au Carbet à deux kilomètres de Saint-Pierre, où se trouve, toujours aujourd'hui, un musée[6] qui lui est consacré. Enthousiasmé par la lumière et les paysages, il peint douze toiles lors de son séjour. Il y aura une fille naturelle[7].

Malades de dysenterie et du paludisme, et sans ressources pour vivre, Gauguin et Laval regagnent la métropole en novembre 1887.

Le synthétisme à Pont-Aven[modifier | modifier le code]

La Vision après le sermon ou La Lutte de Jacob avec l'ange (1888), Galerie nationale d'Écosse, Édimbourg.

De retour en France, il vit à Paris, avant de rejoindre, début 1888, la Bretagne, où il est le centre d'un groupe de peintres expérimentaux connus comme l'école de Pont-Aven. Dans une lettre de 1888 écrite à Émile Schuffenecker, Paul Gauguin lui exprime son credo qui sera l'âme des contestations artistiques à venir : « Un conseil, ne copiez pas trop d'après nature, l'art est une abstraction, tirez-la de la nature en rêvant devant, et pensez plus à la création qu'au résultat. C'est le seul moyen de monter vers Dieu en faisant comme notre divin Maître, créer. »

Sous l'influence du peintre Émile Bernard, son style évolue, il devient plus naturel et plus synthétique. Il cherche son inspiration dans l'art exotique, les vitraux médiévaux et les estampes japonaises. Cette année-là il peint La Vision après le sermon aussi appelée La Lutte de Jacob avec l'ange, qui influencera Pablo Picasso, Henri Matisse et Edvard Munch.

L'épisode d'Arles[modifier | modifier le code]

Gauguin rejoint Vincent van Gogh qui l'a invité à venir à Arles, dans le sud de la France, en 1888, grâce au frère de celui-ci, Théodorus van Gogh (négociant en art). Il découvre les estampes japonaises à travers Vincent van Gogh, alors qu'ils passent ensemble deux mois (d'octobre à décembre) à peindre. Ils peignent alors la série sur les Alyscamps, des portraits, des paysages et des natures mortes. Les deux confrères sont très sensibles et connaissent des moments de dépression — Gauguin, comme Van Gogh, tentera de se suicider.

Rapprochés par un intérêt commun pour la couleur, les deux peintres entrent en conflit personnel et artistique, qui culmine quand Gauguin peint Van Gogh peignant des tournesols, portrait dont Van Gogh dira : « C'est bien moi, mais devenu fou[8]. » Leur cohabitation tourne mal et se termine sur le fameux épisode de l'oreille coupée de Van Gogh, le 23 décembre 1888[9].

Vie en Polynésie[modifier | modifier le code]

Autoportrait, (1893)
Musée d'Orsay, Paris

En 1891, ruiné, il habite un temps à l'hôtel Delambre, au no 35 de la rue du même nom dans le 14e arrondissement, puis, inspiré par l'œuvre de Jacques-Antoine Moerenhout, s'embarque pour la Polynésie, grâce à une vente de ses œuvres dont le succès est assuré par deux articles enthousiastes d'Octave Mirbeau.

Il s'installe à Tahiti (c'est là qu'il peindra le portrait de Suzanne Bambridge) où il espère pouvoir fuir la civilisation occidentale et tout ce qui est artificiel et conventionnel. Il passe désormais toute sa vie dans ces régions tropicales, d'abord à Tahiti puis dans l'île de Hiva Oa dans l'archipel des Marquises. Il rentre en métropole une seule fois.

Les caractéristiques essentielles de sa peinture (dont l'utilisation de grandes surfaces de couleurs vives) ne connaissent pas beaucoup de changements. Il soigne particulièrement l'expressivité des couleurs, la recherche de la perspective et l'utilisation de formes pleines et volumineuses. Influencé par l'environnement tropical et la culture polynésienne, son œuvre gagne en force, il réalise des sculptures sur bois et peint ses plus beaux tableaux, notamment son œuvre majeure, aujourd'hui au musée des beaux-arts de Boston : D'où venons-nous ? Que sommes-nous ? Où allons-nous ?, qu'il considère lui-même comme son testament pictural.

Paul Gauguin, Oviri (« sauvage » en tahitien), 1894, grès, céramique, terre cuite, 75 x 19 x 27 cm, musée d'Orsay, Paris. Le thème d'Oviri est la mort, le sauvage, le farouche. Oviri trône sur le corps d'une louve morte, écrasant son louveteau[10].

À Tahiti, il fait la connaissance de Teha'amana (appelée aussi Tehura), jeune fille native de Rarotonga dans les îles Cook, à l'ouest de la Polynésie française (Gauguin la croit originaire des îles Tonga)[11]. Celle-ci, âgée de treize ans, devient son modèle et sa compagne[12]. Il est très inspiré et peint soixante-dix toiles en quelques mois. Mais après quelques années de bonheur, des soucis administratifs et plus personnels (mort de sa fille Aline en 1897, la préférée de ses cinq enfants) le minent. Il a également des problèmes de santé : suite à une bagarre, il a une blessure à la jambe qui ne guérit pas depuis 1894, si bien qu'il déprime et tente de se suicider. Il est contraint de vendre ses toiles pour acheter morphine et arsenic qui calment les plaies qu'il a à la jambe[13].

Il décide alors de partir pour les Marquises, où il débarque le 16 septembre 1901, afin de retrouver l'inspiration. Le voici donc à Atuona (sur l'île de Hiva Oa), où l'évêque Martin, chef de la Mission catholique, lui vend un terrain marécageux ; aussi décide-t-il d'y faire construire une maison sur pilotis[14]. Il lui semble être au paradis. Il va vite déchanter en se rendant compte des abus de l'administration coloniale et en essayant de se battre pour les indigènes. Il refuse notamment de payer ses impôts et incite les Marquisiens à faire de même. C'est pour cette raison qu'il laisse sur place une mauvaise réputation après sa mort, ses ennemis (l'évêque, l'administration, les gendarmes avec qui il a des démêlés incessants) faisant croire qu'il est resté peu apprécié des Polynésiens en général et des Marquisiens en particulier, qui ont l'impression d'avoir eu affaire à un homme qui s'est servi des Polynésiens, surtout des femmes, comme si cela lui était dû[15].

Ainsi, dès son arrivée aux Marquises, il enlève à l'école catholique Marie-Rose Vaeoho (1887-1914) qui devient sa vahiné. Enceinte, elle est envoyée dans son village pour accoucher de leur fille Tikaomata et le peintre, voulant se moquer de l'évêque, la remplace par Henriette, élève de l'école des Sœurs et épouse du servant de messe[16].

Il enchaîne procès sur procès et, le 31 mars 1903, il est condamné à cinq cents francs d'amende et trois mois de prison ferme pour diffamation envers un brigadier de gendarmerie[17]. Ambroise Vollard, avec lequel il est sous contrat, lui verse des mensualités de 300 francs, et lui fournit gratuitement toile et couleurs, contre un minimum de vingt-cinq tableaux par an, essentiellement des natures mortes dont le marchand a fixé le prix unitaire à 200 francs[18].

Affaibli, sa blessure à la jambe s'étant transformée en eczéma purulent très douloureux, fatigué de lutter, il meurt, le 8 mai 1903. Il est enterré dans le cimetière d'Atuona. La tombe de Jacques Brel côtoie la sienne. Ses tableaux sur place sont vendus à un prix dérisoire, beaucoup de ses sculptures sont détruites.

En 2003, le maire d'Atuona, Guy Rauzy, lance la création d'un centre culturel Paul-Gauguin dans sa commune. Ayant trouvé le puits dans lequel les restes invendus de la maison de Gauguin avaient été jetés, il trouve quatre dents qu'il confie à l'historienne Caroline Boyle-Turner. Cette dernière, passionnée par la vie du peintre, entreprend un test ADN et des analyses chimiques qui révèlent que les dents du peintre ne contenaient pas de trace de mercure utilisé pour soigner la syphilis qu'aurait contracté le peintre en 1895 selon plusieurs de ses biographes, et pas de trace d'arsenic qu'il aurait utilisé pour calmer les douleurs de ses plaies aux jambes[19].

Influence de Gauguin[modifier | modifier le code]

Autoportrait au Christ jaune 1889, Paris, musée d'Orsay

Ses expérimentations sur la couleur et l'ensemble de son œuvre influencent l'évolution de la peinture, notamment le fauvisme du XXe siècle. En marge des Impressionnistes, Gauguin est sans doute, avec Paul Cézanne et Vincent van Gogh, le peintre de cette fin de XIXe siècle qui a eu le plus d'influence sur les mouvements de peinture du XXe siècle. Cette influence réside probablement, moins dans sa peinture que dans ses écrits, lesquels contiennent des formules qui, comme le dit Léon Gard, « flattent ce penchant des hommes pour les recettes mirifiques, en même temps que leurs instincts de garnements déchaînés qui se saoulent d'indiscipline[20] » : « Comment voyez-vous cet arbre ? écrivait Gauguin, Vert ? Mettez donc le plus beau vert de votre palette ; et cette ombre ? Plutôt bleue ? Ne craignez pas de la peindre aussi bleue que possible », ou encore : « Ne copiez pas trop d'après nature. L'art est une abstraction. » ou encore : « Vous connaissez depuis longtemps ce que j'ai voulu établir : le droit de tout oser[21]. »

Gauguin a animé les mouvements mystiques et symbolistes de Pont-Aven, puis des nabis où ses théories sur le cloisonnisme et le synthétisme ontété appuyées par les peintres Émile Bernard, Paul Sérusier et Maurice Denis et par le critique symboliste Albert Aurier. À la mort de Gauguin, à l'occasion d'expositions lui rendant hommage, ses idées se sont répandues, non sans extrapolation souvent, au Picasso de la période bleue et rose, puis aux groupes des fauves (André Derain, Raoul Dufy), des cubistes (Roger de La Fresnaye), des expressionnistes allemands (Jawlensky, Otto Mueller, Ernst Ludwig Kirchner, Paula Modersohn-Becker…) et le groupe Die Brücke.

La première rétrospective a lieu, en Allemagne à Weimar, organisée par le comte Harry Kessler, en relation avec Gustave Fayet, collectionneur qui lui prête de nombreuses toiles. Gustave Fayet a sans doute été le collectionneur français détenant le plus grand nombre d'œuvres de Gauguin (70 à son décès en 1925)[22].

Gauguin en littérature[modifier | modifier le code]

  • Paul Gauguin est le héros, avec Flora Tristan, du roman Le Paradis — un peu plus loin (prix Nobel de littérature) de Mario Vargas Llosa. Dans ce livre qui retrace sa vie à Tahiti, il est appelé « Koké le Maori » en référence à son désir de devenir un véritable « sauvage », de quitter la civilisation européenne qui l'aurait détruit. Y est décrite la conception du tableau que l'écrivain considère comme le chef-d’œuvre de Gauguin et qui s'intitule Manao Tupapau (Elle pense au revenant ou Le revenant pense à elle).
  • Somerset Maugham s'est inspiré de la vie de Paul Gauguin pour son personnage Charles Strickland dans L’Envoûté (The Moon and Sixpence).
  • La nouvelle Le Maître du Jouir de Victor Segalen a pour protagoniste une version romancée de Gauguin. Victor Segalen est aussi l'auteur d'un article paru au Mercure de France en juin 1904 sous le titre Gauguin dans son dernier décor. Il a écrit, en 1916, un Hommage à Gauguin pour servir de préface à l'édition des lettres de Gauguin à son ami Georges-Daniel de Monfreid[23].

Principales œuvres[modifier | modifier le code]

Signature de Gauguin
Manao Tupapau (L'esprit des morts veille), 1892
Nave Nave Mahana (Jour délicieux), 1896

De nombreuses toiles de Paul Gauguin sont peintes des deux côtés. Comme beaucoup de peintres du XIXe siècle désargentés, Paul Gauguin retournait certaines toiles qu'il possédait de peintres de son époque pour y composer ses propres œuvres. C'est le cas, par exemple, du nu de la collection Slomovic comportant au verso la vue d'une chambre. Un autre cas est la nature morte Villa Julia de l'ancienne collection Lefort des Ylouses montrant un nu (inachevé et non identifié) de l'autre côté.

Cote de ses œuvres[modifier | modifier le code]

  • Nafea faa ipoipo, vendu 7 francs aux Marquises à la mort de l'artiste[24], a été achetée, le 7 février 2015, pour un montant de 300 millions de dollars (265 millions d'euros), ce qui en fait, à la date de la vente, l'un des records de prix pour une toile. Il a été acheté par les musées du Qatar[25].
  • La Fin royale a été achetée par le Getty Museum de Los Angeles en mars 2008 pour un montant qui pourrait approcher les trente millions de dollars.
  • L'Institut d'art de Chicago a acheté vers 2001, une statue de Gauguin, Un faune, qui s'est révélée être un faux moderne réalisé par une famille anglaise, les Greenhalgh[26].

Musées[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

Monographies[modifier | modifier le code]

Correspondance[modifier | modifier le code]

Carnets[modifier | modifier le code]

  • Le Carnet de Paul Gauguin [fac-simile des carnets de 1888-1891], éd. par René Huyghe, Paris 1952.
  • Paul Gauguin. Carnet de croquis = A sketchbook [fac-simile des carnets de 1884-1889], éd. par Raymond Cogniat et John Rewald, New York, 1962.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) My Father, Paul Gauguin par Pola Gauguin, éd. Alfred A . Knopf, New York, 1937, p. 3-11.
  2. Catherine Thion, La Chapelle-Saint-Mesmin, des siècles d'histoire, Maury imprimeur, édité par la Ville de La Chapelle-Saint-Mesmin, 2007 (ISBN 9782952901703).
  3. Claude et Jacqueline Briot avec la collaboration de François Renault, Les Clippers français, Le Chasse-Marée, (ISBN 2-903708-46-0), p. 199.
  4. a et b « Paul Gauguin », dans Étienne Taillemite, Dictionnaire des marins français, Tallandier, 2002, p. 205-206.
  5. Paul Gauguin dans le XVe arrondissement. Résumé d'un article de Jeanine Podloubny et Michel Périn in Bull. Soc. hist. & arch. du XVe arrondt de Paris, no 4.
  6. « Centre d'interprétation (ex musée) Paul Gauguin ».
  7. Paul Gauguin a par ailleurs deux autres enfants naturels. Voir Base de Roglo, descendance de Paul Gauguin.
  8. Véronique Prat, Le Figaro.fr/Culture/Arts expositions, Van Gogh : du Japon dans le Midi, publié le 28 septembre 2012 [1].
  9. Paul Gauguin – Vincent van Gogh, Huis-clos sous le soleil du Midi, documentaire de Catherine Aventurier, diffusé sur France 5 le 21 février 2016.
  10. Paul Gauguin, Oviri, Musée d'Orsay.
  11. Noa Noa, Paul Gauguin, édition Jean-Jacques Pauvert & Cie, Paris, 1988 (ISBN 2-87697-030-9), annotée et présentée par Pierre Petit, p. 143.
  12. http://www.paul-gauguin.com/
  13. Maurice Malingue, La Vie prodigieuse de Gauguin, Éditions Buchet/Chastel, , p. 242.
  14. Gilbert Guilleminault, Les Maudits. De Cézanne à Utrillo, Denoël, , p. 110.
  15. Jean Lebrun, « Les Marquises de Laure Dominique Agniel », émission La Marche de l'Histoire sur France Inter, 15 avril 2016, 14 min 20 sec.
  16. Maurice Malingue, La Vie prodigieuse de Gauguin, p. 276.
  17. Maurice Malingue, La Vie prodigieuse de Gauguin, p. 242.
  18. Alain Leduc, Résolument moderne. Gauguin céramiste, E. C. Éditions, , p. 107.
  19. « Gauguin. Ses dents de retour à Hiva Oa », sur letelegramme.fr,‎
  20. Héritage de Gauguin, article paru dans la revue Panorama en 1943.
  21. Oviri, écrits d'un sauvage, par Gauguin.
  22. Voir Mario d'Angelo, La Musique à la Belle Époque. Autour du foyer artistique de Gustave Fayet, Béziers-Paris-Fontfroide, Paris, éd. du Manuscrit, 2012.
  23. Victor Segalen, « Segalen et l'exotisme » in Essai sur l'exotisme, préface de Gilles Manceron, Le Livre de Poche, coll. « Biblio essais », p. 21 (165 p.) (ISBN 978-2253038610).
  24. Laure Dominique Agniel, Gauguin aux Marquises
  25. (en) Bailey M, Gauguin Painting Is Said to Fetch $300 Million, New York Times, 6 février 2015.
  26. (en) Bailey M, « Revealed: Art Institute of Chicago Gauguin sculpture is fake », Art Newspaper, 12 décembre 2007.
  27. http://maisonmuseedupouldu.blogspot.fr/

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Paul Gauguin jouant de l'harmonium à l'atelier d'Alphonse Mucha, rue de la Grande-Chaumière, Paris (vers 1895).

Catalogues raisonnés[modifier | modifier le code]

Sur Gauguin[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :