Henri Cazalis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Henri Cazalis
Image dans Infobox.
Portrait de Jean Lahor gravé par Ricardo de Los-Rios.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 69 ans)
GenèveVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalité
Activités
Père
Adolphe Cazalis (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Distinctions
signature de Henri Cazalis
signature

Henri Cazalis, né à Cormeilles-en-Parisis (Val-d'Oise) le et mort à Genève (Suisse) le [1], est un médecin et poète symboliste français. Il se fait connaître sous le pseudonyme de Jean Caselli et, surtout, de Jean Lahor[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Docteur respecté, il a pour patients Maupassant et Verlaine.

Poète symboliste attiré par les images de la mort, il combine littérature et carrière médicale.

Surnommé «l’Hindou du Parnasse contemporain» (au vu de son penchant pour la pensée et le mysticisme oriental), il fréquente les Parnassiens, se lie avec Mallarmé et forme avec Sully-Prudhomme la Société de Protection des Paysages et de l’Esthétique de la France.

Il est surtout connu pour ses recueils de poésies Le Livre du Néant et L’Illusion.

L’Académie française lui décerne le prix Archon-Despérouses en 1889 et le prix Vitet en 1900

Il est enterré à Ferney-Voltaire[3].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Ouvrages publiés sous le pseudonyme de Jean Caselli :

  • Les Chants populaires de l’Italie, texte et traduction, (Bruxelles, 1865).

Ouvrages publiés sous le nom de Henri Cazalis :

  • Melancholia, poésies (Lemerre, Paris, 1860) ;
  • Le Livre du Néant, prose (Lemerre, Paris, 1868) ;
  • Étude sur Henry Regnault, sa vie et son œuvre (Paris, 1872).

Ouvrages publiés sous le pseudonyme de Jean Lahor :

  • L’Illusion, poésies (Lemerre, Paris, 1875) ;
  • Le Cantique des Cantiques, traduction en vers d’après la version de M. Reuss (Lemerre, Paris, 1885) ;
  • L’Illusion, poésies complètes, ouvrage couronné par l’Académie française (Lemerre, Paris, 1888) ;
  • Les Grands Poèmes religieux et philosophiques, 1re série de L’Histoire de la littérature hindoue (Charpentier-Fasquelle, Paris, 1888) ;
  • L'Enchantement de Siva, (Paris, la "Revue bleue" , 1891) ;
  • Les Quatrains d’Al-Ghazali, poésies (Lemerre, Paris, 1896) ;
  • La Gloire du néant, prose (Lemerre, Paris, 1896) ;
  • William Morris et le Mouvement nouveau de l’art décoratif (Eggimann, Genève, 1897) ;
  • L’Art nouveau, son Histoire, L’Art nouveau à l’Exposition, L’Art nouveau au point de vue social (Lemerre, Paris) ;
  • L’Art pour le peuple à défaut de l’Art par le peuple, brochure (librairie Larousse, Paris) ;
  • Une Société à créer pour la protection des paysages, brochure (Lemerre, Paris) ;
  • Les Habitations à bon marché et un Art nouveau pour le peuple, brochure (Larousse, Paris, 1903).

Ouvrages publiés par le docteur Henry Cazalis :

  • Contributions à la pathogénie de l’arthritisme (Doin, Paris) ;
  • Science et Mariage, ouvrage couronné par l’Académie de médecine (Doin, Paris) ;
  • Les Risques pathologiques du mariage, Les Hérédités morbides et un Examen médical avant le mariage, conférence à la Société médico-chirurgicale de Bradant, brochure (épuisée) ;
  • Quelques Mesures très simples protectrices de la santé de la race, communication à l’Académie de médecine (Doin, Paris, 1904) ;
  • L'alimentation à bon marché saine et rationnelle (Alcan, Paris,1908).

Poésies mises en musique[modifier | modifier le code]

Ses poèmes sont repris par les compositeurs Saint-Saëns, Duparc, Chausson et Hahn.

La Danse Macabre, op. 40 de Camille Saint-Saëns est ainsi basée sur le poème Égalité-Fraternité (1874).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Godonnèche, Jean Lahor, poète et médecin, La Belle Cordière, 1975
  • Lawrence A. Joseph, Henri Cazalis : sa vie, son œuvre, son amitié avec Mallarmé, Paris : A.-G. Nizet, 1972
  • Lawrence A. Joseph, Le docteur Henri Cazalis dans Médecine de France no 151 (1964) p. 33-40

Liens externes[modifier | modifier le code]