Édouard Colonne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Édouard Colonne
Edouard Colonne par Félix Nadar.JPEG
Photographie d'Édouard Colonne par Nadar.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 71 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalité
Formation
Activités
Conjoints
Irma Marié de l'Isle (d) (jusqu'en )
Eugénie Vergin (de à )Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Instrument
Maître
Distinction
Tombe de Edouard Colonne (division 89).JPG
Tombe d'Édouard Colonne (cimetière du Père-Lachaise, division 89)

Judas Colonne[1] dit Édouard Colonne[2], né le à Bordeaux et mort le à Paris, dans le 16e arrondissement[3], est un violoniste et chef d'orchestre français.

Il est le fondateur des Concerts Colonne en 1873.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines et formation[modifier | modifier le code]

Édouard Colonne est né dans une famille de musiciens d'origine juive italienne (Colonna) : son grand-père Raphaël (1785-1853)[4] et son père Abraham (1812-1875)[5] étaient l'un et l'autre des musiciens professionnels.

Il entre au Conservatoire de Paris en 1856 et remporte un premier prix d'harmonie en 1858 puis, en 1863, un premier prix de violon.

Carrière[modifier | modifier le code]

Durant ses études au conservatoire, il est violoniste du rang au Théâtre-Lyrique (actuellement théâtre de la Ville) avant de devenir, en 1858, premier violon à l'orchestre de l'Opéra de Paris. Il est également second violon du Quatuor Lamoureux, aux côtés du violoniste Charles Lamoureux (lequel fondera par la suite l'orchestre Lamoureux, grand rival des Concerts Colonne), puis dans l'orchestre de Jules Pasdeloup, où il effectue ses premières armes à la baguette.

En 1873, grâce aux fonds apportés par la maison d'édition musicale Hartmann, il fonde le « Concert National » au théâtre de l'Odéon. Il donne, lors du concert inaugural, la première mondiale de l'oratorio de César Franck Rédemption, avec Vincent d'Indy à la direction du chœur.

Après le retrait de Hartmann en raison de difficultés financières, il crée son propre orchestre, les  Concerts du Châtelet, rapidement rebaptisé  Association artistique des Concerts Colonne. En résidence au théâtre du Châtelet, l'orchestre se fait une spécialité du répertoire français contemporain.

En 1892, il est nommé directeur artistique de l'orchestre de l'Opéra de Paris, où il avait débuté, mais il n'y reste qu'une saison, préférant se consacrer désormais à sa propre formation.

Il est, avec André Messager et Camille Chevillard, l'un des trois chefs français de renom pionniers de l'enregistrement orchestral. En 1906-1907, il réalise une vingtaine d'enregistrements pour Pathé à la tête d'un orchestre réduit, comme l'imposait à l'époque la technique de prise de son par cornet acoustique.

Colonne meurt en à son domicile parisien, 21 rue Louis-David[6], des suites d'une longue maladie. Il est enterré au cimetière du Père Lachaise[7],[8].

Famille[modifier | modifier le code]

Époux en premières noces d'Irma Marié de L'Isle (1841-1891)[9], sœur de la cantatrice Célestine Galli-Marié, il a deux enfants, Mathilde (1862-?), qui épousera le compositeur et éditeur de musique Antony Choudens[10] puis en juin 1896 le banquier Hermann Hirsch-Neumann, et Édouard (1863-1882)[11].

Colonne se remarie en [12] avec la soprano et professeur de chant Eugénie Vergin (1854-1941)[13], avec qui il a deux autres enfants, Félix (1888-?) et Daniel (1892-1916)[14].

Aucun de ses quatre enfants ne semble avoir laissé de descendance.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Postérité[modifier | modifier le code]

Plusieurs rues portent son nom en France :

Une salle du musée Hector-Berlioz à la Côte-Saint-André porte également son nom.

Par contre, aucune plaque commémorative n'a, à ce jour, été apposée sur sa maison natale à Bordeaux au 230, rue Sainte-Catherine[19], ni sur son dernier domicile parisien au 21, rue Louis-David.

Discographie[modifier | modifier le code]

  • Édouard Colonne, Intégrale des enregistrements Pathé-Saphir, Tahra, 1999, réf. COL 001 [gravures d'œuvres de Beethoven, Berlioz, Bizet, Brahms, Chopin, Delibes, Godard, Gounod, Massenet, Mozart, Saint-Saëns, Schubert, Wagner, Weber et Widor réalisées en 1906-1907 et numérisées par Claude Fihman].

Iconographie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Par son père, il était d'origine italienne (Colonna) et, par sa mère, avait de lointaines ascendances portugaises (Ferreira).
  2. À ses débuts, il était également connu sous le nom de Jules Colonne.
  3. Acte de décès n° 473 (vue 30/31). Archives en ligne de la Ville de Paris, état-civil du 16e arrondissement, registre des décès de 1910.
  4. Né Colonna, Raphaël Colonne était originaire de Nice, qui dépendait alors du royaume de Sardaigne.
  5. Chef d'orchestre du théâtre des Funambules, place des Quinconces, il était également professeur de violon et marchand d'instruments de musique cours Napoléon, actuel cours Victor-Hugo.
  6. Jacques Hillairet, Dictionnaire historique des rues de Paris, Les Éditions de minuit, septième édition, 1963, t. 2 (« L-Z »), « Rue Louis-David », p. 53-54.
  7. 9e tombe à droite de celle d'Oscar Wilde. « Chronique musicale. Mort de M. Édouard Colonne », Le Journal amusant, 9 avril 1910, p. 14, lire en ligne sur Gallica.
  8. « Quinzaine de deuils. Édouard Colonne », Comoedia illustré, 15 avril 1910, p. 5, lire en ligne sur Gallica.
  9. Acte de mariage n° 767 (vue 4/31) avec mention marginale du divorce. Archives en ligne de la Ville de Paris, état-civil du 18e arrondissement, registre des mariages de 1869.
  10. Acte de mariage n° 1165 (vue 14/31) avec mention marginale du divorce. Archives en ligne de la Ville de Paris, état-civil du 9e arrondissement, registre des mariages de 1887.
  11. Acte de naissance n° 715 (vue 3/31) avec mentions marginales de reconnaissance et de légitimation. Archives en ligne de la Ville de Paris, état-civil du 18e arrondissement, registre des naissances de 1863.
  12. Acte de mariage n° 937 (vue 6/31). Archives en ligne de la Ville de Paris, état-civil du 9e arrondissement, registre des mariages de 1886.
  13. Notice biographique de Célestine Galli-Marié sur musimem.com.
  14. Souffrant du mal de Pott, ce dernier meurt à l'hôpital maritime de Berck à l'âge de 24 ans.
  15. Renseignements divers. Édouard Colonne. Chronique de la jeunesse, supplément du Journal de la jeunesse n° 1955 du 21 mai 1910, p. 3-4, lire en ligne sur Gallica.
  16. Parrain : le magistrat et député Edmond Turquet, sous-secrétaire d'État à l'Instruction publique et aux Beaux-Arts.
  17. Parrain : le compositeur et organiste Théodore Dubois, directeur du Conservatoire, membre de l'Académie des beaux-arts. Dossier LH/573/71. Ministère de la Culture, base Léonore.
  18. Parrain : le compositeur, pianiste et chef d'orchestre Gabriel Pierné, successeur de son mari à la tête des Concerts Colonne. Dossier LH19800035/0133/16869. Ministère de la Culture, base Léonore.
  19. Choses de province. La jeunesse d'Édouard Colonne à Bordeaux. Journal des débats, 16 octobre 1922, p. 3, lire en ligne sur Gallica.
  20. Par l'atelier Benque et Cie.
  21. Paru dans la rubrique « Les Tempêtes Sonores - Les Concerts du Châtelet » de la revue Le Rire en 1890.
  22. « Édouard Colonne », dans Figures contemporaines tirées de l'album Mariani, lire en ligne sur Gallica.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]