Frédéric-Auguste Cazals

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cazals.
Frédéric-Auguste Cazals
Cazals Fernand Fau La Plume.png
Cazals par Fernand Fau[1]
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 75 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités

Frédéric-Auguste Cazals (1865 - 1941) est un artiste peintre, dessinateur, écrivain, poète et illustrateur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Parisien, né 10 rue des Innocents, fils d'Augustine-Julie Schier, couturière, et de Jules-François Cazals, tailleur[2], Frédéric-Augustin est un artiste autodidacte qui, pour gagner sa vie, devient employé des Postes jusqu'en 1912. À cette époque, il vit 5 rue de Chevreuse dans le 6e arrondissement. Il a ensuite été percepteur à Dammartin-en-Serve jusqu'à l'âge de la retraite, vivant jusqu'à sa mort dans un pavillon au 11 rue du Joli-Point-de-Vue à Villemomble[3].

Cazals reste l'un des plus proches amis de Paul Verlaine, de 1886 à la mort du poète. Précieux témoin, il est connu pour avoir composé plus de 150 portraits du poète, souvent de simple esquisses prises sur le vif[3].

En avril 1888, il fonde la revue Le Paris littéraire, accueillant Verlaine, Gustave Kahn, Paul Adam, Édouard Dubus, Louis Dumur...[4],[5].

En 1890, il illustre Dédicaces publié à la Bibliothèque artistique et littéraire ; puis, en 1891, il illustre chez Léon Vanier, le recueil Mes hopitaux et en 1894, il produit une affiche pour la 7e exposition du Salon des Cent, sur laquelle, au premier plan, est dessiné Paul Verlaine, et, au deuxième plan, Jean Moréas : cette œuvre est reproduite dans la revue Les Maîtres de l'affiche (1895-1900).

À la mort de Verlaine, il hérite, entre autres, de l'unique exemplaire — à l'époque — du recueil Une saison en enfer d'Arthur Rimbaud publié à Bruxelles, qu'il revend par la suite au politicien collectionneur Louis Barthou pour la somme de 100 francs-or[6].

Il collabora à de nombreux périodiques dont La Halle aux charges (1882-1885), Les Hommes d'aujourd'hui (1887), La Plume, Le Courrier français, Les Hommes du jour, Jugend, La Revue bleue[7].

Portraitiste d'Alfred Jarry en 1897, cette composition sert de frontispice au Moutardier du Pape publié en 1907.

En mai 1911, il épouse Émilie Crance, originaire de Montchanin ; Ernest Raynaud est témoin de mariage[3].

En 1923, il publie Les derniers jours de Paul Verlaine au Mercure de France.

En mai 1932, il adhère à la Société des gens de lettres[3].

Cazals meurt le 2 mars 1941, à l'hôpital Cochin (Paris)[3].

Œuvres notoires[modifier | modifier le code]

Cazals est aussi conteur, poète et chansonnier :

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Illustration reproduite à la fin de l'ouvrage Le Jardin des ronces (La Plume, 1902).
  2. Acte de naissance n° 1349, année 1865, Archives de l'état civil de la Ville de Paris.
  3. a b c d et e Cazals, Auguste-Frédéric, notice biographique par Alexandre Thommes, Comité des travaux historiques et scientifiques / École nationale des chartes.
  4. Octave Uzanne (direction), Le Livre, édition du 14 août 1888, Paris, Quantin, p. 437 — sur Gallica.
  5. Notice bibliographique, Catalogue général de la BNF.
  6. L'Express, 21 juin 2007.
  7. « Cazals, Frédéric-Auguste », dans Dico Solo, Vichy, AEDIS, 2004, page 151.

Galerie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]