Jacques Beltrand

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jacques Beltrand
Naissance
Décès
Nom de naissance
Antony Louis Jacques BeltrandVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Père
Fratrie
Distinction

Jacques Anthony Louis Beltrand, né le [1], à Paris, et mort le , à Coucy-les-Eppes dans l'Aisne, est un graveur sur bois français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jacques Beltrand naît au 1, rue des Artistes, dans le quartier du Montparnasse à Paris. Auprès de son père, le graveur d'origine lyonnaise Tony Beltrand, il apprend à tailler le bois de fil et le bois debout ; il compose ses premières estampes et s'essaie à la peinture. Il perfectionne son art auprès de l'ami de la famille Auguste Lepère, dont il peut être considéré comme l'un des héritiers, en compagnie d'Eugène Dété, Florian et Tina Yre.

Ses petits frères, Camille (1877-1951), Georges (1881-1969) et Marcel (1886-1910), ont tous pratiqué la gravure.

À partir de 1892, il effectue de fréquents séjours chez Auguste Lepère à Saint-Jean-de-Monts où il produit de nombreuses gravures de la Vendée.

Il expose à 20 ans, en 1894, ses premiers bois à la Société nationale des beaux-arts. Il grave avec son père pour les revues L'Estampe originale, L'Image, et Le Monde illustré.

Jacques Beltrand installe son atelier en 1896 et le partage avec son père et ses trois frères Camille, Georges et Marcel, au 3 de l'impasse Camus[2], dans le 14e arrondissement. Il grave, pour L'Image, Le Bois ou Suzanne Lepère cueillant des glycines.

En 1897, il dessine et édite L'Almanach entièrement gravé sur bois en couleurs texte et composition, et imprimé à l'eau. Il fait la connaissance de Maurice Denis et travaille avec lui.

En 1898, il édite son premier livre, Paysages de chez nous, avec texte, gravures sur bois en camaïeu. Vers cette époque, les Beltran font l'acquisition d'une maison de campagne à Villeneuve-sur-Bellot (Seine-et-Marne) où les rejoignent souvent les Lepère.

En 1899, avec son père et Dété, Jacques Beltrand grave deux livres des Minutes parisiennes illustrés par Lepère : Midi et 2 Heures.

En 1903, il commence à graver sur bois en camaïeu la série de portraits pour La Légende dorée des grands hommes ou la Tragédie humaine et, en 1904, illustre de gravures sur bois originales Les Petits Métiers des rues de Paris de Tristan Le Clere dit « Klingsor ». Il expose à l'exposition de « Certains peintres sculpteurs graveurs ». Il grave avec son père Tony et son frère Camille Gaspard de la nuit d'après Armand Séguin. Son père meurt cette année-là.

En 1905, Jacques Beltrand quitte la Villa Brune pour le 15e arrondissement de Paris où il restera jusqu'en 1930[3]. Il obtient la bourse de voyage de l'École nationale supérieure des beaux-arts. Il est nommé sociétaire de la Société nationale des beaux-arts. Il fait un séjour à Belle-Île-en-Mer avec Camille, où Frélaut leur rend visite, ainsi qu'un séjour à Londres avec Georges et Marcel.

Membre de la Société des peintres-graveurs français à partir de 1906, il participera à toutes les expositions de la Société jusqu'en 1946.

À partir de 1907, Jacques Beltrand se lie d'amitié avec Maurice Denis dont il devient, secondé par ses frères Camille et Georges, l'interprète exclusif, gravant pour lui, jusqu'en 1944, un total de 23 livres. Ils commencent avec les bois en couleurs pour Vita Nova de Dante.

En 1911, il passe des vacances en Bretagne chez Denis à Silencio, près de Perros Guirec ; ensemble ils rendent visite à Anatole Le Braz à Port-Blanc (Côtes-du-Nord).

En 1914, avec Lepère, Jean Emile Laboureur, Gusman et Colin, Beltrand fait partie du comité de direction du Nouvel Imagier publié par la Société de la gravure sur bois originale. Mobilisé, il est blessé en octobre à Chappy par un obus et hospitalisé à Villefranche-sur-Saône, puis à Rodez dont il grave la cathédrale Notre-Dame.

En 1918, il fait un voyage précipité en Dordogne, à Domme, pour le décès d'Auguste Lepère.

En 1920, il expose au « Nouvel Essor » avec Laboureur, Colin, Bonfils et Maillol.

En 1921, il commence avec ses frères à graver, d'après les dessins de Botticelli, La Divine Comédie.

En 1922, la presse parisienne (Le Crapouillot) rend compte de l’exposition des artistes Constant Le Breton,Jean Lébédeff,Paul Hermann, Roger-Maurice Grillon, Jacques Beltrand,Robert Bonfils,Louis Bouquet,Paul-Émile Colin,Georges Gimel,Démétrios Galanis,Carlègle,André Deslignères et de leurs bois gravés à la galerie Le Nouvel Essor, qui précède leur accrochage commun, au début de l’année 1923, au Salon de la Société de la gravure sur bois originale, au pavillon de Marsan.

Membre du Comité des Tuileries en 1922, Beltrand y exposera jusqu'en 1944. Il est nommé professeur chef d'atelier à l’École nationale supérieure des beaux-arts, où il enseignera jusqu'en 1946.

En 1926, il se lie d'amitié avec Jean Émile Laboureur et André Dunoyer de Segonzac.

À 57 ans, en 1930, Jacques Beltrand épouse Jane Arger, cantatrice et musicienne. Ils quittent le 15e arrondissement pour le 3, rue Max-Blondat, à Boulogne-Billancourt.

En 1933, il fait un séjour à Quiberon et à Belle-Île, et grave Les Thoniers à Belle-Île. En août et septembre 1935, il voyage à Rome, Assise et Florence.

En 1941, Beltrand est nommé avec Maurice Denis, membre du Comité d'organisation professionnelle des arts graphiques et plastiques. Il est expert officiel de Goering en France pour les œuvres d'art pillées par les nazis[4]. En 1943, il est très affecté par le décès de son ami Maurice Denis.

En 1946, il fait un voyage à Florence.

Son épouse Jane meurt en 1960.

En 1963, Jacques Beltrand abandonne Boulogne-Billancourt pour se retirer en famille, dans l'Aisne où il meurt, en 1977, dans sa 104e année.

Prix, distinctions, responsabilités[modifier | modifier le code]

Prix[modifier | modifier le code]

  • 1890, 1er prix de gravure et 2e prix de dessin de la Société de gravure Ier degré
  • 1929 : Médaillé au concours du Musée Galliera (art religieux)
  • 1939 : Prix d'honneur quinquennal de gravure

Distinctions[modifier | modifier le code]

Responsabilités[modifier | modifier le code]

  • 1906 : Membre de la Société des peintres-graveurs français
  • 1913 : Vice-président de la Société des amis des cathédrales
  • 1922 :
  • 1926 : Membre de la Société du Salon d'automne
  • 1927 : Président de la Société des amis des cathédrales
  • 1930 : Vice-président de la Société des peintres-graveurs français
  • 1931 : Vice-président de l'Association des prix du Salon et boursiers du voyage
  • 1933 : Président de la Société des peintres-graveurs français (jusqu'en 1946)
  • 1937 :
    • Vice-président (avec Laboureur) de la section Arts et Techniques consacrée à l'estampe à l'Exposition internationale de 1937
    • Membre du Conseil supérieur des beaux-arts
  • 1938 : Président de l'Association des prix du Salon et boursiers du voyage
  • 1940 : Vice-président du Comité national de la gravure française

Œuvres gravées[modifier | modifier le code]

  • 1907 : Bois du Laboureur. Bois en couleurs Vita Nova de Dante illustré par Maurice Denis (avec Camille et Georges)
  • 1911 : Bois de L'Arbre tordu, Le Saule, Le Faune
  • 1912 : Deux bois en camaïeu Le Paysage aux lapins et Le Chercheur de champignons
  • 1913 : Bois en camaïeu Cérès
  • 1918 : Bois du Vieil Arbre
  • 1919 : 73 bois en couleurs d'après Maurice Denis pour Les Petites Fleurs de Saint François d'Assise[5] (avec Camille et Georges)
  • 1920 : Bois du Petit Paysage à Belle De ou Le Coup de vent
  • 1921 : La Divine Comédie, , d'après les dessins de Botticelli. Trois volumes : L'Enfer, Le Purgatoire et Le Paradis, achevés en 1923
  • 1925 : Bois de Carnet de voyage en Italie d'après Maurice Denis (avec Camille et Georges)
  • 1926 : Marine, fac similé de lavis
  • 1927 : Bois en camaïeu pour Maîtres et amis de Paul Valéry
  • 1930 : D'après Maurice Denis, bois en couleurs de La Mort à Venise. Bois originaux pour La Douce Enfance de Thierry Seneuse. Bois de Mer sauvage à Belle-Île et Gros Temps à Belle-Île.
  • 1932 : Plusieurs camaïeux de la forêt de Fontainebleau dont Le Paysage aux fougères
  • 1933 : Les Thoniers à Belle-Île. D'après Maurice Denis, bois du Crépuscule sur la mer d'André Suarès
  • 1935 : Port du palais à Belle-Île, fac similé de dessin à la plume
  • 1938 : Bois des Rochers de Belle-Île
  • 1949 : Réalise des aquarelles qu'il grave sur bois pour Rosalinde sur l'eau d'André Suarès
  • 1950 : Bois originaux pour L'Isola Bella ou Belle De en Mer d'Anatole Le Braz
  • 1954 : Le Tombeau des poètes d'après André Dunoyer de Segonzac
  • 1956 : Bois en couleurs pour Les Vacances forcées d'après Raoul Dufy
  • 1958 : D'après Paul Jouve, bois du premier volume du Roman de Renart de Maurice Genevoix
  • 1959 : Bois en couleurs du second volume du Roman de Renart
  • 1962 : Grave sur bois les dessins d'André Dunoyer de Segonzac pour Le Sport de Jean Giraudoux

Expositions[modifier | modifier le code]

Publication[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Notice de notoriété personne du catalogue général de la BNF.
  2. En 1900 l'impasse Camus prend le nom de Villa Brune qui regroupera de nombreux ateliers d'artistes.
  3. Domicile au 69, boulevard Pasteur et atelier au 20, rue Dutot.
  4. H. Feliciano, Le Musée disparu, Folio histoire, 2012.
  5. Fioretti di S. Francesco, traduction de l'italien par André Pératé, Paris, À l'art catholique, 1919.
  6. Publiés sous les auspices de la classe de la gravure et de l'estampe à l'exposition internationale 1937.
  7. Notice bibliographique du catalogue général de la BNF.

Voir aussi[modifier | modifier le code]