Léon Deschamps

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
 Ne doit pas être confondu avec Léon Deschamps (artiste).
Léon Deschamps
Léon Deschamps by Cazals.jpg

Léon Deschamps
Portrait par Frédéric-Auguste Cazals.

Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 36 ans)
Nationalité
Activités

Léon Charles Deschamps, né le à Sauzé-Vaussais[1] et mort le à Paris, est un romancier et poète français, connu surtout pour avoir été le fondateur de la revue littéraire La Plume.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'un cuisinier, il ne dépasse pas le niveau des études primaires et commence à travailler avec son père, dont il hérite. En 1879, après avoir perdu ses économies dans une obscure affaire financière, il se fixe à Paris, où il passe le concours de secrétaire de commissaire. Grâce à l'appui de Léopold Goirand, futur député républicain des Deux-Sèvres, il entre comme employé à La Gazette du Palais, fondé par Goirand en 1881, où selon Alix Jean, il est chargé de vendre des ouvrages de droit. Cet emploi subalterne lui permet de côtoyer des journalistes, le monde de l'édition, de se former au commerce, et de se faire quelques relations. Après avoir publié quelques ouvrages à compte d'auteur (poésie et roman), il fait paraître le premier numéro de La Plume le 15 avril 1889 avec l'aide de René Ponsard qui lui avance le coût de l'impression, soit 1 500 francs. Cette revue, Deschamps la veut au service des jeunes écrivains et artistes.

Pendant dix ans, secondé entre autres par Paul Redonnel, il fait de cette revue le fer de lance du mouvement symboliste, et la transforme en société anonyme. En effet, il lance parallèlement une maison d'édition, la Bibliothèque artistique et littéraire, aux bureaux de La Plume, au no  31 de la rue Bonaparte à Paris, qui publie Laurent Tailhade, Henry Becque, Fernand Clerget, Hugues Rebell, Maurice Du Plessys, Louis Dumur, Jean Moréas, Charles Louis-Philippe, Ernest Raynaud, Adolphe Retté, Paul Verlaine, et bien d'autres.

Initiateur de dîners littéraires et des fameuses soirées de La Plume au Caveau du Soleil d'or où l'on croisait Guillaume Apollinaire, Jean Moréas, Nicolas Deniker, le peintre et graveur Edmond-Marie Poullain et beaucoup d'autres, il est également en avril 1894 le fondateur du salon des Cent, où des peintres inconnus pouvaient accrocher leurs toiles parmi celles des célébrités du moment et qui eut 53 éditions : la société La Plume en était l'organisatrice, en même temps que l'éditrice de nombreux produits graphiques.

Alors que son entreprise semble bénéficiaire et connaître un véritable succès dans le milieu de l'art, il meurt subitement le 28 décembre 1899 des suites d'un érysipèle de la face et il est inhumé à Boulogne-sur-Mer où il avait l'habitude de se reposer. Marié en 1892, il laisse une fille, Charlotte, dont Aurélien Scholl devient le tuteur.

En avril 1900, le conseil d'administration de la société anonyme La Plume nomme Karl Boès qui ainsi lui succède officiellement à la tête de la revue et de l'entreprise.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • À la gueule du monstre : poèmes, Dupret, 1886.
  • Les Contes à Sylvie : nouvelles, Paris, Jules Lévy, 1887.
  • Le Village, mœurs paysannes, Paris, Jules Lévy, 1888.
  • Alphonse Mucha et son œuvre, 127 illustrations par A. Mucha, et un portrait-charge de l'artiste par Whidhopff, Paris, Société anonyme La Plume, 1897.

Portraits[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Léon Maillard, La Lutte Idéale - Les Soirées de La Plume, Paris, éd. Paul Sevin et La Plume, 1892.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [PDF]Biographie et généalogie, sur le bloge de charente libre.fr, en ligne.

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]