Poèmes antiques

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ne doit pas être confondu avec Poèmes antiques et modernes.

Poèmes antiques
Auteur Leconte de Lisle
Pays Drapeau de la France France
Genre poésie
Éditeur Ducloux
Date de parution 1852
Chronologie

Poèmes antiques (orthographié Poëmes antiques dans ses premières éditions) est un recueil de poèmes de Leconte de Lisle paru en 1852. Les poèmes de ce recueil, composés en vers réguliers, puisent leurs sujets dans l'histoire et la mythologie de l'Inde antique, de la Grèce antique et de la Rome antique ; quelques poèmes à la fin du recueil s'inspirent de la culture de l'Écosse. Poèmes antiques est l'une des œuvres poétiques représentatives du mouvement littéraire du Parnasse, dont Leconte de Lisle est l'un des principaux représentants.

Structure[modifier | modifier le code]

La première édition du recueil, parue en 1852, comprend 48 poèmes, tandis que l'édition définitive en comprend davantage[1]. Elle est précédée d'une préface de l'auteur[2].

Les sept premiers poèmes du recueil s'inspirent de l'Inde antique. Suit une trentaine de poèmes inspirés par la Grèce antique, principalement par la mythologie grecque. Suit une petite trentaine de poèmes inspirés par la Rome antique, dont la série des « Études latines », composée de 18 poèmes. La partie latine du recueil est suivie par la section « Chansons écossaises », qui regroupe six poèmes. Les trois derniers poèmes (« Souvenir », « Les Étoiles mortelles » et « Dies iræ ») forment une conclusion au ton mélancolique.

Conception du recueil[modifier | modifier le code]

Poèmes antiques est le premier recueil de poèmes que publie Leconte de Lisle, mais l'auteur a déjà publié, dans plusieurs revues littéraires, de nombreux poèmes isolés ainsi que des contes en prose et des articles[1]. Onze poèmes du recueil ont déjà été publiés auparavant dans La Phalange, une revue littéraire fouriériste, en 1846 et 1847[3]. Les poèmes à sujet écossais peuvent sembler moins à leur place dans le recueil, mais tous s'inspirent des œuvres du poète écossais Burns, lequel puise notamment ses inspirations chez le poète grec antique Théocrite, ce qui peut expliquer leur inclusion dans Poèmes antiques[3].

Histoire éditoriale[modifier | modifier le code]

La première édition de Poèmes antiques paraît à Paris chez l'éditeur Ducloux en 1852 ; il se compose d'une préface et de 31 poèmes[4]. Le recueil est réédité à plusieurs reprises chez Alphonse Lemerre en 1874, 1881 et 1886. L'édition définitive paraît en 1891, trois ans avant la mort du poète.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Édition de Claudine Gothot-Mersch, (Gallimard, 1994, rééd. coll. "Poésie"), Préface, p. 7.
  2. Édition de Claudine Gothot-Mersch, (Gallimard, 1994, rééd. coll. "Poésie"), Préface, p. 9.
  3. a et b Édition de Claudine Gothot-Mersch, (Gallimard, 1994, rééd. coll. "Poésie"), Préface, p. 8.
  4. Édition de Claudine Gothot-Mersch, (Gallimard, 1994, rééd. coll. "Poésie"),Notice, p. 303.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Éditions critiques[modifier | modifier le code]

  • Leconte de Lisle, Poèmes antiques, édition de Claudine Gothot-Mersch, Gallimard, 1994, rééd. coll. "Poésie".

Études savantes[modifier | modifier le code]

  • Pierre Flottes, Leconte de Lisle : l'homme et l'œuvre, Paris, Hatier-Boivin, collection "Connaissance des lettres" (n°40), 1954. (ISSN 0758-4091)
  • Yann Mortelette, « Leconte de Lisle antimoderne », Studi Francesi (en ligne), n°170 (LVII | II), 2013, mis en ligne le 30 novembre 2015 (DOI : 10.4000/studifrancesi.2945). [lire en ligne].
  • Caroline de Mulder, Leconte de Lisle, entre utopie et république, Rodopi, collection "Faux-titre", 2005.
  • Edgar Pich, Leconte de Lisle et sa création poétique : "Poèmes antiques" et "Poèmes barbares", 1852-1874 (thèse de Lettres soutenue à la Sorbonne en 1973), Lille, Service de reproduction des thèses de l'université de Lille III, 1974.
  • Irving Putter, « Leconte de Lisle et l'Hellénisme », dans Cahiers de l'Association internationale des études françaises, 1958, n°10, p. 174-199. [lire en ligne]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :