Jean-Jacques Ampère

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ampère (homonymie).
Jean-Jacques Ampère
Description de cette image, également commentée ci-après

Jean-Jacques Ampère photographié par Adam-Salomon.

Naissance
Lyon
Décès (à 63 ans)
Pau
Nationalité Drapeau : France Française
Profession
Distinctions
Famille

Jean-Jacques Ampère, né le à Lyon et mort le à Pau, est un historien spécialiste du Moyen Âge, écrivain et voyageur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils du célèbre physicien André-Marie Ampère, Jean-Jacques Ampère fait partie du cercle de Mme Récamier. Il est professeur au Collège de France, conservateur de la bibliothèque Mazarine, membre de l'Académie des inscriptions et belles-lettres (1842) et de l'Académie française (1848).

Il fait un premier voyage en Orient en 1841 avec Prosper Mérimée et deux autres amis, Jean de Witte et Charles Lenormant : Naples, Malte, Syros, Athènes, Éphèse, Magnésie, Sardes, Smyrne puis Constantinople et Rome sur le chemin du retour. C'est Ampère qui raconte le voyage dans La Grèce, Rome et Dante : études littéraires d'après nature en 1848.

Il aurait été le premier à utiliser le terme de renaissance.

Tombe de Jean-Jacques Ampère et de son père, André-Marie Ampère, au cimetière Montmartre à Paris.

À sa mort, il lègue ses papiers et le peu de fortune dont il dispose à ses amis, Casimir et Hortense Cheuvreux. Il repose au cimetière Montmartre dans la 30e division auprès de son père André-Marie (décédé le 10 juin 1836). Leur tombe comporte une stèle ornée de deux médaillons en bronze, œuvres du sculpteur Charles Gumery[1].

Le journaliste essayiste Lucien-Anatole Prévost-Paradol, son successeur à l'Académie Française, prononça son éloge, le , lors de son discours de réception[2].

En 1929, une partie des archives d'Ampère est déposée à la bibliothèque de l'Institut de France par la marquise de Montebello, veuve de Gustave Lannes de Montebello et petite-fille des Cheuvreux, un de ses amis. Ce fonds contient notamment 254 lettres de Jean-Jacques Ampère à Madame Récamier, que celle-ci a conservées et léguées à leur auteur.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Tombe d'André-Marie Ampère et de Jean-Jacques Ampère, sur le site landrucimetieres.fr, consulté le 14 juillet 2014
  2. Discours de réception de Lucien-Anatole Prévost-Paradol, éloge de Jean-Jacques Ampère, sur le site academie-francaise.fr, consulté le 23 août 2014

Principaux ouvrages[modifier | modifier le code]

  • De l'histoire de la poésie (1830) ;
  • De la littérature française dans ses rapports avec les littératures étrangères au Moyen Âge (1833) ;
  • Littérature et voyages : Allemagne et Scandinavie (1833) ;
  • Histoire littéraire de la France avant le XIIe siècle (3 volumes) (1839) ;
  • Histoire de la littérature au Moyen Âge. De la formation de la langue française (3 volumes) (1841) ;
  • Ballanche (1849) ;
  • La Grèce, Rome et Dante : études littéraires d'après nature (1848) ;
  • Littérature, voyages et poésies (2 volumes) (1848) ;
  • L'histoire romaine à Rome (4 volumes) (1856) ;
  • César, scènes historiques (1859) ;
  • Promenade en Amérique (2 volumes) (1860) ;
  • La science et les lettres en Orient (1865) ;
  • Mélanges d'histoire et de littérature (2 volumes) (1867) ;
  • L'Empire romain à Rome (2 volumes) (1867) ;
  • Voyage en Égypte et en Nubie (1868) ;
  • Christian ou l'année romaine (1887).

Notices[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Cet article comprend des extraits du Dictionnaire Bouillet. Il est possible de supprimer cette indication, si le texte reflète le savoir actuel sur ce thème, si les sources sont citées, s'il satisfait aux exigences linguistiques actuelles et s'il ne contient pas de propos qui vont à l'encontre des règles de neutralité de Wikipédia.

Sur les autres projets Wikimedia :