Jacques Hillairet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jacques Hillairet
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 97 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nom de naissance
Auguste André CoussillanVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Grade militaire
Distinctions
Père-Lachaise - Division 88 - Hillairet 02.jpg

Tombe au cimetière du Père-Lachaise.

Auguste André Coussillan, dit Jacques Hillairet, né à Commentry (Allier) le et mort à Paris le , est un historien français spécialisé dans l'histoire de Paris. Aujourd'hui encore, deux de ses ouvrages, réédités depuis leur parution dans les années 1950, font figure de référence : Connaissance du vieux Paris et le Dictionnaire historique des rues de Paris.

Biographie[modifier | modifier le code]

Officier de carrière, le colonel Auguste Coussillan, officier de la Légion d'honneur, a mené des activités de conférencier et d'historien du vieux Paris pour lesquelles il a été trois fois lauréat de l'Académie française, dont un prix Gobert. Il a reçu, en 1957, le grand prix littéraire du conseil général de la Seine et, en 1978, la médaille de vermeil de la Ville de Paris[1].

Son père, receveur des Postes, est nommé à Paris quand il a 7 ans. En 1910, il est employé au central téléphonique de la rue de Grenelle ce qui lui vaut d'être mobilisé dans les Transmissions au début de la Première Guerre mondiale. Il est affecté à l'État-major du général Gallieni où il participe à l'organisation de l'opération des Taxis de la Marne. Il va installer le téléphone dans les tranchées. Il reste dans l'armée à la sortie de la guerre. Entre 1924 et 1926 il est professeur à l'école de cavalerie de Saumur. Il est ensuite affecté au ministère de la Guerre. Il est ensuite affecté au Liban, entre 1930 et 1938, alors sous mandat français dans un ministère des Téléphones. Il est mobilisé au début de la Seconde Guerre mondiale comme colonel. Fait prisonnier de guerre en 1940, il est envoyé en Silésie pendant l'hiver 1940. Il est libéré en 1941 et est mis à la retraite de l'armée. Il habite alors à Marseille. Après la Libération, il s'installe à Paris. Il va alors se passionner sur l'histoire anecdotique de Paris et organiser des visites-conférences sur le vieux Paris. Il change de nom pour exercer cette activité « pour que ses petits camarades de l'armée ne se paient pas sa tête ». Il prend le nom de jeune fille de sa mère et se fait appeler Jacques Hillairet[2].

À partir de 1951, à la demande de Jérôme Lindon, Jacques Hillairet publie aux éditions de Minuit une série de trois ouvrages intitulée Évocation du vieux Paris, lesquels sont suivis en 1956 des trois volumes de la série Connaissance du vieux Paris. Il dirige également la série Évocation du Grand Paris, où sont publiés notamment trois ouvrages de l'historien Georges Poisson.

Le Dictionnaire historique des rues de Paris, régulièrement réédité et remis à jour, décrit en détail l’histoire, les monuments et les événements qui ont marqué les quelque 5 334 rues de la capitale. Jacques Hillairet est inhumé au cimetière du Père-Lachaise, dans la 88e division[3].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

[réf. incomplète]

  • Évocation du vieux Paris. Vieux Quartiers, vieilles rues, vieilles demeures, historique, vestiges, annales et anecdotes, 3 vol., Minuit, 1951-1954
[1] Le Paris du Moyen Âge et de la Renaissance. Le Cœur de Paris [2] Les Faubourgs [3] Les Villages de Paris
  • Saint-Germain l'Auxerrois, église collégiale royale et paroissiale, l'église, la paroisse, le quartier, avec Maurice Baurit, Minuit, 1955
  • Le Palais du Louvre, sa vie, ses grands souvenirs historiques, Minuit, 1955 ; 1961
  • Connaissance du vieux Paris, Le Club français du livre, 1956 ; 3 vol., Gonthier, 1963 ; Le Club français du livre, 1965 à 1976 ; Éditions Princesse, 1978 ; Payot/Rivages, 1993 ; Rivages/Poche, 2005
[1] Rive droite [2] Rive gauche [3] Les Îles et les Villages
  • Gibets, piloris et cachots du vieux Paris, Minuit, 1956 ; 1989
  • Les 200 Cimetières du vieux Paris, Minuit, 1958
  • Dictionnaire historique des rues de Paris, 2 vol., Minuit, 1963 ; 1985 ; 2004
  • Le Palais royal et impérial des Tuileries et son jardin, Minuit, 1965
  • Charonne, notre quartier, avec Lucien Lambeau, Étiolles, 1965
  • La Rue de Richelieu, Minuit, 1966
  • Les Musées d'art de Paris, avec Raymond Cogniat, Aimery Somogy, 1967
  • L'Île Saint-Louis, rue par rue, maison par maison, Minuit, 1967
  • L'Île de la Cité, Minuit, 1969
  • La Rue Saint-Antoine, Minuit, 1970 ; 1988
  • Le Douzième Arrondissement, Minuit, 1972
  • Les Mazarinettes, ou les Sept Nièces de Mazarin, Minuit, 1976
  • La Colline de Chaillot, Minuit, 1977
  • Le Village d'Auteuil, Minuit, 1978

Hommages[modifier | modifier le code]

Il existe depuis 1990 une rue Jacques-Hillairet dans le 12e arrondissement de Paris, proche du lieu de son domicile.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Faire-part de décès du colonel Auguste Coussillan paru dans Le Figaro.
  2. Éditions de Minuit : Jacques Hillairet, Dictionnaire historique des rues de Paris
  3. Paul Bauer, Deux siècles d'histoire au Père-Lachaise, Versailles, Mémoire et documents, , 867 p. (ISBN 2-914611-48-X), p. 417.