Louis Tiercelin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Louis Tiercelin
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 68 ans)
ParaméVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Membre de
Distinction
Archives conservées par
Bibliothèque de l'université de Leeds (d) (MS 35)Voir et modifier les données sur Wikidata
signature de Louis Tiercelin
Signature

Louis Tiercelin (Rennes, - Paramé, 7 rue Gustave Flaubert, )[1], est un écrivain, poète et dramaturge français.

Parcours[modifier | modifier le code]

Il débute à 18 ans avec deux comédies au théâtre de Rennes. Il fonde et dirige un temps le journal La Jeunesse. En 1889 il publie avec Guy Ropartz Le Parnasse breton contemporain, une anthologie de la poésie bretonne de la 2e moitié du XIXe siècle et en , il fonde la Revue L’Hermine[2], qu'il dirige pendant 22 ans et qui rassemble nombre de poètes et auteurs bretons, notamment : Luzel, Anatole Le Braz et Charles Le Goffic.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • L'Occasion fait le larron, théâtre, (1867)
  • L'Habit ne fait pas le moine théâtre, (1868)
  • Les Asphodèles, poésie, (1873)
  • Théâtre breton. Les fils de Jehan V, (1876)
  • L'Oasis, poème, (1880, 1883)
  • Les Noces du croquemort, théâtre, (1880)
  • Primevère, poème, (1881)
  • Marguerite d'Écosse, théâtre, (1881)
  • Un voyage de noces, théâtre, (1881)
  • À Corneille, poème, (1881)
  • L'Heure du chocolat, théâtre, (1882)
  • Corneille et Rotrou, théâtre, (1884)
  • Arthur de Bretagne, théâtre, (1885)
  • Amourettes, (1886)
  • Les Anniversaires, poème, (1887)
  • La Comtesse de Gendrelette, (1887)
  • Ce qu'ils disaient! ce qu'ils font, (1888)
  • Fethlène, (1888)
  • Le Rire de Molière, théâtre, (1888)
  • La Mort de Brizeux, poème, (1888)
  • Le Parnasse breton contemporain, (avec Guy Ropartz) (1888). Texte sur Internet Archive
  • Yvonne Ann Dû, poème, (1891)
  • Pêcheur d'Islande, drame musical, d'après Pierre Loti, avec Guy Ropartz (musique), 1891
  • Les Cloches (1891)
  • Le Grand Ferré, oratorio, (1891)
  • Une Soirée à l'hôtel de Bourgogne, (1892)
  • La Bretagne qui croit. Pardons et pèlerinages, (1894, 1904)
  • Le Diable couturier, légende bretonne en un acte, (1894)
  • Trois drames en vers. (Keruzel. Le Cœur sanglant. Le Cilice), (1894)
  • L'Abbé Corneille, (1895)
  • À l'épreuve, opéra-comique, (1896)
  • Sur la harpe, (1897)
  • Mudarra, théâtre, (1899)
  • Le Sacrement de Judas, (1899)
  • La Bretagne qui chante, (1903)
  • La Bretagne et les pays celtiques. Bretons de lettres, (1905). Chapitre Leconte de Lisle étudiant sur wikisource
  • Nominoé, théâtre, (1906)
  • Mémorial des fêtes franco-canad. pour l'érection du monument de J. Cartier, Kerozur, (1905)
  • La Catalane, théâtre, (1907)
  • La Chanson des vieilles choses, poèmes, Paris, A. Lemerre, 1910, prix de poésie de l’Académie française 1911
  • Stances à Corneille, théâtre
  • Le Voisin de gauche, théâtre
  • La Tulipe noire, théâtre
  • Le Secret de Molière, théâtre
  • Les Jongleurs de Kermartin, poème
  • Dans la boutique, poème
  • Ar mor, poème

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Acte de décès n°99 (vue 20/46). Archives en ligne état-civil de Paramé (Saint-Malo), registre des décès de 1915.
  2. L'hermine : symbole de la Bretagne.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Hugo P. Thieme, Guide bibliographique de la littérature française de 1800 à 1906, H. Welter, éditeur, Paris, 1907.
  • Ad. van Bever, Les poètes du terroir du XVe au XXe siècle, tome premier, Librairie Ch.Delagrave, Paris, circa 1910
  • G. Walch, Anthologie des poètes français contemporains, tome premier, Delagrave, Paris, 1920.

Liens externes[modifier | modifier le code]