Prince des poètes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le titre de Prince des poètes a été décerné en France à plusieurs poètes à la mort de leur prédécesseur ; il n’a pas été attribué de la même manière et n’a pas eu la même charge symbolique ou la même reconnaissance selon les époques. Ce titre (et l’élection qui l’accompagne) ont ainsi été critiqués — au XXe siècle, il fut même refusé par Saint-John Perse[1].

L'expression « prince des poètes », d'emploi plus large, est entrée dans l'usage (et est reprise par les critiques et les universitaires entre guillemets) pour désigner des poètes tels que Marot et Ronsard[2] ; elle a également été de longue date utilisée en français pour désigner de grands poètes antiques comme Homère et Virgile, par excellence, et d’autres poètes européens comme Le Tasse ou Garcilaso de la Vega, par extension.

Liste[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Catherine Mayaux, Centre de recherches Jacques-Petit, Modernité de Saint-John Perse ? : actes du colloque de Besançon des 14, 15 et , Presses de l'Université de Franche-Comté, , 458 p. (ISBN 978-284627021-2), p. 293.
  2. a et b Cf. Clément Marot: Prince des poëtes françois 1496-1996. Actes du Colloque international de Cahors en Quercy (21-25 mai 1996).
  3. « Sommaire », Europe: revue littéraire mensuelle, Les Éditions Denoël, nos 880 à 884,‎ , p. 302.
  4. Maurice Souriau, Histoire du Parnasse, Genève, Slatkine, , 466 p., p. 279.
  5. L’Instantané, supplément illustré de la Revue hebdomadaire, , sur Gallica.
  6. Bibliothèque universelle et revue suisse, vol. 4, , p. 401.

Articles connexes[modifier | modifier le code]