Saint-Louis (La Réunion)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune de La Réunion
Cet article est une ébauche concernant une commune de La Réunion.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) ; pour plus d’indications, visitez le projet Communes de France.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Louis.
Saint-Louis
Vue de la commune sur l'ïle de la réunion
Vue de la commune sur l'ïle de la réunion
Blason de Saint-Louis
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région La Réunion
Département La Réunion
Arrondissement Saint-Pierre
Canton chef-lieu de 2 cantons
Intercommunalité CIVIS
Maire
Mandat
Patrick Malet
2014-2020
Code postal 97421, 97450
Code commune 97414
Démographie
Gentilé Saint-Louisiens
Population
municipale
52 803 hab. (2014)
Densité 534 hab./km2
Géographie
Coordonnées 21° 17′ 12″ sud, 55° 24′ 33″ est
Altitude Min. 0 m – Max. 2 543 m
Superficie 98,90 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : La Réunion

Voir la carte administrative de La Réunion
City locator 14.svg
Saint-Louis

Géolocalisation sur la carte : La Réunion

Voir la carte topographique de La Réunion
City locator 14.svg
Saint-Louis
Liens
Site web saintlouis.re

Saint-Louis est une commune française, située dans le département en région (outre-mer) de La Réunion.

Ses habitants sont appelés les Saint-Louisiens.

Sa devise est : « Justice et vérité ».

Géographie[modifier | modifier le code]

Sur la rive droite de la Rivière Saint-Étienne. Les communes limitrophes sont Les Avirons, Cilaos, L'Entre-Deux, L'Étang-Salé et Saint-Pierre.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs depuis 1790 :

  • août 1790 - janvier 1791 : Lafosse
  • janvier 1791 - mai 1794 : Pascalin
  • mai 1794 - sept 1794 : Gastellier
  • sept 1794 - juin1795 : Edmond Hoarau
  • juin 1797 -  : Dumont
  • 1815-1818 : Jean-Baptiste Varnier de La Gironde
  • 1818-1821 : Pierre Archambault
  • 1821-1823 : Alexandre Lucas
  • 1823-1826 : Augustin Firmin Pinsson
  • 1826-1834 : Jean Senac
  • 1834-1836 : Paul Emile Nairac
  • 1836-1841 : Joseph Lambert
  • 1841-1857 : Hilarion Gasse de Fémi
  • 1857-1860 : Emile de Lort-Sérignan
  • 1860-1863 : Paul Hilaire Baret
  • 1863-1871 : A. Veillechèze de La Mardière
  • 1871-1882 : Eugène Payet
  • 1882-1884 : Léon Larrée
  • 1884-1888 : Emile Laisne
  • 1888-1889 : Lucien Desjardins
  • 1890-1904 : Pierre Aubry
  • 1904-1905 : Charles Renaudières de Vaux
  • 1905-1908 : Jules Elysée Bénard
  • 1908-1917 : Pierre Aubry
  • 1917-1923 : Pierre Payet
  • 1924-1931 : Léonus Bénard
  • 1931-1940 : Augustin Hoarau
  • 1940-1945 : Emile Lesport
  • 1945-1949 : Hippolyte Piot
  • 1949-1964 : Valère Clément
  • 1964-1971 : Théophile Hoarau
  • 1971-1977 : Christian Dambreville
  • 1977-1983 : Jean Fontaine
  • 1983-1995 : Claude Hoarau
  • 1995-2001 : Guy Ethève
  • 2001-2008 : Cyrille Hamilcaro
  • 2008-2014 : Claude Hoarau
  • Depuis 2014 : Patrick Malet

En mars 2008, la liste « Mieux vivre à Saint-Louis et à la Rivière » emmenée par Claude Hoarau (PCR) remporte le second tour des élections municipales le 16 mars en rassemblant 50,66 % face à celle de Cyrille Hamilcaro, le maire UMP sortant. Le , le tribunal administratif de Saint-Denis annule son élection. Le , le Conseil d'État confirme l'annulation pour fraude[3]. Le , Jean-Claude Lintant est nommé président de la délégation spéciale. Il assure la fonction de maire de Saint-Louis et d'officier d'état civil jusqu’à la tenue des nouvelles élections[4]. Après avoir réuni 49 % des suffrages au premier tour le 27 septembre, Claude Hoarau est réélu maire de Saint-Louis au terme du second tour organisé le avec 52,1 % des suffrages face à Cyrille Hamilcaro (participation : 85 %)[5].

Le quartier isolé appelé Rivière-Saint-Louis pourrait à terme devenir une commune à part entière. Une scission en deux de l'actuelle collectivité a été votée le par 52,6 % des votants saint-louisiens[6].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1961. À partir du début des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage auprès d'un échantillon d'adresses représentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[7],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 52 803 habitants, en augmentation de 2,61 % par rapport à 2009 (La Réunion : 3,22 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1961 1967 1974 1982 1990 1999 2006 2011 2014
23 998 26 663 30 291 31 785 37 420 43 519 49 455 52 523 52 803
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006 [9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

On trouve sur le territoire communal cinq collèges publics :

  • Le collège Hégésippe Hoarau.
  • Le collège Jean Lafosse, ouvert en 1997, et qui comptait 696 élèves à la rentrée 2005.
  • Le collège Leconte de Lisle.
  • Le collège de Plateau Goyaves.
  • Le collège du Ruisseau.

On y trouve par ailleurs quatre lycées publics :

  • Le lycée d'enseignement général et technologique Antoine Roussin.
  • Le lycée d'enseignement général et technologique de La Rivière Saint-Louis, ouvert en 1997, et qui comptait 678 élèves à la rentrée 2008. Renommé en février 2007 Lycée Jean Joly, en hommage à un résistant Réunionais de la Seconde Guerre Mondiale.
  • Le lycée professionnel Roches Maigres, qui comptait 850 élèves à la rentrée 2005.
  • Le lycée professionnel Victor Schœlcher, qui comptait 933 élèves à la rentrée 2005.

Sports[modifier | modifier le code]

La première pierre d'un futur centre nautique avec un bassin olympique a été posée le [10].

Économie[modifier | modifier le code]

Saint-Louis est candidate à l'accueil du second port commercial de l'île qui devrait permettre de soulager le Port de la Pointe des Galets.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Saint-Louis s'étend en altitude en regroupant plusieurs communes. Ainsi, on y découvre de nombreux sites depuis la mer jusqu'en région montagneuse.

Il est possible de visiter :

  • L'étang du Gol, site agréable et paisible.
  • La Mosquée de Saint-Louis.
  • L'église Saint-Louis. Elle est l'une des trois plus grandes église au monde (classement des églises et non des cathédrales). Son autel en marbre polychrome est classé monument historique.
  • La chapelle Notre-Dame-du-Rosaire, l'église de la Rivière Saint-Louis. Elle est remarquée par ses boiseries qui furent faites par les artisans locaux.
Chapelle-du-Rosaire-Saint-Louis.JPG

Le pays de Saint-Pierre - Saint-Louis est classé pays d'art et d'histoire.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Les personnages suivants sont nés à Saint-Louis :

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Certaines informations de ce paragraphe sont extraites du [PDF] Contrat de ville 2000-2006 entre l'État, la région et le département de La Réunion, la Caise d'allocations familiales et la ville de Saint-Louis
  2. http://www.saintlouis.re/article/fr/376/La+chapelle+de+Notre+Dame+du+Rosaire+%281734%29/
  3. (fr)« Hamilcaro fait chuter Claude Hoarau », Le Quotidien de La Réunion,‎ (lire en ligne)
  4. (fr)« Le nouveau maire s’appelle Jean-Claude Lintant », Le Quotidien de La Réunion,‎ (lire en ligne)
  5. « ELECTION MUNICIPALE PARTIELLE DES 27 SEPTEMBRE ET 4 OCTOBRE 2009 COMMUNE DE SAINT-LOUIS (LA REUNION) », site du Ministère de l'Intérieur
  6. « “Oui” à la Rivière mais d'un cheveu », Armelle Hervieu, Journal de l'île de La Réunion, .
  7. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  10. (fr)« Un centre nautique à Bois-de-Nèfles-Cocos », Le Quotidien de La Réunion,‎ ([Un%20centre%20nautique%20à%20Bois-de-Nèfles-Cocos lire en ligne])