Rue Cassette

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

6e arrt
Rue Cassette
Image illustrative de l’article Rue Cassette
Rue Cassette à l'angle avec la rue Honoré-Chevalier.
Situation
Arrondissement 6e
Quartier Notre-Dame-des-Champs
Début 71, rue de Rennes
Fin 66, rue de Vaugirard
Morphologie
Longueur 290 m
Largeur 10 m
Historique
Ancien nom Ruelle de Cassel
rue de Cassel
grant rue de Cassel
Géocodification
Ville de Paris 1584
DGI 1591

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Rue Cassette
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

La rue Cassette est une voie du 6e arrondissement de Paris, en France.

Situation et accès[modifier | modifier le code]

La rue Cassette est une voie publique située dans le 6e arrondissement de Paris. Elle débute au 71, rue de Rennes (sur la place Mireille-et-Jacques Renouvin) et se termine au 66, rue de Vaugirard.

L'Institut catholique de Paris occupe une partie importante de la rue, et y explique la présence de nombreux étudiants et étudiantes, principalement en théologie, philosophie et droit.

Elle est desservie à quelque distance par la ligne (M)(4) à la station Saint-Sulpice ; par les lignes de bus RATP 95 96 et par les lignes N02 NOCTILIEN.png N12 NOCTILIEN.png N13 NOCTILIEN.png du Noctilien à l'arrêt Michel-Debré.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Elle porte ce nom car l'hôtel de Cassel y était situé.

Historique[modifier | modifier le code]

L'hôtel Cassel, qui occupait une partie importante de la rue actuelle au XVIe siècle, lui valut ses anciennes dénominations : « ruelle de Cassel », « rue de Cassel », puis « grant rue de Cassel ». C'est par corruption que vers la fin du XVIe siècle, son nom devint celui qu'il est aujourd'hui[1].

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire[modifier | modifier le code]

  • No 7 : Félix Barthe y vécut et mourut le 27 janvier 1863[2] ; Salvador Bacarisse y vécut également ; Alfred Jarry y a loué un appartement de 1897 à sa mort en 1907[3].
  • No 8 : Charles Porphyre Alexandre Desains (1789-1862) y demeurait en 1835[4].
  • No 22 : le peintre Louis Hersent (1777-1860) y résidait avec son épouse, Louise Marie-Jeanne Hersent, née Mauduit, également peintre, qui y fonda une école de peinture pour femmes et dont elle confia la direction à l'une de ses anciennes élèves, Mme Dénos. Elle aura pour successeur le peintre Auguste Galimard (1813-1880), auteur d'une Léda célèbre qui domina la place qu'occupait la chapelle de l'ancien couvent de religieuses[pas clair].
  • No 23 : Hippolyte Taine, philosophe et historien français, y demeurait. Il y est mort le 5 mars 1893 et la maison fut démolie en 1914[5].
  • No 26bis : entrée latérale de l'ancien couvent des Carmes déchaussés, percée dans un mur qui dissimule l'église Saint-Joseph-des-Carmes dont l'entrée principale se trouve au no 72 de la rue de Vaugirard.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jacques Hillairet, Dictionnaire historique des rues de Paris, Éditions de Minuit, p. 281.
  2. Acte de décès de Félix Barthe sur le site des Archives de Paris 6e, acte n° 222, vue 17/31
  3. Alfred Jarry, Tout Ubu, Le Livre de Poche, 1985, p. 13
  4. Guyot de Fère, Statistiques des beaux-arts en France, annuaires des artistes français, Paris, 1835, p. 7.
  5. 1914 Démolition de la maison rue Cassette, 23 « Procès-verbaux / Commission municipale du Vieux Paris », gallica.bnf.fr.

Annexes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]