Georges Lafenestre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Georges Lafenestre
Жорж Лафенестр.jpg

Georges Lafenestre, 1865

Naissance
Décès
Nationalité
Activités
Signature Georges Lafenestre.jpg

signature

Georges Lafenestre est un poète et critique d'art français, né le à Orléans (Loiret) et mort le à son domicile 5 avenue du Lycée Lakanal à Bourg-la-Reine.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il fait carrière dans l'administration des Beaux-Arts, Conservateur du Musée du Louvre, membre de l'Institut, il va constituer une importante collection de photographies d'art italien qu'il va léguer à la Bibliothèque de l'Institut constituant 21 Tomes folio Rodochanachi 95. Il épouse madame Samuel Bénédite née Isabelle Lisbonne, mère de Georges Bénédite qui sera donc élevé par son beau-père. Ami du bibliothécaire de l'Arsenal Jose Maria de Heredia il est reçu dans ces lieux en compagnie de des Essarts, Sully Prudhomme, Henri de Régnier, Barrès, Colette et son premier mari ainsi que Pierre Louÿs, c'est le berceau des romantiques et des parnassiens. Selon Jules Tellier, « ses œuvres procèdent de Leconte de Lisle. Sa langue et d'une pureté classique, versificateur d'une grande habileté. Paysagiste il fait songer à André Theuriet ».

Œuvres[modifier | modifier le code]

Sépultures des familles de Georges Lafenestre et de Georges Bénédite à Bourg-la-Reine
  • Les Espérances, 1864.
  • Le Parnasse contemporain II (recueil collectif), 1869-1871.
  • 1874 - Idylles et Chansons, 1874.
  • Le Plongeur.
  • Chanson (recueil collectif).
  • Le Vieux Barbizon. Souvenirs de jeunesse d'un paysagiste, 1875.
  • Le Parnasse contemporain III, 1876.
  • Juillet (recueil collectif).
  • Hymne.
  • Les Pigeons de Saint-Marc.
  • Dieux Mourants.
  • L'Ébauche.
  • Chateaubriand, Hachette, 1882.
  • Maîtres anciens. Études d'histoire et d'art (sculpture italienne, peinture milanaise), éditions Loones, 1882.
  • La vie et l'œuvre de Titien, 1886.
  • Le Salon de 1886, la peinture, la sculpture (extrait de la Revue des deux Mondes), 1886.
  • La Peinture italienne, tome 1 : Depuis les origines jusqu'à la fin du XVe siècle, A. Quentin, 1885 ; Alcide Picard, 1886.
  • Poésies de 1864 à 1874, Lemerre, 1889.
  • La Fontaine, Hachette, 1895.
  • Artistes et Amateurs.
  • Orléans, 1900.
  • La peinture en Europe, Le Louvre (avec Eugène Richtenberger), Libraires-Imprimeries Réunies, s. d., c. 1900
  • La peinture en Europe, Venise (avec Eugène Richtenberger), 1900.
  • La peinture en Europe, la Belgique, 1900.
  • Rome, les musées, les collections particulières, les palais, chez l'auteur, 1905.
  • 1904, L'Inconnu, 1904.
  • Molière, Hachette, 1908.

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Paul Verlaine consacre à André Lemoyne une de ses 27 monographies :

Liens externes[modifier | modifier le code]