Temple réformé de Lafrimbolle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Temple réformé de Lafrimbolle
Vue générale du temple.
Le temple et son logement à gauche.
Présentation
Culte réformé
Rattachement Église protestante réformée d'Alsace et de Lorraine
Début de la construction 1846
Fin des travaux 1927
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Moselle
Ville Lafrimbolle
Coordonnées 48° 35′ 29″ nord, 7° 00′ 24″ est

Le temple réformé de Lafrimbolle[1] est un édifice religieux du XIXe siècle du pays des Deux-Sarres, niché au cœur des immenses forêts du versant nord-ouest du Donon. Son histoire, liée à celle de sa communauté, n'est pas banale et son architecture comme son mobilier présentent des caractéristiques singulières. Des recherches récentes, tant historiques que généalogiques, le révèlent comme témoin d’une présence huguenote réfugiée, remontant à la Réforme.

Historique[modifier | modifier le code]

La Réforme à Badonviller[modifier | modifier le code]

Blason de Badonviller
Blason de Badonviller représentant deux saumons dos à dos[2]

Aux XVIe et XVIIe siècles, deux comtes se partagent le comté de Salm, situé en Meurthe-et-Moselle. En 1548, l’un, le Rhingrave Philippe-François de Salm-Dhaun (1518-1561), vassal de l’empereur d’Allemagne, Ferdinand 1er (1503-1564), adopte la Réforme vers 1541-42, répand ses idées dans le comté en y faisant des adeptes, et attire dès 1545 de nombreux protestants fuyant les persécutions. L’autre, Jean IX de Salm (avant 1548-1600), est catholique et vassal du duc de Lorraine. La liberté de culte est instaurée conjointement pour tous les sujets du comté[3].

Dès 1555, les protestants « tiennent des réunions occultes dans les jardins puis dans la Halle en face de l'église paroissiale, dont l'usage [leur] fut finalement concédé [. . .] sous certaines conditions. »[4]. Envoyé par Jean Calvin de Genève en 1565, Jean Figon est le premier pasteur de l’ « Église Réformée de Badonviller ». Il ouvre un registre de baptêmes en 1567 dans lequel seront enregistrés 2162 baptêmes en 57 ans[5]. Le système d'église simultanée avec les catholiques depuis 1564, devenant difficile après 1609, les protestants obtiendront même de se faire construire un temple en 1612[6]. Mais en 1623, le comte Philippe-Othon de Salm (1575-1634), petit-fils de celui qui avait introduit le protestantisme dans le comté, est poussé à abjurer en échange du titre glorieux de Prince de Salm. En contrepartie, l’empereur d’Allemagne, Ferdinand II (1578-1637) promulgue un édit interdisant l’exercice de la religion réformée dans ce comté, avec exil immédiat des pasteurs et des instituteurs, obligation aux familles protestantes d’abjurer ou de s’exiler[7].

Exil des calvinistes[modifier | modifier le code]

Vers l'Alsace[modifier | modifier le code]

En 1625, la grande majorité de la population calviniste quitte le comté pour Sainte-Marie-aux-Mines[8] et le Ban de la Roche, en Alsace.

Vers les forêts autour de Lafrimbolle[modifier | modifier le code]

Cependant quelques familles[9], parmi les plus pauvres, fuient le comté et se réfugient dans les immenses forêts de la baronnie de Turquestein sur le versant nord-ouest du Donon, quasiment à l’abandon au XVIIe siècle, à une quinzaine de kilomètres de là[10]. Des mentions de cette population calviniste réfugiée (ou réformée ou encore huguenote) se trouvent dans trois documents écrits. À la suite de la mise en place du régime concordataire de Napoléon signé en 1801, le premier concerne le recensement en 1804 des religions non-catholiques (anabaptistes, luthériens, réformés)[11] qui note pour les protestants réformés de la Justice de paix de Lorquin dont dépendent le secteur de Lafrimbolle et environs : 2 réformés à Lorquin et 7 à Héming, mais les recenseurs mettent en observations :« Il est à observer qu'ils se trouvent dans les montagnes de cette justice de paix encore plusieurs ménages lesquelles y vivent ordinairement ». Mais le recensement en mentionne aussi 8 à Badonviller, et autour: 4 à Bréménil, 3 à Sainte-Pôle et 28 à Angomont. Le deuxième document donne au début du XXe siècle une trace écrite de la tradition orale concernant la communauté protestante d'alors: le pasteur André Kuntzel note le 31 janvier 1930, dans un bref historique[12] de cette communauté de Lafrimbolle : Les Harcholins[13] (sur Lafrimbolle) "oder" la Vendée[14] (sur Cirey-sur-Vezouze) furent le « refuge » de Huguenots. et plus loin[15] le même pasteur note: " Au culte des Harcholins viennent des familles résidant dans le canton de Cirey, dont quelques-unes descendantes des vieilles familles de la paroisse des "protestants disséminés dans les Montagnes". Ces familles sont rejointes au XVIIIe siècle par des familles réformées venues de Suisse sur Turquestein[16] et le sont encore au XIXe[17] par d’autres familles réformées venues du Ban de la Roche. Le troisième, toujours du pasteur Kuntzel, donne sur une feuille volante[18]: Les premières assemblées des protestants [en] 1838 ont lieu à la ferme Guindrimont[19] chez Louis Banzet... Le pasteur Hüter (1806-1862), de Hellering-lès-Fénétrange (à 30 km de là) vient de temps à autre célébrer les casuels ou présider un culte chez l’habitant.

Intérieur actuel du temple et ses anciennes inscriptions lui donnant "l'aspect d'un vrai temple huguenot".
Intérieur actuel du temple et ses anciennes inscriptions lui donnant "l'aspect d'un vrai temple huguenot".

Évolution du temple[modifier | modifier le code]

1846 : Une école protestante et son logement[modifier | modifier le code]

Selon plan de 1875: les diverses utilisations du bâtiment depuis sa construction
Selon plan de 1875: les diverses utilisations du bâtiment depuis sa construction.

Un industriel rubanier disciple de Jean-Frédéric Oberlin : Daniel Legrand du Ban de la Roche, couvrait assez bien tout le secteur, principalement les Harcholins[13], lieu-dit de Lafrimbolle, en plaçant ses petits métiers à tisser des rubans jusque dans les foyers les plus modestes si l'on en croit Henri Lepage[20]. Cette concentration de familles protestantes sur les Harcholins[13], Lafrimbolle et Bertrambois, au centre d'une diaspora[21],[22] de secteur allant de Grand-Soldat[23] (près d'Abreschviller) à Sainte-Pôle (près de Badonviller), justifie, à ses yeux, la création d’une école[24] avec un logement attenant pour l’institutrice[25]. Il est à penser que cette école était dans la lignée des "écoles maternelles" de J.F. Oberlin, appelées "poêles à tricoter" et tenues par des jeunes filles. En effet, A.Kuntzel, en 1931 mentionne[26] que l'inscription de 3 versets sur le mur du fond ("DIEU est AMOUR", "Crois au SEIGNEUR JÉSUS et tu seras sauvé", "DIEU est ESPRIT") ont donné l'aspect d'un vrai temple huguenot à l'ancien "poêle" de l'École de jadis. Sans pouvoir le confirmer, il semblerait que plusieurs institutrices se soient succédé jusqu'en 1852.

1852 : Un temple-école[modifier | modifier le code]

1920: le temple en 1920
1920: pignon non modifié, la couverture de bardeaux est visible sur la moitié supérieure du toit ainsi que sur le clocheton.

L'école, une fois construite, fut laissée en don à la communauté[27], probablement en 1852; à charge pour elle de trouver des subsides pour l'entretenir. Cette école est transformée en temple-école grâce à M.Wekerlé, un forestier[28]. Des instituteurs s'y succédèrent alors, payés par la Société d'Évangélisation et par la Société d'encouragement pour l'instruction primaire de Paris[29]. Ils instruisaient et prêchaient l'évangile le dimanche dans le temple-école[30].

En 1859, l'école ne possédait qu'un mobilier rudimentaire, probablement constitué de planches sur tréteaux pour tables et de bancs, puisque l'instituteur, M. Georges Munsch, écrit dans une lettre[31] adressée au président de la Société en faveur des écoles protestantes de l'Est à Strasbourg, qu'il aurait besoin de 4 bancs-pupitres de 3,50 m de long. Il ajoute que deux douzaines de livres de lecture lui seraient nécessaires ce qui laisse penser que l'école accueillait alors une bonne vingtaine d'élèves.

Conséquence de la guerre de 1870, Lafrimbolle fut annexée en territoire allemand, en application du traité de Francfort du 10 mai 1871 ce qui obligea la communauté à s'adapter. Jusqu'à présent, le pasteur de Sarrebourg célébrait les casuels et prêchait de temps à autre. Dès janvier 1872, Lafrimbolle fut érigée en annexe de la paroisse réformée de Sarrebourg et cette communauté est considérée[32] comme un "diaconat"[33] composé de 4 diacres : Louis Rochel de Lafrimbolle, Nicolas Barth de Grand-Soldat[23], Claude Trithard de Turquestein et Joseph Scher de Saint-Maurice-lès-Forges, ce qui donne une idée de l'étendue du secteur de Lafrimbolle allant de Grand-Soldat[23] (Abreschviller) à Saint-Maurice-lès-Forges et Sainte-Pôle près de Badonviller. Il est à remarquer une singularité notoire : la nouvelle frontière entre la France et l'Allemagne (actuellement limite entre les départements de la Moselle et de Meurthe-et-Moselle) passait à 200 mètres au sud du temple-école et partageait le secteur de Lafrimbolle sur deux pays sans empêcher la vie communautaire de se poursuivre comme par le passé avec Bertrambois, Cirey, Sainte-Pôle, Saint-Maurice-lès-Forges, etc. restés en territoire français. En effet, le temple le plus proche se situait à Lunéville, au moins deux fois plus éloigné !

Pour la rentrée scolaire suivante un instituteur bilingue, M. Winkler, fut nommé en remplacement de M. Luigi[34] et installé le 15 novembre 1871[35]. Il y resta jusqu'en 1880. En 1872, l'école était fréquentée par 16 enfants protestants et 24 enfants catholiques[36]. Le problème de l'engagement des Sociétés françaises pour le salaire de l'instituteur et pour le matériel de l'école se posa à partir du moment où l'école ne se trouvait plus en France. Elles continuèrent cependant à verser les subventions au moins jusque fin 1872[37]. Cependant, M. Winkler s'inquiétait pour son salaire et l'avenir de l'école. En janvier 1873, il prit l'initiative, qui lui fut reprochée par la suite le 27 octobre 1874 par le Conseil Presbytéral de Sarrebourg[38], d'écrire à l'empereur d'Allemagne lui-même[39]. La procédure ayant été reprise en respectant la voie hiérarchique, la Société Gustave Adolph de Leipzig[40] prit certainement le relais des Sociétés françaises puisque le 13 mars 1874, une première subvention de 100 thaler (soit 375 F) lui a été versée[41].

M.Winkler, instituteur sur ce poste de 1871 à 1880 se dévoua par la suite encore beaucoup pour la communauté ; en particulier pour les modifications du bâtiment en concertation avec les autorités allemandes.

1875 : Un temple, une école et un nouveau logement[modifier | modifier le code]

1925: Sortie de culte devant le temple
1925 : Groupe de femmes devant l'entrée du temple, groupe d'hommes dans l'entrée du logement, le pasteur Kuntzel entre les deux.

Agrandissement du bâtiment avec construction d'un nouveau logement sur le pignon ouest avec entrée particulière sur le mur sud, grâce à des subventions allemandes[42], pendant les années où M. Winkler exerçait. Le lieu de culte et l'école se situent de chaque côté du couloir dans lequel on entre par l'entrée de droite[43] (voir plan de façade annoté de 1875, ci-dessus).

1885 : Disparition de l'école[modifier | modifier le code]

M. Jacob Schaefer, fut le dernier instituteur de 1880 à la fermeture en 1885[44]. Probablement à la suite, en secteur français, de l'application des lois Jules Ferry, et en secteur allemand, de la construction d'une école « publique catholique » au centre du village de Lafrimbolle, en 1885, « le nombre des enfants étant réduit à quatre et sans aucun espoir d'avenir » selon les propos de M. Schaefer, l'école fut fermée et transférée à Hayange[45]. La salle de classe est abandonnée, seul l’usage cultuel du bâtiment subsiste dans la partie qui lui est réservée. Lafrimbolle, devient alors annexe officielle de la paroisse de Sarrebourg, avant d'être desservie par le pasteur de la paroisse d’Abreschviller[46] créée en 1895, à la suite de l'arrivée de nombreux fonctionnaires protestants allemands.

1927 : Temple agrandi et logement[modifier | modifier le code]

L’aménagement intérieur du bâtiment est modifié en abattant le couloir entre l'école et le lieu de culte et en transformant sa porte extérieure en fenêtre. Dans l'angle nord-est est conservé l'ancien logement avec accès à une cave par une trappe et qui sert maintenant de sacristie. Une nouvelle porte d’entrée au temple est ouverte sur le pignon est et inaugurée le 22 mai 1927[47], ce qui lui donne son allure actuelle. Sur la photo de l'intérieur du temple (voir ci-dessus), on peut remarquer derrière l'autel un placard, profond de 50 cm (l'épaisseur des murs extérieurs du bâtiment) et descendant jusqu'au plancher. Il masque une ancienne entrée sur le pignon ouest permettant un accès direct dans la salle primitive. Durant l'été 1931, la famille du pasteur Raymond Ducasse, séjourne dans le logement à titre gracieux[48] en échange du travail de remise en peinture du temple par le pasteur lui-même et son fils Robert.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

La communauté[modifier | modifier le code]

Son lien avec l'ancienne Église réformée de Badonviller[modifier | modifier le code]

Il est intéressant de souligner qu’une filiation généalogique certaine a pu être établie entre la population réformée actuelle de la paroisse de Lafrimbolle et celle de l’ancienne Église réformée de Badonviller. Il s’agit de la famille de Joseph Stenger et Élisabeth Boulanger de Lafrimbolle (dont les deux enfants René et Jean, nés respectivement en 1925 et 1927, vivent encore) avec la famille de Jean François (arquebusier) et Anne Domballe qui ont fait baptiser leurs treize enfants de 1588 à 1613 à Badonviller[49].

Les familles protestantes et leurs lieux de vie au XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Un dénombrement des baptêmes, mariages et inhumations effectués par le pasteur de Sarrebourg durant la période 1843-1862 sur les secteurs de Sarrebourg, Lafrimbolle et Bisping[50] fait ressortir l'importance de la population réformée de Lafrimbolle:

secteurs Sarrebourg Lafrimbolle Bisping
total des baptêmes 116 66 6
total des mariages 16 18 10
total des inhumations (adultes) 36 54 28

Selon un rapport du 7 novembre 1864 du pasteur Jean-Michel Remond (1816-1871), la paroisse de Sarrebourg comptait alors 533 personnes, disséminées dans 41 communes dont 259 à Sarrebourg et environs, 148 dans la section de Lafrimbolle, et 126 dans celle de Bisping.

  • Les Harcholins (sur Lafrimbolle): où se trouvait un "noyau" de protestants avec les familles : Banzet, Bernard, Rochel, Lux, Gaebel, Léhé, Poirot, Blum, Bandon, Dindinger.... Implantation de l'école protestante puis du temple.
  • Turquestein : familles : Trithardt, Barth, Poirot, Verly
  • Bertrambois :familles : Boulanger, Banzet, Bena, Lehning, Léhé.
  • Cirey-sur-Vezouze : familles André, Guth, Weber
  • Saint-Quirin : familles Jacky, Minnemeyer, Mourland, Pfund
  • Cubolot : famille Zehr
  • Ferme du Guindrimont (lieu d'assemblées): famille de Charles-Louis Banzet (1777-1852)
  • La Cense Manée : ferme de la famille Nicolas Banzet, avec oratoire où se déroulèrent entre 1845 et 1851 5 baptêmes, 1 inhumation et 16 confirmations[51].
  • Ferme St-Simon (lieu d'assemblées): famille Barth
  • Saussenrupt : famille Verly

En 1880, un dénombrement interne à la communauté mentionne 158 protestants en territoire allemand, 42 en territoire français pour un total de 195[52] et 90 mennonites. Mais la paroisse restait une, le temple se situant quasiment sur la frontière!!

La propriété de Sainte Catherine photographiée en 1905, cour intérieure.
Sainte-Catherine en 1905.
  • Château de Saussenrupt ou Sainte-Catherine[53] se situe à 1,7 km au sud-sud-est du temple, au cœur de la forêt des Marches dite de la Comtesse, sur la commune de Bertrambois. Vraiment curieux, ce château du XIXe siècle complètement isolé dont les seuls lieux d'habitation proches sont deux fermes où résident des familles réformées, déjà mentionnées, celle du Saussenrupt juste à côté et celle du Guindrimont à 1 km de là. Le pasteur Kuntzel, en 1920, mentionne ce château et les familles qui l'habitent : Il faut surtout relever les mérites de M. et Mme Édouard Naville[54] de Châteauvieux[55], M. Jules Naville (1790-1863) et M. [Jean-Gabriel] Eynard de Genève (1775-1863) qui habitent le château de Saussenrupt ou Sainte Catherine et faisaient beaucoup de bien.

À la fin du XVIIIe siècle, le propriétaire de cette immense forêt était Georges de Guaïta (1755-1831)[56], un des principaux actionnaires des Manufactures de glaces et verres de Saint-Quirin, Cirey et Monthermé. Sa fille, Claire Catherine de Guaïta (1782-1836), épouse le 7 janvier 1805 à Saint-Quirin, Jean Auguste Chevandier de Valdrome, le nouveau directeur des Manufactures de glaces et verres de Saint-Quirin, Cirey et Monthermé. Les Chevandier étaient originaires de Valdrôme où ils étaient co-seigneurs[57] (jusqu'à la Révolution qui les obligea à fuir) de ce village reculé d'une petite vallée du Diois qui connut une longue tradition protestante puisque le temple date de 1600 et que ce village ne connaît toujours pas d'église catholique. De religion catholique, cette famille avait donc dans le passé eu affaire avec le milieu protestant sans en garder probablement de bons souvenirs puisque la Révolution les obligea à fuir.

La famille calviniste de Jean Édouard Naville de Châteauvieux (1787-1851) et de son frère Jules, genevois propriétaires forestiers et actionnaires de la Manufacture des Glaces de Cirey, achète aux Guaïta en 1837 une grande partie ouest de la forêt des Marches et y construisent un château de style helvétique[58] au lieu-dit le Saussenrupt.

L'implantation de cette famille protestante genevoise très aisée dans ce secteur où l'on trouvait une certaine concentration de familles réformées fut providentielle et suscita un regain de ferveur religieuse, puisque c'est justement en 1838 que le pasteur Kuntzel signale les premières assemblées cultuelles dans la ferme du Quindrimont. Il est très vraisemblable qu'ils aient contribué à la construction de l'école protestante sous l'instigation de Daniel Legrand. Ce ne serait pas étonnant. Mais l'on sait, par contre, que M. Édouard Naville de Châteauvieux, assura pendant trois années le traitement du premier pasteur de la paroisse de Sarrebourg, créée en 1843[59]. Ils ont donc séjourné au château de Saussenrupt[53] approximativement dans les années 1840-1847 puisqu'ils vendaient en 1848 leur château de Saussenrupt à Jean Auguste Chevandier de Valdrôme. En bon catholique, celui-ci l’appelle désormais château de Sainte-Catherine au Bois et en fait sa résidence principale[58]. Il y décède le 6 octobre 1865 et sera inhumé à l'église priorale de Saint-Quirin.

Pasteurs ayant desservi cette "paroisse"[modifier | modifier le code]

Les premières assemblées de protestants, au XIXe siècle, se tiennent dès 1838 à la ferme du Quindrimont (ou Guindrimont) chez Louis Banzet de Waldersbach et plus tard à la ferme Saint-Simon chez Barth[60]. De 1845 à 1851 16 confirmations, cinq baptêmes, un mariage et une inhumation ont été effectuées à "l'oratoire" de la Censé Manée, chez Nicolas Banzet[61]. Jusqu’en 1847, le pasteur Hüter (1806-1862) de Hellering-lès-Fénétrange assurait des cultes épisodiques chez Lux[60].

  • 1843-1871 : Le pasteur de Sarrebourg assure les actes pastoraux et prêche de temps à autre[62]. Il faut attendre 1847 pour que la paroisse réformée de Sarrebourg, soit officiellement créée et son pasteur payé par l'Église.
  • 1851-1852 : desserte de la « paroisse » de Lafrimbolle par Édouard Monnier (1829-1900), étudiant en théologie à Strasbourg, nommé à l’instigation de son futur beau-père Daniel Legrand[63]. C’est durant cette année, qu’une chapelle est aménagée dans l’école pour y célébrer des cultes.

1871 : Lafrimbolle devient annexe officielle de la paroisse de Sarrebourg. Se sont alors succédé les pasteurs suivants :

  • 1871-1882 : Johann Friedrich Dietsch.
  • 1882-1885 : Jacob Schaefer.
  • 1885-1886 : Charles Schoner.
  • 1886-1895 : (?) pasteur de Sarrebourg.

1895 : Création de la paroisse réformée autonome d’Abreschviller dont le pasteur dessert dorénavant Lafrimbolle qui conserve toutefois son Conseil presbytéral et ses finances propres et son temple.

  • 1895-1898 : Karl Friedrich Liebrich (1868-1918)[64].
  • 1898-1900 : vicaire Emile Felden (1874- ?)[65].

1900 : Temple d'Abreschviller achevé.

  • 1901-1906 : pasteur Hermann Franz Hammes (1873-1939)[66] de Sarrebourg.
  • 1906-1914 : pasteur Adolph Bloch (1879 - 1963)[67] Premier pasteur résidant[68] à Abreschviller.
  • 1915-1916 : Vicaire Erich Stein ( -1918)[69]
  • 1921-1924 : pasteur Ernst Graf[70]
  • 1920-1931 : pasteur André Kuntzel, ancien aumônier des forçats[71],[72]. Il est arrière-petit-fils de Daniel Legrand par sa mère, Louise Monnier, et sa grand-mère maternelle, Adèle Legrand.
  • 1931-1935 : pasteur binataire Raymond Ducasse (1886-1948)[73]. Pasteur à Dieuze de 1919 à 1940. A été déclaré Juste parmi les Nations.
  • 1936-1939 : pasteur Erwin Teutsch[74] de Sarrebourg, dessert Abreschviller et Lafrimbolle.
  • 1939-1948 : divers pasteurs.
  • 1945-1947 : nouvelle desserte par le pasteur Erwin Teutsch de retour à Sarrebourg.

1947 : Abreschviller et Lafrimbolle sont liés mais conservent leurs deux temples comme lieux de culte.

  • 1948-1953 : pasteur suisse Rodolphe Schilt (1918- )[75] d’Abreschviller.
  • 1953-1968 : pasteur Wilhelm Van Gaalen (1925-2002 )[76].
  • 1968-1988 : pasteur Aimé Royet.
  • 1988-1989 : vacance du poste : Pierre Grosjean assure l’intérim.
  • 1989-1993 : pasteur Frédéric Wennagel.
  • 1993-2012 : pasteur Philippe François.
  • 2012-2013 : pasteur Éliane Stengel-Blain.
  • 2013- : pasteur Régine Lehner.

Actuellement la paroisse réformée d’Abreschviller-Lafrimbolle existe toujours avec ses deux lieux de culte.

Le mobilier[modifier | modifier le code]

Ce temple a conservé un caractère particulièrement original. Le mobilier cultuel[77] comporte deux singularités: l'autel où deux frises verticales, l'une d'épis et l'autre de grappes de raisin, encadrent une grande croix potencée noire cantonnée de quatre croix au cœur noir, motif de toute évidence inspiré de la croix de Jérusalem[78] et la chaire où l’on distingue en dessous du monogramme du Christ un saumon, référence probable au Comte de Salm qui introduisit le protestantisme en Lorraine (à Badonviller, dès 1555).

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Un saumon orne également la plus grande des deux cloches, fondue en 1929 en souvenir de Daniel Legrand.

Le petit clocheton est actuellement encore recouvert de bardeaux. En 1925, la moitié du toit conservait encore ses bardeaux qui, à l'origine recouvraient toute la toiture[79]. (voir photo de 1925)

Le cimetière[modifier | modifier le code]

Le cimetière entièrement clos, situé à l'arrière du temple, a été créé en 1866. Selon A. Kuntzel, le terrain du cimetière protestant a[vait] été acheté par M. Fallot de Fouday et inscrit au nom d'un bienfaiteur de la paroisse: M. Louis Guth de Cirey[-sur-Vezouze]. Il est à admettre qu'il a transcrit la propriété avant sa mort au nom de la paroisse[80].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

On y remarque la tombe des trois filles de François-Georges-Oscar Berger-Levrault : Maria et Amélie, deux jumelles (1852-1932), et Sarah (1854-1921). Les trois sœurs étaient très attachées à la communauté de Lafrimbolle.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. sis au 46, rue de la 2e Division Blindée
  2. Blasonnement : « De gueules semé de croisettes recroisetées au pied fiché d'or, à deux saumons adossés du même brochant sur le tout. »
  3. Louis SCHAUDEL, Les anciennes et l'actuelle églises de Badonviller : Badonviller, Impr. Poupin-Wernert, , 109 p. (lire en ligne), p. 31-32
  4. Louis SCHAUDEL, op. cit., p. 31.
  5. Photocopie de la première page du registre avec la mention : REGISTRE DES Baptesmes & Mariages celebrez à Badonvillers des l'an M.D.LXVII.
    1re page du Registre
    Selon le dénombrement effectué à partir du dépouillement du registre mis en ligne par le site http://badonpierre.free.fr/cd/accueilcdsite.html
  6. Louis SCHAUDEL, op. cité, p. 36, § 2. Actuellement no 22, rue du Maréchal Foch. Géoportail, « Emplacement du temple sur le cadastre à la parcelle 192 » .48° 29′ 53″ N, 6° 53′ 37″ E
  7. Bibliothèque Nationale, Société Philomatique Vosgienne de St Dié, Les vieux Châteaux de la Vesouze : Chapitre XV, Badonviller et le prince de Vaudémont (lire en ligne), p. 543 et Louis SCHAUDEL, Badonviller : 12 août 1914, imp. Poupin-Wernert, p. 39.
  8. L'original du Registre des baptêmes, emmené par les exilés, se trouve toujours à la mairie de Sainte-Marie-aux-Mines.
  9. Voir ci-dessous, à la section "La communauté" le lien de sang trouvé entre l'ancienne église réformée de Badonviller et cette petite communauté de Lafrimbolle. Les deux frères Stenger dont il est question se sont entendus traités de « sales petits huguenots » en 1938 à l'école du village par le curé d'alors. Celui-ci venait faire son heure de catéchisme et trouvait en arrivant les deux frères debout dans un coin de la salle de classe parce qu'ils avaient été punis par l'instituteur qui les avaient oubliés.
  10. Émile AMBROISE, Les Châteaux de la Vesouze, dans Le Pays Lorrain - 1908, en mode texte sur site : http://www.blamont.info - Textes - Les vieux Châteaux de la Vesouze - 1908 (voir texte des notes 12 et 13)
  11. Archives départementales de Meurthe-et-Moselle - Recensement des différentes religions non-catholiques de 1804. Série V.
  12. Archives Paroissiales, Registre des décisions du Conseil presbytéral de la Paroisse d'Abreschviller-Lafrimbolle (du 31.1.1930 au 2.3.1947, puis du 15.3.1953 au 22.9.1968). Dans les huit premières pages se suivent un historique, des inventaires, une liste électorale et en exergue une copie de l'histoire de Lafrimbolle, le tout du pasteur A. Kuntzel (= Reg. no 3), p. 3, § 1
  13. a b et c Pour situer Géoportail, « Les Harcholins » .48° 35′ 35″ N, 7° 00′ 07″ E
  14. Pour situer Géoportail, « La Vendée » .48° 34′ 55″ N, 6° 56′ 56″ E. En zoomant au niveau rue, la Rue de la Vendée à Cirey porte encore le souvenir de ce lieu-dit.
  15. AP, Reg. no 3, p. 7, § 1
  16. Robert BOEHM, Les anciennes populations de Turquestein, Editions Robert Boehm, Sarrebourg, , 166 p.. Selon l'ouvrage, les premières familles calvinistes mentionnées dans le registre BMS sont : Barth 1719, Poirot 1732, Trithardt 1738, Verly 1777.
  17. Archives paroissiales de Lafrimbolle (du 8.10.1871 au 15.2.1886), tenues plus ou moins régulièrement et comportant des enregistrements d'actes pastoraux, des recensements, des décisions du Conseil paroissial, des notes rédigés par les instituteurs s'y étant succédé avec à la suite des comptes rendus du pasteur Kuntzel concernant l'inauguration de la nouvelle porte du temple en 1929 et son culte d'adieux à la paroisse en 1932 (= Reg. no 1). Selon ce registre, dès 1830, les familles Rochelle, Lehe, Lux, Blum, Banzet et Barth arrivent sur Lafrimbolle
  18. L'original se trouve chez M.Jean Stenger à Cirey-sur-Vezouze. Une copie est placée en tête du registre paroissial no 3.
  19. Ferme forestière isolée dans les forêts montagneuses à 2 km au sud du temple. Pour situer la Géoportail, « Ferme du Guindrimont » . 48° 34′ 29″ N, 7° 00′ 14″ E
  20. Henri Lepage, Le département de la Meurthe : Statistique, historique et administrative, vol. 2, , 734 p., p. 240, sous Harcholin : ". . . Sous quelques-uns de ces toits, on remarque un contraste bizarre, effet de l'industrie qui se développe de toute part. À côté des grabats, des vases ébréchés, etc, on voit fabriquer des pièces de tissage en coton dont la valeur dépasse celle de la hutte tout entière. . . . Plus loin il recense à cette époque sur les Harcholins, Lafrimbolle et Bertrambois 72 huttes ou maisons éparses y logent autant de chefs de familles et présentent une population d'environ 350 âmes.
  21. En milieu protestant désigne une communauté très disséminée.
  22. Lettre écrite en 1873 par l'instituteur Winkler à l'empereur d'Allemagne dans laquelle il parle d'une dissémination de chrétiens protestants pour la plupart très pauvres, dispersés à 4 à 5 heures de distance (Voir ci-dessous les images de la lettre, de sa translation et de sa traduction).
  23. a b et c Pour situer Géoportail, « Grand Soldat » . 48° 37′ 17″ N, 7° 08′ 30″ E
  24. Voir l'article "De Luther à la loi Debré : protestantisme, école et laïcité" de la revue "Histoire de l'Éducation".
  25. AP, Reg. no 3, Histoire de Lafrimbolle : 1846, fondation de l'école protestante avec une institutrice.
  26. AP, Reg. no 3, p. 12.
  27. AP, Reg. no 1, p. 3 et 4, Lettre de 1873 à l'empereur d'Allemagne (voir images ci-dessous): "... nous avons reçu par donation une église combinée avec une école gratuite, que nous entretenons grâce à d'autres dons charitables de la part de sociétés religieuses;..." et plus loin, "Propriétaires de l'église et de l'école, mais dépourvus de tout moyen de les entretenir, nous voilà dans la situation de pauvres orphelins abandonnés."
  28. AP, Reg. no 3, Histoire de Lafrimbolle
  29. AP, Reg. no 1, p. 2.
  30. AP, Reg. no 3, p. 3, §4. Voir également ci-dessous la lettre à l'empereur.
  31. Photocopie et transcription de la lettre fournies par M. Gustave Koch.

    Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

  32. AP, Reg. no 1, p. 2, § 1 : Pour "Année 1872" : "Les diacres de cette petite Église annexe de Sarrebourg, désignés après entente avec les principaux membres de la communauté sont : Rochel Louis (1); Barth Nicolas (2); Trithard Claude (3) et Joseph Scher à Snt Maurice[-lès-Forges]. (1) de La Frimbolle; (2) de Soldatenthal; (3) du Blanc-rupt." Suit une note datée du 22 janvier 1872.
  33. AP, Reg. no 3, p. 3, § 6, Historique de Kuntzel : "Autorisée à avoir un "diaconat", alors Lafrimbolle . . ."
  34. AP, Reg. no 1, p. 1 : Le pasteur Dietsch note : "Aujourd'hui, 29 octobre 1871, j'ai reçu la démission de M. Luigi instituteur de la Frimbolle. Il m'a écrit de Toul. Le 3 ... je lui ai expédié par lettre chargée, la somme de 50 f, somme allouée par la Société d'Evangélisation, pour le 3e trimestre de l'année 1871." Et p. 2 :"La Société d'encouragement pour l'instruction primaire, de Paris, m'a envoyé pour l'école de Lafrimbolle, pour l'année 1871 la somme de 150 francs. J'en ai remis à Mr Luigi 25; il reste à lui en remettre 75."
  35. AP, Reg. no 1, p. 1. " Mr Winkler est entré en fonctions à Lafrimbolle le 15 novembre 1871. F. Dietsch"
  36. AP, Reg. no 3, Histoire de Lafrimbolle, l. 14
  37. AP, Reg. no 1, p. 2, § 2 : "Le 22 janvier 1872 - Au commencement du mois de janvier, Mr Ed. Goguel m'a fait savoir au nom de la société d'Evangélisation que la société continuerait, comme par le passé, à fournir ses subventions pour la Frimbolle, et qu'elle approuvait le choix de Mr Winckler, comme instituteur. F.Dietsch"
  38. AP, Reg. no 1, p. 16.
  39. AP, Reg. 1, p. 3-4. Dans une lettre écrite à l'empereur Guillaume Ier d'Allemagne, le premier janvier 1873, M. Winkler et tous les soussignés demandaient "les moyens pour le maintien des pratiques religieuses et de l'école de notre pauvre paroisse".

    Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

    Transcription : Aller gnädigster Kaiser ũnd Herr, die ũnterzeichneten evangelischen Bürger der Kirchengemeinde von Lafrimbolle, Kreis Saarbŭrg in Lothringen beŭgen sich ŭnterthänigst zũ den Füβen Ihrer Kaiserlichen Majestät mit der demütigen Bitte ŭns die Möglichkeit erhalten zũ wollen, daβ wir als evangelische Christen ŭnsere Religion weiter aũsüben können. Dŭrch Geschenk erhielten wir, die 4 bis 5 Stŭnden zerstreŭten, meist sehr arme(n) evangelische(n) Christen, ein Gotteshaũs mit einer Freÿschŭle verbŭŭnden, welche durch weitere milde Gaben von Religionsgesellschaften ŭnterhalten; wodŭrch es ermöglicht wŭrde: daβ einmal jeden Monat Gottesdienst dŭrch den H(errn) Pfarrer von Saarbŭrg, ũnd ein Kirchendiener(,) zŭgleich Schŭllehrer für die evangelischen Kinder(,) gehalten werden konnte(.) Da nŭn ŭnsre arme Kirchengemeinde sich des Glückes zũ erfreŭen hat, dŭrch den Friedensvertrag mit Frankreich wieder deŭtsch zũ sein! So verloren wir aũf der andere(n) Seite die Unterstützŭngen welche ũns von den Religionsgesellschaften früher zũ Theil wŭrden, wodŭrch es möglich werden kann(,) daβ wir ŭnsren Religionsübŭngen in der nächsthen Zeit nicht mehr nachkommen können! indem wir nŭr die Kirche ũnd Schŭle besitzen, aber sonst zŭr Unterhaltŭng derselben von allen Mitteln entblöβt als arme verlassene Waisen da stehen (.) Der edlen ũnd hochherzigen Gesinnŭngen ŭnsers allergnädigsten Kaisers ŭnd Landesvater bekannt fleht ŭnterthänigst ũnd vertraũensvoll mit aũfopfernder Hingebŭng ũm Schŭtz ũnd Hilfe, eine arme verlassene H[?]erde, die Mitteln zũr Erhaltŭng der Religionsübŭngen ũnd Schŭle ŭnserer armen Gemeinde. Hoffnũngsvoll zeichnen aller ũnterthänigst Ihrer Majestät Landeskinder Winkler Suivent les signatures apposées par les enfants des parents. (en marge) Seiner Majestät Kaiser des deŭtschen Reiches Traduction : Très gracieux Empereur et Seigneur, Les habitants protestants soussignés de la paroisse de Lafrimbolle, arrondissement de Sarrebourg en Lorraine, s'inclinent humblement aux pieds de Sa Majesté Impériale, en La suppliant de bien vouloir nous conserver à nous, chrétiens protestants, la possibilité de continuer à pratiquer notre religion. Chrétiens protestants pour la plupart très pauvres, dispersés à 4 à 5 heures de distance, nous avons reçu par donation une église combinée avec une école gratuite, que nous entretenons grâce à d'autres dons charitables de la part de sociétés religieuses; ce qui a rendu possible qu'une fois par mois, un office pouvait être célébré par M. le pasteur de Sarrebourg, et un évangéliste, (qui est) en même temps instituteur pour les enfants protestants. Comme, maintenant, notre pauvre paroisse doit se réjouir du bonheur d'être à nouveau allemande, à la suite du traité de paix avec la France ! Nous avons perdu en revanche les subventions qui nous étaient allouées auparavant par les sociétés religieuses, avec comme conséquence que bientôt, nous ne pourrons sans doute plus assurer nos pratiques religieuses. Propriétaires de l'église et de l'école, mais dépourvus de tout moyen de les entretenir, nous voilà dans la situation de pauvres orphelins abandonnés. Connaissant les sentiments nobles et magnanimes de notre très gracieux Empereur et Souverain, un pauvre troupeau délaissé supplie humblement et plein d'espoir, avec un dévouement total, les moyens pour le maintien des pratiques religieuses et de l'école de notre pauvre paroisse. Plein d'espoir signent très humblement les sujets de Sa Majesté (signé)Winkler Suivent les signatures apposées par les enfants des parents. (en marge) Pour Sa Majesté l'Empereur de l'Empire Allemand Transcription et traduction de Mme Roselinde Messemene-Lefèbvre.

  40. Gustav-Adolf-Werk
  41. AP, Reg. no 1, p. 10 : "Le 13 mars 1874, Monsieur le Pasteur de Sarrebourg par sa lettre en date du 12 mars, nous a indiqué que la société Gustave Adolphe de Leibzig lui a envoyé 100 Thaler, 375 frs pour Lafrimbolle. Winkler F. Dietsch"
  42. AP, Reg. No 3, Histoire de Lafrimbolle, "L'agrandissement de la chapelle (2 500 F accordé par le gouvernement allemand) se justifiait, car on y venait de tous côtés, longtemps aussi de Blâmont. Le pasteur de Sarrebourg vient y prêcher tous les troisièmes dimanche du mois."
  43. AD 57, cote 7AL 200 : Plan de 1875 pour l'agrandissement du bâtiment.
  44. AP, Reg. no 1, p. 3 et 28.
  45. AP, Reg. no 3, p. 3, Historique § 4.
  46. Voir Paroisse d'Abreschviller sous[1]
  47. AP, Reg. no 1, p. 45, feuillet d'invitation officielle et programme (45 bis).
  48. AP, Reg. no 3, p. 11, § 6 : "Est approuvée l'installation de M. le pasteur Ducasse et de sa famille à l'occasion des grandes vacances en remerciements des services rendus". Et p. 12, sous "Peinture du temple" : "Le temple ayant été entièrement repeint à l'huile par les soins de M. le pasteur Ducasse, pendant le séjour de sa famille au presbytère, assisté de son fils Robert, étudiant, qui dessina la fresque en 3 couleurs représentant l'épi et le sarment, sculptés également sur le nouvel autel, ..." et p. 13 : [La visite synodale se déroula dans]..."un local peint avec beaucoup de goût & beaucoup de savoir-faire par Monsieur le pasteur Ducasse & son fils, qui les deux avaient consacré leurs vacances à cette besogne;..."
  49. Lien en descendance entre la population réformée du XVIe siècle à Badonviller et celle du XXe à Lafrimbolle :
    • Jean FRANÇOIS, arquebusier marié à Anne DOMBALLE (1565-1622)
      • Sara FRANÇOIS (1603-1654) mariée à Jérémie JA (1599-1637)
        • Jeanne JA (1633-1669) mariée en 1653 à Cirey-sur-Vezouze avec Dieudonné BOULANGER (1628-1695)
          • Nicolas BOULANGER marié cal 1688 à Bourgaltroff avec Marguerite SAYER (1658-1728)
            • Dominique BOULANGER (1698-) marié le 25.4.1724 à Neuviller-lès-Badonviller avec Catherine BOYER (1703-1762)
              • Pierre BOULANGER (1726-1784) marié le 8.1.1754 à Bertrambois avec Marie BAILLY (1734-1807)
                • Jean-Michel BOULANGER (1755-1828) marié le 8.7.1783 à Avricourt avec Marie DUBUISSON (1763-1828)
                  • Jean-Nicolas BOULANGER (1799-1864) marié le 22.4.1828 à Lafrimbolle avec Catherine BOULANGER (1799-1870)
                    • Jean-Baptiste BOULANGER (1838-1885) marié le 6.4.1869 à Lafrimbolle avec Marie-Reine BENA (1843-1915)
                      • Jean-Baptiste BOULANGER (1870-1937) marié le 5.10.1895 à Lafrimbolle avec Sophie ROCHEL (1872-1944)
                        • Élisabeth-Sophie BOULANGER (1897-1973) mariée le 21.12.1923 à Lafrimbolle avec Joseph STENGER (1900-1969)
                          • René STENGER (1925- ) et Jean STENGER (1927- )
  50. Dénombrement effectué par nos soins à partir des registres paroissiaux de la paroisse réformée de Sarrebourg.
  51. AP de Sarrebourg, Registre des baptêmes, catéchumènes et mariages (1843-1886) et Registre des décès (1843-1887)
  52. Il est à souligner qu'avant 1871, la communauté se répartissait sur un territoire en partie dans l'arrondissement de Sarrebourg (Lafrimbolle, Turquestein, Saint-Quirin...) et en partie sur celui de Lunéville (Bertrambois, Cirey-sur-Vezouze, Val-et-Châtillon, Sainte-Pôle...) tous deux faisant partie du département de la Meurthe. Le traité de Francfort, prévoyant l'annexion de l'arrondissement de Sarrebourg, la partie de la communauté située dans cet arrondissement devenait allemande et était intégrée au département de la Moselle. Bertrambois, Cirey et environs intégrèrent le nouveau département de Meurthe-et-Moselle (arrondissement de Lunéville) et restaient donc français.
  53. a et b Pour situer le Géoportail, « Château Ste Catherine au Saussenrupt » . 48° 34′ 16″ N, 7° 00′ 59″ E
  54. « Naville, Jean-Édouard » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne.
  55. Selon la Société genevoise de généalogie et les Archives de Genève, Jean-Edouard Naville, agronome, né et mort à Genève, Président du Conseil Administratif de la ville de Genève a épousé en 1823 Blanche Catherine Lullin de Châteauvieux (1803-1876). Jules Pierre André Naville, né et décédé à Genève, agronome, conseiller d'État de la ville de Genève, est le frère de Jean Edouard. Jean Gabriel Eynard, né à Lyon et décédé à Genève, est négociant à Gênes, conseiller financier de la reine d'Étrurie, a épousé en 1810 Anne Charlotte Lullin de Châteauvieux qui est une tante de Mme Jean-Edouard Naville.
  56. Voir Mémoires de la Société d'archéologie lorraine et du Musée historique lorrain, série III, Volume IV, p. 21 et 22 [lire en ligne].
  57. Adolphe Rochas, Recherche sur les Seigneurs de Valdrôme en Diois, Valence, imprimerie Jules Céas et fils, 1870, 2e éd., 25 p., p. 22-23 [lire en ligne].
  58. a et b Gilles ARNOUX, « De Guaïta et Chevandier de Valdrôme ou le destin de deux familles de verriers à Cirey-sur-Vezouze », L'Essor, no 196,‎ , p. 16 (ISSN 0750-814X)
  59. Selon les A.P. de Sarrebourg.
  60. a et b AP, Reg. no 3, p. 3, Historique § 3.
  61. AP, Reg. no 1 :selon le dépouillement des actes pastoraux inscrits dans le registre.
  62. De 1843 à 1846, le traitement du pasteur a été assuré par les Naville (voir ci-dessus le paragraphe "Château Sainte-Catherine").
  63. En effet, Édouard Monnier épouse le 13 septembre 1854 à Fouday (Ban de la Roche) Adèle Legrand (1831-1917). Il sera par la suite pasteur à Fresnoy-le-Grand au nord de Paris, de 1852 à 1855, puis de 1855 à 1860 à Saint-Quentin jusqu’à sa mort en 1900).
  64. Né en 1868 à Cherchell en Algérie, ordonné en 1894, vicaire à Mittelbergheim, sera par la suite pasteur à Sarrebourg de 1899 à 1904, puis à Hœrdt jusqu’à son décès en 1918.
  65. Né à Montigny-les-Metz en 1874, sera par la suite pasteur à Dehlingen jusqu’en 1907 puis fera une carrière politique et d’écrivain en Allemagne avant de revenir en Alsace, pasteur à Wimmenau de 1941 à 1943. On perd sa trace après la guerre.
  66. Né à Meisenthal le 26.2.1873, ordonné en 1899, vicaire à Baldenheilm puis à Strasbourg-Neudorf de 1899 à 1901, sera par la suite pasteur à Sarreguemines de 1906 à 1914, puis aumônier militaire de 1914 à 1918 et pasteur à Cologne de 1918 à 1934 ; décédé le 25.10.1939
  67. Né à Dieuze en 1879, vicaire à Metz, Rombas et Sarrebourg de 1902 à 1906, sera par la suite pasteur à Montigny-les-Metz jusqu’en 1944 ; après la guerre, pasteur en Allemagne.
  68. d'abord en location au 189 rue du Général Leclerc, puis en 1911 au presbytère nouvellement construit au 126 rue Chatrian.
  69. Né à Thionville, meurt à la guerre en 1918.
  70. Vicaire à Algrange de 1919 à 1920 puis à Bolchen de 1920 à 1921.
  71. AP, Reg. no 3, p. 4, mention en dessous de sa signature.
  72. Né à Metz (?), vicaire à Hayange de 1919 à 1920 puis à Metz jusqu’en 1925, sera prédicateur itinérant pour La Cause en 1930, pasteur à Hagondange de 1930 à 1931 puis à Hettange-Grande-Thionville jusqu’à sa retraite en 1932. Selon le site "Huguenots de France : pasteur à Abreschviller de 1925 à 1931.
  73. A.P., Reg. no 3, p. 15, § 3 :Compte-rendu du culte d'adieux du pasteur Kuntzel du 10 janvier 1932: "Monsieur le pasteur Raymond Ducasse qui depuis un an assure avec tant de dévouement la desserte de l'église pour le culte et l'instruction religieuse, d'accord avec le pasteur titulaire, suivant les directives de la direction des cultes, devient à partir du 16 janvier, conformément à la décision du Consistoire, pasteur binataire de Lafrimbolle." p. 16 : Passation de service.
  74. Né à Hatten, études à Strasbourg, Berlin, Halle et Pars de 1892 à 1897, vicaire à Bouxwiller de 1898 à 1900, pasteur à Mühlbach de 1901 à 1915, à Saint-Pierre-le-Jeune-Strasbourg de 1915 à 1928, à Sarrebourg de 1930 à 1940, doit quitter l’Alsace-Lorraine jusqu’en 1945 où il redevient pasteur à Sarrebourg jusqu’à sa retraite en 1949.
  75. Né à Lausanne en 1918, études à Lausanne et Genève de 1937 à 1946, sera par la suite pasteur à Bex, dans le canton suisse de Waadt.
  76. Né à Nimègue aux Pays-Bas le 12 décembre 1925, étudiant à Utrecht puis Strasbourg, sera ensuite pasteur à Villé. Décède à Traenheim le 28 août 2002.
  77. AP, Reg. no 3, p. 3 et 4 (Historique de Kuntzel): "Relevé de ses ruines de guerre et doté d'un nouveau mobilier cultuel dès 1925, le temple fut "agrandi par la foi de l'Église" en 1927." et p. 8 dans l'inventaire du mobilier, mention d'"un autel sculpté (épi et sarments) d'une chaire avec escalier et porte" acquis sur "dommage de guerre" ce qui laisse supposer qu'ils ont été refaits à l'identique.
  78. Pourquoi ce motif inhabituel? Il est curieux de remarquer, sans y voir un lien quelconque, l'intérêt que l'empire allemand portait à la ville de Jérusalem où l'empereur Guillaume II inaugurait en 1898 une église luthérienne: l'église du Rédempteur de Jérusalem. Alors? Réfection du mobilier à l'identique de celui qu'il y avait auparavant ou remplacement de celui-ci par un mobilier portant la marque de ceux qui finançaient les dommages? La question reste ouverte.
  79. Ces bardeaux sont encore visibles sur le versant côté rue, en-dessous des nouvelles tuiles quand on est dans la chambre au-dessus de la porte d'entrée.
  80. AP, Reg. no 3, copie de l'Histoire de Lafrimbolle de Kuntzel en avant-garde, dernier §.