Ocean's Eleven (film, 2001)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ocean's Eleven et L'Inconnu de Las Vegas.
Ocean's Eleven
Description de l'image Oceanseleven-logo.svg.
Titre québécois L'Inconnu de Las Vegas
Réalisation Steven Soderbergh
Scénario Ted Griffin
Acteurs principaux
Sociétés de production Warner Bros.
Village Roadshow Pictures
NPV Entertainment
Jerry Weintraub Productions
Section Eight
WV Films II
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Film de casse
Durée 116 minutes
Sortie 2001

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Ocean's Eleven (ou L'Inconnu de Las Vegas au Québec) est un film américain réalisé par Steven Soderbergh, sorti en 2001. Il s'agit d'un remake de L'Inconnu de Las Vegas (Ocean's Eleven) de Lewis Milestone sorti en 1960, dans lequel jouait notamment Frank Sinatra.

Le film a deux suites : Ocean's Twelve en 2004 et Ocean's Thirteen en 2007. Un spin-off intitulé Ocean's Eight, réalisé par Gary Ross, est sorti en 2018.

Synopsis[modifier | modifier le code]

À sa sortie de prison dans le New Jersey, Daniel « Danny » Ocean s'apprête à monter un coup qui semble impossible à réaliser : cambrioler simultanément les trois plus gros casinos de Las Vegas : le Bellagio, le Mirage et le MGM Grand Las Vegas, qui sont la propriété de Terry Benedict, aussi influent qu'impitoyable. Violant sa liberté conditionnelle, il se rend en Californie où il prend contact avec son vieux complice, Rusty Ryan, maître dans l'art du bluff, qui enseigne la manière de bluffer aux cartes à des acteurs de série télévisées, pour lui proposer le casse.

Pour ce faire, Danny compose une équipe de dix malfrats maîtres dans leur spécialité. Hormis Ryan, figurent Linus Caldwell, le pickpocket le plus agile qui soit ; Basher Tarr, un expert en explosifs ; Ruben Tishkoff, rival de Benedict qui connaît les systèmes de sécurité des casinos sur le bout des doigts et est la « banque » des comparses ; Livingston Dell, sorcier en informatique ; les frères Virgil et Turk Malloy, capables de revêtir plusieurs identités et pilotes hors pair ; Frank Catton chargé « d'infiltrer » le casino ; Saul Bloom, un vieux routier qui se fait passer pour un riche client afin de récupérer des informations et Yen, véritable contorsionniste et acrobate. Parce que les casinos sont tenus d'avoir assez d'argent pour couvrir tous les paris de leurs clients, Ocean et son équipe prévoient que, la nuit prochaine d'un match de boxe très attendu, le coffre du Bellagio contiendra plus de 160 millions de $.

Alors que l'équipe fait les repérages pour leur coup et mettent au point un plan pour passer inaperçu, ses membres découvrent que Tess, l'ex-femme d'Ocean, est la maîtresse de Benedict, qui ayant découvert la présence d'Ocean à Vegas, le fait persona non grata à son casino. Le soir du combat, le plan est mis en mouvement. Danny se présente au Bellagio à dessein pour être vu par Benedict, qui, comme prédit, l'enferme dans une salle avec Bruiser, un videur. Cependant, Bruiser s'avère être un complice de Danny, et lui permet d'accéder au système de ventilation et de rejoindre son équipe lorsqu'ils s'en prennent au coffre-fort, coïncidant avec les activités des autres membres de l'équipe dans et autour du casino. Rusty appelle Benedict sur un téléphone portable que Danny a glissé auparavant dans la poche du manteau de Tess et lui dit que s'il ne leur laisse pas la moitié de l'argent dans le coffre-fort, ils le feront exploser. Benedict voit une séquence vidéo confirmant la revendication de Rusty. Benedict se conforme à ses exigences, tandis que ses gardes du corps prennent les sacs de sport chargés dans une fourgonnette d'attente conduite par télécommande. Les sbires de Benedict suivent la camionnette, alors qu'il appelle une équipe du SWAT pour essayer de sécuriser le coffre. L'arrivée du SWAT provoque une fusillade qui déclenche les explosifs et incinère l'argent restant. Après avoir confirmé les lieux autrement sécurisés, l'équipe du SWAT récupère son équipement et part. Alors que Benedict se rend au coffre pour constater les dégâts, ses hommes arrêtent la camionnette et découvrent que les sacs ne sont remplis que de prospectus pour les prostituées. Benedict étudie la séquence vidéo et reconnaît que le logo de Bellagio, qui a été ajouté récemment, ne figure pas sur le revêtement de sol du coffre. Il est démontré que l'équipe de Danny a utilisé son coffre-fort pour créer de faux enregistrements pour tromper Benedict. De plus, l'équipe du SWAT s'avère être Ryan et quelques membres de l'équipe d'Ocean, qui ont utilisés leurs sacs d'équipement pour prendre tout l'argent au nez et à la barbe de Benedict. Benedict va voir Danny revenu du coffre-fort et soi-disant enfermé dans la salle avec Bruiser pendant tout le vol, qui se dit innocent de tout crime.

Grâce à l'équipe d'Ocean, Tess regarde les caméras de sécurité via sa télévision en circuit fermé où elle voit Danny intimant Benedict d'abandonner Tess en échange de l'argent. Benedict, insatisfait du plan de Danny pour récupérer l'argent, ordonne à ses hommes d'escorter Danny hors des lieux et d'informer la police qu'il viole sa liberté conditionnelle en étant à Las Vegas. Tess quitte Benedict et sort de l'hôtel juste à temps pour voir Danny arrêté, qui sera incarcéré pendant trois à six mois. Le reste de l'équipe se prélasse dans la victoire devant les fontaines du Bellagio, en suivant silencieusement leurs chemins séparés, un par un. Lorsque Danny est libéré après avoir purgé sa peine, il est rejoint par Rusty et Tess, et ils s'en vont, suivis de près par les gardes du corps de Benedict, dont il a remarqué la présence.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Information icon with gradient background.svg Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

Distribution[modifier | modifier le code]

Sources et légende : version française (VF) sur Allodoublage[3] et Voxofilm[4]. Version québécoise (VQ) sur Doublage Québec[5]

Production[modifier | modifier le code]

Genèse et développement[modifier | modifier le code]

Distribution des rôles[modifier | modifier le code]

Dans son 11e film, Soderbergh retrouve trois comédiens avec lesquels il a déjà travaillé : George Clooney (Hors d'atteinte), Julia Roberts (Erin Brockovich, seule contre tous), et Don Cheadle (Hors d'atteinte et Traffic). Bien que faisant partie des acteurs principaux, Don Cheadle n'est pas crédité au générique.

Le rôle de Terry Benedict était un temps associé à Bruce Willis qui quitta finalement le projet[6]. Il se « rattrape » finalement avec un caméo dans Ocean's Twelve. Mark Wahlberg et Ewan McGregor ont été pressentis respectivement pour les rôles de Linus et Basher[7].

Alan Arkin devait tenir le rôle de Saul mais a dû quitter le projet pour des raisons personnelles[7]. Le rôle de Frank Catton a été proposé à Danny Glover, qui a décliné l'offre pour tourner dans La Famille Tenenbaum[7]. Les frères Luke et Owen Wilson refusent également les rôles de Virgil et Turk pour jouer dans La Famille Tenenbaum[7]. Sydney Pollack et Dennis Franz ont été envisagés pour incarner Reuben Tishkoff, alors que Warren Beatty, Michael Douglas et Ralph Fiennes l'ont été pour Terry Benedict[7].

Tournage[modifier | modifier le code]

Le tournage a lieu du au . Il s'est déroulé dans divers États américains, dont l'Illinois (Chicago), la Californie (Los Angeles, Santa Monica, Palm Springs, Warner Bros. Studios à Burbank, Universal Studios à Universal City, Université de Californie à Irvine, Victorville), le New Jersey (Atlantic City, prison d'État de l'East Jersey à Rahway), la Floride (Infinite Horizon Studios et Universal Studios Florida à Orlando, St. Petersburg) ainsi que plusieurs lieux de Las Vegas dont le Strip et le casino Bellagio[8].

Musique[modifier | modifier le code]

Music From The Motion Picture
Ocean's Eleven

Bande originale de divers artistes
Sortie [9]
Durée 52:05
Genre Pop rock, rock alternatif
Format CD
Compositeur David Holmes, ...
Label Warner Bros. Records
Critique

Bandes originales de Trilogie Ocean

La musique du film est composée par David Holmes, qui avait déjà collaboré avec Steven Soderberg pour Hors d'atteinte (1998). L'album sorti chez Warner Bros. Records contient également des chansons déjà existantes de Percy Faith, Perry Como, ainsi que « Clair de Lune » tiré de la Suite bergamasque de Claude Debussy, interprété par l'Orchestre de Philadelphie.

D'autres chansons présentes dans le film, n'apparaissent pas sur l'album, comme Take My Breath Away de Berlin, Cha Cha Cha de Jimmy Luxury and the Tommy Rome Orchestra, Spirit in the Sky de Norman Greenbaum, Spanish Flea interprété par Powerpack Orchestra, Misty et Moon River de Liberace, ou encore le thème du film Ils n'ont que vingt ans composé par Max Steiner[11].

Liste des titres[9],[12]
  1. Theme for Young Lovers (Percy Faith) - 1:01
  2. Boobytrapping (David Holmes) - 2:32
  3. The Projects (Pjays) (Handsome Boy Modeling School feat. De La Soul) - 4:12
  4. The Plans (David Holmes) - 1:24
  5. Papa Loves Mambo (Perry Como) - 2:37
  6. Ruben's In (David Holmes) - 3:05
  7. Lyman Zerga (David Holmes) - 1:52
  8. Caravan (Arthur Lyman) - 2:24
  9. Gritty Shaker (David Holmes) - 3:26
  10. Planting the Seed (David Holmes) - 2:12
  11. Pickpockets (David Holmes) - 1:31
  12. A Little Less Conversation (Elvis Presley) - 1:42
  13. Dream, Dream, Dream (Percy Faith) - 0:12
  14. Stealing the Pinch (David Holmes) - 1:03
  15. Blues in the Night (Quincy Jones) - 3:56
  16. Tess (Clair de Lune) (Claude Debussy) - 3:22
  17. Hookers (David Holmes) - 1:06
  18. $160 Million Chinese Man (David Holmes) - 4:10
  19. 69 Police (David Holmes) - 4:23
  20. Clair de Lune (Claude Debussy, interprété par l'Orchestre de Philadelphie) - 5:00
  21. Theme for Young Lovers (Percy Faith) - 0:44

Accueil[modifier | modifier le code]

Critique[modifier | modifier le code]

Le film obtient des critiques globalement positives. Sur l’agrégateur américain Rotten Tomatoes, il obtient 82 % d'opinions favorables, avec une note moyenne de 710 pour 169 critiques[13]. Sur Metacritic, il décroche une moyenne de 74100 pour 35 critiques[14].

En France, le film recueille aussi de bonnes critiques, avec notamment une note moyenne de 4,15, pour 16 titres de presse compilés par le site Allociné[15].

Box-office[modifier | modifier le code]

Pays ou région Box-office Date d'arrêt du box-office Nombre de semaines
Drapeau de la France France 4 658 537 entrées[16] 10
Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau du Canada Canada
183 417 150 $[1] [17] 20[17]
Alt=Image de la Terre Mondial 450 717 150 $[1] - -

Références[modifier | modifier le code]

  • Plusieurs acteurs de L'Inconnu de Las Vegas (1960) apparaissent dans le film : Angie Dickinson, qui interprétait Beatrice Ocean, et Henry Silva qui jouait Roger Corneal, font une apparition en tant que spectateurs du match de boxe[6].
  • Dans le film, on assiste à la destruction du casino Desert Inn. Dans le film de 1960, c'était le casino qui servait de décor à l'intrigue[6].
  • Il est possible que la partie de cartes au début du film qui réunit plusieurs acteurs (Holly Marie Combs, Joshua Jackson, Barry Watson…) jouant leur propre rôle à l'écran soit un clin d'œil, voire un hommage, à la célèbre partie de carte du film Boulevard du crépuscule (Sunset Boulevard, Billy Wilder, 1950) à laquelle participe entre autres Buster Keaton (jouant son propre rôle dans le film).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) « Ocean's Eleven », sur Box Office Mojo (consulté le 10 juin 2017)
  2. (en) Dates de sortie sur l’Internet Movie Database
  3. « Fiche du doublage français du film » sur Allodoublage, consulté le 30 novembre 2014
  4. « Fiche du doublage français du film » sur Voxofilm, consulté le 30 novembre 2014
  5. « Fiche du doublage québécois du film » sur Doublage Québec, consulté le 30 novembre 2014
  6. a, b et c Secrets de tournage - AlloCiné
  7. a, b, c, d et e (en) Anecdotes sur l’Internet Movie Database
  8. (en) Lieux de tournage sur l’Internet Movie Database
  9. a, b et c (en) Ocean's Eleven OST - AllMusic.com
  10. (en) Ocean's Eleven OST - David Holmes - Metacritic.com
  11. (en) Soundtrack sur l’Internet Movie Database
  12. (en) tracklisting Ocean's Eleven OST - OST-center.fr
  13. (en) « Ocean's Eleven (2001) », sur Rottem Tomatoes (consulté le 10 juin 2017)
  14. (en) « Ocean's Eleven (2001) », sur Metacritic (consulté le 10 juin 2017)
  15. « Critiques presse Ocean's Eleven (2001) », sur Allociné (consulté le 10 juin 2017)
  16. « Ocean's Eleven », sur JP box-office.com (consulté le 10 juin 2017)
  17. a et b (en) « Ocean's Eleven - weekly », sur Box Office Mojo (consulté le 10 juin 2017)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]