Vaux-en-Amiénois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vaux.

Vaux-en-Amiénois
Vaux-en-Amiénois
Sur la façade sud de l'église est fixée une plaque mentionnant les morts pour la France.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Somme
Arrondissement Amiens
Canton Flixecourt
Intercommunalité Communauté d'agglomération Amiens Métropole
Maire
Mandat
Daniel Leleu
2014-2020
Code postal 80260
Code commune 80782
Démographie
Gentilé Valois
Population
municipale
404 hab. (2016 en diminution de 4,72 % par rapport à 2011)
Densité 36 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 57′ 47″ nord, 2° 14′ 57″ est
Altitude Min. 34 m
Max. 104 m
Superficie 11,18 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte administrative de la Somme
City locator 14.svg
Vaux-en-Amiénois

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte topographique de la Somme
City locator 14.svg
Vaux-en-Amiénois

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vaux-en-Amiénois

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vaux-en-Amiénois
Liens
Site web http://vaux-en-amienois.net/ind_tamb.htm

Vaux-en-Amiénois est une commune française située dans le département de la Somme, en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

À une dizaine de kilomètres au nord-ouest d'Amiens, Vaux est desservie par l'autoroute A16 et la rocade qui mène à la métropole picarde.

Le village comporte un écart, le hameau de Frémont.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Vignacourt Flesselles Montonvillers Rose des vents
Saint-Vaast-en-Chaussée N Bertangles
O    Vaux-en-Amiénois    E
S
Saint-Sauveur Argœuves

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Transports en commun routiers[modifier | modifier le code]

La localité est desservie par la ligne d'autocars no 56 (Havernas - Flesselles - Amiens) du réseau Trans'80, Hauts-de-France, chaque jour de la semaine sauf le dimanche et les jours fériés[1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Vallis est cité en 1131 dans le cartulaire Saint-Jean. Wals apparait en 1140 dans un cartulaire de Bertaucourt. En 1176, c'est Vaus qui est apporté par le cartulaire Saint-Jean[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Des soldats anglais cantonnent dans le village. Ils installent un réseau d'eau[3].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1983 1989 André Goidin    
1989 2001 Jean Fauquembergue    
mars 2001 2008 Philippe Gambier    
mars 2008[4] En cours
(au 6 mai 2014)
Daniel Leleu   Réélu pour le mandat 2014-2020[5]

Politique de développement durable[modifier | modifier le code]


Lors du classement au concours des villes et villages fleuris de 2015, deux fleurs récompensent les efforts locaux en faveur de l'environnement[6].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[8].

En 2016, la commune comptait 404 habitants[Note 1], en diminution de 4,72 % par rapport à 2011 (Somme : +0,27 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
636694760639872919957919923
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
907854773740738669637587554
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
520515482366349324267287308
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
286309322401392389423424413
2016 - - - - - - - -
404--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Les communes de Vaux et Saint-Vast-en-Chaussée se sont associées en regroupement pédagogique intercommunal (RPI).

Pour l'année scolaire 2018-2019, la commune héberge une école élémentaire de 43 élèves, située en zone B pour les vacances scolaires, dans l'académie d'Amiens[11].

Associations locales[modifier | modifier le code]

Le village dispose de liens particuliers avec Cattolica Eraclea, localité sicilienne. En mars 2019, un marché sicilien est organisé par l'association valloise qui promeut les relations avec l'île italienne et les échanges d'arbres[12].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église paroissiale Saint-Firmin
L'église de Vaux est dédiée à saint Firmin le martyr, premier évêque d'Amiens. Avant la Révolution, elle dépendait du chapitre cathédral. Celui-ci fit peindre ses armes à l'intérieur de l'église en 1696, lorsqu'on abattit le jubé qui séparait la nef du chœur.
L'église date en partie du XVIe siècle, ainsi qu'en témoigne le mur pignon dont la porte en anse de panier est surmontée d'un arc en accolade. À la même époque fut sculptée la petite pietà malheureusement mutilée, qui surmonte la porte sud. Le chœur, postérieur, paraît dater du XVIe siècle. Des travaux furent menés au XIXe siècle avec l'agrandissement de la nef, la réparation du portail (1875) et la construction de la sacristie[13].
  • Chapelle de Frémont
Dans le hameau de Frémont, annexe de Vaux-en-Amiénois, se trouve une grande chapelle édifiée à l'extrême fin du XVIIIe siècle (1799-1800) et placée sous l'invocation de saint Pierre. La façade fut refaite plus tard dans le style néo-gothique. Les fenêtres de cet édifice abritaient des fragments de vitraux anciens (XVIe siècle) provenant peut-être de l'abbaye du Gard, mais dont il ne reste à peu près rien[14].
  • Chapelle Sainte-Anne
Une mention à l'intérieur nous apprend qu'elle a été donnée en 1701. Restaurée en 1998, elle appartient à la commune[15].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason à dessiner Blason D'argent au chef d'azur ; à l'église du lieu d'argent, ajourée et essorée de sable et brochant sur le chef ; au tambour d'argent, cerclé de gueules, lacé d'argent et noué de gueules, dans une branche de coudrier [noisetier] feuillée de cinq pièces et fleurie de deux, le tout au naturel et brochant sur le tout, en pointe[16].
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Carte spéciale des régions dévastées : 22 NO, Laon [Nord-Ouest], Service géographique de l'armée, (lire en ligne) sur Gallica.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Le réseau Trans'80 en ligne ».
  2. Jacques Garnier (Vue numérisée 188/267), Dictionnaire topographique du département de la Somme, t. 2 (lire en ligne), p. 371.
  3. « Historique du site de la commune ».
  4. [xls] « Liste des maires de la Somme », sur http://www.somme.pref.gouv.fr, (consulté le 25 avril 2009)
  5. « Liste des maires de la Somme » [xls], Liste des élus du département de la Somme, Préfecture de la Somme, (consulté le 9 juin 2014)
  6. « Liste des localités figurant au palmarès des villes et villages fleuris », sur Villes et villages fleuris (consulté le 7 novembre 2015).
  7. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  11. « L'école sur le site du ministère de l'Éducation nationale ».
  12. Delphine Richard, « Mama mia, quel marché ! », Courrier picard,‎ , p. 10.
  13. Itinéraires du Patrimoine, livret N° 181. Direction des Affaires culturelles de Picardie, Amiens
  14. Itinéraires du Patrimoine op. cit.
  15. André Guerville, Chapelles et oratoires en Pays de Somme, Abbeville, imp. Frédéric Paillart, coll. « Richesses en Somme », 4e trimestre 2003, 302 p., p. 182 (ASIN B000WR15W8).
  16. Site communal, création de 1991.