Clairy-Saulchoix

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Clairy-Saulchoix
Clairy-Saulchoix
Mairie.
Blason de Clairy-Saulchoix
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Somme
Arrondissement Amiens
Canton Ailly-sur-Somme
Intercommunalité CA Amiens Métropole
Maire
Mandat
Denis Mille
2014-2020
Code postal 80540
Code commune 80198
Démographie
Gentilé aucun
Population
municipale
369 hab. (2015 en diminution de 4,9 % par rapport à 2010)
Densité 57 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 51′ 23″ nord, 2° 10′ 48″ est
Altitude Min. 59 m
Max. 124 m
Superficie 6,52 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte administrative de la Somme
City locator 14.svg
Clairy-Saulchoix

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte topographique de la Somme
City locator 14.svg
Clairy-Saulchoix

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Clairy-Saulchoix

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Clairy-Saulchoix
Liens
Site web commune-clairysaulchoix.fr

Clairy-Saulchoix est une commune française située dans le département de la Somme, en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Rose des vents Guignemicourt Saleux Rose des vents
Pissy N Vers-sur-Selles
O    Clairy-Saulchoix    E
S
Revelles Creuse

La commune picarde de Clairy-Saulchoix se trouve au sud-ouest et à dizaine de kilomètres d'Amiens. Le village est tangenté par le tracé actuel de l'ancienne route nationale 29 (actuelle RD 1029)[Note 1]. Il est aisément accessible depuis les autoroutes A16 et A29, ainsi que de l'ensemble des voies de communication irriguant la métropole picarde.

Elle est constituée de son chef-lieu, Clairy, et d'un hameau, Saulchoix, situé à 3 km du village.

La commune est marquée par l'attraction d'Amiens, de nombreux habitants y travaillent[1]

Sol, hydrographie, relief[modifier | modifier le code]

Au nord, le sol d'argile rouge est compact, peu perméable. Au sud, une mince couche cultivable repose sur un sol de marne grisâtre. En 1899, les puits communaux descendent chercher une eau calcaire à 110 mètres de profondeur. Une vallée sèche, allant de Clairy aux coteaux du sud du territoire, anime le plateau sur lequel repose le village[2].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Du nord au sud, les territoires de Guignemicourt, Saleux, Vers-sur-Selle, Creuse, Revelles, Pissy, Bovelles jalonnent les limites locales[2].

Activité économique[modifier | modifier le code]

Le village a conservé un caractère rural marqué, avec ses neuf exploitations agricoles orientées vers la polyculture et l'élevage[1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le lieu était dénommé Clari en 1152[3].

Fortium-Clairiacum, forme latinisée, porte vraisemblablement le sens de « forteresse élevée dans un lieu clair, une clairière »[2].

Le décret impérial du fixe définitivement le nom de Clairy-Saulchoix[2].

Saulchoix évoque un lieu planté de saules[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Un tombeau avec des vases gallo-romains a été mis au jour dans l'ancien cimetière, entre Clairy et Saulchoix, ainsi qu'un monument druidique[2].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Une butte élevée marque encore, à la fin du XIXe siècle, l'emplacement d'un château féodal, avec ses souterrains[2].

L'emplacement du lieu au bord d'un plateau dominant la voie normale de passage d'Amiens vers Rouen le prédestinait à avoir un château fort assurant la surveillance de cette liaison. Sous sa protection vinrent s'agglomérer tout naturellement les habitants de Clairy.

Le premier seigneur de Clairy dont le souvenir soit parvenu jusqu'à nous se nomme Raoul de Fort-Clairy ; vivant au commencement du VIIe siècle, sa grande vertu lui avait attiré la considération de tous. Il fonda l'église Saint-Nicolas, toujours ainsi nommée, mais dont malheureusement il ne reste rien[2].

Au IXe siècle, les incursions des normands furent pour Clairy et ses environs un véritable désastre. Au Moyen Âge, la puissante maison des seigneurs de Picquigny possédait de nombreux biens à Clairy acquis auprès d'Evrard de Fouilloy, évêque d'Amiens qui fut probablement obligé de vendre lorsqu'il entreprit de bâtir la cathédrale au début du XIIe siècle. Par ailleurs, Gérard de Picquigny, mort en 1198 avait donné plusieurs fermes de Clairy à l'abbaye du Gard. Au mois de juin 1377, le chapitre d'Amiens racheta une partie de Clairy à Enguerrand de Cröy.

En 1415, Jean IV d'Aumont et de Clairy est tué à Azincourt[2].

Le village a possédé une maladrerie, la mare aux malades rappelle encore son existence en 1899[2].

Temps modernes[modifier | modifier le code]

Au XVe siècle, une époque terrible, fut l'invasion de la Picardie par Charles le Téméraire, le sang coule à flots et la terreur était partout. Le , les troupes du duc de Bourgogne prirent Clairy, rançonnèrent le village et brûlèrent le château. Le , les Espagnols s'emparèrent du village d'où ils pouvaient surveiller l'espace au loin. Ils y firent un long séjour qui ne cessa qu'après la reprise d'Amiens par Henri IV.


C'est à la fin du XVIe siècle, que la maison de Picquigny s'allie à la famille de Créquy. Le dernier seigneur de Clairy fut Charles de Créquy, Comte de Clairy, devenu veuf en 1615, cet ancien maître de camp d'un régiment d'infanterie, père de huit enfants, se retira au mois de juillet 1623 dans la congrégation des prêtres de l'Oratoire. Mêlé aux intrigues politiques de son temps, sa terre de Clairy fut ruinée et dégradée par ordre de la cour et le château abattu avec toutes ses dépendances. Ainsi disparaissait le manoir féodal de Clairy qui n'avait pas été sans gloire durant le Moyen Âge.

À la fin du XIXe siècle, le village possède encore son moulin à vent. Son château, à trois kilomètres de Saulchoy, compte treize habitants. Une carrière de craie assure les besoins locaux pour la construction[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de la communauté d'agglomération Amiens Métropole depuis janvier 2004.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 en cours
(au 6 mai 2014)
Denis Mille   Réélu pour le mandat 2014-2020[5],[6]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[8].

En 2015, la commune comptait 369 habitants[Note 2], en diminution de 4,9 % par rapport à 2010 (Somme : +0,2 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
515521537498527555573561558
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
562548497449418419388345353
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
334331294276253253266245278
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
274292313364361390359388374
2015 - - - - - - - -
369--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

L'école de Clairy Saulchoix est fermée depuis septembre 2011, sur décision de l'Inspection académique, suite à une suppression de poste d'enseignant.

Les enfants de Clairy scolarisables en maternelle et primaire sont accueillis dans le cadre d'un regroupement scolaire intercommunal avec les communes de Bovelles, Briquemesnil, Ferrières, Guignemicourt, Pissy et Seux.

Ce regroupement dispose d'une cantine située à Pissy.

Des garderies sont organisées à Ferrières et à Guignemicourt[11].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Nicolas date du XVe siècle[Note 3]. Bâtie en pierres, réparée avec des briques, elle possède une tour carrée plus récente surmontée d'une flèche octogonale volontairement inclinée pour résister aux vents dominants (Clairy, point élevé de la Somme, servait aux Allemands de poste d'observation pendant la Seconde Guerre mondiale).
    Elle fit l'objet au cours des siècles de plusieurs travaux de remaniements et de restaurations, en particulier à la fin du XIXe siècle avec le pavage du chœur et de la nef, le plancher sous les bancs, l'installation des vitraux aux quatre fenêtres du chœur. Elle possède de très belles statues, notamment celles de saint Vast en bois polychrome[12] et de saint Nicolas, en pierre du XVIe siècle[13] ainsi qu'une corniche en bois avec blochets représentant des têtes humaines et des fleurons.
  • Le calvaire Saint-Vast (du nom de l'ancien cimetière supprimé en 1785 où étaient enterrés les défunts des paroisses de Guimicourt, Pissy, Revelles et Clairy-Creuse), est édifié en 1864 à partir d'un menhir découvert en 1842 au Saulchoix.
  • Le château de Saulchoix, construit en 1679, remanié aux XVIIIe et XIXe siècles et son parc[14], qui appartient depuis 1821 à la même famille. À l'ouest, une chapelle. À l'est, côté jardin une orangerie brique et pierre. Dans le prolongement du corps de logis, deux petits pavillons reconstruits en brique.
  • Chapelle funéraire du château de 1679 dans laquelle reposent quatre membres de la famille de Gillès[4].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Clairy-Saulchoix.svg

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :

d'azur à la fasce d'argent chargée de trois tourteaux de sable.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La photo aérienne du village montre une parallèle au nord du tracé actuel de la RN 29 qui est manifestement l'ancien tracé de la route
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.
  3. Concernant la vie religieuse, par décision de l'évêque d'Amiens, depuis le 1er janvier 2003, la commune de Clairy-Saulchoix dépend de la paroisse St-Simon du Molliénois

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Bienvenue sur le site de Clairy-Saulchoix », sur le site officiel de la commune (consulté le 18 juillet 2008)
  2. a b c d e f g h i et j Notice géographique et historique réalisée par l'instituteur, M. Vaquet, 1899, archives départementales de la Somme, Amiens. Lire en ligne sur le site des archives départementales [1].
  3. « Clairy-Saulchoix »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur le site du Quid (consulté le 18 juillet 2008)
  4. a et b André Guerville, Chapelles et oratoires en Pays de Somme, Abbeville, imp. Frédéric Paillart, coll. « Richesses en Somme », 4e trimestre 2003, 302 p., p. 138 (ASIN B000WR15W8).
  5. « Liste des maires de la Somme », sur http://www.somme.pref.gouv.fr, (consulté le 18 juillet 2008)
  6. « Liste des maires de la Somme » [PDF], Liste des élus du département de la Somme, Préfecture de la Somme, (consulté le 9 juin 2014)
  7. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  11. Site communal.
  12. La statue de Saint-Vast (ou Saint-Waast) est classée monument historique depuis 1944
    « Statue : Saint Waast à Clairy-Saulchoix (80) », sur le site de Patrimoine de France (consulté le 18 juillet 2008)
  13. « Statuette : Saint Nicolas à Clairy-Saulchoix (80) », sur le site de Patrimoine de France (consulté le 18 juillet 2008)
  14. « Jardin d'agrément du château de Saulchoix à Clairy-Saulchoix (80) », sur le site de Patrimoine de France (consulté le 18 juillet 2008)