Saint-Vaast-en-Chaussée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Vaast.

Saint-Vaast-en-Chaussée
Saint-Vaast-en-Chaussée
Mairie.
Blason de Saint-Vaast-en-Chaussée
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Somme
Arrondissement Amiens
Canton Flixecourt
Intercommunalité CA Amiens Métropole
Maire
Mandat
Marc Vignolle
2014-2020
Code postal 80310
Code commune 80722
Démographie
Population
municipale
513 hab. (2017)
Densité 109 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 58′ 15″ nord, 2° 12′ 23″ est
Altitude Min. 20 m
Max. 95 m
Superficie 4,72 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte administrative de la Somme
City locator 14.svg
Saint-Vaast-en-Chaussée

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte topographique de la Somme
City locator 14.svg
Saint-Vaast-en-Chaussée

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Vaast-en-Chaussée

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Vaast-en-Chaussée

Saint-Vaast-en-Chaussée est une commune française située dans le département de la Somme, en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situé sur le plateau qui domine la vallée de la Somme, rive nord, le village est desservi par la route départementale no 12.

Son territoire est traversé par l'autoroute A16 et l'ex-RN 1 (actuelle RD 1001).

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Vignacourt Rose des vents
La Chaussée-Tirancourt N Vaux-en-Amiénois
O    Saint-Vaast-en-Chaussée    E
S
Saint-Sauveur
Cliquer sur la carte pour agrandir.

Transports en commun routiers[modifier | modifier le code]

La localité est desservie par la ligne d'autocars no 27 (Vignacourt - Amiens) du réseau inter-urbain Trans'80[1].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Les réseaux ont été mis en souterrain, l'assainissement collectif a été réalisé, une nouvelle mairie est construite. Quatre lotissements ont été créés par les municipalités qui se sont succédé, transformant la collectivité en une commune périurbaine[2].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Saint-Vast-en-Chaussée apparaît dans les textes dès le XIe siècle, sous la forme latine Sanctus Vedastus[3].

Le terme en-Chaussée s'explique par l'existence très ancienne de la route Amiens - Abbeville qui passe au sud du territoire communal.

Histoire[modifier | modifier le code]

Saint-Vaast était une seigneurie, attestée depuis le XIIIe siècle[3]

Le lieu était, sous l'Ancien Régime un petit village qui comptait environ 200 habitants au XVIIIe siècle[3].

L'aspect actuel de Saint-Vast remonte essentiellement au XIXe siècle[3].

En 2018, la commune et celle de Vaux-en-Amiénois envisagent de fusionner. L'employé municipal de Vaux sera d'ailleurs mis à disposition de Saint-Vaast pour la moitié de son temps de travail dès 2018, moyennant le remboursement de cette prestation par la commune bénéficiaire[4],[5].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement d'Amiens du département de la Somme (département). Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 2012 de la quatrième circonscription de la Somme.

Après avoir été rattachée au canton de Picquigny de 1793 à 1801, la commune intègre cette année-là le canton de Villers-Bocage[6]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, elle fait désormais partie du canton de Flixecourt.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune était membre de la communauté de communes Bocage Hallue, créée fin 1999.

Dans le cadre des dispositions de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République du 7 août 2015, qui prévoit que les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre doivent avoir un minimum de 15 000 habitants, la préfète de la Somme propose en octobre 2015 un projet de nouveau schéma départemental de coopération intercommunale (SDCI) qui prévoit la réduction de 28 à 16 du nombre des intercommunalités à fiscalité propre du Département.

Ce projet prévoyait la « fusion des communautés de communes du Bernavillois, du Doullennais et de Bocage Hallue », le nouvel ensemble de 34 661 habitants regroupant 70 communes[7]. À la suite de l'avis favorable du Doullennais, du Bernavillois, de l'avis défavorable de Bocage-Hallue (dont une partie des communes souhaitait rejoindre la communauté d'agglomération Amiens Métropole), la commission départementale de coopération intercommunale donne un avis favorable à la fusion en mars 2016[8],[9].

Celle-ci intervient le , créant la communauté de communes du Territoire Nord Picardie à laquelle la commune se retrouve intégrée en 2017, contre son gré[10].

Elle obtient de la quitter pour intégrer la communauté d'agglomération dénommée Amiens métropole le [11],[12],[13],[14].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[15]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
    Henri Dècle[réf. nécessaire]    
Les données manquantes sont à compléter.
1971 2001 Marcel Courtin[2]    
mars 2001 2008 André Damagnez    
mars 2008[16] En cours
(au 23 janvier 2018[5])
Marc Vignolle   Réélu pour le mandat 2014-2020[17]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[18]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[19].

En 2016, la commune comptait 499 habitants[Note 1], en diminution de 3,48 % par rapport à 2011 (Somme : +0,27 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
470526616644738735748757701
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
732748727713692607565522485
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
421348300260224208221186172
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
229281347484528563522518503
2016 - - - - - - - -
499--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[20].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Pour l'année scolaire 2016-2017, les enfants sont scolarisés au sein du regroupement pédagogique intercommunal (RPI) de Saint-Vaast-en-Chaussée et de Vaux-en-Amienois[4]. Le syndicat intercommunal scolaire (SISCO) gère une école publique, maternelle et élémentaire de 40 élèves, située en zone B, dans l'académie d'Amiens[21].

Un ensemble scolaire a été construit par les deux communes[2].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Située au cœur du village, à côté de la mairie, l'église est placée sous le vocable de saint Vaast. Elle remonte à 1833, comme l'atteste la date portée sur sa façade. C'est un édifice de style néo-classique, à vaisseau unique, construit en lits alternés de briques et pierres calcaires, pour les élévations nord et sud et en calcaire seul pour la façade principale[23].
D'un plan simple et d'un intérieur assez sobre, l'église possède un maître-autel réalisé en 1844 et des verrières illustrant la dévotion à saint Vaast, exécutées par la maison Bazin en 1875. Deux verrières, saint Jean-Baptiste et sainte Thérèse d'Avila, sont signées « Veuve Nicolas Lorin, Chartres », Marie Françoise Dian à sa naissance, datées entre 1882 et 1889 et répertoriées dans l'Inventaire général du patrimoine culturel (baies 9 et 10)[24].
La cloche, fondue en 1861, est en acier, ce qui est assez rare pour être souligné[25].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Saint-Vaast-en-Chaussée Blason De gueules à deux têtes de mulet de profil affrontées et accolées, la première de sable oreillée et chevelée d'argent, la seconde d'argent, oreillée et chevelée de sable.
Détails
La première apparition du blason semble dater de 1998. Il a ensuite été repris en plusieurs circonstances[26],[27].
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Le réseau Trans'80 en ligne ».
  2. a b et c Benoît Delespierre, « La nouvelle mairie a été inaugurée », Courrier picard,‎ , p. 13.
  3. a b c et d « Présentation de la commune », notice no IA80000336, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  4. a et b « Mariée à Amiens et peut-être à Saint-Vaast-en-Chaussée : Après avoir rejoint Amiens Métropole, la commune de Vaux-en-Amiénois planche sur une fusion avec le village voisin », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne, consulté le 4 mars 2018).
  5. a et b « Fusionner pour prendre son avenir en main : Un rapprochement avec Vaux-en-Amiénois est envisagé, qui pourrait déboucher sur un projet commun à terme », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne, consulté le 4 mars 2018).
  6. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. « Coopération intercommunale : La préfète présente un nouveau schéma départemental » [doc], Communiqué de presse, Préfecture de la Somme, (consulté le 15 mai 2016).
  8. Benoît Delespierre, « Pour Bocage-Hallue, ce sera avec Doullens et Bernaville », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne).
  9. « Arrêté préfectoral du 15 avril 2016 portant projet de périmètre de la communauté de communes issue de la fusion de la communauté de communes du Bernavillois, de la communauté de communes du Doullennais et de la communauté de communes Bocage-hallue », Recueil des actes administratifs de la préfecture de la Somme, nos 2016-031,‎ , p. 85-87 (lire en ligne [PDF]).
  10. Bakhti Zouad, « De nouvelles communes dans Amiens Métropole ? : Neuf nouvelles communes pourraient bientôt intégrer la métropole », Le Courrier Picard,‎ (lire en ligne).
  11. « Procès-verbal de la séance du 29 septembre 2017 de la formation restreinte de la commission départementale de la coopération intercommunale » [PDF], Préfecture de la Somme (consulté le 3 mars 2018).
  12. Benoît Delespierre, « Divorces, mariages forcés et frustrations : La décision du préfet d’autoriser certaines communes et pas d’autres à changer d’intercommunalité passe mal par endroits. Tour d’horizon », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne, consulté le 3 mars 2018).
  13. « Procès-verbal du Conseil de la communauté d'agglomération du 9 novembre 2017 » [PDF], sur http://www.amiens.fr/ (consulté le 3 mars 2018), p. 6-7.
  14. « Arrêté préfectoral du 12 décembre 2017 portant extension du périmètre de la communauté d'agglomération Amiens Métropole aux communes de Cardonnette, Querrieu, Saint-Vast-en-Chaussée, Vaux-en-Amiénois, Ferrières et Seux à compter du  », Recueil des actes administratifs de la préfecture de la Somme, nos 2017-086,‎ , p. 120-122 (lire en ligne [PDF], consulté le 3 mars 2018).
  15. « Les maires de Saint-Vaast-en-Chaussée », sur http://www.francegenweb.org (consulté le 4 mars 2018).
  16. « Liste des maires de la Somme », sur http://www.somme.pref.gouv.fr, (consulté le 19 mars 2009)
  17. « Liste des maires de la Somme » [xls], Liste des élus du département de la Somme, Préfecture de la Somme, (consulté le 9 juin 2014)
  18. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  19. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  20. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  21. L'école sur le site de l'éducation nationale.
  22. Oswald Macqueron, « Aquarelle : Eglise et école de Saint-Vast-en-Chaussée, canton de Villers-Bocage, d'après nature, 31 mai 1868. », Documents numérisés, fonds Macqueron, Bibliothèque municipale d'Abbeville (consulté le 4 mars 2018).
  23. « Église paroissiale Saint-Vaast », notice no IA80000185, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  24. « Ensemble de 2 verrières : Saint Jean-Baptiste et sainte Thérèse d'Avila (baies 9 et 10) », notice no IM80000278, base Palissy, ministère français de la Culture
  25. Itinéraires du Patrimoine, livret N°181. Direction régionale des Affaires culturelles de Picardie, Amiens
  26. "L'Gazette éd chés Djiseux", éditée à Boves (80), , p. 16.
  27. « Le blason dans l'Armorial de France ».