Glisy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Glisy
Glisy
Église Saint-Léger.
Blason de Glisy
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Somme
Arrondissement Amiens
Canton Amiens-4
Intercommunalité Communauté d'agglomération Amiens Métropole
Maire
Mandat
Guy Penaud
2014-2020
Code postal 80440
Code commune 80379
Démographie
Gentilé Gliséins
Gliséines
Population
municipale
714 hab. (2016 en augmentation de 22,05 % par rapport à 2011)
Densité 129 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 52′ 42″ nord, 2° 23′ 57″ est
Altitude Min. 21 m
Max. 70 m
Superficie 5,55 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte administrative de la Somme
City locator 14.svg
Glisy

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte topographique de la Somme
City locator 14.svg
Glisy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Glisy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Glisy
Liens
Site web ville-glisy.fr

Glisy est une commune française située dans le département de la Somme, en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Séparée d'Amiens par Camon, Longueau et Cagny, Glisy n'est éloignée de l'agglomération amiénoise que de quelques kilomètres. Le viaduc Jules-Verne passe à l'ouest du territoire communal et la route départementale d'Amiens à Péronne traverse la commune. À l'est, les bois de Trouville et de l'Abbé matérialisent les limites de la collectivité. Le cours de la Somme et ses marais impactent fortement le paysage communal au nord.

Localisation[modifier | modifier le code]

Rose des vents Camon Lamotte-Brebière Rose des vents
Longueau N Blangy-Tronville
O    Glisy    E
S
Boves

Économie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Aéroport d'Amiens - Glisy.

Sur le territoire de la commune, se trouve l'aérodrome d'Amiens. Celui-ci est géré par la chambre de commerce et d'industrie d'Amiens.

L'aérodrome servit de base aérienne aux Allemands durant la Seconde Guerre mondiale.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Glissy est relevé dès 1105, la forme latinisée de Glisiacum en 1218 puis Glysys en 1579. L’étymologie du mot Glisy peut s'expliquer de deux manières :

  • « Glysys » venant du grec « Glukus » signifiant agréable, doux[1] ;
  • Glisy et glaise, terre argileuse présente dans certains secteurs du territoire du village[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Protohistoire[modifier | modifier le code]

Des enclos protohistoriques ont été mis au jour sur le territoire de la commune. Des silos, des vestiges d'habitats et de sépultures, des poterie datant du premier âge du fer (Civilisation de Hallstatt) ont été retrouvés.

Antiquité[modifier | modifier le code]

Des vestiges de villa gallo-romaine ont été mis au jour.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Des pièces mérovingiennes ont été découvertes dans les tourbières ; elles sont déposées au musée de Picardie à Amiens.

Un château commandait la Somme. Il était tenu par la branche des Louvel de Glisy dont les armoiries se blasonnaient ainsi : « d'argent à la bande fuselée de gueules de cinq pièces : trois losanges entières et deux demies[1]. »

Temps modernes[modifier | modifier le code]

En 1636, les Espagnols brûlent Glisy[1].

Les terres du marquis de Caussam, seigneur du lieu émigré, sont vendues le 4 nivôse an II[1].

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Sept soldats étrangers, australiens ou britanniques, sont enterrés dans le cimetière communal. Ils sont morts en avril ou à la bataille de Villers-Bretonneux[3].

Deuxième Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts évoque deux déportés politiques et un déporté du travail comme « victimes de la barbarie nazie »[3].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[4]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1792 juillet 1794 Nicolas Corbillon    
août 1794 août 1795 Pierre Saguier    
janvier 1796 mars 1799 Antoine Corbillon[Note 1]    
juin 1799 juin 1800 François Bauduin    
juin 1800[5] août 1801 Antoine Corbillon[Note 2]   Laboureur.
septembre 1801[6] mai 1809 François Bauduin[Note 3]   Cultivateur.
mai 1809 août 1815 François Hennebert    
août 1815 mai 1816 Honoré Corbillon[Note 4]    
octobre 1816 mai 1821 Pierre Saguier[Note 5]   Tailleur.
mai 1821 janvier 1826[7] Pierre Léger Dubois    
janvier 1826 octobre 1831 Nicolas Deflocques   Arpenteur.
octobre 1831 1835 Frédéric Bellenger[Note 6]   Garde canal.
1835 septembre 1843 Jean François Hennebert    
septembre 1843 août 1848 Alexandre Boullé[Note 7]   Charpentier.
août 1848 1852 Frédéric Déruy    
1852 juillet 1865 Isidore Cresson[Note 8]   Cultivateur.
juillet 1865 1880[7] Alfred Dècle[Note 9]    
avril 1880 1881 Lucien Guérin    
janvier 1881 mai 1884 Clément Léger   Cultivateur.
mai 1884 octobre 1910 Lucien Guérin[Note 10]    
novembre 1910 [1919] Emmanuel Poiré[Note 11]   Cultivateur.
décembre 1919 août 1920 Virgile Leroy[Note 12]   Cultivateur et entrepreneur de battage.
novembre 1920 mai 1926 Émile Léger[Note 13]    
juin 1926 mai 1929 Ovide Poiré[Note 14]   Cultivateur.
mai 1929 après janvier 1945 Théodore Sueur[Note 15]   Instituteur retraité.
mai1945 mars 1959 Gaston Thuillier   employé SNCF
mars 1959 mars 1977 Robert Durlicq   employé SNCF
mars 1977 mars2008 Jean Dheilly   infirmier psy
mars 2008[8] 2014 Jean Noyelle NC  
mars 2014[9] En cours
(au 6 mai 2014)
Guy Penaud    

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Au classement du concours des villes et villages fleuris, trois fleurs récompensent les efforts locaux en faveur de l'environnement[10],[11].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[12]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[13].

En 2016, la commune comptait 714 habitants[Note 16], en augmentation de 22,05 % par rapport à 2011 (Somme : +0,27 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
252201280307346336350359355
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
364390373331318279270257241
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
241229217246293288298241308
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
355370451532499483543569684
2016 - - - - - - - -
714--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Pour l'année scolaire 2016-2017, l’école fait partie d'un regroupement pédagogique intercommunal (RPI) avec celle de Blangy-Tronville depuis 1994 et comporte quatre classes.

La garderie et la restauration scolaire sont installées sur la commune[2].

Cultes[modifier | modifier le code]

  • Pour le culte catholique, Glisy fait partie de la paroisse Saint-Domice.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Monument aux morts pour la patrie.
Clocher.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Glisy.svg

Les armes de la commune se blasonnent ainsi : d'argent à la bande fuselée de gueules de quatre pièces et deux demies.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Inventaire général du Patrimoine culturel. Églises et chapelles des XIXe et XXe siècles (Amiens métropole). Textes : Isabelle Barbedor. Photographies : Thierry Lefébure. Lyon : Lieux-Dits, 2008, 72 pages. (ISBN 978-2-914528-47-4).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Agent municipal.
  2. Décédé le 11 fructidor an IX (29 août 1801).
  3. Décédé le 15 mai 1809, étant maire.
  4. Décédé le 4 mai 1816, étant maire.
  5. Né à Villers-Bocage le 29 juin 1755.
  6. Né à Glisy le 30 novembre 1799.
  7. Né le 17 décembre 1806.
  8. Né le 18 juillet 1807.
  9. Déjà maire en 1865.
  10. Né à Glisy le 2 juillet 1846, décédé le 1er octobre 1910, étant maire.
  11. Né le 20 mai 1842.
  12. Né à Glisy le 15 juillet 1873, décédé à Glisy le 30 août 1920, étant maire.
  13. Décédé le 11 mai 1926, étant maire.
  14. Né à Glisy le 11 septembre 1884, décédé à l'hôpital de Corbie (Somme) le 14 janvier 1943.
  15. Né à Verton (Pas-de-Calais) le 13 mars 1867. Conseiller municipal de Glisy à partir de 1926. Nommé les 11 mai 1941 et 22 janvier 1945 président de la commission spéciale remplaçant le conseil municipal, alors dissout.
  16. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Notice géographique et historique rédigée par l'instituteur, M. Debéthune, 1899, Archives départementales de la Somme, Amiens.
  2. a et b Site communal
  3. a b et c Courrier picard, 18 décembre 2016, « Glisy, le monument aux morts », p. 8.
  4. Source pour la période 1800-1945 : Archives départementales de la Somme, dossiers 3 M 79, 147, 282, 378, 460, 1269.
  5. 1er messidor an VIII.
  6. 19 fructidor an IX.
  7. a et b Démissionnaire.
  8. Le Courrier picard, édition Région d'Amiens du 1er avril 2008
  9. « Liste des maires de la Somme » [xls], Liste des élus du département de la Somme, Préfecture de la Somme, (consulté le 9 juin 2014)
  10. « Liste des localités figurant au palmarès des villes et villages fleuris », sur Villes et villages fleuris (consulté le 7 novembre 2015).
  11. Classement 2016 sur Courrier picard du 21 novembre 2016.
  12. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  13. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.