Cardonnette

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Cardonnette
Cardonnette
L'église Saint-Vaast.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Somme
Arrondissement Amiens
Canton Amiens-2 (Partiel)
Intercommunalité CA Amiens Métropole
Maire
Mandat
Laurent Marfaux
2014-2020
Code postal 80260
Code commune 80173
Démographie
Gentilé Cardonnettois
Population
municipale
490 hab. (2015 en augmentation de 9,62 % par rapport à 2010)
Densité 90 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 57′ 07″ nord, 2° 21′ 36″ est
Altitude Min. 56 m
Max. 117 m
Superficie 5,46 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte administrative de la Somme
City locator 14.svg
Cardonnette

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte topographique de la Somme
City locator 14.svg
Cardonnette

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Cardonnette

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Cardonnette
Liens
Site web http://www.mairie-cardonnette.fr/

Cardonnette est une commune française située dans le département de la Somme, en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

À quelques kilomètres au nord-est de l'agglomération amiénoise, Cardonnette, petit village du plateau picard, à l'habitat groupé, est desservie par l'ex-RN 319 (actuelle route départementale 919).

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le village est mentionné dès 1279 sous le nom de Cardonnelle[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Au Moyen Âge, la seigneurie de Cardonnette, qui relevait de Picquigny, se divisait en deux parties : l'une appartenait au chapitre de la collégiale Saint-Martin de Picquigny, l'autre à un seigneur laïc, dont le plus anciennement connu est Adam de Cardonnette (en 1222)[1].

Cette seigneurie passa en mains illustres à la fin de l'Ancien Régime : appartenant tout d'abord à la famille de Saveuse au XVIIe siècle, elle passa ensuite par mariage dans la maison de Montmorency, puis de Lorraine[1].

L'ensemble du village date des XIXe et XXe siècles, y compris l'église, reconstruite en 1895 par Émile Ricquier. L'habitat regroupé au village est sans doute lié à la rareté de l'eau, qui poussa à la création de mares et de puits communaux tout au long du XIXe siècle : il existait cinq mares en 1884 (toutes comblées aujourd'hui) , deux puits avaient été creusés en 1819 et un troisième le fut en 1843[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

De 1790 à 1801, la commune relève de l'administration et de la justice de paix du canton de Querrieux.

En l'an VII et jusqu'au 10 germinal de l'an VIII (30 mars 1800), tous les mariages civils du canton, sont prononcés au chef-lieu, conformément à l'article IV de la Loy du 13 fructidor de l'an VI (30 août 1798).

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement d'Amiens du département de la Somme (département). Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 2012 de la quatrième circonscription de la Somme.

Après avoir été rattachée au canton de Querrieux de 1793 à 1801, la commune intègre cette année-là le canton de Villers-Bocage[2]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, elle fait désormais partie du canton d'Amiens-2.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune était membre de la communauté de communes Bocage Hallue, créée fin 1999.

Dans le cadre des dispositions de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République du 7 août 2015, qui prévoit que les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre doivent avoir un minimum de 15 000 habitants, la préfète de la Somme propose en octobre 2015 un projet de nouveau schéma départemental de coopération intercommunale (SDCI) qui prévoit la réduction de 28 à 16 du nombre des intercommunalités à fiscalité propre du Département.

Ce projet prévoyait la « fusion des communautés de communes du Bernavillois, du Doullennais et de Bocage Hallue », le nouvel ensemble de 34 661 habitants regroupant 70 communes[3]. À la suite de l'avis favorable du Doullennais, du Bernavillois, de l'avis défavorable de Bocage-Hallue (dont une partie des communes souhaitait rejoindre la communauté d'agglomération Amiens Métropole), la commission départementale de coopération intercommunale donne un avis favorable à la fusion en mars 2016[4],[5].

Celle-ci intervient le , créant la communauté de communes du Territoire Nord Picardie à laquelle la commune se retrouve intégrée en 2017, contre son gré[6].

Elle obtient de la quitter pour intégrer la communauté d'agglomération dénommée Amiens métropole le [7],[8],[9],[10].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1995 2014[11] Jean-Marc Verscheure   Agriculteur
2014[12] mai 2018 Laurent Marfaux   Décès en fonctions[13].
         

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[14]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[15].

En 2015, la commune comptait 490 habitants[Note 1], en augmentation de 9,62 % par rapport à 2010 (Somme : +0,2 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
300304318376418410411400380
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
387369357324325327288282248
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
248243205190194174159167151
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2015
167213275408458417430454490
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2006[16].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

En 2017 et depuis plusieurs années, les enfants de Cardonnette sont scolarisés au regroupement pédagogique de Rainneville[17].

Culture[modifier | modifier le code]

La commune dispose d'une médiathèque de 5 000 ouvrages, transférée dans les locaux de l'ancienne école en 2017. Elle est fréquentée par 260 lecteurs inscrits dont 150 actifs, chiffre important pour un village d'environ 500 habitants, mais dont l'équipement rayonne sur les villages voisins[17].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Vaast
L'église, vouée à saint Vast, a été inaugurée en 1895 sur des plans de l'architecte Émile Ricquier, l'architecte du cirque Jules-Verne, de l'hôpital Pinel ou de l'horloge Dewailly à Amiens[18].
La construction en briques est d'architecture éclectique néo-roman et néo-byzantin, avec quelques éléments qui semblent être empruntés à l'art islamique, comme les motifs ajourés, sortes de dentelle sculptée dans la partie inférieure du clocher. Par ailleurs, les effets de polychromie, obtenus par le jeu des briques rouges et beiges et les décors géométriques et floraux dans l'appareillage des murs, confèrent à l'ensemble un style tout à fait oriental[19].
Des opérations de rénovation ont été réalisées par l'organisation de chantiers de bénévoles : association Concordia de 2003 à 2008.
Article détaillé : Église Saint-Vaast de Cardonnette.
  • Le presbytère, 6 place de l'Église, de 1859, édifié par l'entrepreneur amiénois Aimable Lemaire, sur les plans dressés en juin 1859 par A. Pointar (inspecteur voyer de la ville d'Amiens)[20].
  • Le village possède deux croix en fonte datées : l'une de 1852 (au coin de la rue d'Artois et de la rue de Picardie) , l'autre de 1849 (érigée lors d'une épidémie de choléra, à l'entrée du village)[1].
  • Cimetière communal, qui existait à cet emplacement en 1861, a été étendu en 1888. Il s'étend à flanc de coteau, à la sortie du village et s'organise autour d'une allée centrale montant jusqu'à la tombe de l'abbé Delucheux, ancien curé de Cardonnette décédé en 1897, près de laquelle s'élève une grande croix en fonte sur socle de grès[21].
  • Le village présente d'intéressants témoignages de l'architecture rurale picarde, aussi bien pour les constructions en torchis (5 logis et 3 granges) que pour les bâtiments en brique (4 logis, 3 granges). On notera la présence d'un pigeonnier-étable en brique, daté 1903, avec son épi de faîtage en forme de pigeon (14 rue de Normandie). Quelques bâtiments ont conservé des tuiles faîtières denticulées (granges aux n°11 et n°7 place de l'Église, étable au 18 rue de Flandre). Certaines granges présentent de beaux linteaux de bois (notamment 11, place de l'Église et 2, rue de Flandre)[22], parmi lesquelles la ferme du 20 rue de Flandre, édifiée en 1877, est représentative des fermes picardes traditionnelles[23].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e « Présentation de la commune de Cardonnette », notice no IA80000268, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  2. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. « Coopération intercommunale : La préfète présente un nouveau schéma départemental » [doc], Communiqué de presse, Préfecture de la Somme, (consulté le 15 mai 2016).
  4. Benoît Delespierre, « Pour Bocage-Hallue, ce sera avec Doullens et Bernaville », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne).
  5. « Arrêté préfectoral du 15 avril 2016 portant projet de périmètre de la communauté de communes issue de la fusion de la communauté de communes du Bernavillois, de la communauté de communes du Doullennais et de la communauté de communes Bocage-hallue », Recueil des actes administratifs de la préfecture de la Somme, nos 2016-031,‎ , p. 85-87 (lire en ligne [PDF]).
  6. Bakhti Zouad, « De nouvelles communes dans Amiens Métropole ? : Neuf nouvelles communes pourraient bientôt intégrer la métropole », Le Courrier Picard,‎ (lire en ligne).
  7. « Procès-verbal de la séance du 29 septembre 2017 de la formation restreinte de la commission départementale de la coopération intercommunale » [PDF], Préfecture de la Somme (consulté le 3 mars 2018).
  8. Benoît Delespierre, « Divorces, mariages forcés et frustrations : La décision du préfet d’autoriser certaines communes et pas d’autres à changer d’intercommunalité passe mal par endroits. Tour d’horizon », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne).
  9. « Procès-verbal du Conseil de la communauté d'agglomération du 9 novembre 2017 » [PDF], sur http://www.amiens.fr/ (consulté le 3 mars 2018), p. 6-7.
  10. « Arrêté préfectoral du 12 décembre 2017 portant extension du périmètre de la communauté d'agglomération Amiens Métropole aux communes de Cardonnette, Querrieu, Saint-Vast-en-Chaussée, Vaux-en-Amiénois, Ferrières et Seux à compter du  », Recueil des actes administratifs de la préfecture de la Somme, nos 2017-086,‎ , p. 120-122 (lire en ligne [PDF]).
  11. Réélu pour le mandat 2008-2014 : « Liste des maires de la Somme », sur http://www.somme.pref.gouv.fr, (consulté le 18 juillet 2008)
  12. « Liste des maires de la Somme » [PDF], Liste des élus du département de la Somme, Préfecture de la Somme, (consulté le 9 juin 2014)
  13. Courrier picard, avis de décès, 25 mai 2018.
  14. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  15. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  17. a et b Thierry Griois, « La nouvelle bibliothèque de Cardonnette a ouvert : Les premiers utilisateurs ont franchi lundi soir les portes d’un équipement qui abrite 5 000 ouvrages, dans cette commune de 500 âmes, mais qui compte 260 lecteurs ! », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne).
  18. David Vandevoorde, « Histoires de pierres et d’esprits à Pinel à Dury : L’hôpital psychiatrique Philippe-Pinel est pour beaucoup mystérieux. Son ouverture aux Journées du patrimoine dévoile une architecture étroitement liée aux avancées médicales », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne).
  19. « Église paroissiale Saint-Vaast », notice no IA80000183, base Mérimée, ministère français de la Culture
  20. « Presbytère », notice no IA80000291, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  21. « Cimetière », notice no IA80000297, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  22. « Maisons et fermes », notice no IA80000296, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  23. « Ferme », notice no IA80000290, base Mérimée, ministère français de la Culture.