Bertangles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Bertangles
Bertangles
La grille d'honneur du château.
Blason de Bertangles
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Somme
Arrondissement Amiens
Intercommunalité Communauté d'agglomération Amiens Métropole
Maire
Mandat
Joseph Debart
2020-2026
Code postal 80260
Code commune 80092
Démographie
Gentilé Bertanglois
Population
municipale
686 hab. (2019 en augmentation de 17,87 % par rapport à 2013)
Densité 80 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 58′ 15″ nord, 2° 18′ 02″ est
Altitude Min. 51 m
Max. 131 m
Superficie 8,57 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Amiens
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Amiens-2
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Bertangles
Géolocalisation sur la carte : Somme
Voir sur la carte topographique de la Somme
City locator 14.svg
Bertangles
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bertangles
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bertangles
Liens
Site web ville-bertangles.fr

Bertangles est une commune française située dans le département de la Somme en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Bertangles est un village situé à quelques kilomètres au nord d'Amiens qui, malgré une mécanisation de l'agriculture, a pu conserver un caractère verdoyant grâce aux deux forêts le séparant (vers le nord) de Villers-Bocage et de Montonvillers, et à la préservation de haies, vergers et pâturages, à proximité du château en particulier.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Bertangles est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Amiens, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 369 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (74,9 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (76 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (70,2 %), forêts (20,2 %), zones urbanisées (4,9 %), zones agricoles hétérogènes (4,7 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Sceau de Wales de Bertangles, 1292.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1935 1940 François de Clermont-Tonnerre[8] PAPF Propriétaire du château de Bertangles, exploitant agricole
Vice-président de l'Union des syndicats agricoles de la Somme
Secrétaire général de l'Association syndicale betteravière de la Somme
Député de la Somme (1936 → 1942)
Les données manquantes sont à compléter.
1945 1959 François de Clermont-Tonnerre
dit Talllard (nom de résistance)
  Exploitant agricole, résistant, chevalier de la Légion d'honneur
Adjoint au commandant du débarquement allié en Afrique du Nord
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1977 En cours
(au 24 juillet 2020)
Joseph Debart   Vice-président de la CA Amiens Métropole (2014 → 2020)
Réélu pour le mandat 2020-2026[9],[10],[11]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[12]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[13].

En 2019, la commune comptait 686 habitants[Note 3], en augmentation de 17,87 % par rapport à 2013 (Somme : −0,2 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
375391428432440507547598600
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
592606562539513495428436394
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
358350302256255237242227279
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2013
284287387646700654610598582
2018 2019 - - - - - - -
656686-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Château de Clermont-Tonnerre (XVIIIe siècle), également connu sous le nom de château de Bertangles. Construit par Louis-Joseph de Clermont-Tonnerre de 1730 à 1734, pour remplacer l'ancien édifice du Moyen Âge. Il est reconstruit une première fois au début du XVIe siècle. Il fut restauré après avoir été incendié par les Espagnols en 1597. Il ne reste que le portail datant de 1625 et donnant accès à la ferme, à l'ouest.
    En août 1930, un incendie en détruit l'intérieur et en particulier les boiseries, qui furent refaites à l'identique dans les années qui suivirent. L'escalier et sa rampe en fer forgé avaient été préservés.
    De la route d'Amiens à Villers-Bocage, une allée d'arbres centenaires mène à la grille d'honneur du château, véritable chef-d'œuvre du maître ferronnier Jean Veyren, surnommé « Vivarais » (par ailleurs créateur des grilles entourant le chœur de Notre-Dame d'Amiens).
  • Église Saint-Vincent : le chœur date du XIXe siècle, la nef est voûtée de bois, des clefs de voûte sont décorées aux armes de la famille de Glisy, dans les chapelles latérales, épitaphes des XVIIe et XVIIIe siècles.
  • Bois du Coup de Tonnerre, stèle à la mémoire de sept résistants exécutés :
    • André Foucart, originaire de Corbie (Somme) ;
    • Lucien Orsy, originaire d'Hombleux hameau de Canisy (Somme) ;
    • Jean-Marie Murachioli, originaire de Bastia (Haute-Corse) ;
    • André Pagnoux, originaire de Mers-les-Bains (Somme) ;
    • René Pelletier, originaire de Canisy (Manche) ;
    • Camille Racine, originaire de Saint-Blimont (Somme) ;
    • Jacques Ronaldo, originaire d'Antibes (Alpes-Maritimes).

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Bertangles Blason
De gueules à cinq tourelles d'or ordonnées en orle.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Manfred von Richthofen, le célèbre « Baron Rouge », l'as des as de l'aviation allemande, fut enterré le 22 avril 1918 dans le cimetière du village (en entrant tout de suite à gauche contre la haie/témoignage vers 1977, d'un homme de Bertangles qui alors enfant avait suivi la cérémonie, puis trois ans plus tard l'exhumation racontée avec force détails, alors qu'il était transféré au cimetière militaire allemand à Fricourt, près d'Albert (80), tombe no 5309. Note N. Nalywaïko d'Abbeville). Des soldats australiens lui rendirent tous les honneurs militaires dus à son rang. Il fut inhumé non loin du lieu où son avion s'était posé. En 1925, il fut transporté une seconde fois et inhumé à Berlin en grande pompe. En 1975, à la demande des membres de sa famille, sa dépouille fut transférée au cimetière sud de Wiesbaden, en Allemagne. Son cercueil fut placé dans le caveau familial auprès de ses frères, de sa mère et sa grand-mère.
  • Général Sir John Monash, commandant en chef des forces australiennes durant la Première Guerre mondiale, dont le quartier général était basé au château de Bertangles.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Canton de Villers-Bocage - Châteaux et fermes, no 182, coll. Itinéraires du patrimoine, textes de Judith Förstel, 1999 (ISBN 2-906340-40-5)
  • Dictionnaire historique et archéologique de Picardie - Arrondissement d'Amiens - Tome III, E. Héren et L. Ledieu, 1919
  • « Dictionnaire des châteaux de France : Artois, Flandre, Hainaut, Picardie », J. Thiebaut, 1978
  • A. Goze, Églises, châteaux, beffrois et hôtels-de-ville les plus remarquables de la Picardie et de l'Artois, 1849
  • François de Clermont-Tonnerre, « La Décoration sculptée des façades du château de Bertangles », dans Bulletin de la Société des Antiquaires de Picardie - tome 76, 1976
  • Jacques Foucart-Borville, « Un grand artiste du fer : Vivarais », dans Bulletin de la Société des Antiquaires de Picardie - 3e trim. 1980
    à propos de l'histoire de la grille d'honneur

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Amiens », sur insee.fr (consulté le ).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. « François, Marie, Amédée, Joseph de Clermont-Tonnerre (1906 - 1979) », sur Sycomore, base de données des députés de l'Assemblée nationale.
  9. « Liste des maires de la Somme », sur http://www.somme.pref.gouv.fr, (consulté le ).
  10. « Liste des maires de la Somme » [PDF], Liste des élus du département de la Somme, Préfecture de la Somme, (consulté le ).
  11. « Liste des élus de la Somme » [ods], Listes des élus du département de la Somme, Préfecture de la Somme, (consulté le ).
  12. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  13. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.