Ferrières (Somme)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ferrières.

Ferrières
Ferrières (Somme)
Le monument aux morts surplombe la D 211 et fait presque face à l'école.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Somme
Arrondissement Amiens
Canton Ailly-sur-Somme
Intercommunalité CA Amiens Métropole
Maire
Mandat
Jean-Claude Billot
2014-2020
Code postal 80470
Code commune 80305
Démographie
Gentilé Ferriérols
Population
municipale
476 hab. (2015 en augmentation de 3,48 % par rapport à 2010)
Densité 137 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 53′ 34″ nord, 2° 10′ 40″ est
Altitude Min. 59 m
Max. 115 m
Superficie 3,47 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte administrative de la Somme
City locator 14.svg
Ferrières

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte topographique de la Somme
City locator 14.svg
Ferrières

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Ferrières

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Ferrières
Liens
Site web http://www.ferrieres80.fr

Ferrières est une commune française située dans le département de la Somme, en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Ferrières
Ailly-sur-Somme
Bovelles Ferrières Saveuse et Pont-de-Metz
Guignemicourt Saleux

Toponymie[modifier | modifier le code]

Ferrières se trouve mentionné en 1175 sous le nom Ferraria.

Pluriel de ferrière dans la langue d'oïl désignant une installation pour extraire, fondre et forger le fer[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Après la Révolution française, la paroisse devient une annexe de celle du village voisin, Bovelles[réf. nécessaire].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement d'Amiens du département de la Somme. Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 1988 de la première circonscription de la Somme.

Elle faisait partie depuis 1801 du canton de Picquigny[2]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune intègre le canton d'Ailly-sur-Somme, dont elle est désormais membre.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune était membre de la petite communauté de communes de l'Ouest d'Amiens, créée fin 1993.

Dans le cadre de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République (Loi NOTRe) du prescrit, dans le cadre de l'approfondissement de la coopération intercommunale, que les intercommunalités à fiscalité propre doivent, sauf exceptions, regrouper au moins 15 000 habitants, cette intercommunalité fusionne avec la du Val de Nièvre et environs, formant le la communauté de communes Nièvre et Somme, où la commune se retrouve intégrée contre son gré, craignant notamment une hausse de la fiscalité[3].

Elle obtient[4],[5],[6] de quitter Nièvre et Somme pour intégrer, le , la communauté d'agglomération Amiens Métropole[7], dont elle est désormais membre[8].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1944 1981 Jean de Tourtier   Propriétaire
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 en cours
(au 30 janvier 2017)
Jean-Claude Billot LR Retraité EDF-GDF
Réélu pour le mandat 2014-2020[9],[10]

Labels[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans. Pour Ferrières, cela correspond à 2005, 2010[12], etc. Les autres dates de « recensements » (2006, 2009, etc.) sont des estimations légales. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[13]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[14].

En 2015, la commune comptait 476 habitants[Note 1], en augmentation de 3,48 % par rapport à 2010 (Somme : +0,2 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
303346359351373412420408414
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
402408389382383373396384380
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
391381370334314294248248261
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
220252307315396426446460476
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune prend en charge les enfants d'âge scolaire élémentaire au sein d'un regroupement pédagogique dispersé.

À la rentrée 2014, Guignemicourt accueille les enfants de petite section, Seux les endants de moyenne section, Pissy ceux de grande section, Bovelles les élèves de CP et de CM1, Briquemesnil-Floxicourt les CE1 et une partie des CE2, Ferrières l'autre partie des CE2 et les CM2[16].

Si la cantine siège à Pissy, des garderies sont mises en place à Ferrières et Guignemicourt.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint André - Fin de construction en 1867.
  • Chapelle funéraire, à l'extérieur du cimetière, de 1880[17].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Ferrières Blason Écartelé en sautoir : au 1er d'azur au souci tigé et feuillé d'or, au 2e d'or à la truelle de sable, au 3e d'or au couteau à couper le velours de sable, au 4e d'azur à la merlette d'argent.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • René Boyenval, René Debrie, René Vaillant, Répertoire des Noms de Famille de la Somme en 1849, Éditions Éklitra, Amiens, 1972, 232 pages.
  • Chantal de Tourtier-Bonazzi, Ferrières au fil des ans: histoire d'un village picard, Impr. F. Paillart, 1987, 233 pages.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Toponymie générale de la France, Volume 2, Ernest Nègre, Librairie Droz, 1996, 9782600001335
  2. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Émilie Da Cruz, « L’envie d’ailleurs de Ferrières mal vécue par le territoire Nièvre et Somme : Les élus du nouveau territoire n’admettent pas que le maire de Ferrières veuille rejoindre Amiens Métropole. Ils réfutent ses arguments sur la question des impôts », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne).
  4. « Procès-verbal de la séance du 29 septembre 2017 de la formation restreinte de la commission départementale de la coopération intercommunale » [PDF], Préfecture de la Somme (consulté le 3 mars 2018).
  5. Benoît Delespierre, « Divorces, mariages forcés et frustrations : La décision du préfet d’autoriser certaines communes et pas d’autres à changer d’intercommunalité passe mal par endroits. Tour d’horizon », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne).
  6. Bakhti Zouad, « De nouvelles communes dans Amiens Métropole ? : Neuf nouvelles communes pourraient bientôt intégrer la métropole », Le Courrier Picard,‎ (lire en ligne).
  7. « Arrêté préfectoral du 12 décembre 2017 portant extension du périmètre de la communauté d'agglomération Amiens Métropole aux communes de Cardonnette, Querrieu, Saint-Vast-en-Chaussée, Vaux-en-Amiénois, Ferrières et Seux à compter du 1er janvier 2018 », Recueil des actes administratifs de la préfecture de la Seine, nos 2017-086,‎ , p. 120-122 (lire en ligne [PDF]).
  8. « Les taux d’imposition resteront stables à Ferrières : La commune vient d’intégrer Amiens Métropole et les habitants vont en retirer un certain nombre d’avantages. Par ailleurs, la municipalité veut stabiliser les taux d’imposition », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne).
  9. « Liste des maires de la Somme », sur http://www.somme.pref.gouv.fr, (consulté le 30 août 2008)
  10. « Liste des maires de la Somme » [PDF], Liste des élus du département de la Somme, Préfecture de la Somme, (consulté le 9 juin 2014)
  11. « Le palmarès des villes et villages fleuris », Le Courrier picard édition de l'Oise,‎
  12. « Calendrier de recensement », sur Insee (consulté le 9 mars 2012)
  13. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  14. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  16. Site de la commune de Pissy.
  17. André Guerville, Chapelles et oratoires en Pays de Somme, Abbeville, imp. Frédéric Paillart, coll. « Richesses en Somme », 4e trimestre 2003, 302 p., p. 1138 (ASIN B000WR15W8).
  18. (en) Lacy Ward, « Joseph Raphael Crimont », sur le site Gonzaga Wittness, (consulté le 17 mars 2009)