Louis de Bassompierre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Louis de Bassompierre
Biographie
Naissance
à Paris
Décès
à Paris
Évêque de l'Église catholique
Consécration épiscopale
Dernier titre ou fonction Évêque
Évêque de Saintes
Évêque désigné d'Oloron
Autres fonctions
Fonction religieuse
Abbé commendataire de Saint-Georges de Boscherville
Abbé de Chézy-sur-Marne

Ornements extérieurs Evêques.svg
Armoiries de Bassompierre.svg
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Louis de Bassompierre est un religieux français né le à Paris et mort le à Paris, évêque de Saintes à compter de 1648.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines et famille[modifier | modifier le code]

Louis de Bassompierre est issu par son père d'une grande famille de Lorraine. Le nom allemand de la famille est Betstein et son nom français Bassompierre. Il est le fils illégitime du maréchal de France François de Bassompierre (1579-1646) et de Marie-Charlotte de Balzac d’Entragues qui ne se sont jamais mariés.

Fonctions religieuses[modifier | modifier le code]

Louis de Bassompierre est élevé par un cousin de sa mère, Charles de Balsac, évêque de Noyon, et il étudie pendant dix ans au Collège de Navarre, suit des cours de théologie à la Sorbonne et obtient une licence de droit canon. Son tuteur lui obtient d'être pourvu en commende de l'abbaye Saint-Georges de Boscherville dans le diocèse de Rouen de 1626 (alors qu'il n'a que 16 ans) à sa mort, où il introduit la réforme de Saint-Maur en 1659. Il est également abbé de Chézy-sur-Marne (1626-1647)[1] et de Saint-Volusien à Foix (1658)[2]

Il est membre des palinods de Rouen en 1641[3]. Il est ordonné prêtre quelques années avant d'être désigné comme évêque d'Oloron en Béarn. Il est nommé le 7 décembre évêque de Saintes et consacré à Paris le dans l'église de la Visitation à Paris par Henri de Béthune l'archevêque de Bordeaux. Il reste fidèle à Mazarin pendant la Fronde bien que son siège épiscopal se trouve dans une région dominée par les partisans de Condé[4]

En 1655, il vend l'hôtel de Bassompierre[5], place Royale (aujourd'hui 23 place des Vosges) à Paris. Il est le premier aumônier de Philippe de France, duc d'Orléans. Il meurt le après vingt-cinq jours de maladie[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Alexandre-Eusèbe Poquet, Notice historique et archéologique sur le bourg et abbaye de Chézy-sur-Marne, , 50 p., p. 29
  2. (en) Joseph Bergin The Making of French Episcopate (1589-1661) Yale University Press 1996 (ISBN 978-0300067514) p. 570
  3. Joseph André Guiot, Les Trois Siècles palinodiques ou, Histoire générale des palinods de Rouen, Dieppe, etc., Rouen, A. Lestringant, , p. 83-84
  4. Mémoires lus a la Sorbonne dans les séances extraordinaires du comité impéial Paris 1865 Volume 2 p. 313
  5. Notice no PA00086124, base Mérimée, ministère français de la Culture
  6. Lettres, Mme de Sévigné

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Charles Dangibeaud, Louis de Bassompierre, évêque de Saintes, Luçon, S. Pacteau, , 43 p. (OCLC 461653082)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]