Omex

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Omex
Omex
Vue du village d'Omex.
Blason de Omex
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Hautes-Pyrénées
Arrondissement Argelès-Gazost
Intercommunalité Communauté d'agglomération Tarbes-Lourdes-Pyrénées
Maire
Mandat
Évelyne Laborde
2020-2026
Code postal 65100
Code commune 65334
Démographie
Gentilé Omexéens
Population
municipale
223 hab. (2018 en diminution de 4,29 % par rapport à 2013)
Densité 40 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 04′ 35″ nord, 0° 04′ 46″ ouest
Altitude Min. 409 m
Max. 1 133 m
Superficie 5,53 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Lourdes
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Lourdes-1
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : région Occitanie
Voir sur la carte administrative de la région Occitanie
City locator 14.svg
Omex
Géolocalisation sur la carte : Hautes-Pyrénées
Voir sur la carte topographique des Hautes-Pyrénées
City locator 14.svg
Omex
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Omex
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Omex

Omex est une commune française située dans le département des Hautes-Pyrénées, en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Omexéens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune d'Omex se trouve dans le département des Hautes-Pyrénées, en région Occitanie[1].

Elle se situe à 21 km à vol d'oiseau de Tarbes[2], préfecture du département, à 8 km d'Argelès-Gazost[3], sous-préfecture, et à 3 km de Lourdes[4], bureau centralisateur du canton de Lourdes-1 dont dépend la commune depuis 2015 pour les élections départementales[1]. La commune fait en outre partie du bassin de vie de Lourdes[1].

Les communes les plus proches[Note 1] sont[5] : Ségus (0,7 km), Ossen (1,2 km), Aspin-en-Lavedan (2,7 km), Viger (3,0 km), Lourdes (3,6 km), Lugagnan (3,8 km), Ger (4,0 km), Agos-Vidalos (4,4 km).

Sur le plan historique et culturel, Omex fait partie de la province historique du Lavedan, partie sud-occidentale de la Bigorre et constitué d'un ensemble de sept vallées en amont de la ville de Lourdes. Historiquement, elle fait partie de la province de Gascogne, et plus particulièrement du comté de Bigorre. La commune est dans la vallée de Batsurguère, qui regroupe cinq communes[6],[7].

Carte de la commune de Omex et des proches communes.
Communes limitrophes d’Omex[8]
Lourdes
Saint-Pé-de-Bigorre Omex
Ségus

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Limites géographiques :

  • les Mails et les crêtes de Pernes-Estremes à l'ouest (du sud-ouest au nord-ouest, le Mail Rouy 1 135 m, le pic de Taulemale 1 113 m, le Soum d'Ech 913 m) ;
  • au nord-est, l'entrée nord de la vallée de Batsurguère vers le col des Bescuns, puis la D 13.

Sur le col d'Ech se trouve une tourbière incluse dans le site Natura 2000 « Granquet, Pibeste et Soum d’Ech ». C'est une tourbière bombée. « Il y a uniquement deux tourbières bombées ou hautes actives dans la région Midi-Pyrénées et ce type de zone est également très rare dans le sud de l’Europe. Cet aspect rend le site d’un grand intérêt patrimonial et important à préserver. »[9].
Une partie de la commune abrite la réserve naturelle régionale du massif du Pibeste-Aoulhet.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est dans le bassin de l'Adour, au sein du bassin hydrographique Adour-Garonne[10]. Elle est drainée par L'Arboucau, le ruisseau de Bayet, constituant un réseau hydrographique de 3 km de longueur totale[11],[Carte 1].

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat est tempéré de type océanique dû à l'influence proche de l'Océan Atlantique situé à peu près 150 km plus à l'ouest. La proximité des Pyrénées fait que la commune profite d'un effet de foehn, il peut aussi y neiger en hiver, même si cela reste inhabituel.

Données climatiques à Omex.
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 0,6 1,3 2,7 5,2 8,3 11,6 14,1 13,9 11,7 8 3,6 1,3 6,9
Température moyenne (°C) 5,3 6,1 7,8 10 13,3 16,7 19,3 19 17,2 13,3 8,5 5,8 11,9
Température maximale moyenne (°C) 9,9 11 12,9 14,8 18,3 21,7 24,5 24 22,6 18,6 13,4 10,4 16,8
Ensoleillement (h) 108,8 118,8 155,6 157,2 181,3 191,5 215,5 196,4 194,5 164,4 124,4 104,4 1 912,8
Précipitations (mm) 112,8 97,5 100,2 105,7 113,6 80,7 57,3 70,3 71 85,2 93 112,1 1 099,4
Source : Climatologie mensuelle à la station départementale d'Ossun de 1961-1990[12].


Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Espaces protégés[modifier | modifier le code]

La protection réglementaire est le mode d’intervention le plus fort pour préserver des espaces naturels remarquables et leur biodiversité associée[13],[14]. Dans ce cadre, la commune fait partie[15]. Un espace protégé est présent sur la commune : la réserve naturelle régionale du massif du Pibeste-Aoulhet, classée en 2012 et d'une superficie de 5 119,4 ha, qui présente une exceptionnelle diversité de végétation avec 850 espèces végétales recensées[16],[17].

Réseau Natura 2000[modifier | modifier le code]

Site Natura 2000 sur le territoire communal.

Le réseau Natura 2000 est un réseau écologique européen de sites naturels d'intérêt écologique élaboré à partir des directives habitats et oiseaux, constitué de zones spéciales de conservation (ZSC) et de zones de protection spéciale (ZPS)[Note 2]. Un site Natura 2000 a été défini sur la commune au titre de la directive habitats : « granquet-Pibeste et Soum d'Ech »[19], d'une superficie de 7 259 ha, représente un des aquifères importants du département avec un milieu karstique remarquable.[20].

Zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique[modifier | modifier le code]

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire. Une ZNIEFF de type 1[Note 3] est recensée sur la commune[21] : la « forêt de Très-Crouts, Lourdes, Ségus et le Béout » (4 982 ha), couvrant 9 communes dont une dans les Pyrénées-Atlantiques et huit dans les Hautes-Pyrénées[22] et une ZNIEFF de type 2[Note 4],[21] : les « massifs calcaires de l'Estibète, du Granquet et du Pibeste, forêt de Très Crouts, vallée du Bergons et crêtes » (17 871 ha), couvrant 24 communes dont trois dans les Pyrénées-Atlantiques et 21 dans les Hautes-Pyrénées[23].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Omex est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 5],[24],[25],[26].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Lourdes, dont elle est une commune de la couronne[Note 6]. Cette aire, qui regroupe 45 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[27],[28].

L’ oratoire.

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (68,5 % en 2018), en augmentation par rapport à 1990 (65,3 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (46,6 %), forêts (21,9 %), prairies (20,1 %), zones agricoles hétérogènes (8,9 %), zones urbanisées (2,5 %)[29].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 2].

Logement[modifier | modifier le code]

En 2012, le nombre total de logements dans la commune est de 119[30].
Parmi ces logements, 85.9  % sont des résidences principales, 10.2  % des résidences secondaires et 3.9  % des logements vacants.

Risques naturels et technologiques[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Cette commune est desservie par les routes départementales D 13 et D 213.

Toponymie[modifier | modifier le code]

65 HP 00 8445.jpg
Extrait de la carte de Cassini (entre 1756 et 1789) situant Omex au sud-ouest de Lourdes

On trouvera les principales informations dans le Dictionnaire toponymique des communes des Hautes-Pyrénées de Michel Grosclaude et Jean-François Le Nail[31] qui rapporte les dénominations historiques du village :

Dénominations historiques :

Nom occitan : Aumets.

Histoire[modifier | modifier le code]

Une importante activité d'extraction de sarcophages s'est développée sur le territoire d'Omex, comme sur le sud et l'est du Béout, entre le IVe et le IXe siècle. Une carrière est visible sur l'affleurement calcaire de La Prédie[32].

Cadastre napoléonien d'Omex[modifier | modifier le code]

Le plan cadastral napoléonien d'Omex est consultable sur le site des archives départementales des Hautes-Pyrénées[33].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie en 2016.
Le foyer rural en 2016.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1959 1965 Pierre Cassou    
1965 1977 Philippe Laborde    
avant 1988 ? Alain Jaconelli PS  
mars 1995 mars 2008 Bernard Lacoste    
mars 2008 mars 2014 Henri Plagnet[34]    
mars 2014 en cours Évelyne Laborde[35] SE-DVG Conseillère départementale depuis 2021

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Historique administratif[modifier | modifier le code]

Pays et sénéchaussée de Bigorre, Lavedan, Batsurguère'', canton de Batsouriguère, puis de Castelloubon et Batsouriguère (1790), de Lourdes (1802), Lourdes-Ouest (1973)[36].

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Omex appartient à la Communauté d'agglomération Tarbes-Lourdes-Pyrénées créée en et qui réunit 86 communes.

Services publics[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[38]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[39].

En 2018, la commune comptait 223 habitants[Note 7], en diminution de 4,29 % par rapport à 2013 (Hautes-Pyrénées : +0,14 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
359314363310347393416415427
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
425410394438416391403445407
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
406375367247240256250237187
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
192164165169179204234239243
2013 2018 - - - - - - -
233223-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[40] puis Insee à partir de 2006[41].)
Histogramme de l'évolution démographique

Population et société[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune dépend de l'académie de Toulouse. Elle ne dispose plus d'école en 2016[42].

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Saturnin en 2016.
Le lavoir du Clot.
Le lavoir de la Hount de Dessus.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Saturnin.
  • Château d'Omex (maison Doucette)[43]. Ce fut un château seigneurial de 1293 à la Révolution. Jusqu'en 1882, il a été la maison de maître de la tante et marraine du maréchal Foch, puis a été revendu.

De l'ancien château, il ne reste que les fondations, réutilisées pour les bâtiments actuels. Des pierres du donjon ont servi à construire l'étable.

  • Lavoirs : du Clot (de la cuvette) et de la Hount de Dessus (de la source d'en haut).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'or à la bande d'azur chargée de trois étoiles d'argent, adextrée d'un annelet de gueules.
Commentaires : Blason vérifié auprès de la mairie.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts municipal.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Les distances sont mesurées entre chefs-lieux de communes à vol d'oiseau.
  2. Dans les sites Natura 2000, les États membres s'engagent à maintenir dans un état de conservation favorable les types d'habitats et d'espèces concernés, par le biais de mesures réglementaires, administratives ou contractuelles[18].
  3. Les ZNIEFF de type 1 sont des secteurs d’une superficie en général limitée, caractérisés par la présence d’espèces, d’association d’espèces ou de milieux rares, remarquables, ou caractéristiques du milieu du patrimoine naturel régional ou national.
  4. Les ZNIEFF de type 2 sont de grands ensembles naturels riches, ou peu modifiés, qui offrent des potentialités biologiques importantes.
  5. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  6. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  7. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  • Cartes
  1. « Carte hydrographique d'Omex » sur Géoportail (consulté le 3 novembre 2021).
  2. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « Métadonnées de la commune d'Omex », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  2. Stephan Georg, « Distance entre Omex et Tarbes », sur https://fr.distance.to (consulté le ).
  3. Stephan Georg, « Distance entre Omex et Argelès-Gazost », sur https://fr.distance.to (consulté le ).
  4. Stephan Georg, « Distance entre Omex et Lourdes », sur https://fr.distance.to (consulté le ).
  5. « Communes les plus proches d'Omex », sur www.villorama.com (consulté le ).
  6. « Vallée de Basturguère - site officiel », sur www.vallee-batsurguere.fr (consulté le )
  7. Frédéric Zégierman, Le guide des pays de France - Sud, Paris, Fayard, (ISBN 2-213-59961-0), p. 330-333.
  8. Carte IGN sous Géoportail
  9. Fiche descriptive de la tourbière du col d'Ech en annexe du Mémoire de stage d'Anne Malamoud, DESS « Management du territoire » de l’Université de Franche-Comté, août 2004. Quelle gestion pour les tourbières du massif des Pyrénées français ?
  10. « Le réseau hydrographique du bassin Adour-Garonne. » [PDF], sur draaf.occitanie.agriculture.gouv.fr (consulté le )
  11. « Fiche communale d'Omex », sur le système d'information pour la gestion des eaux souterraines en Occitanie (consulté le )
  12. « Climatologie mensuelle à Tarbes », sur le site de l'association InfoClimat (consulté le ).
  13. « Les différents espaces protégés. », sur http://www.observatoire-biodiversite-centre.fr/ (consulté le )
  14. « Liste des espace protégés sur la commune », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le )
  15. « Parc national des Pyrénées - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le )
  16. « réserve naturelle du massif du Pibeste-Aoulhet. », sur https://www.reserves-naturelles.org (consulté le )
  17. « - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  18. Réseau européen Natura 2000, Ministère de la transition écologique et solidaire
  19. « Liste des zones Natura 2000 de la commune d'Omex », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  20. « site Natura 2000 FR7300920 - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le )
  21. a et b « Liste des ZNIEFF de la commune d'Omex », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  22. « ZNIEFF la « forêt de Très-Crouts, Lourdes, Ségus et le Béout » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  23. « ZNIEFF les « massifs calcaires de l'Estibète, du Granquet et du Pibeste, forêt de Très Crouts, vallée du Bergons et crêtes » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  24. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  25. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  26. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  27. « Liste des communes composant l'aire d'attraction d'Lourdes », sur insee.fr (consulté le ).
  28. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  29. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  30. Insee : Rapport statistique communal pour la commune de Omex
  31. Michel Grosclaude et Jean-Francois Le Nail, intégrant les travaux de Jacques Boisgontier, Dictionnaire toponymique des communes des Hautes-Pyrénées, Tarbes, Conseil Général des Hautes-Pyrénées, , 348 p. (ISBN 2-9514810-1-2, notice BnF no FRBNF37213307)..
  32. Jean-Luc Boudartchouk : Production et diffusion des sarcophages romains tardifs et mérovingiens de la région de Lourdes (Hautes-Pyrénées), CNRS Editions, Paris 2002.
  33. Archives départementales des Hautes-Pyrénées : Plan cadastral d' Omex
  34. « Village d'Omex (ancienne version de 2011) » (version du 17 mars 2011 sur l'Internet Archive).
  35. « Village d'Omex ».
  36. Archives départementales des Hautes-Pyrénées
  37. « Liste des juridictions compétentes pour Omex », sur le site du ministère de la Justice (consulté le )
  38. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  39. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  40. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  41. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  42. « Annuaire : Résultats de recherche », sur le site du ministère de l'Éducation nationale (consulté le ).
  43. Panneau d'information Point n°2 de la Réserve Naturelle du Massif du Pibeste.