Saint-Pastous

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Saint-Pastous
Vue du village.
Vue du village.
Blason de Saint-Pastous
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Hautes-Pyrénées
Arrondissement Arrondissement d'Argelès-Gazost
Canton La Vallée des Gaves
Intercommunalité Communauté de communes de la Vallée d'Argelès-Gazost
Maire
Mandat
Gérard Cha
2014-2020
Code postal 65400
Code commune 65393
Démographie
Gentilé Saint-Pastousiens
Population
municipale
131 hab. (2014 en augmentation de 12,93 % par rapport à 2009)
Densité 16 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 00′ 53″ nord, 0° 03′ 27″ ouest
Altitude Min. 420 m
Max. 1 661 m
Superficie 8,2 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Pyrénées

Voir sur la carte administrative des Hautes-Pyrénées
City locator 14.svg
Saint-Pastous

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Pyrénées

Voir sur la carte topographique des Hautes-Pyrénées
City locator 14.svg
Saint-Pastous

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Pastous

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Pastous

Saint-Pastous est une commune française située dans le département des Hautes-Pyrénées, en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Saint-Pastousiens.

Géographie[modifier | modifier le code]

 Saint-Pastous dans les Hautes-Pyrénées
Localisation de Saint-Pastous dans le département des Hautes-Pyrénées.
65 HP 00 8715.jpg
65 HP 00 8716.jpg
65 HP 00 8717.jpg
65 HP 00 8718.jpg
65 HP 00 8719.jpg

Situation[modifier | modifier le code]

Dans le département des Hautes-Pyrénées, au cœur du Pays des anciennes "Sept Vallées" (aussi appelé Lavedan), Saint-Pastous est un village de l'ancienne "Vallée du Davantaygue", en gascon Dabant-Aïgua, signifiant au "Levant de l'Eau" (du gave), situé sur la rive droite du gave de Pau et adossé à flanc des monts du Hautacam.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Le village passe d'une altitude de moins de 500 mètres au niveau de la vallée à plus de 1500 mètres à la crête portant le Soum de Lits et le Soum de Lascrouts.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Carte de la commune de Saint-Pastous et des proches communes.
Communes limitrophes de Saint-Pastous
Geu, Berbérust-Lias
Boô-Silhen Saint-Pastous Gazost
Ayros-Arbouix Vier-Bordes

Climat[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Climat des Hautes-Pyrénées.

La commune jouit d'un climat montagnard caractérisé par des étés doux (température moyenne de 25 °C) et des périodes de beaux temps. Parfois des orages éclatent sous formes de fortes averses, imprévues et violentes. Quant aux hivers, ils sont frais ou froids avec des températures de 3 °C en moyenne, et souvent humides avec de fréquentes dépressions en provenance de l'Atlantique amenant de la pluie.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Logement[modifier | modifier le code]

En 2012, le nombre total de logements dans la commune est de 100[1].
Parmi ces logements, 52.2  % sont des résidences principales, 44.0  % des résidences secondaires et 3.8  % des logements vacants.

Risques naturels et technologiques[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Extrait de la carte de Cassini (entre 1756 et 1789) situant Saint-Pastous à l'est d'Argelès-Gazost

On trouvera les principales informations dans le Dictionnaire toponymique des communes des Hautes-Pyrénées de Michel Grosclaude et Jean-François Le Nail[2] qui rapporte les dénominations historiques du village :

Dénominations historiques :

  • Sancti Pastoris, latin (v. 1050-1070, cartulaire de Bigorre ; v. 1075, cartulaire de Saint-Savin) ;
  • Sen Pastos, latin et gascon (v. 1105, cartulaire Saint-Savin) ;
  • Sent Pastos, Sent Pastor, (XIIe siècle ou XIIIe siècle, livre vert de Bénac) ;
  • Sempastors, (1285, montre Bigorre) ;
  • Sancto Pastore, latin (1313, Debita regi Navarre ; 1342, pouillé Tarbes ; 1379, procuration Tarbes) ;
  • Sent Pastos, Senpastos, (1349, livre vert Bénac) ;
  • Sent Pastors, Sent Pastoos, Sent Pastos, (1429, censier de Bigorre) ;
  • St Pastous, (fin XVIIIe siècle, carte de Cassini).

Étymologie : Sanctus Pastor.
Nom occitan : Sent Pastors.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le nom primitif du village était Lump ou Lourp. Le village de Lurp est mentionné dans une bulle papale de 1167, adressée à l'Abbé de Saint-Savin. On ne peut préciser avec certitude à quelle occasion ce nom fut remplacé par Sen Pastous.

L'utilisation du nom de Saint-Pastous en Lavedan semble remonter au XIe siècle, période à laquelle une petite seigneurie de ce nom s'installa au village de Lurp. La première citation remonte vers 1050.

Le premier seigneur connu est Guillaume-Bernard de Saint Pastous cité en 1105.

On connaît également Bertrand de Saint Pastous, né vers 1260.

Cette famille prolifique possède de multiples branches dans le sud de la France, notamment celles de Bonrepos (Prat-Bonrepaux, 09), de Montbrun (32), de Lapeyrère (31), etc.

La branche des Saint Pastous seigneurs de Bonrepos (Prat-Bonrepaux, Ariège) remonte au minimum à Bertrand de Saint Pastous, père d'Arnaud-Guillaume de Saint Pastous de Bonrepos (né vers 1290, cité en 1337) marié à Anne-Bernarde de Poussin. Cette branche a été reconnue noble en 1397, et maintenue en noblesse par Laugeois à l'intendance de Montauban le 26 décembre 1715. Cette branche est toujours vivante actuellement.

La branche des Saint-Pastous seigneurs de Lapeyrère (31) remonte au minimum à Aymar de Saint Pastou (né vers 1400) co-seigneur de Montbrun (32). Cette branche s'achève avec Anne de Saint Pastou de Lapeyrère (dame et héritière de Lapeyrère) qui épouse en 1624 : François Ignace Deguilhem qui deviendra plus tard : François ignace de Guilhem de Lapeyrère de Lacombe.

Constitué en commune à la révolution, le village de Saint-Pastous allait peu après regrouper les anciennes paroisses de Saint-Germès et de Sainte-Marie, ainsi que le hameau de Bayès connu comme le quartier des cagots.

Cadastre napoléonien de Saint-Pastous[modifier | modifier le code]

Le plan cadastral napoléonien de Saint-Pastous est consultable sur le site des archives départementales des Hautes-Pyrénées[3].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste des maires de Saint-Pastous.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1948 1953 Pierre Lannes    
1953 1986 Étienne Anthian    
1986 1995 René Cabanne    
1995 2014 François Cazau    
mars 2014 en cours Gérard Cha    

Historique administratif[modifier | modifier le code]

Pays et sénéchaussée de Bigorre, Lavedan, Arribèra de Davantaygue, canton de Davantaygue (1790), Argelès (depuis 1801). Sainte-Marie (commune en 1790), Bayés et Saint-Germès (non citées dans la première répartition, mais communes dans la seconde), sont réunies à Saint-Pastous entre 1791 et 1801[4].

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Saint-Pastous appartient à la communauté de communes de la Vallée d'Argelès-Gazost créée en décembre 1996 et qui réunit 16 communes.

Services publics[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population

effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[7].

En 2014, la commune comptait 131 habitants[Note 1], en augmentation de 12,93 % par rapport à 2009 (Hautes-Pyrénées : -0,31 %).
          Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
432 432 446 541 506 444 502 521 536
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
490 470 495 418 381 354 407 370 359
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
294 302 277 221 195 174 179 139 111
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
106 91 82 78 91 109 93 116 131
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Population et société[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune dépend de l'académie de Toulouse. Elle ne dispose plus d'école en 2016[10].

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

L'Église de l'Assomption de Saint-Pastous..
L'Église Sainte-Marie de Lurp..

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'argent au mont de sinople chargé d'une fleur de lys d'or, sommé d'une aigle essorante de sable tenant avec son bec une clochette du même.
Commentaires : Blason vérifié auprès de la mairie.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Le lavoir.
Le monument aux morts municipal.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2017, millésimée 2014, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2016, date de référence statistique : .

Références[modifier | modifier le code]

  1. Insee : Rapport statistique communal pour la commune de Saint-Pastous
  2. Michel Grosclaude et Jean-Francois Le Nail, intégrant les travaux de Jacques Boisgontier, Dictionnaire toponymique des communes des Hautes-Pyrénées, Tarbes, Conseil Général des Hautes-Pyrénées, , 348 p. (ISBN 2-9514810-1-2).
  3. Archives départementales des Hautes-Pyrénées : Plan cadastral de Saint-Pastous en 1826
  4. Archives départementales des Hautes-Pyrénées
  5. « Liste des juridictions compétentes pour Saint-Pastous », sur le site du ministère de la Justice (consulté le 17 décembre 2015)
  6. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013 et 2014.
  10. « Annuaire : Résultats de recherche », sur le site du ministère de l'Éducation nationale (consulté le 17 janvier 2017).