Gavarnie-Gèdre (station)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Station de sports d'hiver de Gavarnie-Gèdre
Vue aérienne de la station.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Hautes-Pyrénées
Commune Gavarnie-Gèdre
Site web www.gavarnie.com
Géographie
Coordonnées 42° 43′ 48″ nord, 0° 01′ 50″ ouest
Massif Pyrénées
Altitude maximum 2400
Altitude minimum 1850
Ski alpin
Remontées
Nombre de remontées 12
Télésièges 3
Téléskis 5
Pistes
Nombre de pistes 29
Noires 5
Rouges 9
Bleues 12
Vertes 7
Total des pistes 35 km
Installations
Nouvelles glisses
Boardercross
Ski de fond
Total des pistes 7 km

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Pyrénées

(Voir situation sur carte : Hautes-Pyrénées)
Gavarnie-Gèdre (station)

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées

(Voir situation sur carte : Pyrénées)
Gavarnie-Gèdre (station)

Gavarnie-Gèdre, ou Gavarnie-les Espécières[1], est une station de sports d'hiver des Pyrénées située sur la commune de Gavarnie-Gèdre dans le département des Hautes-Pyrénées, en région Occitanie. Elle fait partie du groupe Ski Resort International, filiale du groupe PGI Management. Station de haute altitude, elle est réputée pour sa qualité de neige toujours fraîche et naturelle[réf. nécessaire].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Le port de Boucharo – Puerto de Bujaruelo pour les Espagnols – émarge à une altitude respectable de 2270m. Mais cette altitude est à relativiser : entre les hauts massifs du Vignemale et de Gavarnie, son accès aisé en a fait une voie de passage privilégiée entre la France et l’Espagne.

Le site de Gavarnie n’a pas toujours été connu des touristes du monde entier ; il n’a pas non plus été marqué par une tradition pastorale aussi forte que son voisin « Gèdre ». En revanche, le village se trouve sur l’une des principales voies ayant traversé les Pyrénées par le Port de Boucharo. L’église de Gavarnie était une étape incontournable pour les voyageurs, qui demandaient la protection à la Vierge du Bon-Port avant d’emprunter la route devant les mener en Espagne. En 1794, le port de Boucharo fit d’ailleurs l’objet d’une surveillance particulière côté français, puisqu’un campement de soldats y fut envoyé pour protéger le territoire d’éventuelles incursions espagnoles, à l’époque de la guerre opposant la Première République à la coalition des monarchies voisines.

Gavarnie est le berceau du pyrénéisme (discipline mêlant à la fois alpinisme et culture montagnarde, romantisme et ascensionisme) puisque du village sont issus parmi les plus grands guides de haute montagne (Passet, Bernat-Salles….)

Géographie[modifier | modifier le code]

Infrastructures[modifier | modifier le code]

Avenir[modifier | modifier le code]

 OOjs UI icon alert destructive black-darkred.svg Cette section peut contenir un travail inédit ou des déclarations non vérifiées (février 2018). Vous pouvez aider en ajoutant des références ou en supprimant le contenu inédit.

Gavarnie cumule un certain nombre de handicaps qui pourraient mettre en péril l'existence de la station, à terme :

  • Le manque de lits marchands ne lui permet pas d'équilibrer financièrement ses comptes.
  • La compensation, pour déficit d'exploitation, coûte extrêmement cher, chaque année, à la communauté de communes Gèdre-Gavarnie.
  • Par manque d'investissement, les remontées deviennent obsolètes.
  • Le projet immobilier de Baretge (sans cesse attaqué depuis 2007) qui pourrait apporter une clientèle de séjour à Gavarnie et ainsi assurer l'avenir de la station, ne parvient pas à émerger en raison de l'opposition de groupes écologistes

Avec ce projet, Gavarnie souhaite substituer un tourisme de séjour à un tourisme de passage, à la journée. La haute vallée manque actuellement de lits marchands pour attirer une clientèle de séjour. Les villages de Gèdre et de Gavarnie ne disposent que de 2 500 lits l'été et seulement 1 460 lits l'hiver. Une trop faible capacité qui ne permet pas à la station de ski de tourner au maximum de sa capacité : en moyenne, la station accueille 600 skieurs par jour alors que sa capacité est de 2 500 à 3 000 skieurs par jour. En 2012, « l'équilibre financier de la station dépend de l'arrivée des lits. S'il n'y a pas de lits, l'existence de la station est menacée », a déclaré Christian Bruzaud [2] , maire de Gavarnie.

Avec 1 500 lits supplémentaires, Gavarnie a pour objectif une moyenne de 1 000 skieurs/jour afin d'atteindre entre 30 000 à 45 000 journées skieurs de plus par an. En 2010-2011 elle a réalisées 55 310 journées ski.

Voies d'accès[modifier | modifier le code]

Galerie d'images[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Source : Géoportail avec cartes IGN à l'échelle 1:25000.
  2. Thierry Jouve, « Gavarnie. Une station en sursis », sur La Dépêche, (consulté le 24 janvier 2012)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]