55e régiment d'infanterie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

55e régiment d'infanterie
Image illustrative de l’article 55e régiment d'infanterie
Insigne régimentaire du 55e régiment d’infanterie alpine de 1939

Création 1644
Pays Drapeau de la France France
Branche Armée de terre
Type Régiment d'infanterie
Rôle Infanterie
Devise « France d'abord »
Inscriptions
sur l’emblème
Valmy 1792
Gênes 1800
Austerlitz 1805
Eylau 1807
Solférino 1859
Revigny 1914
Verdun 1916-1917
Montdidier 1918
Saint-Quentin 1918
Anniversaire Saint-Maurice
Fourragères Aux couleurs du ruban de la Médaille militaire.
Décorations Croix de guerre 1914-1918
quatre palmes
Insigne de béret de l'infanterie

Le 55e régiment d'infanterie (55e RI) est un régiment d'infanterie de l'Armée de terre française créé sous la Révolution à partir du régiment de Condé, un régiment français d'Ancien Régime.

Création et différentes dénominations[modifier | modifier le code]

Chef de corps[modifier | modifier le code]


Historique des garnisons, combats et batailles du 55e RI[modifier | modifier le code]

(*) Bataille portée au drapeau du régiment.

Ancien Régime[modifier | modifier le code]

Guerres de la Révolution et de l'Empire[modifier | modifier le code]

Au cours de cette période, le 55e eut :

  • 36 officiers tués ;
  • 10 officiers morts des suites de leur blessures ;
  • 100 officiers blessés.
Le [4], le régiment en entier est en garnison à Boulogne-sur-Mer.
Le [4], le régiment est en garnison à Longwy. Il comprend un effectif de 1 012 hommes et 503 manquants.
En [4], il se trouve à Metz. Il quitte cette position pour se rendre à Montmédy.

À la bataille de Waterloo, Louis Bro (colonel du 4e lanciers) effectua une charge restée célèbre, écharpa la brigade Ponsonby, sous les ordres du Major-General Sir William Ponsonby[5], tua cet officier général[6], et reprit l'aigle du 55e régiment d'infanterie enlevée par les dragons de Ponsomby.

1815 à 1848[modifier | modifier le code]

  • 1830 : Une ordonnance du créé le 4e bataillon et porte le régiment, complet, à 3 000 hommes[7].

Second Empire[modifier | modifier le code]

Le colonel Charles de Maleville, commandant du 55e régiment d'infanterie de la ligne, à Casa Nuova au cours de la bataille de Medole, pendant la grande bataille de Solférino et San Martino, le 24 juin 1859

.

Article détaillé : Régiment de marche.

1870 à 1914[modifier | modifier le code]

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

En 1914 casernement: Pont-Saint-Esprit; Aix-en-Provence 60e Brigade d'Infanterie; 30e division d'infanterie; 15e corps d'armée.
À la 30e DI d' à juin 1915 puis à la 126e Division d'Infanterie jusqu'en .

1914[modifier | modifier le code]

1915[modifier | modifier le code]

1916[modifier | modifier le code]

1917[modifier | modifier le code]

1918[modifier | modifier le code]

Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Formé le sous le nom de 55e Régiment d'Infanterie Alpine, il est sous les ordres du lieutenant-colonel Cotinaus, il appartient à la 30e Division d'Infanterie Alpine. Région Militaire, Centre Mobilisateur d'infanterie; réserve A ; il est mis sur pied par le CMI 154.

Drapeau[modifier | modifier le code]

Il porte, cousues en lettres d'or dans ses plis, les inscriptions suivantes[10] :

Fourragère aux couleurs de la Médaille militaire

55e régiment d'infanterie de ligne.svg

Décorations[modifier | modifier le code]

Personnages célèbres ayant servi au 55e RI[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • À partir du Recueil d'Historiques de l'Infanterie Française (Général Andolenko - Eurimprim 1969).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Les bataillons de volontaires nationaux de l'Ardèche 1792 », sur lesbataillonsdevolontaires.wifeo.co (consulté le 27 décembre 2011)
  2. Le à la 37e demi-brigade d'infanterie puis le à la 55e demi-brigade d'infanterie.
  3. [PDF]« Historique de la 15e promotionde l’Ecole spéciale militaire de Saint-Cyr », (1832-1835 avril), sur www.saint-cyr.org (consulté le 27 décembre 2011)
  4. a b et c « Les régiments d'infanterie 50 à 59 », Le 55e régiment d’infanterie ci-devant Condé, sur lesbataillonsdevolontaires.wifeo.com (consulté le 27 décembre 2011)
  5. Le général major Ponsonby commandait une des brigades de cavalerie qui après avoir chargé le Ier Corps français s'aventurèrent jusqu'à la position de la grande batterie où ils furent contre-attaqués par la cavalerie française. Il fut fait prisonnier mais lorsque ses hommes essayèrent de le délivrer, un lancier français n'hésita pas à le tuer et ses lieutenants furent massacrés également.
  6. Cet acte a été attribué à Louis Bro par Charles Mullié dont les écrits sont contestés par les historiens militaires modernes tels que Henri Bernard, Jacques Logie, Luc De Vos…
  7. Histoire de l'infanterie en France de Victor Louis Jean François Belhomme Vol 5 page 151
  8. Opération du 13e corps et de la 3e armée durant le Siège de Paris (1870) par le général Vinoy, pages 7 et 15
  9. http://jburavand.free.fr/historiques%20RI/RI-055.pdf
  10. Décision no 12350/SGA/DPMA/SHD/DAT du 14 septembre 2007 relative aux inscriptions de noms de batailles sur les drapeaux et étendards des corps de troupe de l'armée de terre, du service de santé des armées et du service des essences des armées, Bulletin officiel des armées, no 27, 9 novembre 2007

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]