Charles Joseph Buquet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Buquet.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres des familles, voir : Louis Léopold Buquet, Henri Buquet et Famille Buquet.

Charles Joseph Buquet
Charles Joseph Buquet

Naissance
Charmes (Vosges)
Décès (à 61 ans)
Vandœuvre-lès-Nancy (Meurthe-et-Moselle)
Origine Drapeau de la France France
Arme Infanterie
Grade Général de brigade
Années de service 1791-1831
Commandement 75e régiment d'infanterie
30e régiment d'infanterie de ligne
Conflits Guerres révolutionnaires
Guerres napoléoniennes
Famille Frère cadet de Louis Léopold Buquet
Oncle de Henri Buquet

Charles Joseph Buquet, né le à Charmes (Vosges), mort le à Vandœuvre-lès-Nancy (Meurthe-et-Moselle), est un général de brigade du Premier Empire.

Biographie[modifier | modifier le code]

Le , Charles Joseph Buquet entre comme soldat dans le 4e bataillon de volontaires des Vosges, il passe avec le grade de sous-lieutenant le , dans la 93e demi-brigade.

Lieutenant dans la 169e demi-brigade le 22 nivôse an II, adjoint aux adjudants-généraux le 10 thermidor suivant, et capitaine le 14 vendémiaire an IV, il sert aux armées du Rhin et de Sambre-et-Meuse de 1792 à l'an VI. Il se trouve à la prise de Spire et de Mayence, au combat et à la reprise des lignes de Wissembourg, et est employé à l'état-major du général Kléber pendant tout le temps de son séjour à l'armée de Sambre-et-Meuse.

Le 22 vendémiaire an VI, il entre avec son grade dans la 36e demi-brigade, devient aide de camp du général Ney le 1er floréal an VII, et il fait en cette qualité les guerres des ans VII et VIII aux armées d'Helvétie et du Danube. Il obtient le 9 thermidor an VIII, le grade de chef de bataillon.

Attaché, le 20 vendémiaire an IX, à la 51e demi-brigade de ligne, il la suit à l'armée du Rhin. Major du 55e de ligne le 30 frimaire an XII, membre de la Légion d'honneur le 4 germinal suivant, il fait partie de l'armée des côtes en l'an XII et en l'an XIII. Il prend part aux guerres de la Grande Armée de l'an XIV à 1807, et il reçoit un coup de feu à la bataille d'Heilsberg lors de la campagne de Pologne. Il obtient le de cette dernière année le brevet de colonel du 75e de ligne, et la croix d'officier de la Légion d'honneur le suivant.

Envoyé en Espagne en 1808, il est fait prisonnier de guerre à Talevera-de-la-Reina le . Il s'échappe le , des pontons de Cadix, et reçoit le , l'ordre d'aller prendre le commandement du 30e de ligne. Napoléon Ier, qui déjà lui a conféré le titre de baron de l'Empire, le nomme général de brigade le , et l'emploie immédiatement à l'expédition de Russie. Grièvement blessé à la bataille de la Moskowa il passe le au 2e corps d'observation du Rhin. Blessé de nouveau à la bataille de Bautzen, il reçoit à cette occasion la croix de commandant de la Légion d'honneur le de cette année. Il rejoint le suivant le 6e corps de la Grande Armée, et est mis peu de temps après à la disposition du ministre de la Guerre, qui lui donne le le commandement supérieur de Juliers.

Placé au traitement de non-activité le , il accueille avec enthousiasme le retour de l'Empereur de l'île d'Elbe. Le , Napoléon lui confie le commandement de la place de Landau, et le suivant le ministre de la Guerre le met à la disposition du général Belliard, commandant en chef les 3e et 4e divisions militaires. Le 28 du même mois, l'Empereur lui donne le commandement du département des Vosges, qu'il conserve jusqu'au second retour des Bourbons, époque à laquelle il rentre en non-activité.

Compris sur le cadre de l'état-major général de l'armée le , et décoré de l'ordre de Saint-Louis le , il passe plus tard dans la 2e catégorie de l'ordonnance du . Admis à la retraite le , il est mort à Nancy le .

État de service[modifier | modifier le code]

Décorations et titres[modifier | modifier le code]

Armoiries[modifier | modifier le code]

Figure Blasonnement
Orn ext baron de l'Empire ComLH.svg
Charles Joseph Buquet.svg
Armes du baron Buquet et de l'Empire (décret du , lettres patentes du (Nantes)).

D'argent; à la bande de sable chargée de trois annelets d'or, accompagnée en chef et en pointe d'un lion rampant de sable armé et lampassé de gueules; quartier des barons militaires.[1]

Livrées : les couleurs de l'écu[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b PLEADE (C.H.A.N. : Centre historique des Archives nationales (France)).

Source[modifier | modifier le code]

  • A. Lievyns, Jean Maurice Verdot, Pierre Bégat, Fastes de la Légion d'honneur : biographie de tous les décorés accompagnée de l'histoire législative et réglementaire de l'ordre, vol. 4, Bureau de l'administration, (lire en ligne) ;