Vienne-le-Château

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vienne.
Vienne-le-Château
Image illustrative de l'article Vienne-le-Château
Blason de Vienne-le-Château
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Champagne-Ardenne
Département Marne
Arrondissement Sainte-Menehould
Canton Ville-sur-Tourbe
Intercommunalité Communauté de communes du Canton de Ville-sur-Tourbe
Maire
Mandat
Dominique Schneider
2014-2020
Code postal 51800
Code commune 51621
Démographie
Population
municipale
534 hab. (2012)
Densité 10 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 11′ 30″ N 4° 53′ 19″ E / 49.1917, 4.888649° 11′ 30″ Nord 4° 53′ 19″ Est / 49.1917, 4.8886  
Superficie 51,36 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Marne

Voir sur la carte administrative de Marne
City locator 14.svg
Vienne-le-Château

Géolocalisation sur la carte : Marne

Voir sur la carte topographique de Marne
City locator 14.svg
Vienne-le-Château

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vienne-le-Château

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vienne-le-Château

Vienne-le-Château est une commune française, située dans le département de la Marne en région Champagne-Ardenne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Vienne-le-Château se situe en Argonne, dans le nord-est de la Marne.

Communes limitrophes de Vienne-le-Château
Servon-Melzicourt Binarville Apremont, Montblainville, Varennes-en-Argonne
Saint-Thomas-en-Argonne Vienne-le-Château Boureuilles
Vienne-la-Ville Moiremont Lachalade, Florent-en-Argonne

Lieux-dits de Vienne-le-Château[modifier | modifier le code]

En gras les lieux devenus célèbres lors de la guerre 1914-1918 :

Abagatelle, Au dessus du champ Tarelle, Au dessus du Pont des Morts, Au dessus du Ronchamp, Bois Communaux Des Hauts Batis, Communaux de Vienne La Ville, Derrière les Enclos, Houyette, La Barraque Thomas, La Basse Placardelle, La Belle Epine, La Bretonne, La Caboche, La Cane, La Cane Des Hauts Batis, La Cannetiere, La Côte Barelle, La Côte Blanche, La Côte des Bois, La Côte Gilet, La Croix Gentin, La Culée Burgos, La Doree, La Filainerie, La Fontaine Moreau, La Fortelle, La Grande Corvée, La Grande Mite, La Gruerie, La Guernette, La Haie des Mouches, La Harazée, La Justice, La Louisonne, La Normandie, La Noue Boudet, La Noue des Diables, La Noue des Morts, La Noue La Truie, La Patte d'oie, La Petite Décharge, La Placardelle, La Râpe des Broies, La Râpe Madame, La Renarde, La Réserve, La Scierie, La Taille des Puits, La Tuilerie, La Vallée Du Ronchamp, La Viergette, La Voyette du Ronchamp, Le Bas de Saint Roch, Le Bas des Meurissons, Le Bois Carré, Le Champ des Balosses, Le Champ des Corbeaux, Le Champ Pérard, Le Champ Tarelle, Le Chemin de la Basse, Le Chemin du Milieu, Le Courru, Le Crochet, Le Fond de La Cane, Le Fossé Des Grandes Eaux, Le Fosse Robin, Le Four de Paris, Le Grand Jardin, Le Grand Raveau, Le Gué des Buses, Le Haut du Courru, Le Haut du Fossé Robin, Le Moulin des Prés, Le Petit Mariage, Le Plain, Le Poirier de la Vierge, Le Pont des Morts, Le Pré de Han, Le Ronchamp Le Trou le Loup, Le Trou Perlin, Le Village, Les Basses Terres, Les Bois Communaux, Les Bois des Hauts Batis, Les Bois Parant, Les Bois Varin, Les Carrières, Les Étiquets, Les Étiquets des Hauts Batis, Les Grands Hairemonts, Les Hairemonts, Les Hauts Batis, Les Jardins du Grand Raveau, Les Jardins du Moulin, Les Longues Roies, Les Meurissons, Les Rousselets, Les Tommelles, Plaisance, Pont à l'aune, Saint Roch, Sarra.

Histoire[modifier | modifier le code]

Vienne-le-Château dépendait au Moyen Âge du comté puis duché de Bar-le-Duc. À partir du XVIIe siècle et jusqu'à la Révolution cette bourgade fit partie du Clermontois, démembrement du Barrois donné aux Condé. Au XVIIIe siècle, la seigneurie appartenait à la duchesse d'Elbeuf, cousine de Louis XVI, qui fut une bienfaitrice.

Au cours de la Révolution française, la commune porta provisoirement les noms de Vienne-le-Bourg et de Vienne-sur-Biesme[1].

Au XIXe siècle, Vienne-le-Château s'est distinguée par une activité industrielle, en particulier une usine de chaussons. Elle n'a cependant pu obtenir le passage de la ligne ferroviaire Châlons-Verdun.

Pendant la Grande Guerre, Vienne-le-Château était sur la ligne de front et fut le théâtre des assauts les plus meurtriers de la région. Le 11 novembre 2011, François Hollande s'est rendu à l'ossuaire du Bois de la Gruerie dans le cadre du 93e anniversaire de l'Armistice de 1918[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
         
1977 en cours Bernard Rocha[3] UMP[4] Conseiller général
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 534 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 618 1 629 1 628 1 593 1 766 1 750 1 803 1 806 2 035
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 720 1 826 1 896 1 850 1 816 1 754 1 582 1 545 1 402
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 344 1 223 1 186 475 575 504 511 530 463
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
524 550 511 565 609 625 608 597 562
2012 - - - - - - - -
534 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique


Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Pierre-Saint-Paul[6] est de style flamboyant avec une façade décorée en 1728. Sa haute flèche reconstruite après la Première Guerre mondiale. Elle est classée monument historique en 1922[7]. L'orgue du facteur Claude Legros (fils), dont il ne reste que le buffet, date de 1747. L'instrument a été reconstruit en 1931 par Théodore Jacquot & Fils. Le buffet a été inscrit aux monuments historiques en 1974 puis classé en 1996[8].
  • La chapelle Saint-Roch est construite au milieu du XVIIe siècle. En brique et pierre de taille, elle est couverte de lambris[9].

Lieux de mémoire[modifier | modifier le code]

  • Le camp de la vallée Moreau a été redécouvert par hasard en 1996. Ce camp d'arrière-ligne allemand de la Première Guerre mondiale est demeuré dans un très bon état de conservation. Il est actuellement en cours de réhabilitation par un comité bénévole franco-allemand[10].
  • La Nécropole nationale La Harazée créée en 1915, avec l'ossuaire, rassemble 1 672 corps de soldats morts dans les combats du Bois de la Gruerie et de la Harazée pendant la bataille de l'Argonne[11].
  • Le cimetière du bois de la Gruerie est créé en 1923. L'ossuaire rassemble 10 000 corps non identifiés de soldats tués lors de la bataille de l'Argonne, relevés dans le bois de la Gruerie et autour de la Biesme.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Vienne-le-Château

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :

mi-parti : au premier d'azur semé de croisettes recroisetées d'or aux deux bars adossés du même, au second de gueules aux cinq annelets d'or ordonnés en sautoir.

Personnalité liée à la commune[modifier | modifier le code]

L'historien Marc Bloch a séjourné à plusieurs reprises dans le village, proche du front, pendant la Première Guerre mondiale[12].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale - Vienne-le-Château », École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS) (consulté le 3 janvier 2013) .
  2. Thomas Wieder, « 11-Novembre : Hollande répond à Sarkozy mais sans "polémique" », Le Monde,‎ 11 novembre 2011 (lire en ligne)
  3. Liste des maires au 1er août 2008, site de la préfecture de la Marne, consulté le 22 décembre 2008
  4. Annuaire des mairies de la Marne, EIP/ Les Editions Céline, coll. « Annuaire des mairies de France »,‎ 2006-2007 (ISBN 9782352581512), p. 207
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2012
  6. « Église paroissiale Saint-Pierre, Saint-Paul à Vienne-le-Château », base Mérimée, ministère français de la Culture
  7. « Église à Vienne-le-Château », base Mérimée, ministère français de la Culture
  8. « Orgue de tribune : buffet d'orgue de l'église Saint-Pierre-Saint-Paul », base Palissy, ministère français de la Culture
  9. « Chapelle Saint Roch à Vienne-le-Château », base Mérimée, ministère français de la Culture
  10. Eric Médaille, « Le camp de la vallée Moreau s’ouvre le dimanche », L'Union,‎ 15 juillet 2007 (lire en ligne)
  11. Liste sur le site Mémorial GenWeb
  12. Sur le séjour de Marc Bloch en Argonne, voir Daniel Hochedez, « Un historien au front : Marc Bloch en Argonne (1914-1916) », dans Horizons d'Argonne, Centre d’études argonnais (no 89),‎ juin 2012, p. 61