Île-de-Bréhat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ne pas confondre avec l'île de Bréhat, la principale de l'archipel de Bréhat.

Île-de-Bréhat
Île-de-Bréhat
Vue aérienne de l'île de Bréhat.
Blason de Île-de-Bréhat
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Côtes-d'Armor
Arrondissement Saint-Brieuc
Canton Paimpol
Intercommunalité Commune exemptée
Maire
Mandat
Patrick Huet
2014-2020
Code postal 22870
Code commune 22016
Démographie
Gentilé Bréhatins
Population
municipale
378 hab. (2015 en diminution de 8,7 % par rapport à 2010)
Densité 122 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 50′ 49″ nord, 2° 59′ 55″ ouest
Altitude 26 m
Min. 0 m
Max. 34 m
Superficie 3,09 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bretagne

Voir sur la carte administrative de Bretagne
City locator 14.svg
Île-de-Bréhat

Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor

Voir sur la carte topographique des Côtes-d'Armor
City locator 14.svg
Île-de-Bréhat

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Île-de-Bréhat

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Île-de-Bréhat
Liens
Site web iledebrehat.fr

Île-de-Bréhat [il də bʁea] est une commune française située dans le département des Côtes-d'Armor au nord de la pointe de l'Arcouest en Bretagne. Elle est constituée de l'archipel de Bréhat, qui doit son nom à l'île principale, dénommée Bréhat, dont le nom breton est Enez Vriad. L'Île-de-Bréhat appartient au pays historique du Goëlo.

Cette commune est rattachée au canton de Paimpol (arrondissement de Saint-Brieuc).

Géographie[modifier | modifier le code]

Image satellite de Bréhat.

L'archipel qui forme le territoire de la commune est d'une superficie totale de 309 hectares, incluant l'île principale et 86 îlots et récifs voisins. Bréhat est séparée du continent par le chenal du Ferlas, large de environ 600 m à 700 m[1].

Avec 290 ha, l'île principale, longue de 3,5 km et large de 1,5 km maximum[2], est en fait composée à marée haute de deux îles réunies au XVIIIe siècle, par un pont-chaussée (ou pont ar Prat c'est-à-dire « pont de la Prairie », appelé aussi « pont-chaussée Vauban »)[3] : l'« île Nord » au relief de landes et l'« île Sud » plus fleurie.

L'île possède une seule véritable plage, celle du Guerzido, en arc de cercle, tapissée de sable rose et entourée de rochers granitiques, située à son extrême sud.

Bréhat fut le premier site naturel classé en France le .

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Climat[modifier | modifier le code]

Son microclimat, « peu agréable, humide, brumeux et venteux »[4], est par contre particulièrement doux en hiver (moyenne de °C) et favorise une très grande diversité de fleurs et de plantes. On y trouve des mimosas, des figuiers, des eucalyptus, des céanothes, des echiums, des agapanthes, ou des hortensias. Les géraniums grimpent le long des façades des maisons. On y trouve même des Palmiers . C'est un des rares lieux en « Bretagne Nord » sur lequel peuvent pousser des plantes méditerranéennes, car les gelées y sont encore plus rares que sur les côtes de la commune de Ploubazlanec et de la partie continentale de la « Ceinture dorée ».

Contact entre granite et cornéenne

Relief[modifier | modifier le code]

La butte de la chapelle Saint-Michel (au fond).

Bréhat n'a pas de cours d'eau ; Son relief est un mélange anarchique de creux et de bosses paraissant semés au hasard, « de monticules rocheux dont le sommet porte une série de blocs aigus ou arrondis, de larges cuvettes au fond plat, humide, couvert d'herbes ou de cultures. (...) Tous ces monticules ont leur sommet à peu près à la même altitude, à 40 m environ au-dessus de la mer ». Une bonne partie de l'île est recouverte de lœss, déposé lors de la glaciation de Würm, est pour cette raison très fertile ; il forme même par endroits (par exemple à Port Clos et à la Corderie) en bord de mer des falaises en raison de son épaisseur[5].

Lors des glaciations quaternaires, Bréhat était rattachée au continent ; l'existence de la vallée très encaissée et submergée prolongeant l'actuelle ria du Trieux et passant à l'ouest de l'archipel le prouve.

Géologie[modifier | modifier le code]

Rochers de granite rose près du phare du Paon

Le granite rose est très présent sur l'île, qui se trouve à l'extrémité Est de la côte de granit rose.

La géologie de l'île fournit aussi un exemple de contact entre le granite porphyrique (roche claire) et la cornéenne (roche sombre marquée de bandes). « Toute l'île est formée d'un granite assez gros, qui prend par endroits de belles teintes roses, comme au Paon, à l'extrémité nord. Ce granite est injecté de filons de diabase »[5].

Par ailleurs, les roches à fleur d'eau de l'archipel de Bréhat forment des écueils dangereux. La navigation de plaisance y est particulièrement difficile et demande de solides connaissances maritimes.


Granite rose près du phare du Paon.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

L'Arcouest est le quai d'embarquement le plus proche et le seul fournissant des liaisons pendant toute l'année. Il est situé sur la commune de Ploubazlanec. Les « vedettes de Bréhat »[6] assurent l'accès à l'île par une navette maritime qui accomplit toute l'année la traversée du chenal du Ferlas en une dizaine de minutes, depuis L'Arcouest jusqu'au Port Clos (sur la côte sud de l'île, face au continent).

La jetée du Port Clos de l'île de Bréhat, à marée haute.

L'Arcouest est lui-même desservi depuis Saint-Brieuc via Paimpol, par la ligne 1 du Ti'Bus puis la ligne 24 (auparavant, la ligne 9 assurait une liaison directe jusqu'à l'Arcouest, mais ce n'est plus le cas en 2017) le service de transports départementaux costarmoricains.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Les autres ports d'embarquement d'Erquy, de Dahouët, de Saint-Quay-Portrieux, de Binic et de Tréguier ne sont opérationnels qu'en période estivale.

Les engins à moteur (automobiles et camions) sont en principe « interdits » sur l'île, bien que de nombreux engins diesel y circulent. Aussi, les vedettes ne transportent-elles pas de véhicules. Un parking à L'Arcouest est mis à la disposition des passagers.

La circulation sur place se fait :

  • à pied ;
  • à vélo ;
  • en tracteur pour le transport en commun (« petit train ») ;
  • en engins utilitaires.

Vie traditionnelle[modifier | modifier le code]

Bouses de vache mises à sécher afin de servir de combustible

Geneviève Vergez-Tricom décrit en ces termes la vie traditionnelle à Bréhat :

« Les Bréhatins furent (...) très tôt d'habiles marins, bons pilotes et grands pêcheurs doublés de soldats prêts à défendre une île toujours exposée aux coups de mains, toujours quelque peu pirates et contrebandiers sans doute, trouvant d'ailleurs contre les autorités locales un recours auprès du gouvernement de Paris qui multipliait les indulgences, les concessions, les exemptions en faveur de ces gens qui gardaient au Roi une position de premier ordre mais sans cesse menacée. (...). L'homme allait en mer, et c'était à la femme qu'étaient dévolus les travaux des champs. (...) Bréhat, de tout temps, a fourni des marins tant à la marine de guerre qu'à la marine de commerce[7]. »

« Si la terre, même fertilisée par le goémon, n'arrivait pas à nourrir une population trop nombreuse, les ressources de l'élevage paraissent toujours lui avoir suffi ; le combustible, genêts, fougères, bouse de vache séchée ne manquait pas et les produits de la mer suppléaient à l'insuffisance des produits de la terre[5]. »

Bréhat : l'arrachage des pommes de terre nouvelles (vers 1920)

« Sur les 300 ha de la commune, plus de 200 sont cultivables. Le sol n'est pas des plus riches. La décomposition du granite donne des terres (...) pauvres en chaux. Cette chaux indispensable, c'est le goémon qui le procure. Le goémon est le seul engrais naturel que possèdent les habitants de l'île. (...) Depuis longtemps sa coupe est réglementée. (...) Une ordonnance de 1681 fait défense formelle aux étrangers [aux continentaux] d'arracher ce goémon. (...). Des arrêts du Parlement de 1734, 1767, 1775, 1779, renouvellent les défenses, énumèrent avec soin les deux lieux où pourra se faire la récolte, le temps pendant laquelle elle sera permise ou interdite (...). Mais plaintes et représailles n'empêchent pas les gens de Pleudaniel, Ploubazlanec, Plourivo, de continuer leurs "pilleries" (...). Les cahiers des États généraux [sont remplis de plaintes] sur les difficultés qu'ont les habitants de s'assurer ce produit nécessaire, non seulement pour l'engrais de leurs terres, mais pour "brûler (...), faire leurs buées, cuire leur soupe et enfin apprêter leur nourriture". (...) Depuis longtemps, on avait partagé l'étendue des grèves entre les habitants de l'île pour empêcher les désordres. En 1776, puis en 1844, on avait attribué à chaque ménage, propriétaire de 15 ares, (...) une portion de grève où il pouvait récolter le goémon. (...) Une nouvelle répartition a eu lieu en 1906. (...) L'usage du guano s'est introduit dans la seconde moitié du XIXe siècle[8]. »

Le blé a longtemps été la culture dominante, mais ne suffisait pas pour la consommation locale ; avoine, orge, betteraves et fourrages étaient aussi cultivés, mais l'introduction de la culture des pommes de terre au début du XIXe siècle bouleversa l'économie de l'île ; dès 1817, Bréhat en produisait assez pour pouvoir en exporter, même si ce n'est qu'à partir de 1890 environ que se développa la culture des pommes de terre primeurs. Chaque famille possédait aussi un petit troupeau d'une ou deux vaches, quelques porcs et 3 ou 4 moutons. Longtemps, en raison du droit de vaine pâture, ces animaux pouvaient divaguer librement sur les parcelles non encloses, gardés par deux pâtres, l'un pour la partie nord, l'autre pour la partie sud de l'île. Cette coutume ne disparut qu'à partir de 1865 : « Jusqu'en 1865, tous les bestiaux, dont le nombre est considérable, erraient dans l'île de Bréhat, le jour et la nuit, du mois d'octobre au mois de décembre, sans entraves et sans gardiens, état de chose qui entraînait des dévastations et des accidents assez graves »[9].

L'Île-de-Bréhat a longtemps connu le surpeuplement : en 1821, elle comptait 1 500 habitants, soit près de 500 habitants par km² ; le déclin démographique se produisit dans la seconde moitie du XIXe siècle, la commune n'ayant plus que 1086 habitants lors du recensement de 1886, et ce déclin s'est poursuivi tout au long du XXe siècle, Bréhat n'ayant plus que 378 habitants en 2015, mais aussi de nombreux résidents secondaires en raison de l'essor du tourisme.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Bréhat est depuis plus d'un siècle un lieu touristiquement très attractif, aussi bien pour les touristes d'un jour venus depuis la Pointe de l'Arcouest que pour ceux, souvent riches et (ou) célèbres, qui ont la chance d'y avoir une propriété. « Ici, on désigne chaque maison par le nom de la lignée dont elle a abrité les naissances. Celle des Le Boulaire, celle des Prigent, des Mével, des Bocher... Les nouveaux propriétaires deviennent malgré eux les héritiers d'une saga familiale séculaire. Ils changeront au gré des modes et des passages chez le notaire, on les oubliera. Alors que l'histoire gravée sur les murs de granit, gloires et heures noires dans la même marmite, échappera au temps »[10].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Insula Brihiacum en 1083[11], Brehat en 1084, Brihiat en 1148, Ecclesia de Brechat en 1181, Brehat en 1198, Brihat en 1202, Brihiat en 1214, 1219 et en 1241, Briat en 1244, Parrochia de Brihat en 1255, Brehat au XIVe siècle[12].

Brehat vient peut-être du gaulois briga signifiant « hauteur »[12].

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire et Antiquité[modifier | modifier le code]

Pointe de silex datant du moustérien provenant du site de Goaréva

À 2 km de la pointe de l'Arcouest, au nord de Paimpol, Bréhat est au centre d'une dizaine d'îlots ou l'on trouve des traces d'occupation datant du paléolithique moyen : l'occupation humaine du site de Goavéra, situé en pied de falaise sur un filon de dolérite (cette roche volcanique dure constitue une bonne matière première pour la fabrication d'outils, la région ne disposant pas de silex)[13]. Ce sont les traces apparentes d'une époque où les îles bretonnes n'étaient pas encore des îles, mais des sommets séparés par des vallées côtières au littoral actuel. Ici comme ailleurs, le paysage littoral a ensuite connu des transformations importantes. Le volume des mers a varié avec le climat. L'eau, immobilisée en glace durant les périodes froides, s'est libérée à la faveur des réchauffements de l'atmosphère pour retourner aux océans, créant ces îles.

D'autres traces d'occupation de l'île datent de la période gallo-romaine.

Moyen Âge et Renaissance[modifier | modifier le code]

La paroisse de Bréhat, enclavée dans l'évêché de Saint-Brieuc faisait partie du doyenné de Lanvollon relevant de l'évêché de Dol et était sous les vocables de saint Samson et Notre-Dame.

Vers 418, Fragan, un parent de Conan Mériadec aurait, venant d'Angleterre, débarqué à Bréhat avec sa famille et ses domestiques, avant d'aller s'installer à Ploufragan[14].

Au Moyen Âge, Bréhat devient un point militaire stratégique et le Comte de Penthièvre décide de fortifier l'île en construisant notamment un château au nord-est du bourg. Malgré ces fortifications, Bréhat sera régulièrement envahie par les Anglais, et même les Espagnols. En 1408, notamment, Bréhat est ravagée par les troupes anglaises, débarquées sur l'île Lavret et commandées par l'amiral Edmond Holland, comte de Kent qui trouvera la mort lors de la bataille. Celui-ci agissait alors pour le compte du duc de Bretagne, Jean V, qui était en conflit avec la comtesse de Penthièvre, Marguerite de Clisson. Les maisons sont incendiées, les gens sont massacrés et les défenseurs de l'île pendus aux ailes du « moulin du Nord », au sommet du tertre du Creac'h ar Pot. À la suite de cet épisode, son château, propriété de la Comtesse de Penthièvre, sera confisqué et rasé par le duc vers 1422. Tandis que la seigneurie qui fait jusque-là partie du comté de Penthièvre devient alors l'apanage de la famille ducale avec à sa tête Arthur III de Bretagne, comte de Richemont, frère du duc de Bretagne.

« En septembre 1443 Jacquette de Bretagne, fille naturelle de Arthur III, bâtarde de Richemont, légitimée par lettres du roi Charles VII de France données à Saumur sans finance, avait été mariée le  à Artus Brecart, écuyer de son père. Arthur III lui avait donné en la mariant cent livres de rente qu'il racheta par le don de la seigneurie de Brehat le . Artus Brecart, fut fait capitaine de Mervant, puis de S. Aubin du Cormier et du Coudray-Salbart, par lettres du , à quoi le duc Arthur III son beau-père ajouta une pension annuelle de six-vingt écus le , et par autres lettres du, il le confirma dans la possession et propriété de la terre de Brehat.

Leur fils François Brecart, sieur de l'Isle de Brehat, fut envoyé en Angleterre au mois de juillet 1491 par la duchesse Anne, pour presser le roi d'Angleterre Henry VII de lui envoyer du secours »[15].

« Le receveur s'excuse de compter des revenus de Brehat parce que ledit seigneur en avoit fait don à Artus Brecart. La chambre des comptes à qui ce compte avoit été présenté, vérifia les lettres du don qui sont en datte du  et les fit inscrire au long dans ce compte. Elles portent que le comte de Richemont avoit promis à Jacquette de Bretagne sa fille naturelle mariée audit Brecart, une rente de 100 livres et que pour l'assiete de la dite rente, il lui donne l'isle de Brehat avec ses appartenances et dependances, avec la reserve du ressort à la barre de Lanvollon. On voit aussi dans ce compte la ratification du duc de Bretagne »[16].

Titulaires des droits et titres de Jacquette de Bretagne, ses descendants seigneurs de Bréhat : les familles de Rochedec puis Balavenne de Kerlan-Lestrézec, et Balavenne de Leshildry et Kernonen alias Balavoine, seigneurs de Bréhat, négocient avec le duc de Penthièvre et Gouverneur de la Bretagne Sébastien de Luxembourg-Martigues, descendant des comtes de Penthièvre, l'échange de la seigneurie de Bréhat contre un ensemble de seigneuries situées sur les paroisses de Pordic, Plérin et Tréméloir[17].

En raison du décès du duc de Penthièvre en 1569, ces négociations entre la famille Balavenne alias Balavoine et les héritiers du duc de Penthièvre se poursuivirent jusqu'à la fin du XVIe siècle pour se terminer, sous la Régence de Louis XIII, par l'accord de la reine Marie de Médicis à une cession de droit seigneuriaux détenus par les héritiers de Jacquette de Bretagne au profit de la Couronne de France, contre versement de sommes sur le Trésor : le 17 décembre 1601, Pierre Balavenne, Procureur du Roi, sieur du Rest et de Kerlen, agissant pour le compte de son épouse Anne de Rochédec, dame de Bréhat, descendante du duc de Bretagne Arthur III, négocie avec la duchesse de Mercoeur à Paris la vente de l'Ile de Bréhat pour 6.000 écus[18].

En 1590, le duc de Mercœur fait construire un fort à l'emplacement de celui qui avait été détruit par le comte de Kent en 1409, car « les habitants n'avaient aucune forteresse dans leur isle, qui pût les mettre en sûreté contre l'ennemi. (...). Dès que le fort fut achevé, les habitants de l'isle, qui étoient [étaient] d'excellents marins, se mirent à courir les mers avec de petits vaisseaux armés et s'emparoient [s'emparaient] de tout ce qu'ils trouvoient [trouvaient] sur la côte. Les Anglais, qui étoient [étaient] à Paimpol, formèrent le projet de prendre cette isle en 1591, mais ils trouvèrent tant de résistance qu'ils résolurent de l'affamer. Les assiégés, qui manquoient [manquaient] de vivres, se virent forcés de se rendre à discrétion. Ils essuyèrent les traitements les plus rigoureux de la part des vainqueurs, qui eurent la cruauté d'en faire pendre quinze ou seize aux ailes des moulins à vent les plus voisins de l'isle ». Bréhat ne resta pas longtemps en possession des Anglais, l'île fut reprise par les troupes du duc de Mercœur, pour le compte de la Ligue catholique, avant d'être prise par Henri de Kerallec pour le compte du roi Henri IV qui lui en donna le gouvernement[14].

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Bréhat vers 1780 (carte de Cassini).
Carte de l'Isle-de-Bréhat par Jacques-Nicolas Bellin datant de 1764
Bateau ex-voto (la frégate Reder Mor) offert par Charles Cornic à l'église Notre-Dame-de-Bonne-Nouvelle

Le prédicateur Julien Maunoir vint prêcher à Bréhat en 1642, 1673 et 1679[19].

Vauban fit installer une batterie côtière et relier les deux tronçons de l'île par une chaussée, le "Pont ar Prad" (Pont de la prairie), ou "Pont Vauban"[20].

De nombreux corsaires, les plus connus étant Coatenlem, Cornic-Duchesne, Cornic du Moulin, Canne-Fleuz, Nicolas Le Gonidec, Jacques Drézénec, Olivier Le Brujeon, Savidan, Yvon Le Gall, Arthur Le Roux, Poirier, Forger-Lambert et Corouge, habitant l'île ou y faisant souvent relâche, s’illustrèrent dans la chasse à l’Anglais, particulièrement sous les règnes de Louis XIV et Louis XV. Par exemple La Gazette du annonce l'arrivée à Bréhat d'un navire anglais pris par le navire corsaire Le Nicolas, un numéro de l'année 1745 informe que le vaisseau La Revanche, « armé en course à Bréhat », commandé par le corsaire Jean Fleury, « y a amené un [bateau] corsaire de Jersey », un autre numéro de l'année 1746 indique la prise d'un autre navire anglais venant de La Barbade chargé de sucre et se cacao, enlevé par le navire corsaire La Marie Magdeleine et celui du indique l'arrivée à Bréhat du navire anglais Le comte de Toulouze, dont s'est emparé le navire corsaire La Gloire[21]. Une dizaine de "maisons de corsaires" sont encore de nos jours identifiées à Bréhat, notamment celle de Corouge-Lambert, datée de 1772[22]. La pierre tombale du corsaire Emile Cano-Fleury, décorée de tibias et d’une tête de mort, se trouve dans le porche de l’église paroissiale.

Une association regroupant environ 800 membres regroupe les descendants des corsaires (de Bréhat et d'ailleurs) et entretient leur mémoire[23]. Des naufrages se produisaient fréquemment : par exemple la Gazette du commerce du relate brièvement la perte de trois bâtiments au large de Bréhat[24].

Jean-Baptiste Ogée décrit ainsi Bréhat en 1778 :

« Isle-de-Bréhat, à 20 lieues et demie à l'ouest-nord-ouest de Dol, son évêché ; à 26 lieues et demie de Rennes ; et à 1 lieue trois-quarts de Paimpol, sa subdélégation. Elle ressortit au siège royal de Saint-Brieuc ; on y compte 800 communiants[25] ; la cure est présentée par l'abbé de Beauport. Cette isle a titre de châtellenie ; elle dépend du duché de Penthièvre et contient environ 300 arpents de terrein [terrain]. Elle est à une demi-lieue dans la mer. (...). On voit, dans les environs, de petites isles habitées, des rochers et des bancs de sable. La haute justice de Bréhat s'exerce à Paimpol et appartient à M. le Duc de Penthièvre. (...) [Des] lettres patentes de 1753 portent que les habitants de l'Isle-de-Bréhat seront exempts de fouages pendant quinze années. »

— Jean-Baptiste Ogée, Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne[14]

Révolution française[modifier | modifier le code]

Une pétition en date du indique que l'île emploie alors entre 400 et 500 marins[7]. La chapelle de Kéranroux fut vendue comme bien national et la statue de Notre-Dame de Kéranroux cachée sur l'îlot de Roch-ar-Velen, situé dans l'anse de la Corderie[26].

Le XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Pierre Dupuis : Moissonneuses[27]

Bréhat souffrit beaucoup de l'épidémie de choléra en 1832 puis encore en 1854, avec respectivement 120 et 54 victimes. Les corsaires furent également nombreux jusqu'au XIXe siècle.

Le cabaret des décapités devait son nom aux verres décorés des têtes des clients.

A. Marteville et P. Varin, continuateurs d'Ogée, décrivent ainsi l'Île-de-Bréhat en 1843 :

« Île-de-Bréhat (sous l'invocation de la Vierge), commune formée par l'ancienne paroisse du même nom, aujourd'hui succursale. (...) Principaux villages : Saint-Rion, Kerien, Crec'hesquern, Toul-ar-Hoas, Crech-Rogen, Kervilon, Roc'hverien, Kerarguillis, Crec'h-ar-Gall, Crec'h-ar-Pol, Kerarguen, ar-Poullo, Keranroux, Crec'h Allano, ar Prad, Pen-ar-Prat, Crouezen, Gardenno, le Birlot, Kermiquel, Crec'h-Tarée, Kerguéréva, Crec'h Briand, Crec'h Simon, Crec'h Kerio, Roc'h Losquet, Crec'h -Guen. Supzerficie totale : 309 ha dont (...) terres labourables 117 ha, prés et pâtures 29 ha, vergers et jardins 14 ha, landes et incultes 133 ha, étangs 3 ha (...). Moulins : 2 (du Nord, de Crec'h-Tarée, à vent). (...) Cette île est aussi bien cultivée que le permet la présence continuelle du vent. Le myrte et surtout le figuier y réussissent bien. Chaque paysan ayant l'ambition d'être propriétaire, la valeur des terrains a monté, depuis quelques années, à un taux énorme. Il n'y a pas de fontaines, l'eau de pluie est la seule qui soit employée. (...) Il y a sur cette île sept corps-de-garde et douze batteries. On y aborde par trois hâvres, qui sont : au sud, le port Clos, à l'ouest, le port de la Corderie, enfin à l'est, le port de la Chambre. Ce dernier conserve à marée basse huit brassées d'eau. Outre ces hâvres, il y a encore quelques mouillages assez favorables. (...). Une curiosité naturelle que l'on voit dans cette île est la pierre branlante. Cette pierre, située dans la partie nord, est placée transversalement entre deux rochers entre lesquels la mer se précipite avec un bruit terrible. Géologie : constitution granitique ; le bourg est sur granite amphibolique. (...) On parle le breton. »

— A. Marteville et P. Varin, Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne[28]

Les mêmes auteurs précisent aussi que cette île est une pépinière d'excellents marins, citant notamment Charles Le Bozec[29] (qui se distingua notamment lors de la Bataille du 13 prairial an II, un combat contre les navires anglais au large d'Ouessant, alors qu'il était enseigne de vaisseau à bord du vaisseau amiral La Montagne[30]), Martin Le Forestier[31], Armand Le Bigot[32], Pierre Thomas[33] qui s'illustrèrent lors des guerres napoléoniennes.

Certaines familles bréhatines sont de véritables dynasties de marins, par exemple la famille Le Bozec : Pierre Marie Yves Le Bozec[34], chevalier de la Légion d'honneur ; son père Yves Marie Le Bozec[35] fut capitaine au long cours ; son grand-père paternel Pierre Marie Le Bozec[36], contre-amiral, fut commandeur de la Légion d'honneur et son grand-père maternel Pierre-Marie Yves Le Bozec[37], enseigne de vaisseau, fut chevalier de la Légion d'honneur ; le père de ce dernier Pierre René Le Bozec[38] était lui-même capitaine de vaisseau.

Au XIXe siècle, la flottille des terre-neuvas (jusqu'à une quarantaine de bateaux) partait du port de la Corderie (40 barques de 50 à 100 tonneaux en 1834), qui s'ouvre plein ouest sur la haute mer ; de nombreux marins bréhatins embarquèrent aussi sur les goélettes de Paimpol à destination des parages de l’Islande et de Terre-Neuve pêcher la morue, d'autres allant à la pêche à la baleine. En 1866, Bréhat emploie 149 marins et pêcheurs au cabotage. Tous les parages de l'archipel étaient fréquentés par leurs petits bateaux calant peu et montés de voiles blanches ou brunes, allant jusqu'à Lézardrieux ou Paimpol. L'arrivée de la navigation à vapeur et le déclin de la pêche lointaine ont provoqué un net déclin : 42 marins recensés en 1901, 21 en 1925[7].

Le phare des Héaux de Bréhat est allumé pour la première fois en 1840[39].

Article détaillé : Phare des Héaux de Bréhat.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Prosper Mérimée, parlant de la partie sud de l'île, a écrit : « Ce coin de terre semble exceptionnel. J'y voyais avec surprise des arbres du midi de la France. Oubliant leur soleil natal, des myrtes, des mûriers, des figuiers gigantesques couvraient la plage, laissant presque tomber leurs fruits dans les flots. (...) Mais il suffit de passer la chaussée que Vauban fit construire entre les deux îles pour changer de monde : ici tout devient lunaire, les rochers plus acérés, la végétation plus rase. (...). [On croit] se retrouver en Irlande : fougères, ajoncs et bruyères ont remplacé la végétation luxuriante du sud »[40].

La citadelle de Bréhat fut construite sus le Second Empire entre 1860 et 1862. Elle abrita des soldats jusqu'en 1875[41].

C'est en 1872 que l'Île-de-Bréhat est reliée télégraphiquement au continent, grâce à un câble venant de la Pointe de l'Arcouest sur Ploubazlanec[42].

Le , le canot de sauvetage de Bréhat se porta au secours de la goélette Général-Pélissier, de Paimpol, en perdition, et parvint à la ramener au port de la Corderie[43]. Le , le canot de sauvetage de Bréhat sauva les 4 hommes de la gabare de pêche Anna, de Pleubian, en perdition[44]. De nombreux autres sauvetages eurent lieu, trop nombreux pour être tous cités. L'histoire de cette station de sauvetage est évoquée dans la chapelle de Keranroux[45]. Louis Gaillard a raconté un sauvetage effectué le par des Bréhatins dans deux articles du journal Gil Blas[46]. Le , le torpilleur Bouët-Willaumez, mesurant 41 mètres de long et 8 mètres de large, ayant un équipage de 22 hommes, coula sur la Roche Gautier, près des Roches Douvres, non loin de l'île de Bréhat[47].

Charles Bos écrit en 1897 à propos de Bréhat : « Pas de médecin, pas de pharmacien, pas même de sage-femme, mais en revanche deux curés et je ne sais combien de sœurs »[48].

Le XXe siècle[modifier | modifier le code]

De nombreuses personnalités et artistes séjournèrent sur l'île : Prosper Mérimée, Ernest Renan, Pierre Loti, Max Jacob, Maurice Sachs, Théodore Botrel, les frères Edmond et Jules de Goncourt, Paul Gauguin, André Barsacq, Emil Cioran, Robert Giraud, Louis Guillaume, André Vermare, Paul Vaillant-Couturier, Charles Le Goffic ou Kume Keiichirō.

La Belle Époque[modifier | modifier le code]

Bréhat, premier site classé en France

Bréhat fut le premier site naturel classé en France, dès le [49].

L'achat par un Allemand, Max Kahn, de plusieurs terrains dans l'archipel de Bréhat dans les premières années du XXe siècle provoqua un émoi et des interrogations, allant jusqu'à des accusations d'espionnage[50].

La Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts de l'Île-de-Bréhat porte les noms de 34 marins et soldats morts pour la France pendant la Première Guerre mondiale. Parmi eux neuf au moins sont des marins disparus en mer dont Eugène Floury[51], décoré de la Médaille militaire et de la Croix de guerre et Édouard Drillet[52], cité à l'ordre de l'armée, disparu le au large de Corfou (Grèce); André Le Quellec est mort de maladie à Mascate (Oman) et Alain Nicolas des suites de ses blessures à Casablanca (Maroc) ; trois (Lucien Mariette, Sylvain Menguy, Jean Trichet) sont des soldats morts sur le front belge ; Eugène Durand est mort en 1918 à Salonique (Grèce) dans le cadre de l'expédition de Salonique ; la plupart des autres sont morts sur le sol français[53].

L'Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

Bréhat vers 1920 (vue prise depuis le moulin à vent de Keranroux)

Le fut inauguré le nouveau canot de sauvetage de Bréhat, dénommé François-Henri Provensal[54]. Ce canot remplaça le Albert Henriette, qui avait été mis en service en 1909[55], lequel avait lui-même remplacé le Notre-Dame de Keranrou (qui avait notamment secouru la goélette 'Espérance le )[56].

Le François-Henri Provensal fit de nombreux sauvetages, par exemple de plusieurs bateaux de pêche lors de la tempête des 15 et [57]. Volant, patron de ce canot de sauvetage, fut fait chevalier de la Légion d'honneur en 1932 avec la citation suivante : « Depuis 35 ans, canotier, pus patron du canot de sauvetage de la station de Bréhat, a dirigé ou pris part à 29 sorties de sauvetage au cours desquelles 19 personnes ont été sauvées »[58].

La Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le , cinq jeunes gens (François Menguy, Pierre Guélorguet, Claude Robinet et deux élèves de l'école maritime de Paimpol) partirent depuis l'Île-de-Bréhat vers l'Angleterre (Portsmouth) à bord de la vedette Korrigane et rejoignirent les rangs des la France Libre[59].

Le monument aux morts de l'Île-de-Bréhat porte les noms de 13 personnes mortes pour la France pendant la Seconde Guerre mondiale ; parmi elles des marins comme Marcel Le Guen[60], marin mort de maladie à Beyrouth (Liban) le , Georges Paranthoen[61], lieutenant de vaisseau, mort lors du torpillage de son bateau, le cargo Anadyr II, à Ismaïlia (Égypte) le  ; des résistants comme Éric Peters[62], fusillé au Mont Valérien le , Raymond Famel[63], mort en déportation le à Ganacker (annexe du camp de concentration de Flossenbürg (Allemagne), Adrien Wilborts[64], déporté, mort au camp de concentration de Buchenwald le  ; Florian Huon[65] est mort en captivité le à Krems an der Donau en Autriche[53].

William Mitchell et trois autres marins britanniques non identifiés, victimes du naufrage du HMS Charybdis le reposent dans le carré militaire du cimetière de l'Île-de-Bréhat[66].

Bréhat fut occupée par les Allemands pendant la Seconde Guerre mondiale jusqu'au . Au moment de leur retraite, ils dynamitèrent les phares du Paon et du Rosédo.

L'après Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Jean Le Cleuziat[67] , matelot, est mort des suites de ses blessures le à Thudaumaut (Viêt Nam) pendant la Guerre d'Indochine[53].

Le fit naufrage la vedette L'Aide-Toi, qui faisait le tour de Bréhat ; le drame fit quatre morts (des membres de la famille Jouanny de Quemperven, dont trois enfants) et huit survivants, pour certains difficilement réanimés[68].

Langue bretonne[modifier | modifier le code]

Le breton est longtemps resté la seule langue parlée par les îliens, probablement jusqu'au début du XIXe siècle. Cependant, le français fait son apparition bien plus tôt que sur le continent. Les Bréhatins commencent ainsi à l'employer dès les années 1850, sans doute parce qu'un grand nombre d'entre eux servent alors dans la marine marchande. En 1920, l'enquêteur Pierre le Roux relève que le "le breton n'[y]est plus parlé que par très peu de personnes, très âgées'"[69]. On peut supposer que les derniers locuteurs se sont éteints dans les années 1940.

Le dialecte bréhantin, comme le montre l'Atlas Linguistique de la Basse-Bretagne, rédigé en 1927, est très proche du breton du Goëlo. Il possédait néanmoins quelques formes plus archaïques, du fait de son isolement relatif du continent. Pour l'heure, il n'a pas été retrouvé d'enregistrements dans ce dialecte.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires de la commune[modifier | modifier le code]

La mairie de Bréhat
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
avant 1907 après 1907 François Le Monnier[70]    
         
mars 1947 1959 Yves Kerjolis    
mars 1959 1973 Yves Léon    
juillet 1973 1977 Benjamin Le Locat    
mars 1977 1983 Michel Moreux[71]   Diplomate
mars 1983 2001 Joseph Le Pache    
mars 2001 2008 Yvon Colin    
mars 2008 en cours
(au 30 avril 2014)
Patrick Huet UDI Conseiller juridique[72]

Finances locales[modifier | modifier le code]

Cette sous-section présente la situation des finances communales de Île-de-Bréhat[Fin. 1],[73].

Pour l'exercice 2013, le compte administratif du budget municipal de Île-de-Bréhat s'établit à 1 339 000 € en dépenses et 1 395 000 € en recettes[Cmpts 1] :

En 2013, la section de fonctionnement[Fin. 2] se répartit en 958 000 € de charges (2 254 € par habitant) pour 1 060 000 € de produits (2 494 € par habitant), soit un solde de 102 000 € (240 € par habitant)[Cmpts 1],[Cmpts 2] :

  • le principal pôle de dépenses de fonctionnement est celui des charges de personnels[Fin. 3] pour une valeur totale de 454 000 € (47 %), soit 1 068 € par habitant, ratio supérieur de 228 % à la valeur moyenne pour les communes de la même strate (326 € par habitant). Sur la période 2009 - 2013, ce ratio augmente de façon continue de 886 € à 1 068 € par habitant ;
  • la plus grande part des recettes est constituée des impôts locaux[Fin. 4] pour 500 000 € (47 %), soit 1 176 € par habitant, ratio supérieur de 102 % à la valeur moyenne pour les communes de la même strate (583 € par habitant). En partant de 2009 et jusqu'à 2013, ce ratio fluctue et présente un minimum de 688 € par habitant en 2010 et un maximum de 1 176 € par habitant en 2013.

Les taux des taxes ci-dessous sont votés par la municipalité de Île-de-Bréhat[Cmpts 3]. Ils ont varié de la façon suivante par rapport à 2012[Cmpts 3] :

La section investissement[Fin. 5] se répartit en emplois et ressources. Pour 2013, les emplois comprennent par ordre d'importance[Cmpts 4] :

  • des dépenses d'équipement[Fin. 6] pour une valeur totale de 358 000 € (94 %), soit 841 € par habitant, ratio supérieur de 65 % à la valeur moyenne pour les communes de la même strate (510 € par habitant). Sur les 5 dernières années, ce ratio fluctue et présente un minimum de 424 € par habitant en 2011 et un maximum de 841 € par habitant en 2013 ;
  • aucun remboursement d'emprunt[Fin. 7].

Les ressources en investissement de Île-de-Bréhat se répartissent principalement en[Cmpts 4] :

  • fonds de compensation pour la TVA pour une valeur totale de 30 000 € (9 %), soit 70 € par habitant, ratio supérieur de 19 % à la valeur moyenne pour les communes de la même strate (59 € par habitant). Depuis 5 ans, ce ratio fluctue et présente un minimum de 33 € par habitant en 2012 et un maximum de 162 € par habitant en 2009 ;
  • subventions reçues pour une valeur de 20 000 € (6 %), soit 47 € par habitant, ratio inférieur de 66 % à la valeur moyenne pour les communes de la même strate (140 € par habitant).

L'endettement de Île-de-Bréhat au peut s'évaluer à partir de trois critères : l'encours de la dette[Fin. 8], l'annuité de la dette[Fin. 9] et sa capacité de désendettement[Fin. 10] :

  • l'encours de la dette pour une valeur de 1 000 €, soit 2 € par habitant, ratio inférieur de 100 % à la valeur moyenne pour les communes de la même strate (621 € par habitant). Depuis 5 ans, ce ratio augmente de façon continue de 0 € à 2 € par habitant[Cmpts 5] ;
  • aucune annuité pour la dette. Depuis 5 ans, ce ratio diminue de façon continue de 15 € à 0 € par habitant[Cmpts 5] ;
  • la capacité d'autofinancement (CAF) pour un montant de 234 000 €, soit 550 € par habitant, ratio supérieur de 96 % à la valeur moyenne pour les communes de la même strate (280 € par habitant). Sur les 5 dernières années, ce ratio fluctue et présente un minimum de 234 € par habitant en 2009 et un maximum de 717 € par habitant en 2011[Cmpts 6]. La capacité de désendettement est de moins d'un an en 2013. Sur une période de 14 années, ce ratio est constant et faible (inférieur à 4 ans)

Démographie[modifier | modifier le code]

La population permanente, dont l'essentiel se regroupe autour du bourg situé dans la partie orientale de l'« île sud », a fortement diminué (près de 2 000 habitants en 1846, 1 559 en 1873, 1 400 en 1952, 653 en 1982, 421 en 1999, 406 en 2001 et 439 en 2007)[74].
En revanche, la population estivale peut atteindre une dizaine de milliers de personnes.

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[75]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[76].

En 2015, la commune comptait 378 habitants[Note 1], en diminution de 8,7 % par rapport à 2010 (Côtes-d'Armor : +1,14 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 3181 4751 4441 4881 5501 4831 5191 9411 357
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 3481 2021 2121 1141 0591 1721 0861 012984
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
9951 0621 016977980959830855843
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2015
700653553511461421438400378
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[77] puis Insee à partir de 2006[78].)
Histogramme de l'évolution démographique
Plaque commémorant Bréhat comme 1er site classé en France.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Le , Bréhat sera le premier site naturel à être classé ou inscrit au titre des « sites et monuments remarquables naturels de caractéristiques artistiques ».

Plus de 50 % du territoire de l'archipel sont classés en espaces remarquables[79],[80].

Cinq sentiers de randonnée sillonnent l'île, ses lieux et ses monuments[81].


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Vue vers le nord-ouest depuis la chapelle Saint-Michel.

Partie de l'île nord

Phare Feu du Paon
Chapelle St-Michel

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Partie de l'île sud

  • Anse de la Corderie
  • le pont du Prat
  • la croix de Maudez, érigée en 1788, face à la mer, en pleine lande, elle évoque le souvenir du moine Maudez qui vint fonder un monastère sur une île voisine, en 570
  • la chapelle Saint-Michel, bâtie sur un tertre rocheux de 26 mètres d'où l'on domine toute l'île-de-Bréhat
  • l'église Notre-Dame, datant du XVIIe siècle
Article détaillé : Église Notre-Dame de Bréhat.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Mythes et légendes[modifier | modifier le code]

  • Selon certain guides touristiques, Vauban qui aurait fortifié l'île sous Louis XIV, fit également construit le passage (pont en breton) qui relie les deux îles. Selon toute vraisemblance le Pont ar Prat (« pont de la prairie » – également appelé « pont Vauban ») - n'a jamais été conçu ou bâti par l'architecte. En réalité, il serait plus ancien et existait déjà au moment de la visite de Vauban sur l'île en 1695. Construit à l'origine sur un tombolo de galets, il fut cependant consolidé en moellons et pierre de taille en 1756. Depuis cette date, le Grand pont fut reconstruit entre 1795 et 1800, puis surélevé et consolidé à plusieurs reprises[3].

Tableaux[modifier | modifier le code]

De nombreux artistes peintres ont représenté Bréhat, notamment Alexandre Séon, Ernst Josephson, Kuroda Seiki, Maxime Maufra, Samuel Peploe, Allan Österlind, Auguste Matisse[91], Robert Antoine Pinchon, Lucien Seevagen, etc. Un musée virtuel recense de nombreuses œuvres consacrées à l'île[92]. L'illustrateur et peintre Frédéric de Haenen est mort à Bréhat.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jacquette de Bretagne, Dame de Bréhat, fille d'Arthur III, duc Bretagne, épouse d'Arthur Brécart, écuyer du duc de Bretagne Arthur III, connétable de Rennes et capitaine de Mervent, du Coudray-Salbart et Saint-Aubin-du-Cormier ; elle fut légitimée par le roi de France Charles VII, sa mère est restée inconnue. Les armes de Jacquette de Bretagne ont été choisies comme blason de l'île de Bréhat.
  • Edmond Holland, 4e comte de Kent, mort lors de la bataille de l'île de Bréhat en 1408, enterré sur l'île Lavrec.
  • La famille Balavenne alias Balavoine, puissante famille de la noblesse morlaisienne, armateurs et négociants, descendant de Jacquette de Bretagne et derniers seigneurs de Bréhat en 1601 ;
  • Pierre-Marie Le Bozec (1769-1830), contre-amiral, né et mort à Bréhat.
  • Alfred de Bréhat (1822-1866), écrivain du XIXe siècle, de son vrai nom : Alfred Guézenec est né dans l'île en 1822.
  • Pierre Dupuis, né à Orléans le et mort à l'Île-de-Bréhat le , est un artiste peintre français. Il est le frère du peintre et sculpteur Daniel Dupuis (1849-1899).
  • Pierre Marie Yves Le Bozec (Bréhat, 1851 - Paris, 1904).
  • Ernst Josephson (1851-1906).
  • Frédéric de Haenen (1853-1929), illustrateur et peintre
  • Henri Rivière (1854-1951).
  • Allan Österlind (1855-1938), peintre ayant représenté plusieurs fois Bréhat sur ses toiles.
  • Edmond Haraucourt (1856-1941), écrivain et poète, y possédait une propriété qu'il légua à la Cité internationale universitaire de Paris.
  • Henri Georges Meunier (1873-1922).
  • Colette (1873-1954) résida un temps sur l'île Béniguet.
  • Léonard Foujita (1886-1968)[93].
  • Lucien Seevagen (1887-1959) a peint de nombreux tableaux représentant Bréhat[94].
  • Anders Osterlind (1887-1960).
  • Marc Chagall (1887–1985) y a peint en 1924 La fenêtre sur l'Île de Bréhat, conservé au Kunsthaus de Zurich[95].
  • Georges Annenkov (1889-1974), peintre français d'origine russe, séjourne en 1926 à Bréhat, y peignant notamment Bretonne (Femme de Bréhat) et Breton[96].
  • Louis Guillaume (1907-1971), poète, qui passa son enfance à Bréhat et dont une stèle commémorative se dresse dans l'île (Crech' Briant).
  • André Barsacq (1909-1973), metteur en scène et directeur du Théâtre de l'Atelier à Paris, vient à Bréhat tout de suite après la guerre. Il passera toutes ses vacances en famille dans sa maison et, ayant acheté un vieux bateau, le Pimpino, il s'initie à la navigation à voile grâce à son ami marin Jean Briand. Mais c'est surtout sur Bréhat qu'il écrit toutes ses adaptations et travaille ses mises en scène de la rentrée théâtrale à Paris.
  • Michel Patrix (1917-1973), artiste peintre, a séjourné à Bréhat en 1952, donnant à y situer ses paysages bretons.
  • Robert Giraud (1921-1997) y rédigea son livre Le Vin des rues en 1953.
  • Marie-José Chombart de Lauwe (°1923), née Wilborts, éminente résistante, vint y vivre chez sa grand-mère en 1936 puis y revint à la libération en 1945.
  • Georges Bréhat (1923-1992), comédien français
  • Heather Dohollau (1925-2013), poétesse britannique, a vécu à Bréhat jusqu'en 1958.
  • Bernard Buffet (1928-1999).
  • Francine Teneur (?-2013[97]), écrivaine, Prix Maillé-Latour-Landry en 1966 pour Marie Fortune ; réside à Bréhat une grande partie de l'année[98].
  • Goudji (°1941) y crée une aiguière Saint-Michel pour la vente aux enchères destinée à l'entretien du patrimoine de Bréhat. Elle se trouve dans l'église Notre-Dame de Bréhat.
  • Erik Orsenna (°1947), écrivain et académicien français y possédait une maison et y a situé un roman : Deux étés.
  • Catherine Breillat (°1948) y tourna le film Une vieille maîtresse (2007).
  • Antoine Duléry (°1959), comédien français, a des racines familiales sur l'Île de Bréhat et y possède une maison[99].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'hermine à la barre de gueules.

Ce sont les armes de la Bretagne avec une brisure : blason qui fut celui de Jacquette de Bretagne, fille légitimée du duc Arthur III de Bretagne qui reçut de son père, la seigneurie de Bréhat.

Patrimoine naturel inventorié[modifier | modifier le code]

La commune est concernée par deux types de zones remarquables[100].

Zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF)

La commune est concernée par une seule zone de ce type : la ZNIEFF continentale de type 1 de la « Côte nord et ouest de l'île Bréhat »[101], soit 311,79 hectares sur la côte ouest de l'île, incluant l'estran, le phare du Paon au nord, le port de la Corderie et l'île Raguénès au sud. La ZNIEFF vise les îlots, bancs rocheux et récifs de ce littoral.

Zone de protection spéciale (ZPS, directive oiseaux)

Tout l'archipel est compris dans la grande zone de protection spéciale (ZPS) de « Tregor Goëlo »[102], un site Natura 2000 selon la directive oiseaux qui couvre 91 228 hectares répartis sur 27 communes des Côtes-d'Armor[note 1].

Zone spéciale de conservation (ZSC, directive habitats)

L'archipel est également inclus dans la Zone spéciale de conservation (ZSC) de « Tregor Goëlo »[103], un site d'intérêt communautaire (SIC) selon la directive habitats qui couvre 91 438 hectares au total.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Atlas des îles de l'Atlantique (France) ; Collection « Références » du Commissariat général au Développement durable, juin 2009, 51 pages.
  • Par l'Association pour la sauvegarde et l'entretien du patrimoine religieux de Bréhat, Bribes d'Histoire de l'Archipel Bréhatin, Louis Menguy , 2005 , 507 pages.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Notes de la sous-section Finances locales
  1. Cette sous-section Finances locales est issue d'une synthèse des données du site alize2.finances.gouv.fr du ministère de l'Économie et des Finances. Elle est présentée de façon standardisée pour toutes les communes et ne concerne que le périmètre municipal. Pour constituer cette partie, l'outil Finances locales version 1.2.1 : Yin Yang Kappa Logo de l'outil Finances localesLettre grecque Kappa en majuscule et minuscule a effectué la synthèse des 98 pages du site alize2.finances.gouv.fr concernant Île-de-Bréhat. Finances locales est un logiciel libre distribué en copyleft sous licence GNU GPL version 3. .
  2. La « section de fonctionnement » est constituée des dépenses courantes et récurrentes nécessaires au bon fonctionnement des services municipaux et à la mise en œuvre des actions décidées par les élus, mais sans influence sur la consistance du patrimoine de la commune.
  3. Les « charges de personnel » regroupent les frais de rémunération des employés par la commune.
  4. Les « impôts locaux » désignent les impôts prélevés par les collectivités territoriales comme les communes pour alimenter leur budget. Ils regroupent les impôts fonciers, la taxe d'habitation ou encore, pour les entreprises, les cotisations foncières ou sur la valeur ajoutée.
  5. La section « investissement » concerne essentiellement les opérations visant à acquérir des équipements d’envergure et aussi au remboursement du capital de la dette.
  6. Les « dépenses d’équipement » servent à financer des projets d’envergure ayant pour objet d’augmenter la valeur du patrimoine de la commune et d’améliorer la qualité des équipements municipaux, voire d’en créer de nouveaux.
  7. Les « remboursements d'emprunts » représentent les sommes affectées par la commune au remboursement du capital de la dette.
  8. L'« encours de la dette » représente la somme que la commune doit aux banques au de l'année considérée.
  9. L'« annuité de la dette » équivaut à la somme des intérêts d'emprunts de la commune et du montant de remboursement du capital au cours de l'année.
  10. La « capacité de désendettement » est basée sur le ratio suivant défini par la formule : ratio = encours de la dettecapacité d'autofinancement. Ce ratio montre, à un instant donné, le nombre d'années qui seraient nécessaires au remboursement des dettes en considérant les ressources de Île-de-Bréhat.
Notes de la sous-section Démographie
  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Le Ferlas, carte littorale. Couches « Cartes IGN » et « Limites administratives » également activées. Sur geoportail.gouv.fr.
  2. Présentation de l'archipel sur le site de la commune.
  3. a et b Présentation du pont-chaussée Vauban.
  4. Geneviève Vergez-Tricom, L'île de Bréhat , revue "La Géographie", janvier 1925, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9642220f/f56.image.r=Br%C3%A9hat
  5. a, b et c Geneviève Vergez-Tricom, L'île de Bréhat , revue "La Géographie", janvier 1925, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9642220f/f48.image.r=Br%C3%A9hat
  6. Les vedettes de Bréhat.
  7. a, b et c Geneviève Vergez-Tricom, L'île de Bréhat , revue "La Géographie", janvier 1925, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9642220f/f58.image.r=Br%C3%A9hat
  8. Geneviève Vergez-Tricom, L'île de Bréhat , revue "La Géographie", janvier 1925, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9642220f/f60.image.r=Br%C3%A9hat
  9. "Bulletin des arrêts de la Cour de cassation rendus en matière criminelle", 1867, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5854777h/f47.image.r=Br%C3%A9hat?rk=4163110;4
  10. http://locoven.over-blog.com/page/120
  11. Dans une charte de la fondation du prieuré de Saint-Martin de Lamballe par Geoffroi, comte des Bretons, qui est datée de 1083 (archives des Côtes d'Armor).
  12. a et b infobretagne.com, « Étymologie et Histoire de Île-de-Bréhat »
  13. Yves Ménez et Stéphane Hingant, Fouilles et découvertes en Bretagne, éditions Ouest-France, (ISBN 978-2-7373-5074-0)
  14. a, b et c Jean-Baptiste Ogée, "Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne", tome 2, 1778, consultable https://archive.org/details/dictionnairehist02og
  15. Père Anselme, tome 1, p. 461.
  16. Extrait du compte rendu par Pierre Haloret, receveur du Goello, pour le comte de Richemont seigneur de Parthenay, connétable de France, depuis le  jusqu'au . (AD 22 - E 1309). Ratification par François duc de Bretagne, de la cession de l'isle de Brehat faite par Artur de Bretagne, comte de Richemont, connétable de France, à Jacquete sa fille naturelle, mariée à Artus Brecart. On a joint les lettres de légitimation de la dite Jacquette lui accordées par le roi en septembre 1443." (AD 22 - E 1309) événement: Légitimation septembre 1443 Saumur. .
  17. ↑ Saint Brieuc, Archives Départementales des Côtes d'Armor : Bréhat série E 1309 et Tréméloir série E 1392.
  18. Archives départementales de la Loire-Atlantique, B 1670
  19. Guillaume Le Roux, "Recueil des vertus et des miracles du R. P. Julien Maunoir", 1848, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5624088k/f281.image.r=Br%C3%A9hat?rk=5257536;4
  20. http://www.infobretagne.com/ile-de-brehat.htm
  21. Journal La Gazette du 3 août 1697, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k64395631/f12.image.r=Br%C3%A9hat?rk=64378;0 ; année 1745, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6386192k/f339.image.r=Br%C3%A9hat?rk=107296;4 ; année 1746, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k64417000/f247.image.r=Br%C3%A9hat?rk=85837;2 et du 7 janvier 1747, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k62361548/f18.image.r=Br%C3%A9hat?rk=42918;4
  22. http://sallevirtuelle.cotesdarmor.fr/inventaire/brehat/Geoviewer/Data/html/IA22015722.html
  23. https://www.ouest-france.fr/bretagne/paimpol-22500/les-descendants-de-capitaines-corsaires-sur-le-pont-977750
  24. Journal Gazette du commerce du 29 mars 1774, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9746879m/f3.image.r=Br%C3%A9hat?rk=21459;2
  25. Personnes en âge de communier
  26. http://www.perros-guirec.eu/index.php/326:chapelle-de-keranroux-a-brehat
  27. musée des beaux-arts de Quimper
  28. A. Marteville et P. Varin, "Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne", tome 1, 1843, consultable https://books.google.fr/books?id=DI8DAAAAYAAJ&printsec=frontcover&dq=bibliogroup:%22Dictionnaire+historique+et+g%C3%A9ographique+de+la+province+de+Bretagne%22&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwjcj-_ums_YAhVrBsAKHVmXD6wQ6AEIODAD#v=onepage&q=Br%C3%A9hat&f=false
  29. Charles Le Bozec, né le à l'Île-de-Bréhat, capitaine de vaisseau, décédé le à Île-de-Bréhat
  30. Journal Le Figaro du 2 juin 1888, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k272444r/f3.image.r=Br%C3%A9hat?rk=21459;2
  31. Martin Le Forestier, né le à Île-de-Bréhat, capitaine de vaisseau, décédé le à Paimpol
  32. Armand Le Bigot, né le à Île-de-Bréhat, capitaine de vaisseau qui commanda notamment L'Impérial en 1806, décédé en août 1820
  33. Pierre Thomas, né le à Île-de-Bréhat, lieutenant de vaisseau, chef du pilotage dans l'embouchure de l'Escaut, chevalier de la Légion d'honneur en 1811, décédé le
  34. Pierre Marie Yves Le Bozec, né le à Île-de-Bréhat, commissaire principal de la Marine à Brest, puis à Caen, décédé le à Paris
  35. Yves Marie Le Bozec, né le à Bréhat, décédé le à Bréhat
  36. Pierre Marie Le Bozec, né le à Bréhat, décédé le à Bréhat
  37. Pierre Marie Yves le Bozec, né le à Bréhat, décédé le à Bréhat
  38. Pierre René Le Bozec, né le à Bréhat, décédé le à Bréhat
  39. A. Vinet, Travaux publics exécutés ou achevés, en vertu de lois spéciales, dans le courant de l'année 1840, "Le Magasin pittoresque", 1841, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k31424x/f407.image.r=Br%C3%A9hat?rk=107296;4
  40. Cité par Marie Le Goaziou, Les Îles de Bretagne, éditions Ouest-France, (ISBN 2-7373-2312-6)
  41. a et b http://montjoye.net/citadelle-ile-de-brehat
  42. "Journal télégraphique", 25 octobre 1894 (consulter en ligne).
  43. "Annales du sauvetage maritime", 1878, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5768149d/f190.image.r=Br%C3%A9hat?rk=1287560;0
  44. "Annales du sauvetage maritime", 1896, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5830789x/f20.image.r=Br%C3%A9hat?rk=128756;0
  45. https://www.google.fr/search?q=Volant+sauvetage+Br%C3%A9hat&tbm=isch&source=iu&ictx=1&fir=-XU_AD8CsZVJ4M%253A%252C5rcn_YndO8RyUM%252C_&usg=__pOFw5e4Q1JVUtq-j8pIm9jnhhCQ%3D&sa=X&ved=0ahUKEwi6isLg7tbYAhUBBcAKHWnSB_0Q9QEIMzAC#imgrc=-XU_AD8CsZVJ4M:
  46. Journal Gil Blas, n° du 24 novembre 1893, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7524836s/f2.image.r=Br%C3%A9hat?rk=21459;2 et n° du 30 novembre 1893, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7524842h/f2.image.r=Br%C3%A9hat?rk=64378;0
  47. Journal La Croix, n° du 2 septembre 1902, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k219172k/f4.image.r=Br%C3%A9hat?rk=193134;0 et n° du 4 septembre 1900, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k219174b/f4.image.r=Br%C3%A9hat?rk=128756;0
  48. Journal Le XIXe siècle du 18 août 1897, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7566785n/f1.image.r=Br%C3%A9hat?rk=2746794;4
  49. http://www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr/lessentiel/ar/279/1129/sites-classes-inscrits.html
  50. Journal La Croix, n° du 15 septembre 1908, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k257167j/f6.image.r=Br%C3%A9hat?rk=42918;4, n° du 2 avril 1914, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k258881d/f1.image.r=Br%C3%A9hat?rk=407727;2 et n° du 7 octobre 1919, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k260444z/f2.image.r=Br%C3%A9hat?rk=21459;2
  51. Eugène Floury, né le à Île-de-Bréhat, maître fusilier à bord du contre-torpilleur Branle-Bas qui sauta sur une mine le
  52. Édouard Drillet, né le à Île-de-Bréhat
  53. a, b et c http://www.memorialgenweb.org/memorial3/html/fr/resultcommune.php?idsource=11693
  54. "Annales du sauvetage maritime", juillet 1927, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5768382q/f71.image.r=Br%C3%A9hat?rk=21459;2
  55. "Annales du sauvetage maritime", octobre 1909, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k58027125/f12.image.r=Br%C3%A9hat?rk=193134;0
  56. "Annales du sauvetage maritime", octobre 1904, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5802634d/f15.image.r=Br%C3%A9hat?rk=450646;0
  57. "Annales du sauvetage maritime", 1er janvier 1935, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5828291g/f39.image.r=Br%C3%A9hat?rk=321890;0
  58. "Annales du sauvetage maritime", 1er janvier 1933, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k58285317/f12.image.r=Br%C3%A9hat
  59. Éric Rondel, Crimes nazis en Bretagne (septembre 1941-août 1944), éditions Astoure, 2012, [ISBN 978-2-36428-032-8}
  60. Marcel Le Guen, né le à Île-de-Bréhat
  61. Georges Paranthoen, né le à Île-de-Bréhat
  62. Éric Peters, né le à Paris, membre du réseau de résistance Georges-France, voir http://maitron-fusilles-40-44.univ-paris1.fr/spip.php?article169672
  63. Raymond Famel, né le à Île-de-Bréhat
  64. Adrien Wilborts, né le à Paris
  65. Florian Huon, né le à Île-de-Bréhat
  66. http://www.memorialgenweb.org/memorial3/html/fr/resultcommune.php?idsource=990182
  67. Jean Le Cleuziat, né le à Île-de-Bréhat
  68. http://locoven.over-blog.com/article-19807189.html
  69. http://projetbabel.org/atlas_linguistique_bretagne/nomenclature_1.jpg.
  70. François Marie Le Monnier, né le à Pléneuf-Val-André (Côtes-du-Nord)
  71. Michel Moreux, décédé le , voir http://mairiedebrehat.pagesperso-orange.fr/mairiebrehatok.qxd.pdf
  72. https://www.lemonde.fr/bretagne/cotes-d-armor,22/ile-de-brehat,22016/
  73. Les comptes de la commune de 2000 à 2015
  74. Présentation de Bréhat.
  75. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  76. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  77. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  78. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  79. Bréhat, un jardin breton - article Figaro madame du .
  80. Présentation générale de la commune de Bréhat.
  81. Les sentiers de randonnée de l'île de Bréhat, carte interactive sur brehat-infos.fr.
  82. L’ancienne chapelle Saint-Riom
  83. « Phare du Rosédo », notice no IA22001254, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  84. Chapelle Notre-Dame de Kéranroux et http://www.perros-guirec.eu/index.php/326:chapelle-de-keranroux-a-brehat
  85. « Croix Saint-Michel », notice no PA00089040, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  86. « Moulin à marée du Birlot », notice no IA22003736, base Mérimée, ministère français de la Culture
  87. Le moulin à marée de Birlot (île de Brehat)
  88. « Phare des Héaux de Bréhat », notice no IA22001256, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  89. http://www.paimpol-goelo.com/decouvrir/patrimoine-culturel/147711-les-verreries-de-brehat---ateliers-de-souffleurs-de-verre
  90. Bulletin de l’A.M.A.R.A.I., no 1, 1988, p. 10-14 Les Premiers Siècles de Bréhat (Côtes-du-Nord) par Jean-Luc Le Pache.
  91. http://www.musee-virtuel-brehat.fr/peintres/i-z/matisse.html
  92. http://www.musee-virtuel-brehat.fr/
  93. Petit musée bréhatin, le coin des Peintres.
  94. http://www.musee-virtuel-brehat.fr/peintres/i-z/seevagen.html
  95. Collection Marc Chagall au Vereinigung Zürcher Kunstfreunde.
  96. Tableaux appartenant à une collection privée reproduits dans le livre : Musée départemental breton, « Peintres russes en Bretagne », éditions Palantines, 2006 (ISBN 2-911434-56-0).
  97. Francine Teneur-Avis de décès sur memoire.lavoixdunord.fr.
  98. L'écrivaine Francine Teneur honorée du prix Robert Chouart. Sur letelegramme.fr, 16 septembre 2005.
  99. Découverte de l'Île de Bréhat avec Antoine Duléry dans l'émission « Le Pays d'où je viens », Europe 1, 28/07/2011.
  100. Ploubazlanec, fiche sur inpn.mnhn.fr.
  101. « Côte nord et ouest de l'île Bréhat » - 530015140. Fiche et cartographie ZNIEFF Natura 2000.
  102. « Tregor Goëlo » - FR5310070. Fiche et cartographie Zone de protection spéciale (ZPS) Natura 2000.
  103. « Tregor Goëlo » - FR5300010, Fiche et cartographie Zone spéciale de conservation (ZSC) Natura 2000.
Références de la sous-section Finances locales