Jules de Goncourt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Goncourt.
Jules de Goncourt
Jules de Goncourt.jpg
Biographie
Naissance
Décès
(à 39 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nom de naissance
Jules Huot de Goncourt
Nationalité
Formation
Activité
Écrivain
Fratrie
Autres informations
A travaillé pour
Mouvement
Genre artistique
Œuvres principales
Tombe goncourt.JPG
Tombe des frères Goncourt au cimetière de Montmartre.

Jules Huot de Goncourt, né le à Paris où il est mort le , est un écrivain français, à l'origine de l’académie Goncourt qui décerne chaque année le prix du même nom. Une partie de son œuvre fut écrite en collaboration avec son frère, Edmond de Goncourt. Les ouvrages des frères Goncourt appartiennent au courant du naturalisme.

Biographie[modifier | modifier le code]

La famille de Jules Huot de Goncourt est originaire de Goncourt dans la Haute-Marne. Son père Marc-Pierre Huot de Goncourt, ancien officier de Napoléon, faisait vivre la famille du revenu de ses terres et sa mère était née Annette Cécile Guerin. Il étudia au lycée Condorcet. Il est le frère d'Edmond de Goncourt, son aîné, avec lequel il collabora pour une partie de son œuvre.

Il meurt des suites d’une paralysie générale progressive[1], consécutive à une syphilis contractée au Havre en 1850[2], au 53[3], boulevard de Montmorency. Il est inhumé, au cimetière de Montmartre[4], où le rejoindra, seize ans plus tard, son frère Edmond, à sa mort, en 1896. Les deux médaillons sur le tombeau, sont les œuvres du sculpteur Alfred-Charles Lenoir[5].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Avec Edmond de Goncourt
  • Sœur Philomène, Paris, A. Bourdilliat, .
  • Renée Mauperin, Paris, Charpentier, .
  • Germinie Lacerteux, Paris, Charpentier, .
  • Idées et sensations, Paris, A. Lacroix, .
  • Manette Salomon, Paris, A. Lacroix, .
  • Madame Gervaisais, Paris, A. Lacroix, .
  • Journal, écrit d'abord par Jules et Edmond, puis par Edmond seul après la mort de Jules. Le Journal des Goncourt a été publié en plusieurs volumes, les premiers du vivant des auteurs, et les derniers après la mort d'Edmond.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dominique Mabin, « La mort de Jules : Lecture croisée du Journal des Goncourt et des Cliniciens ès-lettres de Victor Segalen », Cahiers Edmond et Jules de Goncourt, vol. 1, no 9,‎ , p. 167-187 (ISSN 1243-8170, DOI 10.3406/cejdg.2002.890, lire en ligne)
  2. Barbara Giraud, L’Héroïne goncourtienne : entre hystérie et dissidence, vol. 16 de Romantisme et après en France, Oxford ; New York, Peter Lang, , x, 227 p., 22 cm (ISBN 978-3-03911-971-4, lire en ligne), p. 159.
  3. Devenu depuis, le numéro 67.
  4. 13e division.
  5. ?article99 « Tombe des frères Goncourt », sur landrucimetieres.fr (consulté le 21 octobre 2014).

Notices[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :