Charles Cornic

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Charles Cornic
Buste Charles-Cornic à Morlaix.JPG

Buste de Charles Cornic à Morlaix.

Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 78 ans)
MorlaixVoir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
Grade militaire

Charles Cornic du Chesne ou Dumoulin, né le à Morlaix, paroisse Saint-Martin dans le Finistère et mort le dans la même ville[1], était un marin français du XVIIIe siècle, qui fut corsaire et amiral pendant la Révolution.

Biographie[modifier | modifier le code]

Le château de Suscinio, maison acquise en fin de XVIIIe siècle par Charles Cornic, façade sud
Le château, façade nord

Né en 1731 à Morlaix et fils d'un armateur navigant (famille originaire de l'Ile de Bréhat), il est mousse sur les bateaux de son père, notamment sur La Comtesse de La Marck en 1745 commandé par le corsaire morlaisien Nicolas Anthon, et fait la pêche à Terre-Neuve. Il est mort à Morlaix en 1809.

Corsaire pendant la guerre de Succession d'Autriche[modifier | modifier le code]

Sur le corsaire La Paix, il est fait prisonnier le 4 juillet 1747 et n'est libéré qu'en novembre 1748. Après la fin de la guerre, il navigue de nouveau vers Terre-Neuve sur l'Amable Reine (1751) et sur la Providence (1754).

Corsaire pendant la Guerre de Sept Ans[modifier | modifier le code]

Entre 1756 et 1763, mobilisé dans la Marine royale comme pilotin sur l'Opiniâtre à destination de Québec en 1755, il commande ensuite le corsaire l'Agathe, un navire mis au rebut et dont il parvint à faire un excellent voilier, et reçoit le grade de lieutenant de frégate pour avoir forcé le blocus britannique et amené à Brest du chanvre de Hollande. En 1757, il prend le commandement de la corvette de 12 canons La Cigogne, puis, nommé capitaine de frégate, l'année suivante celui de la frégate de 30 canons La Félicité et combat plusieurs vaisseaux anglais au large de Brest, coulant le Rumbler, luttant corps à corps avec la Tamise et combattant aussi l'Alcide. Bien que son navire soit mal en point, il refusa de se rendre, parvint à gagner l'Île de Molène où il répara ses avaries les plus graves avant de regagner Brest le [2]. Il reçoit le grade de capitaine de brûlot.

À la paix, il retourne au commerce et commande différents bâtiments à destination de Lisbonne, de Cadix et de Saint-Domingue.

Guerre d'Indépendance américaine[modifier | modifier le code]

Pendant la guerre d'Amérique, il commande successivement plusieurs petits bâtiments de la Royale (le Serin) ou corsaires (le Jeune Henri). A la paix, il sert à l'inscription maritime à Morlaix puis Tréguier et se consacre surtout à relever les plans des rades et des côtes de Bréhat à Roscoff.

Amiral pendant la Révolution[modifier | modifier le code]

Au début de la Révolution, il se rallie aux idées nouvelles et assume des fonctions politiques et maritimes à Morlaix. Il est rappelé dans la marine de l'État le 10 avril 1793 comme capitaine de vaisseau. Dès octobre 1793, il est nommé contre-amiral par Jeanbon Saint André. Lui est alors confiée la petite escadre formée à Saint-Malo en vue d'une attaque sur Jersey (qui n'eut pas lieu)[3] puis destinée à rejoindre l'escadre de Villaret-Joyeuse lors de la campagne de Prairial An II; il ne quitta pas le port en raison du blocus exercé par la Royal Navy[4].

Commandant les forces navales de la Manche en 1795, il est nommé vice-amiral en octobre. Le considérant comme douteux, le Directoire toutefois annule sa promotion et le suspend pour « incivisme » le 8 janvier 1798. Il est mis en retraite peu après et se retire au château de Suscinio. Il meurt, en 1809, quai du Finistère à Morlaix.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (certains auteurs, comme Georges Six, le font naître et mourir dans l'Île-de-Bréhat (très proche) mais il semble que ce soit erroné ; sa naissance est revendiquée haut et fort par la commune de Ploujean, sur le continent
  2. Dr Hoeffer, "Nouvelle biographie générale : depuis les temps les plus reculés jusqu'à nos jours", 1854-1866; consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k62923032/f453.image.r=Molene.langFR
  3. SHD Mar BB4 / 33
  4. Villaret et Jeanbon Saint André semblent avoir fortement douté de sa volonté réelle de les rejoindre; ils se vengeront en révoquant son fils, lieutenant de vaisseau commandant la frégate la Seine dans l'escadre de Brest, au retour de la campagne pour indiscipline et pour s'être livré à la guerre de course au lieu de servir d'éclaireur à la flotte, ce qui était sa mission principale (cf. Georges Bordonove: Les Marins de l'An II)

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Georges Bordonove, Les Marins de l'an II, éditions Robert Laffont, Paris 1974
  • Oscar Havard, Histoire de la Révolution dans les ports de guerre, Nouvelle Librairie Nationale, Paris 1913
  • Georges Six, Dictionnaire Biographique des Généraux et Amiraux Français de la Révolution et de l'Empire, Librairie Historique et Nobiliaire, Georges Saffroy Editeur, Paris 1934
  • Histoire de Charles Cornic, par Charles Alexandre, 1848 (Vr Guilmer, Imprimeur à Morlaix), rééditée par A. Le Goaziou, imprimeur-relieur à Morlaix en 1897, à l'occasion de l'inauguration de la statue de Charles Cornic-Duchêne à Morlaix (12.09.97)
  • Olivier Levasseur, Charles Cornic (1731-1809) - Un mythe corsaire, éditions Apogée, 2003
  • Thierry François et Albert Laot, « Évocation de la famille de Joaquim Prudhomme : Charles Cornic », Le Lien, Centre généalogique du Finistère, no 119,‎ , p. 55

Liens externes[modifier | modifier le code]