Gustave Bourgain

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Gustave Bourgain
Naissance
Décès
Activité
Maître

Gustave Bourgain, né le à Paris et mort le dans la même ville, est un peintre et graveur français.

Il est nommé peintre officiel de la Marine en 1887.

Biographie[modifier | modifier le code]

Gustave Bourgain naît le dans le 2e arrondissement de Paris[1]. Son père, Amand Bourgain (1830-1879)[2], est le directeur du Journal amusant[3].

Il est l'élève de Jean-Léon Gérôme et d'Édouard Detaille à l'École des beaux-arts de Paris où il a été admis en 1873. Il expose à Paris au Salon à partir de 1880[4]. Il a également envoyé des gravures à la Royal Academy de Londres[4].

Devenu illustrateur à la revue L'Illustration, il est notamment envoyé en Russie à l'occasion du sacre du tsar Alexandre III en 1881, et en Égypte pour couvrir la guerre anglo-égyptienne de 1882. Peu après son retour, il épouse en 1883 la fille du peintre Édouard Baer (1842-1865)[5]. Devenu veuf en [6], il se remariera en [7].

Trop âgé pour être mobilisé en , Gustave Bourgain fera néanmoins, à la demande du musée de l'Armée, des missions sur le front pour croquer sur le vif le quotidien des soldats pendant leurs périodes de repos.

Gustave Bourgain meurt dans le 10e arrondissement de Paris un mois après l'Armistice, le [8].

Expositions[modifier | modifier le code]

  • 1880-1914 : Grand Palais, Salons de la Société des artistes français.
  • 1882 : galerie Vivienne, exposition du Cercle des arts libéraux.
  • 1883 : Exposition universelle d'Amsterdam, section des Beaux-Arts.
  • 1890 : Salon de la Société des aquarellistes français[9].
  • 1894 : galerie des Champs-Élysées.
  • 1896 : galerie Georges Petit, Salon de la Société des aquarellistes français.
  • 1897 : galerie des Champs-Élysées, Salon de la Société des aquarellistes français.
  • 1900 : Exposition universelle de Paris, exposition décennale des Beaux-Arts.
  • 1901 : Exposition internationale de Monte-Carlo.
  • 1905 : Salon des artistes de la mer.
  • 1909 : galerie Georges Petit, Salon de la Société des aquarellistes français.
  • 1911 : Salon de la Société des aquarellistes français.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Peinture[modifier | modifier le code]

Canon de 27 cm modèle 1870 (vers 1885), musée national de la Marine.
  • 1880 : Portrait d'homme (Salon de 1880)[10].
  • 1881 : Atelier de construction à Bercy, peinture (Salon de 1881)[11].
  • 1882 : Rue à Yport, peinture.
  • 1884 : Arrestation de pillards à Alexandrie, , peinture (Salon de 1884)[12].
  • 1885 : Canon de 27 cm, modèle 1870, peinture. Musée national de la Marine (achat de l'État).
  • 1886 : En rade, peinture (Salon de 1886).
  • 1887 : Voiliers à bord, peinture (Salon de 1887)[13].
  • 1888 : À bord de l'"Austerlitz", peinture (Salon de 1888)[14]. Musée national de la Marine (achat de l'État).
  • 1890 : Le Réduit central du cuirassé "Le Suffren", peinture (Salon de 1890, salle 16)[15].
  • 1890 : Le Lavage du pont du "Suffren", peinture (Salon de 1890, salle 18).
  • 1891 : Le Retour à bord de "La Bretagne" par mauvais temps[16], peinture (Salon de 1891)[17],[18].
  • 1892 : La Fin du "Vengeur", aquarelle.
  • 1893 : Les Hommes de quart, aquarelle.
  • 1893 : Les Tourlourous, aquarelle.
  • 1893 : Récit de bord, peinture (Salon de 1893)[19].
  • 1894 : La Soumission des Mamelucks à Bonaparte, peinture (Salon de 1894)[20].
  • 1897 : Sur le Banc, aquarelle.
  • 1897 : Légende bretonne, peinture (Salon de 1897)[21].
  • 1898 : La Prière à bord du "Trident", peinture (Salon de 1898)[22].
  • 1902 : A l'église, aquarelle.
  • 1903 : Un Combat sur la Reuss en , peinture (Salon de 1903)[23].
  • 1905 : En rade de Toulon, peinture (Salon de 1905).
  • 1906 : Après la tempête, peinture (Salon de 1906).
  • 1908 : La Mauvaise nouvelle (intérieur breton à l'île de Bréhat), peinture (Salon de 1908). Musée Gassendi à Digne (don de l'auteur)[24].
  • 1911 : Sous-bois, aquarelle (Salon de la Société des aquarellistes français).
  • 1911 : La Lettre de l'absent, peinture (Salon de 1911).
  • 1912 : Entrée de Bonaparte au Caire, peinture (Salon de 1912)[25]
  • 1913 : L'Arrêt de la diligence, aquarelle.
  • 1913 : Le Débarquement des chouans, aquarelle (Salon de 1913)[26].
  • 1914 : Pêcheur d'Islande, peinture (Salon de 1914)[27].
  • 1917 : Territorial à son poste de guet, aquarelle.
  • 1917 : Messe dans les bois, aquarelle.
  • 1918 : La Recherche des totos, aquarelle.
  • 1918 : La Corvée des rondins, aquarelle.

Illustration[modifier | modifier le code]

  • 1884 : le Czar et le Roi, souvenirs et impressions de voyage de Jules Cornély, avec 80 illustrations de Gustave Bourgain, Paris, aux bureaux du Clairon[28].
  • 1886 : Pêcheur d'Islande, roman de Pierre Loti illustré de 47 aquarelles et dessins originaux de Gustave Bourgain, Paris, V. Champs, in-8°[29].
  • 1890 : Contes du Pays d'Armor, par Marie Delorme, illustrations de Bourgain, etc, Paris, librairie Armand Colin, in-8°[30].
  • 1890 : Le Yacht, histoire de la navigation maritime de plaisance, par Philippe Daryl, dessins de Bourgain, etc, Paris, Librairies-imprimeries réunies, in-4°[31]
  • 1892 : L'Homme qui rit, roman de Victor Hugo illustré d'eaux-fortes de Gustave Bourgain, Paris, librairie de l'Edition nationale, in-4°.
  • 1892 : Quatrevingt-treize, roman de Victor Hugo illustré de 46 eaux-fortes de Gustave Bourgain, Paris, librairie de l'Édition nationale, in-4°[32].
  • 1892 : Scènes et épisodes de l'histoire de France, par Charles Seignobos, illustrations de Gustave Bourgain, etc, Paris, librairie Armand Colin, in-4°[33].
  • 1893-1906 : Oeuvres complètes de Pierre Loti en 9 volumes illustrés par Gustave Bourgain et Désiré Bourgoin, Paris, Calmann-Lévy éditeur.
  • 1896 : Le Marin français, par Gustave Bourgain, peintre du département de la Marine, album de 32 planches tirées en teinte, Paris, librairie H. Laurens[34].

Récompenses[modifier | modifier le code]

  • Salon de 1888 : mention honorable décernée par le jury de la section de peinture de la Société des artistes français[35].
  • Salon de 1889 : médaille de bronze décernée par le jury de la section de peinture de la Société des artistes français[36].
  • Exposition universelle de 1900 : médaille de bronze décernée par le jury international de la classe de peintures, cartons et dessins[37].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Archives en ligne de la Ville de Paris, fichier alphabétique de l'état-civil reconstitué, fiche de naissance no 50/51 de la numérisation.
  2. Acte de décès n° 886 (vue 23/31). Archives en ligne de la Ville de Paris, état-civil du 9e arrondissement, registre des décès de 1879. Gustave Bourgain est témoin à l'acte.
  3. Échos de partout. La Presse, 21 juin 1879, p. 2, lire en ligne sur Gallica.
  4. a et b (en) « Gustave Bourgain », extrait de la notice dans le dictionnaire Bénézit, sur Oxford Art Online, (ISBN 9780199773787)
  5. Acte de mariage n° 974 (vue 28/31). Archives en ligne de la Ville de Paris, état-civil du 9e arrondissement, registre des mariages de 1883.
  6. Nouvelles diverses. Le Gaulois, 7 mars 1895, p. 3, lire en ligne sur Gallica.
  7. Acte de mariage n° 2399 (vue 31/31). Archives en ligne de la Ville de Paris, état-civil du 18e arrondissement, registre des mariages de 1902. Jean-Léon Gérôme figure parmi les témoins à l'acte.
  8. Archives de Paris, état-civil numérisé du 10e arrondissement, acte de décès no 6877 de l'année 1918. L'artiste meurt à son domicile situé no 54 rue de Bondy.
  9. Trois petits salons. Le Temps, 5 février 1890, p. 2, lire en ligne sur Gallica.
  10. Salon de 1880. La Nouvelle revue, tome 4, p. 412, lire en ligne sur Gallica.
  11. Beaux-Arts. Le Salon de 1881. L'Univers, 17 mai 1881, p. 2, lire en ligne sur Gallica.
  12. Le Salon. Ca et là. La Gazette de France, 17 juin 1884, p. 2, lire en ligne sur Gallica.
  13. N° 322. Bourgain (G.). Voiliers à bord. Salon de 1887. Catalogue illustré. Peinture & sculpture, p. 6, Paris, Ludovic Baschet éditeur, lire en ligne sur Gallica.
  14. Salon de 1888, n° 341. Salon de 1888. Explication des ouvrages de peinture […] exposés au Palais des Champs-Élysées le 1er mai 1888, p. 28, Paris, Paul Dupont,lire en ligne sur Gallica.
  15. Salon de 1890, par Olivier Merson. Le Monde illustré, 3 mai 1890, p. 275, lire en ligne sur Gallica.
  16. Ce tableau a été popularisé par la carte postale et la chromolithographie sous le titre Échelle de poupe.
  17. Guide populaire au Salon de 1891. Peinture. La Presse, 1er mai 1891, p. 1, lire en ligne sur Gallica.
  18. Retour à bord. Tableau de M. G. Bourgain (Salon de 1891). Le Voleur illustré, 30 juillet 1891, pp. 488-489, lire en ligne sur Gallica.
  19. Le Salon. La peinture. Le Salon de 1893 par Gaston Jollivet, 1893, p. 27, lire en ligne sur Gallica.
  20. Soumission des mamelucks à Bonaparte. Le Salon de 1894 par Roger Milès, Boussot, Valadon et Cie, lire en ligne sur Gallica.
  21. Légende bretonne. Le Salon de 1897 par Gaston Schefer, Paris, Goupil et Cie, lire en ligne sur Gallica.
  22. Société des artistes français. Figaro-Salon par Philippe Gille, 1898, p. 54, lire en ligne sur Gallica.
  23. Le Salon des Artistes français. La peinture. Le Petit Journal, 30 avril 1903, p. 2, lire en ligne sur Gallica.
  24. Beaux-Arts. Peinture. Inventaire n° 662. Catalogue du Musée de Digne, p. 167, Digne, imprimerie Chaspoul, lire en ligne sur Gallica.
  25. Robert Solé, Bonaparte à la conquête de l'Egypte, Éditions du Seuil, 366 p. (lire en ligne), p. 260
  26. Salon de 1913, n° 2037. Salon de 1913. Explication des ouvrages de peinture et dessins [...] exposés au Grand Palais des Champs-Elysées le 30 avril 1913, p. 182, Paris, Paul Dupont, lire en ligne sur Gallica.
  27. Les Salons. Les artistes français. Les Annales politiques et littéraires, 3 mai 1914, p. 387, lire en ligne sur Gallica.
  28. Bibliographie. La Liberté, 18 janvier 1884, p. 4, lire en ligne sur Gallica.
  29. Les grandes ventes. Ouvrages ornés d'aquarelles originales. Le Figaro, 25 janvier 1911, p. 6, lire en ligne sur Gallica.
  30. Étrennes 1891. Gil Blas, 22 décembre 1890, p. 4, lire en ligne sur Gallica.
  31. Étrennes 1891. Gil Blas, 22 décembre 1890, p. 6, lire en ligne sur Gallica.
  32. Bibliographie. L'Intransigeant, 4 janvier 1893, p. 3, lire en ligne sur Gallica.
  33. Armand Colin et Cie. Le Figaro, 24 décembre 1892, p. 213, lire en ligne sur Gallica.
  34. Bibliographie. La Petite presse, 24 décembre 1896, p. 3, lire en ligne sur Gallica.
  35. Partie non officielle. Mentions honorables. Journal officiel, 3 juillet 1888, p; 2821, lire en ligne sur Gallica.
  36. Notice Bourgain (Gustave). Annuaire de la Curiosité et des Beaux-Arts, année 1911, p. 234, lire en ligne sur Gallica.
  37. Groupe II. Classe 7. Peintures, cartons et dessins. Médailles de bronze. Exposition universelle de 1900 à Paris. Liste des récompenses, p. 111, Paris, Imprimerie nationale, 1901, lire en ligne sur Gallica.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]