Mervent

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mervent
Le château de la Citardière.
Le château de la Citardière.
Image illustrative de l'article Mervent
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Vendée
Arrondissement Fontenay-le-Comte
Canton Fontenay-le-Comte
Intercommunalité Pays-de-Fontenay-Vendée
Maire
Mandat
Joël Bobineau
2014-2020
Code postal 85200
Code commune 85143
Démographie
Population
municipale
1 061 hab. (2014)
Densité 47 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 31′ 23″ nord, 0° 45′ 19″ ouest
Altitude 77 m (min. : 13 m) (max. : 112 m)
Superficie 22,49 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vendée

Voir sur la carte administrative de la Vendée
City locator 14.svg
Mervent

Géolocalisation sur la carte : Vendée

Voir sur la carte topographique de la Vendée
City locator 14.svg
Mervent

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Mervent

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Mervent
Liens
Site web Site officiel

Mervent est une commune française située dans le département de la Vendée en région Pays de la Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Mervent est une commune du sud-est de la Vendée et se trouve au confluent de la Mère et de la Vendée, au cœur de la forêt de Mervent-Vouvant (appelée auparavant forêt de Vouvant), le premier massif forestier du département (2 518,19 ha) couvrant les derniers contreforts du Massif armoricain.

Le territoire municipal de Mervent s’étend sur 2 249 hectares. L’altitude moyenne de la commune est de 77 mètres, avec des niveaux fluctuant entre 13 et 112 mètres[1],[2].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Les formes attestées les plus anciennes du nom remontent au Xe siècle : Mareventum, in pago Matreventuno[3]. D'après Dauzat et Rostaing, ce nom serait d'origine gauloise, issu de maro, grand et vidua, forêt, avec un suffixe locatif -entum[4], et signifierait donc « la grande forêt ». Cependant, une autre explication pourrait être proposée, en rapprochant le nom de la localité de celui de la rivière de la Mère et en s'inspirant de l'explication proposée par Xavier Delamarre pour la localité voisine de Vouvant faisant intervenir le radical gaulois -venton désignant un abattoir où une aire de sacrifice[5]. Mervent serait alors « l'aire sacrificielle de la Mère ».

Histoire[modifier | modifier le code]

D'après l'étymologie, la région devait se distinguer dès l'Antiquité par la présence d'une grande forêt qui pouvait faire limite entre différentes populations. Située sur une hauteur dominant les vallées de deux rivières (Mère et Vendée), le site de Mervent présente des avantages pour se défendre et pour contrôler le passage.

À cet effet, un site fortifié de la fin du premier âge du fer (VIe siècle av. J.-C.) (période celte) a été établi sur cette hauteur. Ce site est un des seuls connus dans l'Ouest de la France[6]. Des actions sont actuellement en cours pour fouiller et protéger ce site important dont la surface s'étendrait sur au moins plusieurs hectares[7]. Après des premières fouilles très fructueuses au printemps 2008, d'autres fouilles sont envisagées.

Au Moyen-Age, dès l'an mil environ, une forteresse aurait été construite, d'abord en bois (motte castrale) puis en pierres, dont les ruines sont visibles dans le parc de l'Hotel de Ville.

Au XVIIe siècle, la forêt de Mervent abrite la retraite du père de Montfort dans une grotte devenue lieu de pèlerinage.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1995
(démission)
Louis Favreau[8]    
Hiver 2005[8] 2008 Danièle Rocher[9]   Directrice d’école
[10] en cours Joël Bobineau   Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[11]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[12],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 061 habitants, en diminution de -1,49 % par rapport à 2009 (Vendée : 5,39 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 090 1 034 910 1 270 1 338 1 318 1 346 1 417 1 414
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 391 1 387 1 418 1 339 1 345 1 485 1 455 1 393 1 376
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 346 1 290 1 250 1 106 1 051 982 988 986 976
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
964 938 844 890 1 023 1 059 1 077 1 060 1 061
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2006[14].)
Histogramme de l'évolution démographique

En 2008, Mervent comptait 1 083 habitants (soit une augmentation de 2 % par rapport à 1999). La commune occupait le 8 835e rang au niveau national, alors qu'elle était au 8 227e en 1999, et le 160e au niveau départemental sur 282 communes.

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (26,6 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (25,1 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (50,8 % contre 48,4 % au niveau national et 49 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 50,8 % d’hommes (0 à 14 ans = 18,8 %, 15 à 29 ans = 12,2 %, 30 à 44 ans = 19,9 %, 45 à 59 ans = 23,6 %, plus de 60 ans = 25,4 %) ;
  • 49,2 % de femmes (0 à 14 ans = 17,7 %, 15 à 29 ans = 13,2 %, 30 à 44 ans = 19,2 %, 45 à 59 ans = 22,1 %, plus de 60 ans = 27,7 %).
Pyramide des âges à Mervent en 2007 en pourcentage[15]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90 ans ou +
0,9 
9,1 
75 à 89 ans
10,2 
15,9 
60 à 74 ans
16,6 
23,6 
45 à 59 ans
22,1 
19,9 
30 à 44 ans
19,2 
12,2 
15 à 29 ans
13,2 
18,8 
0 à 14 ans
17,7 
Pyramide des âges du département de la Vendée en 2007 en pourcentage[16]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90 ans ou +
1,2 
7,3 
75 à 89 ans
10,6 
14,9 
60 à 74 ans
15,7 
20,9 
45 à 59 ans
20,2 
20,4 
30 à 44 ans
19,3 
17,3 
15 à 29 ans
15,5 
18,9 
0 à 14 ans
17,4 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le château de la Citardière, de style Renaissance[17]
  • Les ruines du vieux château, détruit par les Anglais.
  • La rivière de la Mère et le barrage de Mervent (construit au Rocher-de-Saint-Luc, en 1956), retenant un plan d'eau.
  • La forêt de Mervent-Vouvant.
  • Le logis de la Cornelière, XVIIIe siècle.
  • La stèle des martyrs de la Résistance, au cœur de la forêt.
  • Les ponts du Déluge et de Diet, construits sous Napoléon III.
  • Le parc de loisirs de Pierre-Brune.
  • Le Natur’Zoo.
  • Le site de l’ermitage du père de Montfort.
  • L’écomusée de la maison des Amis de la forêt.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Commune 29442 », Géofla, version 2.2, base de données de l’Institut national de l’information géographique et forestière (IGN) sur les communes de la France métropolitaine, 2016 [lire en ligne].
  2. « Mervent », Répertoire géographique des communes, fichier de l’Institut national de l’information géographique et forestière (IGN) sur les communes de la Métropole, 2015.
  3. Archives départementales de la Vendée, « Mervent », Dictionnaire toponymique de la Vendée,‎ (lire en ligne).
  4. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Librairie Guénégaud, , 2e éd. (1re éd. 1963), 738 p. (ISBN 2-85023-076-6), p. 452.
  5. Xavier Delamarre, Noms de lieux celtiques de l’Europe ancienne : Dictionnaire, Arles, Éditions Errance, , 384 p. (ISBN 978-287772483-8), p. 277.
  6. Source : DRAC Pays de la Loire[réf. incomplète].
  7. Loïc Tissot, « À Mervent, on fouille le sol et remonte le temps », Ouest-France,‎ (lire en ligne).
  8. a et b « Le conseil sortant emmène une nouvelle équipe », Ouest-France,‎ (lire en ligne).
  9. « Danièle Rocher ne représente pas », Ouest-France,‎ (lire en ligne).
  10. « Joël Bobineau, agriculteur, conseiller sortant, élu maire », Ouest-France,‎ (lire en ligne).
  11. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  12. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  13. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  15. « Évolution et structure de la population », sur insee.fr (consulté le 25 mai 2011)
  16. « Résultats du recensement de la population de la Vendée en 2007 », sur insee.fr (consulté le 25 mai 2011)
  17. Richard Lévesque, « La Citardière de Mervent », dans Société française d’archéologie, Congrès archéologique de France (151e session du Congrès archéologique de France tenu en 1993 sur la Vendée), Paris, Société française d’archéologie, , 288 p. (notice BnF no FRBNF36172614), p. 227-236.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]