Ploëzal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ploëzal
L'église Saint-Pierre.
L'église Saint-Pierre.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Côtes-d'Armor
Arrondissement Guingamp
Canton Bégard
Intercommunalité Guingamp Paimpol Armor Argoat Agglomération
Maire
Mandat
Guy Connan
2014-2020
Code postal 22260
Code commune 22204
Démographie
Gentilé Ploëzalais, Ploëzalaise
Population
municipale
1 287 hab. (2014)
Densité 49 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 43′ 02″ nord, 3° 12′ 06″ ouest
Altitude Min. 2 m – Max. 94 m
Superficie 26,24 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor

Voir sur la carte administrative des Côtes-d'Armor
City locator 14.svg
Ploëzal

Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor

Voir sur la carte topographique des Côtes-d'Armor
City locator 14.svg
Ploëzal

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Ploëzal

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Ploëzal
Liens
Site web http://www.ploezal.fr/

Ploëzal [ploezal] est une commune du département des Côtes-d'Armor, dans la région Bretagne, en France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Ploisal et Ploisaul en 1294, Ploysa en 1330, Ploesal en 1461. Le nom est devenu Ploëzal le 14 février 1802[1].

Ploëzal vient de l’ancien breton ploe (paroisse) et Saul (un saint breton inconnu)[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Les premiers documents mentionnant Ploëzal datent de 1294, lorsque Richard de la Roche Jagu reconnait devoir la moitié d’un chevalier à l’armée du duché de Bretagne. La ville devient une paroisse en 1330, pour la canonisation de Saint Yves. C’est d’ailleurs une fille de Ploëzal qui demande, la première, une enquête sur la vie de Saint Yves, grand patron de la région.[2]

Plus tard, la ville sera occupée par les anglais[3]. La ville de Ploëzal est devenue une commune en 1790 et a fusionné avec Runan deux cent ans plus tard.[4]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1944 1967 Yves Marie Henry SFIO Exploitant agricole
député (1945-1946), sénateur (1946-1948)
1989 1995 Henry Le Roux PS Agriculteur
1995 2001 Lucien François PS Technicien Agronome
2001 en cours Guy Connan UMP-LR Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[6],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 287 habitants, en augmentation de 7,16 % par rapport à 2009 (Côtes-d'Armor : 1,65 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 301 2 175 2 637 2 715 3 153 3 058 3 107 3 209 3 116
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 209 3 110 3 157 3 066 2 996 2 848 2 812 2 729 2 558
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 392 2 331 2 305 2 103 2 001 1 939 1 894 1 729 1 731
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2012 2014
1 576 1 458 1 686 1 526 1 232 1 190 1 203 1 265 1 287
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Langue bretonne[modifier | modifier le code]

Le nom en breton de la commune est Pleuzal.

A la rentrée 2016, 23 élèves étaient scolarisés dans la filière bilingue publique (soit 17,1% des enfants de la commune inscrits dans le primaire)[9].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le Château de Kerivon - XVIIIe et XIXe siècles. Classé aux M.H.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • François Le Goff, propriétaire cultivateur à Ploëzal, Maire de Ploëzal pendant 39 ans, chevalier de la Légion d'honneur, né le 30 nivôse an II à Ploëzal, décédé le à Ploëzal. "Élu en 1827 à l'écharpe de maire sur les recommandations d'Yves Pasquiou (maire démissionnaire), il commença alors le plus long mandat de l'histoire du village. Après avoir prêté serment politique au préfet (ce serment était : "je jure fidélité au Roi des Français, obéissance à la Charte constitutionnelle et aux lois du Royaume"), il s'occupa de ses nouvelles fonctions. Très respecté, il échappa ainsi à des bandits qui le laissèrent repartir lorsqu'ils le reconnurent. Donateur pour la restauration de l'église de Ploëzal, il possédait de nombreuses propriétés. C'est ainsi qu'il vendit l'ancien presbytère du village à Auguste Henry et au recteur de l'époque, l'abbé Henry (le presbytère fut transformé en une école privée existant encore aujourd'hui sous le nom de Saint Joseph). Maintenu dans ses fonctions de maire à l'avènement du Second Empire, il dut revoir son serment et jurer "obéissance à la Constitution et fidélité à l'Empereur". Développant le village, il finit par démissionner en avril 1866 avec ce motif : "épuisement de toutes mes facultés". Ces 39 années de sage administration lui valurent la croix de la Légion d'honneur."

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b infobretagne.com, « Étymologie et Histoire de Ploëzal »
  2. « Ploëzal : Histoire, Patrimoine, Noblesse (commune du canton de Pontrieux) », sur www.infobretagne.com (consulté le 8 janvier 2017)
  3. [http://www.infobretagne.com/ploezal.htm « Plo�zal : Histoire, Patrimoine, Noblesse (commune du canton de Pontrieux) »], sur www.infobretagne.com (consulté le 8 janvier 2017)
  4. MagicSite, « Ploëzal Histoire et patrimoine », sur www.ploezal.fr (consulté le 8 janvier 2017)
  5. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  9. http://www.opab-oplb.org/98-kelenn.htm
  10. Notice no PA00089447, base Mérimée, ministère français de la Culture
  11. Notice no PA00089448, base Mérimée, ministère français de la Culture

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :