Tombolo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tombolo (homonymie).
Saint-Pierre-et-Miquelon, réunion de trois îles par des tombolos, mise en place au XIXe siècle entre Grande Miquelon et Langlade (image Nasa, 2009 en fausses couleurs)
Angel Road de l'île Shōdo, Tonosho, Kagawa, Japon (34° 28′ 41,60″ N, 134° 11′ 20,66″ E)
Isthmes, flèches, tombolos de Cap Cod, Massachusetts
Anciens tombolos entre l'Inde et le Sri Lanka (golfe du Mannar et détroit du Palk), image satellitale Gemini 11, 1966

Un tombolo est un cordon littoral de sédiments reliant deux étendues terrestres. Un marais maritime (naturel ou aménagé) est souvent associé à la mise en place du tombolo. Tombolo est un terme géomorphologique concernant un cordon littoral entre une île ou un îlot et la côte (continent ou une autre île). Le dépôt sédimentaire (sableux ou graveleux) est généralement mis en place par la réfraction du train de vagues due à l'île : celle-ci protège la zone située entre elle et l'autre étendue terrestre, provoquant le dépôt des sédiments où les vagues se rencontrent.

Origine du terme[modifier | modifier le code]

Tombolo est un terme géomorphologique utilisé par les géographes (géomorphologues, océanographes, etc.)[1].

Gulliver, géographe anglais, propose en 1899 de généraliser l'emploi du terme italien tombolo - langue de sable qui s'avance dans la mer - Le mot proviendrait du latin tumulus (tombeau), tumba (tombe) qui avait pris en latin médiéval le sens de terrain surélevé en zone marécageuse[2].

La formation[modifier | modifier le code]

Les cordons littoraux soudés au littoral par une de leurs extrémités sont des pointes libres ou flèches de sable ou de galets (de forme allongée). Une pointe libre qui s'accroche à une île qu'elle relie au continent par sa langue de sable ou de galets constitue un tombolo ; les tombolos peuvent être simples ou multiples[2]. Le tombolo est souvent perpendiculaire à la ligne général du trait de côte.

Chaque fois que la quantité des sédiments disponibles sur le rivage dépasse le volume des sédiments que les vagues et les courants littoraux peuvent déplacer, le processus d'accumulation (accrétion) l'emporte sur celui de l'érosion.

La houle et la dérive littorale[modifier | modifier le code]

Lorsque la réfraction de la houle, en fond de baies et de golfes, correspond à un affaiblissement de l'énergie des vagues et que la dérive littorale est suffisamment forte pour apporter une large quantité de matériaux, des plages ou des cordons littoraux se forment. L'île constitue un obstacle qui amortit la houle. La dérive littorale se ralentit. Un alluvionnement se constitue.

En contexte lacustre et fluvial[modifier | modifier le code]

Un tombolo pourrait aussi être créé par une rivière : au sortir de gorges pour pénétrer dans une plaine, l’énergie du courant chute brutalement et un cordon de sédiments (alluvions ou galets selon la rivière) se dépose, en forme d’arc[3]. Ainsi, à Quinson, à la sortie des gorges du Verdon, la forme pourrait être par analogie comparée à un tombolo[4].

Morphologie et histoire de tombolos[modifier | modifier le code]

La combinaison de processus dynamiques naturels et anthropiques dans les processus de sédimentation d'un tombolo est souvent à l'origine des paysages actuels.

Impacts de l'homme[modifier | modifier le code]

Les impacts anthropiques relèvent d'une construction (chaussée, poldérisation, urbanisation), d'opérations de protection du littoral, de modifications involontaires (bouleversements du stock sédimentaire, etc.) :

  • à Tyr (Liban), il y a 6 000 ans, le niveau de la mer se stabilisant et d'importants flux sédimentaires permettant l'accumulation de fonds sableux (accrétion), une ébauche de tombolo se met en place (proto-tombolo) sous le niveau de la mer à l'époque d'Alexandre le Grand (IVe siècle av. J.-C.), la part érosive des versants est déjà à cette époque le fait de la déforestation du bassin méditerranéen. A l'époque hellénistique, la construction d'une chaussée consolide l'installation de la forme littorale[5],[6];
  • le développement d'Alexandrie: la (Dynastie des Ptolémées) décide de la construction d'un phare à l'extrémité orientale de l'île de Pharos reliée au continent par une chaussée[7], l'heptastade[8] qui par élargissements successifs, sédimentation et épirogenèse forme l'isthme de Mansheya[9],[10],[11],[12] ;
  • en 1480, une tempête aurait rompu l'isthme du Pont d'Adam, créant un archipel entre l'Inde et le Sri Lanka. Le Rāmāyana, évoque le pont de Rāma, construit par le dieu pour rejoindre l'île de Lanka où son épouse Sitā était retenue prisonnière par le roi démon Rāvana. Les Britanniques entreprennent la construction du pont d'Adam (Adam's bridge) en 1838 pour améliorer la navigation entre les bancs de sable. En 2001, un projet de chenal est élaboré à l'instar de celui de 1860 ;
  • d'autres constructions peuvent être à l'origine de la création d'un tombolo par modifications du stock sédimentaire qui transite localement  :
  • le double tombolo entre île et continent de la presqu'île de Giens permet entre les deux cordons littoraux, l'installation d'une zone humide saumâtre, exploitée pour le sel dès l'Antiquité jusqu'à l'arrêt de l'exploitation par la Compagnie des Salins du Midi ;
  • la lutte contre l'érosion marine (remontée du niveau marin en raison des modifications climatiques) peut conduire à la "consolidation" du littoral comme pour le tombolo de Ma Shi Chau, à Hong Kong ;
  • la lutte contre l’érosion marine dans la banlieue Nord de Tunis a impliqué une série de tombolos : les épis, les brise-lames ont presque toujours permis la formation de tombolos mais ceux-ci ont évolué en sols compactés et salés colonisés par des plantes halophiles infestées de moustiques, couverts et transformés en terre battue, parfois utilisés comme aire de parking ou encore comblés par des accumulations de sédiments fins et des feuilles de posidonies dégageant des odeurs considérées comme une forme de nuisance, enfin, certains, obstacles à la dérive littorale par laquelle transite le stock sédimentaire, ont participé au recul des plages[13].

Tombolos remarquables[modifier | modifier le code]

Afrique

Amérique

Asie

Europe

Océanie

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Géomorphologie littorale, J.-N. Salomon [1]
  2. a et b Tombolo, définition du CNRTL (CNRS) [2]
  3. Réf. indispensable
  4. Jean Gagnepain, La Baume Bonne : 400 000 ans de la vie des hommes, Verdon 1, estieu 1999, p. 97
  5. Nick Marriner, 2007 - Thèse de l'université de Provence [3]
  6. [4]
  7. K.S. Al-Hagla, 2005 - Cultural Sustainability: An Asset of Cultural Tourism Industry. International Cetre for Research on the Economics of Culture, Institutions, and Creativity (EBLA) |format=pdf |année=2005
  8. Millet B., 2007 - Impacts of Alexandria’s Heptastadion on Coastal Hydro-Sedimentary Dynamics During the Hellenistic Period. The International Journal of Nautical Archaeology 167–176
  9. The Ptolemaic Legacy [5]
  10. [6]
  11. J.-P. Goiran, 2001 - Thèse de l'université de Provence [7]
  12. J.-P. Goiron et al., 2005 - Evoluton du rivage d'Alexandrie depuis 4000 ans. Méditerranée, 1-2, 61-64[8]
  13. Ameur Oueslati, 2010 - Plages et urbanisation en Tunisie: des avatarsde l'expérience du xxe siècle aux incertitudesde l'avenir. Méditerranée 2, 115, 103-116
  14. Jean-Paul Barusseau, Robert Vernet, Jean-François Saliège et Cyr Descamps, Late Holocene sedimentary forcing and human settlements in the Jerf el Oustani - Ras el Sass region (Banc d’Arguin, Mauritania). Géomorphologie : relief, processus, environnement, 1/2007 | 2007, [En ligne], mis en ligne le 01 avril 2009 [9]
  15. La création des Îles [10]
  16. Jean-Claude Dionne, « La baie du Haha, dans le parc national du Bic : un géomorphosite à mettre en valeur », Le naturaliste canadien, vol. 130, no 2,‎ 2006, p. 80-89 (lire en ligne)
  17. Tombolo de Saint-Pierre-et-Miquelon par le Conservatoire du littoral, formation, histoire, écologie, etc. [11]
  18. Panorama du tombolo de Sainte-Marie [12]
  19. [13]
  20. Jacqueline Courtaud, 2000 - Thèse de l'université de Provence [14]
  21. Bilan sédimentaire du tombolo de Giens : [15]
  22. Evolution holocène [16]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Robert A. Dalrymple, 2004 - Coastal Processes with Engineering Applications. Cambridge University Press, 475 pages
  • André Guilcher, 1954 - Morphologie littorale et sous-marine, PUF, Collection Orbis.
  • Nicolas Guillou et Georges Chapalain, [PDF] h[ttp://www.paralia.fr/jngcgc/11_35_guillou.pdf] Morphogenèse des bancs jouxtant les caps sous l'influence combinée de la marée et de la houle. Paralia, p. 293-300. DOI:10.5150/jngcgc.2010.035-G
  • J. William Kamphuis, 2000 - Introduction to Coastal Engineering and Management. Ed. World Scientific, 437 pages
  • Alain Miossec, 1998 - Les littoraux entre nature et aménagement. Ed. Sedes.
  • Alain Miossec - « Les processus littoraux » in Veyret Y., L'érosion entre nature et société, Ed. Sedes, p. 161-178.
  • Roland Paskoff, 1992 - Côtes en danger. Ed. Masson.
  • Roland Paskoff, 1998 - Les littoraux. Impacts des aménagements sur leur évolution. Ed. Masson, 3e édition.
  • Roland Paskoff, 2001. L'élévation du niveau de la mer et les espaces côtiers, le mythe et la réalité. Institut océanographique.
  • Jean-Pierre Peulvast et Jean-René Vanney, 2001 et 2002 - Géomorphologie structurale. Tomes 1 & 2. Gordon & Breach (chapitres sur l'océanographie)
  • Jean-Pierre Pinot, 1998 - La gestion du littoral : littoraux tempérés. Côtes rocheuses et sableuses, tome 1, Institut océanographique.
  • Jean-Pierre Pinot, 2000 - La gestion du littoral : littoraux tempérés. Littoraux vaseux et embouchures, tome 2, Institut océanographique.
  • Paolo Pirazzoli, 1993 - Les littoraux', Nathan Université, Collection Géographie d'aujourd'hui.
  • Jean-René Vanney, 2002 - Géographie de l’océan global. Gordon & Breach
  • Nicholas Fersen, 1954 - Tombolo. Ed. R. Hart-Davis, 203 pages

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Configurations d'une côte sableuse : schéma avec flèche littorale et tombolo [18]