Église Saint-Germain-l'Auxerrois de Paris

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Église Saint-Germain-l'Auxerrois.
Église Saint-Germain-l'Auxerrois de Paris
Image illustrative de l'article Église Saint-Germain-l'Auxerrois de Paris
Présentation
Culte Catholique
Type Église paroissiale
Rattachement Archidiocèse de Paris
Début de la construction XIIe siècle
Fin des travaux XVe siècle
(aménagements aux XVIe et XVIIIe siècles)
Style dominant Gothique
Roman (tour)
Baroque
Protection Monument historique (1862)
Site web www.saintgermainauxerrois.cef.frVoir et modifier les données sur Wikidata
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Paris
Ville Paris
Coordonnées 48° 51′ 34″ nord, 2° 20′ 28″ est

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Église Saint-Germain-l'Auxerrois de Paris

Géolocalisation sur la carte : 1er arrondissement de Paris

(Voir situation sur carte : 1er arrondissement de Paris)
Église Saint-Germain-l'Auxerrois de Paris

L'église Saint-Germain-l'Auxerrois est une église située dans l'actuel Ier arrondissement de Paris. Elle fut également appelée église Saint-Germain-le-Rond. Depuis l'Ancien Régime, elle est connue comme la « paroisse des artistes ».

Saint-Germain-l'Auxerrois est nommée en l'honneur de l'évêque saint Germain d'Auxerre.

Situation[modifier | modifier le code]

L'église se trouve sur le côté sud-est de la place du Louvre, face à la colonnade du Louvre, à proximité de la mairie de 1er arrondissement. Elle est desservie par les stations de métro Louvre - Rivoli et Pont Neuf.

Histoire[modifier | modifier le code]

Histoire de l'église[modifier | modifier le code]

Haut-Moyen Âge[modifier | modifier le code]

L'existence de l'église est attestée au VIIe siècle, à l'époque mérovingienne : c'est le lieu de sépulture de saint Landry, évêque de Paris, mort vers 655 ou 656. L'abbé Lebeuf croit qu'il en faut attribuer la première origine à une chapelle, la chapelle de Saint-Vincent, qui aurait été construite peu de temps après la mort de saint Germain, évêque d'Auxerre.

C'est l'une des quatre églises marquant les points cardinaux de Paris en 581[1].

C'est sur l'ordre de Chilpéric Ier (roi des Francs) (né 525/527 ou 534, † 584) que débuta la construction de l'église : il souhaitait y voir le futur tombeau de saint Germain (ce que ne se réalisera pas)[2], à l'emplacement de la chapelle bâtie en 540 sous l'invocation de saint Germain d'Auxerre, pour le roi Childebert Ier et la reine Ultrogothe[3]. En 584, le roi meurt assassiné laissant l'église inachevée[2].

La rotonde, ainsi que le cloître et les fossés en cercle, ont pu être bâtis pendant l'épiscopat de Germain de Paris, évêque de Paris au VIe siècle. Les formes de ces éléments font parfois désigner l'église sous le nom de Saint-Germain-le-Rond. On retrouve la trace de ces fossés dans la rue des Fossés-Saint-Germain-l'Auxerrois[4] (aujourd'hui rue Perrault).

le 25 juillet 754, sous le règne de Pépin le Bref, eut lieu la translation du corps de saint Germain de la petite chapelle de Saint-Symphorien dans le chœur de la grande église de Saint-Vincent, qui depuis fut appelée église Saint-Germain ou de Saint-Vincent et Saint-Germain vraisemblablement pour distinguer les deux églises consacrées au même saint, dont la dernière était nommée Saint-Germain-le-Rond.

La première église fut détruite lors du siège de Paris par les Vikings en 885-886, puis fut rebâtie au XIe siècle sous Robert II le Pieux. Il ne reste aucune trace visible de cette période : le portail principal tombant en ruine, l'église fut à nouveau reconstruite fin du XIIIe siècle. C'est alors qu'apparaît la première appellation « Saint-Germain-l'Auxerrois »[5].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

La partie la plus ancienne est la tour romane, qui date du XIIe siècle. Elle était surmontée d'une flèche qui fut abattue vers 1754 et remplacée par la balustrade actuelle. Au siècle suivant, sont édifiés le portail occidental, le chœur et la chapelle de la Vierge. L'église est en grande partie reconstruite au XVe siècle avec, en particulier, l'élévation du porche. Saint-Germain-l'Auxerrois devient l'église attitrée de la famille royale au moment où les Valois s'installent à nouveau au Louvre, au XIVe siècle. Paroisse des rois de France en raison de sa proximité avec le palais, l'église est l'une des plus anciennes de Paris.

Ancien régime[modifier | modifier le code]

L'église vers 1550 (Plan de Truschet et Hoyau, détail).

L'église est associée au tragique épisode de la Saint-Barthélemy. Dans la nuit du 23 au 24 août 1572, son tocsin est réputé avoir sonné l'alarme dans la ville et déclenché le massacre des civils protestants[6]. Il est à noter que ce tocsin fut sonné du clocher de l'église (petite tour au sud de l'édifice) et non du beffroi construit seulement au XIXe siècle entre l'église et la mairie du 1er arrondissement. Une des cloches, nommée Marie, datant de 1527, existe toujours.

Molière s'y marie le [7].

Au XVIIIe siècle, à l'occasion de la réunion du chapitre de Saint-Germain-l'Auxerrois à celui de la cathédrale Notre-Dame de Paris en 1745, le jubé[8], dessiné par Pierre Lescot et sculpté par Jean Goujon au XVIe siècle est détruit. De nouveaux aménagements pour le chœur de l'église sont amorcés à partir de 1756, sur les plans de l'architecte Claude Bacarit, qui furent approuvés par l'Académie d'Architecture. Les colonnes sont alors cannelées, et les chapiteaux portent des têtes d'anges sculptées. Danton, alors jeune avocat, épouse Antoinette-Gabrielle Charpentier, la fille du patron du café du Parnasse tout proche, le 14 juin 1787.

Révolution et Restauration[modifier | modifier le code]

Au début de la Révolution, après le retour forcé de la famille royale de Versailles aux Tuileries, le futur Louis XVII y fait sa première communion. Sous la Terreur, Saint-Germain est vidée de son contenu et convertie en magasin de fourrage, en imprimerie, en poste de police, en fabrique de salpêtre. En 1795, le culte théophilanthropique y est célébré. L'église retrouve sa vocation catholique en 1802.

L'église en 1834, avant la destruction du tissu urbain ancien qui l'entourait (lithographie de Theodor Hoffbauer).

Sous le Premier Empire, un vieux projet de destruction de l'église (déjà examiné sous le règne de Louis XIV par Colbert), afin de dégager la colonnade du Louvre par une vaste place au milieu de laquelle le pont Neuf aboutirait, est envisagé puis abandonné au début de la Restauration. Le 13 février 1831, à l'occasion de la onzième commémoration de l'assassinat du duc de Berry, l'église est dévastée par des émeutiers favorables à la monarchie de Juillet, qui interprètent la cérémonie comme une provocation des partisans du régime précédent[9]. À la suite des importantes dégradations, l'édifice est fermé et sa destruction à nouveau envisagée[9]. Pour le protéger, le maire de l'arrondissement fait inscrire sur la façade de l'église « Mairie du IVe arrondissement »[9]. Le monument ne sera rendu au culte catholique que six années plus tard, le 13 mai 1837[9].

Des restaurations dirigées par Lassus et Baltard[réf. souhaitée] sont ensuite entreprises pendant la monarchie de Juillet ; elles concernent aussi bien l’extérieur que l’intérieur de l'édifice où la décoration peinte et vitrée des chapelles est entièrement renouvelée (notamment la chapelle de la Vierge).

Second Empire et après[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Germain-l'Auxerrois avant la construction du beffroi et de la mairie du 1er arrondissement - Édouard Baldus (1858).

Au Second Empire, le baron Haussmann refuse une nouvelle fois de la détruire alors que le ministre d'État et de la maison de l'Empereur, Achille Fould le lui suggère. En effet, après démolition des vieux immeubles délabrés qui l'entourent, un vaste espace se dégage face à la colonnade du Louvre et l'église se retrouve posée en décrochement sur un des côtés, donnant un air inesthétique à l'ensemble. Cependant, en tant que protestant, le baron ne veut pas qu'on lui reproche d'avoir ordonné la démolition d'un bâtiment aussi symbolique, dans lequel avait été donné le signal du massacre de la Saint-Barthélémy.

L'église Saint-Germain-l'Auxerrois vers 1863-1870, après la construction du beffroi et de la mairie du 1er arrondissement. Photographie d'Édouard Baldus.

Il développe alors un projet pour équilibrer le tout : il demande à l'architecte Hittorff de construire un bâtiment s'inspirant de l'édifice religieux pour abriter la mairie du 1er arrondissement. Hittorff reproduit alors presque à l'identique la façade principale de l'église (un porche surmonté d'une rosace) qu'il flanque de constructions semblables aux immeubles de cette époque.

Entre les deux, Théodore Ballu, prix de Rome en 1840, fait construire un campanile (ou beffroi) de style gothique flamboyant relié de part et d'autre aux deux édifices par deux portes du même style donnant accès à un square séparant les deux monuments. Cet ensemble architectural est édifié entre 1858 et 1863[10].

L'ensemble réalisé fut parfois jugé trop symétrique, au point d'être comparé à « un huilier et ses deux burettes ». Vu de l'extérieur, s'il est difficile de différencier la mairie de l'église[11], seule l'allure générale plus haussmannienne du bâtiment civil le caractérise par rapport à l'édifice religieux.

Plaque rappelant le vœu de Willette.

L'église Saint-Germain-l'Auxerrois est, depuis la fin de l'Ancien Régime, époque où les artistes étaient logés au Louvre, la « paroisse des artistes ». C'est ici que se marie, le 25 février 1726, Jean-Philippe Rameau. La Société de Saint-Jean pour le développement de l'art chrétien, fondée en 1839 par Lacordaire, y dit la messe et s'y réunit chaque troisième vendredi du mois ; et la messe selon le vœu de Willette pour les artistes qui mourront dans l'année y est dite le Mercredi des Cendres[12]. Depuis le 1er janvier 1862, cette église fait l'objet d'une protection comme immeuble classé aux Monuments Historiques.

Chronologie[modifier | modifier le code]

  • VIe siècle : début de construction d'une église sous le vocable de Saint Germain, sur ordre de Chilpéric Ier (roi des Francs).
  • XIe siècle : deuxième église (Saint-Germain-l'Auxerrois) rebâtie sous Robert II le Pieux[5].
  • 2e moitié du XIIIe siècle : reconstruction de l'église sous Philippe IV le Bel. Il en subsiste le vaisseau central et le premier collatéral du chœur, les parties latérales du flanc droit de la nef et le portail.
  • 1420-1425 : reconstruction du vaisseau central et des bas-côtés de la nef à l'exception de la chapelle de la Vierge.
  • 1431[13]-1439 : le maître maçon Jean Gaussel construit le porche et les chapelles du flanc gauche de la nef.
  • Début du XVe siècle : construction du second collatéral, des chapelles du flanc droit du chœur et des chapelles de l'abside.
  • 1541 : construction du jubé sur les plans de Pierre Lescot.
  • 1560-1570 : construction des chapelles du flanc gauche du chœur.
  • 1570 : construction du portail donnant accès au cloître canonial.
  • 1710 : dépose du pilier central avec la statue de saint Germain ainsi que du tympan du Jugement Dernier pour permettre le passage des processions.
  • 1728 : les vitraux sont remplacés par du verre blanc.
  • 1745 : destruction du jubé de Pierre Lescot pour agrandir le chœur.
  • 1756 : l'architecte Claude Bacarit et son beau-frère, le sculpteur Louis-Claude Vassé, mettent le chœur de l'église au goût du jour.
  • 1767 : mise en place des grilles de fermeture du chœur par le serrurier Pierre Deumier.
  • 1838-1855 : restauration de l'église par Jean-Baptiste Lassus et Victor Baltard.
  • 1858-1863 : construction du beffroi latéral nord de l'église par Théodore Ballu.
  • 1993 : à la demande de l'archevêque, Mgr Lustiger, les traditionalistes qui occupent l'église font l'objet d'une expulsion[14].
  • 2007 : la forme extraordinaire du rite romain de l'Église catholique selon le missel de 1962 y est célébrée[15], conjointement à la forme ordinaire du rite romain.
La place du Louvre avec la mairie du 1er arrondissement (à gauche), le beffroi (au centre) et l'église Saint-Germain-l'Auxerrois (à droite).

Personnes inhumées dans l'église[modifier | modifier le code]

Compte tenu de la proximité du Louvre où résident de nombreux artistes après le départ de la Cour à Versailles, l'église saint-Germain-l'Auxerrois devient la dernière demeure de nombre d'entre eux et porte même le surnom de « Saint-Denis du Génie et Talent »[16]'[17].

Peintres et Sculpteurs[modifier | modifier le code]

Poètes[modifier | modifier le code]

Médecins[modifier | modifier le code]

Hommes d'État[modifier | modifier le code]

Description[modifier | modifier le code]

Plan de l'église.

L'église est construite selon un plan longitudinal en forme de croix d’environ 80 m de long sur 40 m de large au transept[19]. Elle possède un tour-clocher romane à l'angle du bras du transept sud et du chœur, un porche à cinq arcades et des arcs-boutants. Sa rosace est surmontée d'un pignon.

A l'intérieur sa nef, haute de presque 20 mètres et constituée de quatre travées en gothique flamboyant, est flanquée de deux-bas côtés abritant des chapelles peu profondes. Elle est organisée sur deux niveaux de grandes arcades et fenêtres hautes voûté d'ogives quadripartite. Le transept est peu saillant. Son chœur, à cinq travées, qui constitue la partie la plus ancienne bien que remanié au XVIIIe siècle se termine par un chevet semi-circulaire avec un déambulatoire parfois double ainsi que des chapelles rayonnantes. L’église se termine par une abside avec un mur plat.

Cet édifice possède des vitraux, datant du XVIe pour les plus anciens et du XIXe siècle pour les autres, ainsi que de nombreuses œuvres d'art, tableaux, statues et mobilier.

Extérieur[modifier | modifier le code]

Façades[modifier | modifier le code]

L'église offre sur la rue de l'Arbre-Sec une curiosité : les carpes de l'église Saint-Germains-l'Auxerrois. Il s'agit d'une frise, sculptée autour de la chapelle centrale, représentant des tronçons de carpes (têtes, corps, queues) alternant avec des rosaces. D'après l'historien de Paris, Jacques Hillairet, cette décoration correspondrait à une demande spécifique du riche drapier Tronson qui, en 1505, avait financé cette chapelle. On ne sait si le drapier Tronson avait des poissonniers dans sa famille, ou si ce sont simplement des tronçons de carpe évoquant son nom[20].

Porche[modifier | modifier le code]

La façade ouest comprend un porche à cinq baies de style gothique flamboyant construit en 1435-1439 par Jean Gaussel, à une époque où Paris était occupé par les Anglais[21]. En revanche, les statues de saints que l'on peut voir, pour la plupart copies des œuvres initiales, ne remontent qu’au XIXe siècle.

Le portail de l’entrée principale est d’origine ; il date donc du XIIIe siècle. Toutefois son tympan consacré au Jugement dernier, détruit et non restauré, n’est actuellement plus visible. De chaque côté figurent deux groupes de statues du XVe siècle, à gauche, la reine Ultrogothe, le roi Childebert Ier (ou le roi Robert et la reine Constance[22],[13]) et saint Vincent[23], et à droite, saint Germain, sainte Geneviève et un ange[24]. Sur le trumeau de la porte centrale, on peut voir une madone tenant l’Enfant Jésus du XIXe siècle (seule cette statue est du XIXe siècle. Celles de droite et de gauche sont bien médiévales, contrairement à ce qui est indiqué sur la référence Commons du groupe nord. Il est vrai qu'elles ont été fortement restaurées au XIXe siècle).
Le portail comporte deux clés de voûte représentant la Nativité et la Cène.

Intérieur[modifier | modifier le code]

L’intérieur de église Saint-Germain-l'Auxerrois a beaucoup souffert des « additions et restaurations déplorables qui ont eu lieu sous le règne de Louis XIV[25].

Nef, collatéraux et chapelles[modifier | modifier le code]

Nef et collatéraux[modifier | modifier le code]
La nef centrale.

La nef élevée en gothique flamboyant est dotée de quatre travées et de doubles collatéraux. Le deuxième collatéral sud est aménagé en une unique chapelle, la chapelle de la Vierge, tandis qu'à gauche, dans le sens Ouest vers l'Est, la partie extérieure du collatéral nord est organisée en plusieurs petites chapelles, celles de Notre-Dame de la Compassion, de la sainte Madeleine, de saint Jean-Baptiste et des fonts baptismaux. Cette nef ne comprend, comme nombre d’édifices en gothique tardif, que deux niveaux (absence de triforium) dont le supérieur possède de larges et hautes fenêtres à cinq lancettes en verre blanc depuis la destruction des vitraux et leur remplacement en 1728.

Au nord, la quatrième travée est occupée par un banc d'honneur, ou banc d'œuvre, surmonté d'un dais, tous deux en bois. Destiné à Louis XIV et à la famille royale, ce banc est sculpté par Mercier en 1682-1684[21] d'après les dessins de Perrault et de Lebrun. Mutilé en 1831 pendant le saccage de l’église, ce banc est restauré sous Louis-Philippe en respectant la conception originelle[26]. La chaire qui lui fait face, également dessinée par Lebrun, date de 1684[21].

Chapelles de la nef[modifier | modifier le code]

Le long des collatéraux, à partir de l’entrée, de nombreuses chapelles sont logées entre les contreforts des murs, quatre à gauche et une à droite.

À gauche, se trouvent la chapelle des fonts baptismaux, dite de saint Michel, puis celles de saint Jean-Baptiste, de sainte Magdeleine, de Notre-Dame de Compassion, celle-ci touchant au transept nord.

Un monumental retable flamand en bois verni datant du début du XVe siècle se trouve dans la chapelle Notre-Dame de Compassion. Il s'agit d'un don du comte de Montalivet, ministre de Louis-Philippe. Le premier registre est scindé en cinq scènes : on reconnaît de gauche à droite, le Mariage de la Vierge, la Nativité du Christ, le Songe de Jessé, l'Adoration des mages et la Présentation au temple. Le registre supérieur représente de façon plus classique la Montée au Calvaire, la Crucifixion et la Descente de Croix. Ces trois dernières scènes peuvent se comparer aux scènes correspondantes du retable de la Passion exposé au Louvre.

À droite, après le transept sud en direction de l'Est, toute la place est prise par une seule chapelle, réunion tardive de quatre anciennes chapelles, la chapelle de la Vierge.

Chapelle de la Vierge.

La chapelle de la Vierge est située à l'entrée de l'église, côté sud ; elle correspond à quatre anciennes chapelles du XVIe siècle réunies au cours du XIXe siècle. Elle présente la particularité, d'une part d'être isolée du collatéral sud par une boiserie, et d'autre part, contrairement à la plupart de celles des autres églises, de ne pas se trouver dans l'axe central de l'église à l'extrémité de l'abside. Sa décoration date pour l'essentiel du XIXe siècle mais on y trouve plusieurs statues rapportées plus anciennes.

Une des verrières de la chapelle de la Vierge, le vitrail de la Passion posé en 1839, est considéré comme le prototype des réalisations néo-gothiques issues des travaux de chimistes, historiens et archéologues. Composé de petites scènes juxtaposées inscrites dans des médaillons à dominante rouge et bleu, il s'agit d'un vitrail historiciste, c'est-à-dire d'un vitrail dont la composition et l’iconographie s’inspirent des verrières des siècles passés, en l'espèce ici, de la Sainte-Chapelle et de manuscrits[27]. La chapelle de la Vierge possède outre ses vitraux, de nombreuses autres œuvres d’art, peintures et sculptures, notamment l'original de la sainte Marie l'Égyptienne[28] figurant sous le porche ou le Saint Germain d'Auxerre du XIIIe siècle.

Cette chapelle est quasiment fermée du côté du collatéral intérieur, c'est-à-dire sur sa gauche, par une « boiserie en style gothique d’une grande richesse » haute d’environ 2 mètres datant des travaux de restauration[29]. Le côté est de cette chapelle est fermé par un mur sur lequel Amaury-Duval, élève d'Ingres, a peint le Couronnement de la Vierge. Au centre de cette fresque, a été placée une statue (XIVe siècle) de Marie, reine du Ciel, avec sa couronne et son vêtement bleu.

De par son histoire, cette chapelle réunion de quatre chapelles plus anciennes, renferme de nombreuses sépultures ; elle abrite en particulier la pierre tombale de Théophraste Renaudot.

Ces chapelles, éclairées par des ouvertures limitées à trois lancettes, présentent en revanche, contrairement aux transepts, des verrières du XIXe siècle. Réalisés dans les années 1844-1847 par les maîtres-verriers Maréchal et Gugnon ces vitraux représentent, à droite dans la chapelle de la Vierge (collatéral sud), des personnages de l'Ancien Testament et, à gauche dans les différentes petites chapelles du collatéral nord, des figures issues principalement du Nouveau[30]. Ces verrières sont toutes classées MH.

Transepts[modifier | modifier le code]

Transept nord.

Les transepts nord et sud avaient conservé jusqu’en 2009 la majeure partie des vitraux du XVIe siècle rescapés des péripéties de l’histoire. On trouvait ainsi dans le bras nord, des scènes de la Passion[31], de martyres[32] et de la Vie publique du Christ[33] ainsi qu’une Cour céleste[34] placée dans la rose de la façade.

Transept sud.

Dans le bras sud figuraient également de belles pièces, une Pentecôte[35] (rose) et l’Incrédulité de saint Thomas[36] exécutées par Jean Chastellain sur des cartons de Noël Bellemare respectivement en 1532 et 1533 ainsi qu’une Assomption de la Vierge[37] réalisée vers 1534-1535. Malheureusement, la plupart de ces verrières, ainsi que des pièces du XIXe siècle, ont été détruites en juillet 2009 lors de l’incendie de l’atelier où elles étaient restaurées[38]. Aujourd'hui, ces verrières détruites ont été remplacées par du verre blanc.

Chœur, déambulatoire et chapelles[modifier | modifier le code]

Le chœur.
Chœur[modifier | modifier le code]

Le chœur est la partie la plus ancienne de l’église, même s’il porte le témoignage – notamment les cannelures sur les piliers - des travaux intervenus au XVIIIe siècle. Plus long que la nef, il comprend cinq travées dont les voûtes barlongues[39] et les hautes fenêtres à une ou deux lancettes sont les plus allongées et étirées de l’édifice.

Déambulatoire[modifier | modifier le code]

À l'entrée du déambulatoire Sud, figure une inscription sur la face interne du pilier de la tour carrée rappelant le vœu de Willette relatif à la messe célébrée chaque mercredi des Cendres pour les artistes devant mourir dans l'année.

Entre le chœur et le déambulatoire (deuxième travée sud du chœur) se trouve un retable, triptyque marial, œuvre de l’École française du XVIe siècle datée entre 1510 et 1530. Confisqué à la Révolution, il est dans un premier temps vendu, puis la paroisse de Saint-Germain-l’Auxerrois l’achète en 1831 lors des travaux de restauration. Toutefois en l’état actuel, ce retable incomplet n’a pas retrouvé son état d’origine[40]. Il s'agit d'un triptyque dont les volets sont peints, tandis que la caisse comporte un ensemble sculpté en bois polychrome. Les parties peintes représentent la Vierge (registre inférieur) et le péché originel (registre supérieur).

Au-dessus de la porte de la sacristie, on peut admirer des fresques dont une, un saint Martin à cheval tranchant son manteau pour en donner la moitié à un pauvre, est due à Victor Mottez.

Chapelles du chœur[modifier | modifier le code]

À gauche au-delà du transept nord et le long du chœur, on trouve successivement la chapelle de saint Louis (ou de Notre-Dame de la Bonne-Garde), où réside le Saint-Sacrement, celles de saint Vincent de Paul, de saint Charles Borromée et enfin celle commune à saint Denys, saint Rustique et saint Éleuthère.

Chapelle Notre-Dame de la Bonne-Garde couverte d'ex-voto.

La chapelle Notre-Dame de la Bonne-Garde contient un vitrail représentant saint Louis (Louis IX, né à Poissy, le 25 avril 1214, et mort à Tunis le 25 août 1270, lors de la huitième croisade, canonisé en 1297) roi de France, rendant la justice sous le chêne de Vincennes ainsi qu’une statue de la sainte Vierge (1812), miraculeusement épargnée lors des émeutes de 1831. Elle présente aussi la particularité d’être couverte depuis 1850 d’ex-voto (plaques de marbre placées sur les murs et les colonnes) témoignages de remerciement à la vierge Marie pour avoir permis l’exaucement de prières et vœux grâce à son intercession.

Viennent ensuite les chapelles rayonnantes autour du chœur au nombre de cinq ; elles sont placées sous le vocable de sainte Geneviève, des saints patrons du lieu : saint Vincent et saint Germain, du Tombeau, de la Bonne Mort et de saint Landry.

Chapelle des Saints-Patrons.

La chapelle des Saints-Patrons posséda dans le passé de nombreuses sépultures, notamment un caveau pour les personnes qui, n'ayant pas de sépulture particulière, avaient obtenu le droit d'être inhumées dans l'église. Lors des travaux de réaménagement de la chapelle en 1841, de nombreux cercueils y furent retrouvés.

Elle recèle dans une niche un mausolée-cénotaphe de la famille des marquis de Rostaing, monument initialement dans la chapelle Notre-Dame-de-la-Bonne-Garde (chapelle Saint-Louis ou saint-Vincent-de-Paul ?) après la concession de 1647 à la famille de Rostaing puis transporté mutilé au musée des Monuments français à la Révolution, et finalement transféré en 1824 à nouveau dans cette même église (mais dans une autre chapelle). Ce cénotaphe, commandé en 1659, est l'œuvre de Philippe de Buyster. Il est orné de deux orants à genoux, respectivement de gauche à droite Charles et Tristan, qui regardent le visiteur.

À proximité de la rampe de communion, se dressent deux statuettes plus récentes de sainte Anne et de saint Antoine de Padoue.

Chapelle du Tombeau.

La chapelle du Tombeau (aussi appelée du Calvaire) est fondée en 1505 par Jehan Tronson, le riche marchand drapier qui orna l'extérieur de l'église d'une frise de morceaux de carpes. Les membres de cette famille y sont alors inhumés. À cause de son riche fondateur, elle devient le siège de la confrérie des drapiers qui y tiennent leurs réunions corporatives et y font célébrer des messes. Lors du sac de 1831, les sépultures de son caveau sont profanées.

La chapelle est peinte et décorée à l’antique par Auguste Couder (1844) et ses vitraux, signés par Étienne Thevenot (1840), s'inspirent de ceux de la Sainte-Chapelle. L’autel de style Louis XVI date de 1840. En pierre de Conflans, il comprend un Christ gisant dont l'origine est incertaine, peut-être un reste d’un ensemble de l’École française du XVIe siècle repris par Fouginet au XIXe siècle.

Chapelle de la Bonne Mort.

La Chapelle de la Bonne Mort (anciennement appelée du Saint Sacrement) est totalement refaite en 1841. Elle abrite des vitraux de Thévenot datant de 1859 ; à droite un saint Pierre, pieds nus, la tête cerclée d’une auréole, croisant sur sa poitrine ses deux clefs ; au centre, dans quatre compartiments, saint Joseph, la Vierge, le Christ et saint Michel ; à gauche, un

« être à l’allure bizarrement héraldique, qui porte, tel que Magdeleine dans les tableaux des Primitifs flamands, un pot d’aromates et est muni d’une bêche, c’est saint Tobie, tout à fait inconnu de nos jours mais célèbre au moyen âge, car il était alors le saint des sépultures, le patron des fossoyeurs qui l’avaient choisi à cause des paroles que, dans la Bible, l’ange Raphaël lui adresse :  ... Lorsqu’à minuit tu enterrais les morts ... c’est moi qui présentais tes prières au Seigneur...  »[41].
Chœur de la chapelle Saint-Landry.

La chapelle Saint-Landry (anciennement Saint-Pierre-et-Saint-Paul) est bâtie entre 1521 et 1522. Elle est cédée en 1624 à Étienne d'Aligre et devient la chapelle et le lieu de sépulture de sa famille. Au début du XIXe siècle (1817), Louis XVIII y fait déposer le cœur de Joseph Hyacinthe François-de-Paule de Rigaud, comte de Vaudreuil (1740-1817), grand fauconnier, dont le corps se trouve dans la sépulture familiale au cimetière du Calvaire (Paris).

La décoration actuelle date de 1843-1845 ; les fresques murales, peintes à l'huile, sont l'œuvre de Joseph Guichard (1806-1880) et racontent la vie de saint Landry. On trouve également un autel avec un retable néogothique du même artiste. La chapelle contient deux statues funéraires du XVIIe siècle, celles d'Étienne d'Aligre père et fils, par Laurent Magnier (1618-1700), tous deux chanceliers de France. Elles proviennent du tombeau de la famille d'Aligre initialement dans l'église Saint-Germain-l'Auxerrois et elles ont fait partie précédemment des collections du premier musée des monuments français d'Alexandre Lenoir[42]. Elles furent restaurées par Louis-Denis Caillouette (1790-1868), vers 1838.

Sur la droite du chœur, après les chapelles rayonnantes, figurent la sacristie, les petits oratoires dédiés aux saints Apôtres, à saint Pierre, aux Pères et aux Docteurs de l’Église et enfin le transept sud.

Les grandes orgues[modifier | modifier le code]

Saint-Germain-l'Auxerrois :
les grandes orgues.

Il ne reste aucune trace de ce qu'ont été les grandes orgues de la paroisse royale avant la Révolution. On sait seulement que Daquin en fut organiste autour de 1738. L'orgue actuel fut transporté en juillet 1791 depuis la Sainte-Chapelle, où il avait été construit vingt ans auparavant par François-Henri Clicquot[43], dans un buffet dessiné par Pierre-Noël Rousset.

Cette attribution n'est pas sans poser quelques interrogations : d'une part, les dimensions du grand buffet de Saint-Germain-l'Auxerrois laissent difficilement imaginer son intégration dans la Sainte-Chapelle ; d'autre part, son vocabulaire décoratif néo-classique et son mouvement concave, sans véritable tourelle autre que les tourelles latérales, semblent très modernes pour la date du dessin de Rousset (1752). Enfin, du matériel instrumental fut également récupéré de l'École militaire et de la collégiale Saint-Honoré. L'orgue est alors un « grand huit-pieds » (c'est-à-dire avec Bourdon de 16') sur quatre claviers et pédale en 16'.

Louis-Paul Dallery, qui avait entretenu l'orgue depuis son installation, eut en 1838 la charge d'une restauration importante, à la suite de la réouverture de l'église ; c'est à l'issue de ces travaux, le 1er août 1840, qu'Alexandre Boëly (1785-1858) fut nommé organiste. C'est lui qui avait demandé à Dallery d'installer le premier pédalier « à l'allemande », pour pouvoir jouer les œuvres de Jean-Sébastien Bach.

Entre 1847 et 1850, il supervise de nouveaux travaux par Ducroquet, qui modifient profondément la structure de l'instrument : réduction à trois claviers manuels, sommiers neufs pour le grand orgue, création d'un clavier de récit expressif en haut de l'instrument (commençant au fa 2), réduction des mutations et introduction de jeux à anches libres (euphones de 16' et 8' respectivement au grand orgue et au positif, cor anglais au récit). Cette évolution de l'instrument montre aussi celle du goût de Boëly, jusque là considéré comme le conservateur des traditions de l'orgue français d'Ancien Régime.

Boëly est renvoyé en 1851 ; Eugène Vast (1835-1911), organiste de chœur, « continuera à faire les fonctions de suppléant »[44], sans jamais être nommé titulaire, jusqu'en 1909.

En 1864, l'instrument est encore remanié par Joseph Merklin : construction d'une machine Barker pour le grand orgue et les accouplements de claviers, nouveaux sommiers de pédale, extension du récit (qui commence désormais au do 2), suppression des jeux à anches libres (sauf l'euphone du positif, rebaptisé clarinette), décalage en bombarde 16' de la 2e trompette du grand orgue. Les jeux de fonds sont pavillonnés.

Après Eugène Vast, l'orgue a pour titulaires Marcel Rouher, Jean Pergola, Michel Chapuis, Léon Souberbielle et Ricardo Miravet.

Dans les années 1970-1980, c'est avec celui-ci que le facteur d'orgues Adrien Maciet remplace au positif le Salicional (de Ducroquet), la flûte de 4' et la clarinette (ancien euphone) par une tierce, un cromorne et des pleins-jeux, dans l'idée d'un illusoire « retour à Clicquot », dont un sommier subsiste en effet à ce clavier. Plus judicieusement, il re-décale la bombarde pour restituer les deux trompettes de Clicquot.

Cependant, l'orgue continue de se dégrader et devient muet en 1995.

L'actuel titulaire, Henri de Rohan-Csermak, est nommé en 2002. En octobre 2004, des Journées d'études internationales, à l'initiative de l'Association Aristide Cavaillé-Coll, sont organisées autour de l'instrument. En 2005, celui-ci est remis en vent par Michel Goussu, grâce à qui il peut fonctionner occasionnellement jusqu'à ce qu'en 2008, la ville de Paris confie à Laurent Plet un relevage a minima qui, effectué dans le respect le plus précautionneux du matériel historique, permet aujourd'hui de l'entendre dans un état correct de vent, d'accord et d'harmonie. Les ajouts de Maciet ont été conservés, mais réharmonisés et reclassés. Les grandes anches du XVIIIe, qui avaient été décalées d'un ton, ont retrouvé leur emplacement d'origine, restituant ainsi le grand jeu de Clicquot, puisque la plupart des tuyaux de ces jeux sont intacts. Le fond d'orgue, en revanche, reste marqué par l'harmonie romantique que lui a donnée l'intervention de Merklin, dont le dépoussiérage permet de découvrir le grand intérêt. Une autre redécouverte est celle du récit de Ducroquet qui était devenu inaudible.

L'orgue étant classé monument historique depuis 1961, une étude préalable est en cours[45] par un technicien-conseil, Christian Lutz, en vue d'une véritable restauration

L'église Saint-Germain-l'Auxerrois et l'art[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le Gallia Christiana dit qu'en 581 il y avait quatre abbayes aux portes de Paris : Saint-Laurent vers l'est, Sainte-Geneviève au sud, Saint-Germain-des-Prês à l'ouest et Saint-Germain-l'Auxerrois au nord.
  2. a et b Théodore Muret, Histoire de Paris, depuis son origine jusqu'à nos jours, 1837, p. 205.
  3. Journal des demoiselles, janvier 1841, no 1, 9e année, 2e série, p. 33.
  4. Rue des Fossés-Saint-Germain-l'Auxerrois.
  5. a et b Guérard, Cartulaire de l'église Notre-Dame de Paris, vol. 4, 1850, p. 378.
  6. Contrairement à ce qui est souvent dit et écrit, ce tocsin ne fut pas le signal de départ d'une tuerie planifiée. C'est le bruit suscité par l'attaque de l'hôtel de Coligny situé à proximité, qui aurait provoqué l'affolement des paroissiens et le déclenchement improvisé du tocsin d'après Arlette Jouanna, La Saint-Barthélemy. Les mystères d’un crime d’État. 24 août 1572, Paris, Gallimard, « Les journées qui ont fait la France », 2007, p. 167. et Denis Crouzet, La nuit de la Saint-Barthélemy. Un rêve perdu de la Renaissance, Fayard, 1994, p. 408-409. On peut même présumer que le tocsin fit avorter une partie de l'opération militaire consistant à éliminer les chefs protestants, puisque le tocsin permit d'alerter les protestants logés sur la rive gauche dans le faubourg de Saint-Germain-des-Prés, et provoqua leur fuite.
  7. Extrait du registre paroissial de l'église Saint-Germain-l'Auxerrois de Paris : Du lundi vingtiesme [février 1662] Jean Baptiste Poquelin, fils de Jean Poquelin et de feüe Marie Cresé d'une part et Armande Gresinde Béiard, fille de feu Joseph Béiard et de Marie Herué d'autre part, tous deux de cette paroisse, vis-à-vis le Palais Royal, fiancés et mariés tout ensemble, par permission de M. Comtes, doyen de Nostre-Dame et grand vicaire de Monseigneur le Cardinal de Retz, archevesque de Paris, en présence de Jean Poquelin, père du marié et de André Boudet, beau-frère dud. marié et de lade dame Herué, mère de la mariée, et Louis Béiard et Magdeleine Béiard, frère et sœur de lad. mariée et d'autres, avec dispense de deux bans. Les registres paroissiaux et d'état civil à Paris ont été détruits par les incendies de la Commune de Paris (1871) mais l'acte a été recopié par l'archiviste Auguste Jal dans son Dictionnaire critique de biographie et d'histoire, Paris, Henri Plon, 1872, page 871.
  8. Quelques bas-reliefs sont conservés au Louvre, département de la Renaissance française.
  9. a, b, c et d Baurit et Hillairet 1955, « chapitre XVIII Le sac de l'église », p. 156 à 158.
  10. Mémoires du baron Haussmann, Georges Eugène Haussmann, Publié par Victor-Havard, Paris, 1893 - tome III - p. 500 et 501.
  11. Paris, rive droite par Philippe Krief, Éditions Massin, 2004, 210 p., (ISBN 2-7072-0488-9).
  12. Ceux qui te saluent… (prière de Willette, juin 1914.).
  13. a et b M. Troche, Mémoire historique et critique sur le portail, le porche et les peintures du porche de l'église royale et paroissiale de Saint-Germain-l'Auxerrois à Paris, Revue Archéologique, 3e Année, no 2, (15 octobre 1846 au 15 mars 1847), pp. 591-616 (p. 594, statues p. 603).
  14. François Devinat, « Les intégristes fêtent l'Occupation. Il y a 20 ans, les traditionalistes investissaient Saint-Nicolas-du-Chardonnet » 3 mars 1997, [1].
  15. dépêche AFP du 16/10/2007 17:04.
  16. Site tombes et sépultures
  17. Jean (1687-1760) Auteur du texte Lebeuf, Histoire de la ville et de tout le diocèse de Paris. Table analytique. [Volume 1] / par l'abbé Lebeuf ; par Adrien Augier,... Fernand Bournon (lire en ligne)
  18. Roger Portalis, Les graveurs du dix-huitième siècle, Paris, D. Morgand et C. Fatout, , 384 p. (lire en ligne), p. 499
  19. Jacques Hillairet, Dictionnaire historique des rues de Paris, Paris, Les Éditions de Minuit, 1972, 1985, 1991, 1997 , etc. (1re éd. 1960), 1 476 p., 2 vol.  [détail des éditions] (ISBN 2-7073-1054-9, OCLC 466966117, présentation en ligne), t. 2, p. 60
    Jacques Hillairet donne quelques informations complémentaires [Où ?] :
    « L’église de Saint-Germain-l’Auxerrois [est] longue d’environ 80 mètres, large de 41, haute de 19,50 m à la nef et de 8,25 sur les bas-côtés ».
  20. Jacques Hillairet - Dictionnaire historique des rues de Paris[réf. incomplète] - T.1, p. 99 - Édition 1997.
  21. a, b et c Jacques Hillairet, Dictionnaire historique des rues de Paris, Paris, Les Éditions de Minuit, 1972, 1985, 1991, 1997 , etc. (1re éd. 1960), 1 476 p., 2 vol.  [détail des éditions] (ISBN 2-7073-1054-9, OCLC 466966117, présentation en ligne), t. 2, p. 60.
  22. M. Rigollot, Histoire des arts du dessin, depuis l'époque romaine jusqu'à la fin du XVIe siècle, vol. 2, 1864, p. 84.
  23. Notice no PM75000114, base Palissy, ministère français de la Culture.
  24. Notice no PM75000115, base Palissy, ministère français de la Culture.
  25. Félix Lazare, Louis Lazare, Dictionnaire historique des rues et monuments de Paris 1855, p. 383.
  26. Félix Lacaze, Louis Lacaze - Dictionnaire historique des rues et monuments de Paris - p. 382.
  27. Laurence de Finance - Chronologie de la renaissance du vitrail à Paris au XIXe siècle : L’exemple de l’église Saint-Laurent, p. 4 ici.
  28. Anciennement placée sous le porche, elle fut datée initialement de la fin du XVe, mais il semble aujourd'hui qu'elle ne remonte pas au-delà du premier quart du XVIe. Comme la majorité des pièces de cette église, elle est classée (réf. : PM75000139).
  29. Félix Lacaze, Louis Lacaze, Dictionnaire historique des rues et monuments de Paris, p. 383.
  30. Base Palissy.
  31. Notice no PM75000154, base Palissy, ministère français de la Culture et Notice no PM75000155, base Palissy, ministère français de la Culture.
  32. Notice no PM75000151, base Palissy, ministère français de la Culture.
  33. Notice no PM75000152, base Palissy, ministère français de la Culture.
  34. Notice no PM75000153, base Palissy, ministère français de la Culture.
  35. Notice no PM75000156, base Palissy, ministère français de la Culture.
  36. Notice no PM75000158, base Palissy, ministère français de la Culture.
  37. Notice no PM75000157, base Palissy, ministère français de la Culture.
  38. Le Parisien du 24 juillet 2009.
  39. Une voûte d'ogives est dite barlongue lorsqu'elle forme, à chaque travée, un rectangle dont le côté le plus long est perpendiculaire à la nef. Elle est dite oblongue dans le cas contraire.
  40. D’après la notice descriptive du retable affichée en février 2011 dans l’église Saint-Germain l’Auxerrois.
  41. Saint-Germain l'Auxerrois vue et méditée par Huysmans (texte paru entre 1898 et 1905) ici
  42. Base Palissy.
  43. Inauguration en 1771 par Daquin et Balbastre.
  44. Délibération du Conseil de fabrique, 28 juillet 1851.
  45. À la date de mai 2009.
  46. https://fr.wikisource.org/wiki/Trois_%C3%A9glises_et_trois_primitifs/Sain_Germain-l%E2%80%99Auxerrois.
  47. Françoise Ravelle, Paris impressionniste, 100 tableaux de légende, Paris, Éditions Parisgramme, 2016, p.20/127 p. (ISBN 9782840969686).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur l'église[modifier | modifier le code]

  • Maurice Baurit et Jacques Hillairet, Saint-Germain-l'Auxerrois : église collégiale royale et paroissiale – L'église – La paroisse – Le quartier, Paris, Les Éditions de Minuit,
  • Maurice Baurit, Saint-Germain-l'Auxerrois, son histoire, ses œuvres d'art, Imprimerie générale du Centre, 1963.
  • Arlette Jouanna, La Saint-Barthélemy : Les mystères d'un crime d'État, 24 août 1572, Paris, Gallimard, coll. « Les journées qui ont fait la France », , 407 p. (ISBN 978-2070771028)
  • Anne Massoni, La collégiale Saint-Germain l'Auxerrois de Paris (1380-1510), Presses Universitaires de Limoges et du Limousin, 2009, (ISBN 9782842874803).

Sur les orgues[modifier | modifier le code]

  • Le Grand Orgue de Saint-Germain-l'Auxerrois à Paris : historique, situation, perspectives, actes des Journées d'étude des 22-23 oct. 2004, Paris, La Flûte harmonique, 2005-2006.
  • Pierre Dumoulin (dir.), Orgues de l'Île-de-France, Tome IV, Paris, ARIAM Île-de-France/Aux Amateurs de livres, 1992.
  • Id., "Le Souffle de Boëly, l'orgue de Saint-Germain-l'Auxerrois", in Orgues nouvelles no 2, automne 2008.
  • Georges Lartigau, "Alexandre Pierre François Boëly et l'orgue", in BOËLY (A. P. F.), Œuvres complètes pour orgue, volumes I & II éd. Nanon Bertrand-Tourneur et Henri de Rohan-Csermak, Paris, Publimuses, 2001.
  • Félix Raugel, Les Grandes Orgues des églises de Paris et du département de la Seine, Paris, Fischbacher, 1927.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :