Gilles Corrozet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Gilles Corrozet (1510 - 1568, Paris) est un écrivain et imprimeur français.

Il est entré dans la librairie pour y publier ses propres ouvrages. Sa marque (une rose dans un cœur accompagnée de cette devise tirée du livre des Proverbes : In corde prudentis requiescit sapientia) se retrouve sur de nombreux textes importants de l'époque : Clément Marot, Pierre de Ronsard, Joachim du Bellay, Pierre Belon. Veuf de premières noces de Marie Harelle, il épousa Catherine Cramoisy, qui appartenait à une famille de libraires célèbres. Deux de ses fils exercèrent la même profession que lui. Sa fille épousa le libraire-imprimeur Nicolas Bonfons (lui-même respectivement fils et petit-fils des libraires-imprimeurs Jean Bonfons et Pierre Sergent) qui ré-imprima son ouvrage Les Antiquitez et Singularitez de Paris entre 1586 et 1588, en y apportant quelques modifications.

Imprimeur[modifier | modifier le code]

Dès 1535, à vingt-cinq ans, on le trouve établi libraire et il publie une nouvelle édition des Antiques érections des Gaules. Comme beaucoup de confrères, il tient boutique dans la Grande salle du Palais. Ce fut le rôle de trois imprimeurs, Denis Janot, Étienne Groulleau et Gilles Corrozet, de répandre à profusion, sous un format commode, de petits textes classiques ou des livrets abondamment illustrés. Leurs vignettes élégantes et spirituelles, transmises ou copiées d'atelier en atelier, interprétées par les ciseleurs, les peintres verriers, les émailleurs et les faïenciers, contribuèrent pour une grande part à fixer les nouvelles formules décoratives au XVIe siècle.

Publications[modifier | modifier le code]

Antiquitez, Chroniques de Paris par G. Corrozet Parisien, 1561
  • La fleur des antiquitez de la noble et triumphante ville et cite de Paris (1532), publiée par le bibliophile Jacob. P. L. Willem et P. Daffis, 1874 Paris, Éditions de l'Ibis, 1945. Cet ouvrage contient une liste des rues existantes classées par quartiers. François Boucher (in l'édition de L'Ibis, 1945) dira de ce livre : « L'ouvrage de Corrozet constitue un éloge historique de Paris déjà des plus curieux, où transparaît l'érudition toute fraîche d'une Renaissance éprise de légendes antiques. [Corrozet] a été le premier d'abord à tracer le cadre de l'histoire de Paris, telle qu'on l'écrira après lui, puis à y joindre, très rapidement, les éléments sommaires d'un guide de Paris. »
  • Les blasons domestiques. 1539. Nouvelle édition publiée par la Société des Bibliophiles françois. Paris, chez les Libraires de la Société. 1865. Dans cet ouvrage, il voulait donner une leçon aux poètes de blasons et contre-blasons du corps féminin qui fleurissaient alors. Il y détaille les diverses pièces et dépendance d'une maison. La cave n'est pas oubliée : "Cave ténébreuse et obscure Cave dont Bacchus prend la cure Cave bien proprement voultée... Cave ou sont les vins savoureux Tants bons, frians et amoureux, Comme Bastard et malvoisie De muscadet, de romenie De Beaune, d'Anjou, d'Orléans Et vin Francoys qui dort leans...". Sur la cuisine : "Si on ne void une bonne cuisine Il n'y a riens en la maison qui plaise".
  • Les Fables du très ancien Esope, mises en rithme françoise.. 1542. Paris.
    • Du cerf qui se voit en la fontaine
    • Du renard et du bouc
    • Du renard et du singe
    • Regarder la fin de son œuvre
    • Sagesse requise au prince
    • Des fourmis et de la cigale, dont voici un extrait :

Une grand'troupe de fourmis
Ensemble en un creux s'étaient mis,
Et avaient durant tout l'été
Amassé grande quantité
De blé, qu'ils avaient pu trouver
Pour se nourrir durant l'hiver ;
Lequel venu, une cigale
De qui la cure principale
Est de chanter l'été durant,
Laquelle était faim endurant,...

  • Icones Mortis : Dvodecim Imaginibus praeter priores, totidémque inscriptionibus, praeter epigrammata è Gallicis à Georgio AEmylio in Latinum versa, cumulatae ; Qvas his addita sunt, sequens pagina commonstrabit. Basileae, 1554 (digitale)

Rappelons que Jean de La Fontaine (1621 - 1695) n'écrira La cigale et la fourmi qu'en 1668 soit plus d'un siècle plus tard.

  • Hecatomgraphie. C’est-à-dire les descriptio[n]s de ce[n]t figures & hystoires, contenans plusieurs appopthegmes, Sentences & dictz, tant des Anciens que les modernes. Paris, Denys Janot 1543. Les gravures ont été attribuées à Jean Cousin. Réédition chez Honoré Champion Paris 1905. Londres: Scolar Press, 1974.
  • Les Antiquitez Chroniques et Singularitez de Paris, ville capitale du royaume de France... Suivi de: Les Antiquitez et Singularitez de Paris. Nicolas Bonfons. 1586-1588. 2 tomes en un volume. Le premier livre, dont l'édition originale remonte à 1550, fut constamment enrichi jusqu'à cette édition qui mentionne des faits appartenant aux années 1581-1585. À la fin, liste des noms de rues, églises, principales maisons et hostels des grands seigneurs, liste des portes, ponts et fontaines. Le livre second comporte 56 dessins de monuments et des tombeaux royaux, finement gravés, dit Emile Picot (Bibliothèque James de Rothschild), d'après les dessins du peintre Jean Rabel. Ceux-ci sont accompagnés d'épitaphes latines et françaises. Treize sont empruntées à Ronsard, cinq autres sont signées de Jodelle, Desportes, Jean Dorat, Du Bartas et Binet.
  • Le thresor des histoires de France. Reduit par tiltres, en forme de lieux communs. Augmente et continue jusques a present. Paris, Jean Corrozet, 1632, 1644. Cet ouvrage classique parut pour la 1re fois en 1583. Il connut 18 éditions entre 1583 et 1645.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Livre d'emblèmes

Liens externes[modifier | modifier le code]

Fac-similé partiel de l'Hecatomgraphie