Église Saint-Jacques-la-Boucherie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant Paris
Cet article est une ébauche concernant Paris.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Église Saint-Jacques
Église Saint-Jacques-la-Boucherie
L’église Saint-Jacques-la-Boucherie (gravure publiée par Manesson Mallet en 1702).
L’église Saint-Jacques-la-Boucherie (gravure publiée par Manesson Mallet en 1702).
Présentation
Culte Catholique romain
Rattachement Archidiocèse de Paris
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Paris
Ville Paris (4e)
Coordonnées 48° 51′ 29″ nord, 2° 20′ 57″ est

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Église Saint-Jacques-la-Boucherie

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

(Voir situation sur carte : Île-de-France)
Église Saint-Jacques-la-Boucherie

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Église Saint-Jacques-la-Boucherie

L’église Saint-Jacques-la-Boucherie est une ancienne église de Paris. Fondée au XIIe siècle, agrandie au XIVe et au XVIe siècle, elle est détruite au XIXe siècle. L'église occupait approximativement l'angle nord-est de l'actuel square de la tour Saint-Jacques, dans le 4e arrondissement de Paris.

Histoire[modifier | modifier le code]

Du moyen-âge à l'époque classique[modifier | modifier le code]

L'église était située dans le cœur de Paris puisque ce quartier était protégé par la première enceinte médiévale. L'église est citée par la Chronique de Turpin comme ayant été fondée par Charlemagne, ce que les historiens n’ont jamais pu confirmer. La première mention de cette église et de sa paroisse date de décembre 1119 dans une bulle pontificale de Calixte II. Toutefois, lors du percement de la rue de Rivoli au milieu du XIXe siècle, trois niveaux de construction ont été exhumés à l’emplacement de l’église. Ces vestiges permettaient d'émettre l’hypothèse qu'une église a été édifiée à la fin du XIe siècle ou au début du XIIe siècle à l'emplacement d'une chapelle au Xe siècle[1]. Située sur la via Turonensis, elle possédait plusieurs reliques de saint Jacques le Majeur et était un lieu de pèlerinage. Érigée au cœur du quartier de la Grande Boucherie, on lui donna son nom en 1259 pour la différencier de l’église Saint-Jacques-du-Haut-Pas sur la rive gauche. En 1406, Charles VI autorisa la puissante confrérie des bouchers à fonder dans leur chapelle au sein de l’église, une confrérie en l’honneur de la nativité du Christ. Elle fut consacrée par l’évêque de Turin le 24 mars 1414.

Elle fut agrandie au XIVe et au XVIe siècle[2]. Nicolas Flamel, riche bourgeois parisien du XIVe siècle, fit construire le portail sur la rue des Écrivains (aujourd'hui disparue, cette rue se trouvait à l'emplacement de l'actuelle rue de Rivoli)[2]. En 1509, débuta la construction d’un nouveau clocher, l'actuelle tour Saint-Jacques, dans le style gothique dit flamboyant à l'angle sud-ouest de la façade occidentale. La construction s’acheva en 1522[2]. Elle fut, jusqu’en 1762, un lieu très fréquent de sépulture, avant que les corps des défunts ne soient enterrés dans le proche cimetière des Innocents.

En 1786, la paroisse de l'église des Saints-Innocents, autour du cimetière des Innocents, est rattachée à Saint-Jacques qui devient alors l'église Saint-Jacques Saints-Innocents[3].

Le 5 août 1789, l'abbé Fauchet y prononce un discours en guise d’oraison funèbre en l'honneur des citoyens morts lors de la prise de la Bastille[3]. Fermée au culte durant la Révolution française, elle accueillit les réunions de la section révolutionnaire des Lombards.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

La destruction[modifier | modifier le code]

Vendue comme bien national le 11 floréal an V (30 avril 1797), l'église fut démontée et il fut fait commerce de ses pierres[2]. Seul le clocher, la tour Saint-Jacques, fut épargné et un entrepreneur du nom de Dubois y établit une fonderie de plomb de chasse. À l'emplacement de l'église, les héritiers de Dubois firent construire un marché couvert pour le linge et les habits, inauguré le 13 octobre 1824[4],[2].

Le 27 août 1836, la ville de Paris fit l’acquisition du clocher auprès de la famille Dubois[2]. Dans le cadre des travaux de transformation de Paris sous le Second Empire, les bâtiments entourant la tour Saint-Jacques furent rasés pour permettre le percement de plusieurs voies (rue de Rivoli, avenue Victoria et boulevard de Sébastopol) et l'élargissement de la rue Saint-Martin (ancienne rue des Arcis). La tour est conservée au cœur de l'un des premiers jardins publics parisiens, le square de la tour Saint-Jacques.

En 2007, la ville de Paris, en concertation avec la Conservation régionale des monuments historiques, a entrepris une restauration complète de la tour.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Architecture[modifier | modifier le code]

Article connexe : Tour Saint-Jacques.

La rue était située dans un quartier ancien très dense. Elle était longée par des rues sur trois côtés : la rue des Écrivains au nord, la rue des Arcis à l'Est, la place Saint-Jacques-la-Boucherie et rue du Petit-Crucifix à l'ouest), alors qu'au sud elle était cachée par des bâtiments longeant la rue Saint-Jacques-la-Boucherie.

L'église était orientée, son chevet étant dirigé vers l'Est. Il donnait sur la rue des Arcis, devenue une partie de la rue Saint-Martin). L'entrée principale de l'église donnait sur une petite place à l'ouest de l'église. Un plus petit portail, dont le tympan avait été financé par Nicolas Flamel, donnait sur la rue des Écrivains, au débouché de la rue Marivaux (actuelle rue Nicolas-Flamel). L'église était également accessible par un portail au pied du clocher et donnant sur la rue du Petit-Crucifix. L'église était constitué de plusieurs nefs.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Sépultures[modifier | modifier le code]

Le côté Sud de cette église possédait une galerie de charniers qui avait été construit en 1605. Cette église avait été choisie par les bouchers, les chapeliers, les bonnetiers et les armuriers comme lieu de leur inhumation. Les morts y furent très entassés, dans les caveaux des chapelles, les charniers ou sous le sol du chœur et de la nef ou de nombreux cercueils étaient empilés dans les cryptes. En 1688, la place venant à manquer les prix des places augmentât et l'odeur était épouvantable.
Les dernières inhumations eurent lieu en 1762, date à laquelle les corps furent dirigés sur le cimetière des Innocents.

Furent inhumés dans cette église :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Étienne-François Villain, Essai d’une histoire de la paroisse de St. Jacques de la Boucherie, Paris, Prault, , 326 p. (lire en ligne)
  2. a, b, c, d, e, f, g et h Félix et Louis Lazare, Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments, édition de 1844, p. 345-346 [lire en ligne]
  3. a et b Raymonde Monnier (dir.), À Paris sous la Révolution : nouvelles approches de la ville, actes du colloque international de Paris, 17 et 18 octobre 2005 à l'Hôtel de ville et à la Commission du vieux Paris, publications de la Sorbonne, 2008, p. 194
  4. Cadastre de Paris par îlot (1810-1836), plan 23e quartier Lombards, îlot no 1, échelle 1/200, côte F/31/83/01 [lire en ligne]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Étienne-François Villain, Essai d’une histoire de la paroisse de St. Jacques de la Boucherie, Paris, Prault, , 326 p. (lire en ligne)
    Texte intégral numérisé et librement consultable via Google Books.
  • François Rittiez, Notice historique sur la tour Saint-Jacques-la-Boucherie, Paris, Impr. de Gaittet, , 16 p. (lire en ligne)
    Texte intégral numérisé et librement consultable via Gallica (BnF).
  • Jacques Hillairet, Dictionnaire historique des rues de Paris, Paris : Éditions de Minuit, 1963, rééd. 1972, 1981.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :