Louis-Denis Caillouette

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un sculpteur image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant un sculpteur français.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Louis-Denis Caillouette
Naissance
Paris
Décès (à 77 ans)
Paris
Nationalité Drapeau de la France France
Profession
Autres activités
Formation

Compléments

Second prix de Rome en sculpture

Louis-Denis Caillouette parfois orthographié Caillouet ou Cailhouët, né le à Paris, et mort dans la même ville le , est un sculpteur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils du sculpteur André Louis Caillouette, il est élève de l'École des beaux-arts de Paris dans l'atelier de Philippe-Laurent Roland. En 1809, il obtient le troisième prix de Rome avec Marius sur les ruines de Carthage.

Des soucis financiers l'obligent à trouver un emploi, et ce n'est que vers 1816 qu'il rejoint l'atelier de Pierre Cartellier et obtient un second prix de Rome en 1818. Ayant atteint la limite d'âge, il ne pourra plus concourir, et se lance dans la production commerciale de petites pièces de bronze et dans la réalisation de commandes de l'État.

En 1836, avec deux associés, Dupuis l'Aîné et Dupuis Jeune, il ouvre une école de dessin gratuite pour les ouvriers du faubourg Saint-Denis dans la cour des Petites-Écuries de l'ancien 3e arrondissement de Paris [1] (aujourd'hui le 10e). Trois fois par semaine, il donne deux heures de cours de de 20 heures à 22 heures. Cette école a ainsi formé des peintres décorateurs, des peintres sur porcelaine, des graveurs en orfèvrerie et des sculpteurs ornemanistes. Les centaines d'ouvriers ayant suivi ces cours purent ainsi augmenter leur revenus. Une allocation de 4200 francs fut allouée par la ville de Paris pour aider au fonctionnement de cette école. Une exposition eut lieu en 1840 à la mairie de l'ancien IIIe arrondissement.

Louis-Denis Caillouette demeura au no 8 rue Cassette à Paris[2]. Il était membre de la Société libre des beaux-arts de Paris[1]

Salons[modifier | modifier le code]

  • 1822 :
    • Buste de Jacques Ruisdaël, achat de l'État ;
    • Les Mathématiques, bas-relief pour la fontaine de l'Éléphant de la Bastille ;
    • Un Pêcheur, plâtre, médaille de 2e classe.
  • 1824 :
    • L'Immaculée Conception ;
    • L'Architecture, bas-relief ;
    • Psyché abandonnée ;
    • La Justice ;
    • L'Asie ;
    • L'Europe.
  • 1827 : L'Architecture.
  • 1831 : Louis-Philippe Ier.
  • 1840 : Sainte Élisabeth, statue en pierre.
  • 1847 :
    • La Vierge et l'Enfant Jésus, plâtre ;
    • Eucharis abandonnée de Télémaque, plâtre ;
    • Jean-Pierre Cortot, bronze.

Œuvres dans les collections publiques[modifier | modifier le code]

Travaux de restauration[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

  • 1809 : troisième prix de Rome en sculpture pour Marius sur les ruines de Carthage.
  • 1818 : second prix de Rome en sculpture pour Chélonis implorant la grâce de son époux Cléombrotte.
  • 1822 : médaille de 2e classe au Salon pour Un Pêcheur.

Élèves[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Journal des artistes, 12e année, Paris, 1838, 1er volume, no 1, 7 janvier 1838, p. 11.
  2. Guyot de Fère, Annuaire des artistes français, 1835.
  3. Tombe de Philippe-Laurent Roland avec le marbre d'Homère chantant ses poésies.
  4. Statue de Charles X par Cortot et Caillouette
  5. F. de Clarac, op. cit. [réf. incomplète].
  6. Louis Auvray, Dictionnaire général des artistes de l'école française, depuis l'origine des arts du dessin jusqu'en 1882…, t.I, Paris, Vve H. Loones, 1882, p.42.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Louis Lafitte, Entrée triomphale de S.A.R. monseigneur le duc d'Angoulême, généralissime de l'armée des Pyrénées, Paris, Éd. Didot père & Fils, 1825.
  • F. Grille, Autographes de savants, d'artistes, connus et inconnus…, Paris, Pédoyen, 1853.
  • Inventaire général des richesses d'art de la France. Paris : monuments civils, Paris, t.I, Éd. Plon et Cie, 1879.
  • Émile de La Chavignerie et Louis Auvray, Dictionnaire général des artistes de l'école française depuis l'origine des arts du dessin jusqu'en 1882, peintres, sculpteurs, architectes, graveurs et lithographes, Paris, Veuve H. Loones, Librairie Renouard, 1882.
  • Louis Courajod, Histoire du département de la sculpture moderne au Musée du Louvre, Paris, E. Leroux, 1894.
  • Revue de l'art français ancien et moderne, Paris, Charavay, Jean Schemit, 1897.
  • Jean Bayet, Les édifices religieux XVIIe, XVIIIe, XIXe siècles, Paris, Librairie Renouard, H. Laurens, 1910, 268 p., 64 pl.
  • Stanislas Lami, Dictionnaire des sculpteurs de l'école française au XVIIIe siècle, 2.vol., Éd. Honoré Champion, 1910-1911.
  • Bernard Vassor, Histoire des rues de Paris, Cour des Petites-Écuries, Histoire et Vies du Xe, Paris.
  • Revue de Paris (Paris 1829)-(Paris 1844), Bibliothèque de l'INHA.
  • Autographes, Carton 37, Sculpteurs Cab-Cra, Bibliothèque de l'Institut national d'histoire de l'art, collections Jacques Doucet.

Liens externes[modifier | modifier le code]